Implants remplis de silicone

Au cours des années, plusieurs préoccupations ont été soulevées à l'égard de la sécurité des implants remplis de gel de silicone et en 1992, ces implants ont été retirés du marché par la Food and Drug Administration des États-Unis. L'organisme parallèle canadien, la Direction générale de la protection de la santé, a suivi peu de temps après avec une décision semblable. Les préoccupations se rapportaient au lien possible entre diverses maladies et les implants mammaires : un accroissement possible du risque de cancer, un lien possible avec des maladies immunitaires et une fuite des implants. Ces préoccupations ont été en grande partie enterrées dans un rapport de consensus remis à la FDA en juin 1999.

Cancer du sein

Nous savons que le cancer du sein touche environ 1 femme sur 9 en Amérique du Nord de nos jours. Certains femmes ayant des implants mammaires vont donc être assurément atteintes d'un cancer du sein. Toutefois, plusieurs études ayant suivi des milliers de patientes pendant de longues périodes ont montré assez clairement que les implants n'accroissent pas le risque pour une femme d'être atteinte d'un cancer du sein et n'ont pas de répercussions importantes sur le traitement si un cancer est découvert.

Il est vrai que les implants diminuent quelque peu la précision des mammographies. Les implants remplis de solution saline donnent toutefois de meilleurs résultats à cet égard que ceux qui étaient remplis de gel, surtout lorsqu'ils sont placés sous le muscle.

Affections immunitaires

La polyarthrite rhumatoïde est la plus courante des affections que l'on appelle « affections du tissu conjonctif ». Dans ces affections, le système immunitaire du corps réagit « par erreur » à certaines parties du corps, provoquant des symptômes. Dans l'arthrite, les symptômes surviennent principalement dans les articulations, mais d'autres systèmes du corps peuvent aussi être touchés.

Chez un petit nombre de patientes ayant des implants mammaires, des symptômes d'affection allergique ou immunitaire ont été constatés, comme la polyarthrite rhumatoïde, la sclérodermie ou d'autres affections. L'incidence de la sclérodermie est beaucoup plus faible que celle de la polyarthrite rhumatoïde. L'incidence totale de toutes ces maladies est d'environ 2 %. La sclérodermie est une affection qui provoque un durcissement et un épaississement de la peau et d'autres organes, causé par la croissance des tissus fibreux. Puisque environ 2 % de toutes les femmes éprouvent ces symptômes, il n'est pas surprenant que certaines patientes ayant des implants subissent ces symptômes. Il est toutefois important de prendre conscience que ces symptômes ne sont pas causés par les implants.

Fuite des implants

Une étude attentive a montré que les implants remplis de gel fuient beaucoup plus tôt et à un taux beaucoup plus élevé que ce que l'on avait cru. Selon le fabricant, les implants utilisés entre 1972 et 1987, environ, peuvent subir de petites fuites ou des fuites majeures seulement 4 ou 5 ans après la chirurgie. La principale raison pour laquelle ces implants ont été retirés du marché par la Food and Drug Administration des États-Unis a été que Dow Corning, un fabricant, a caché des renseignements et a mal informé les chirurgiens plastiques à l'égard des véritables risques de fuite.

Par ailleurs, la présence d'une fuite ne semble pas causer de maladie ni la circulation de quantités très importantes de silicone ailleurs dans le corps.

Il est difficile de déceler si un implant rempli de gel fuit. À partir des renseignements maintenant disponibles, il semble que la meilleure chose à faire pour une patiente ayant d'anciens implants (surtout avant 1987) est de les faire enlever et remplacer par des implants remplis de solution saline (sel et eau).

Bien que les implants remplis de solution saline soient maintenant utilisés, les recherches se poursuivent en vue de trouver l'implant idéal. Afin de rendre l'ondulation (de la solution saline) moins problématique et d'améliorer la précision des mammographies, des implants remplis d'huile de soja ont été essayés. Ces préoccupations sont discréditées et d'autres substances de remplissage sont mises au point.

 Benjamin Gelfant, MD, 
en collaboration avec l'équipe clinique de MediResource
[traduction]