Description

Le trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH) est un désordre caractérisé par un schéma d'inattention (incapacité à se concentrer) parfois combiné à de l'hyperactivité-impulsivité persistante, inappropriée au stade et développement et qui se produit dans au moins 2 milieux différents avant l'âge de 7 ans.

Le TDAH touche environ 5 % à 12 % des enfants d'âge scolaire et est plus prépondérant chez les garçons que chez les filles. Le TDAH peut se poursuivre à l'âge adulte dans de nombreux cas. Les personnes qui ont des antécédents de TDAH ont de la difficulté à s'adapter aux circonstances d'ordre social et académique ou à s'intégrer dans le milieu du travail. Une personne atteinte de TDAH a parfois des problèmes d'apprentissage durant son enfance, étant donné que le trouble est susceptible d'avoir des répercussions sur sa capacité de concentration et d'attention aux tâches qu'elle devrait accomplir. Les enfants atteints d'un TDAH sont portés à distraire leurs compagnons de classe parce qu'ils ne sont pas en mesure d'organiser leur travail ni de prêter attention à leurs études.

Les personnes atteintes de TDAH sont particulièrement sensibles aux stimuli sensoriels comme le bruit, le toucher et les signaux visuels. Elles atteignent facilement un état d'exaltation extrême pouvant avoir un retentissement sur leur comportement qui pourrait manifester l'agressivité.

Un grand nombre de personnes croient que le TDAH et le TDA (trouble déficitaire de l'attention) sont deux affections différentes, mais en fait, ce sont deux façons de nommer le même trouble. D'autres appellations, notamment dysfonctionnement cérébral minime et hyperactivité, sont tombées en désuétude.

Causes

Des facteurs biologiques sont à l'origine du TDAH. On a lieu de penser que les symptômes d'une personne atteinte de TDAH seraient d'origine neurologique et imputables à des déséquilibres des constituants chimiques du cerveau.

Il existe dans le cerveau des substances chimiques appelées neurotransmetteurs qui permettent aux cellules nerveuses d'envoyer des messages partout dans le corps. Selon des études scientifiques, les personnes atteintes de TDAH auraient un plus petit nombre de certains neurotransmetteurs, ou en manqueraient.

Bien que des déséquilibres neurologiques aient été observés chez les personnes atteintes de TDAH, la cause exacte du TDAH n'a pas été cernée avec précision. Dans bien des cas, le TDAH semble principalement d'origine génétique étant donné qu'il est 4 fois plus probable que les enfants atteints de TDAH aient des proches touchés par le même trouble médical, et qu'il est beaucoup plus courant parmi les vrais jumeaux que parmi les autres jumeaux ou les autres frères et sœurs. Les spécialistes de la recherche n'ont pas encore découvert les chromosomes responsables de ce trouble.

Certains facteurs sont susceptibles de causer un dommage au cerveau et d'altérer sa fonction durant la période de gestation ou après la naissance. Ce trouble peut être engendré durant le déroulement de la grossesse par l'exposition à des radiations et l'alcool ou à d'autres facteurs qui influent également sur le développement du cerveau. Un faible poids de naissance peut aussi augmenter le risque de TDAH. Après la naissance, certaines affections infectieuses, comme une méningite ou une encéphalite, touchent les tissus cérébraux et peuvent avoir un retentissement sur la façon dont le cerveau transmet des signaux, et contribuer à l'apparition des symptômes liés au TDAH.

Les additifs alimentaires et le sucre raffiné sont quelquefois accusés d'être à l'origine d'un TDAH ou de l'exacerbation de ses symptômes. Aucun témoignage concluant n'a permis de vérifier l'hypothèse que le sucre raffiné aggravait les symptômes d'un TDAH. Des chercheurs suggèrent que les colorants alimentaires artificiels sont susceptibles d'intensifier les symptômes des enfants au comportement hyperactif et de faire apparaître ces symptômes parmi les enfants de la population générale.

Symptômes et Complications

Un problème lié à l'attention déficitaire est officiellement décrit comme un trouble quand il génère un comportement anormal par rapport à l'étape de croissance, et que l'apparition des symptômes débute avant l'âge de 12 ans et qu'ils produisent des perturbations comportementales notables dans au moins deux contextes, qu'ils soient liés à l'école, au travail, à la famille ou à la vie sociale.

Les symptômes d'un enfant atteint de TDAH se classent dans 3 grandes catégories : l'inattention, l'hyperactivité et l'impulsivité.

Les 9 symptômes de l'inattention sont :

  • ne pas faire attention aux détails,
  • accorder difficilement une attention soutenue,
  • écouter rarement ce qui est dit,
  • fréquemment ne pas finir ses devoirs ou éprouver de la difficulté à suivre les directives;
  • avoir de la difficulté à organiser son travail,
  • éviter souvent les tâches qui nécessitent un effort mental supplémentaire;
  • perdre fréquemment ses affaires,
  • être facilement distrait,
  • une tendance à l'oubli,

Les 9 symptômes de l'hyperactivé-impulsivité sont :

  • s'agiter ou à se tortiller, parfois à l'excès,
  • avoir de la difficulté à rester assis,
  • courir et grimper souvent quant c'est inapproprié;
  • jouer tranquillement avec difficulté,
  • être constamment actif ou être « monté sur des ressorts »;
  • parler souvent d'une façon immodérée,
  • répondre aux questions sans réflexion,
  • éprouver une grande difficulté à attendre son tour dans les jeux,
  • interrompre souvent les autres ou empiéter sur leur temps.

La liste des symptômes qui touchent les adultes n'a pas été officiellement dressée, mais elle ressemblerait beaucoup à celle qui précède.

Les personnes atteintes de TDAH risquent beaucoup plus que quiconque de ressentir de nombreux autres troubles neurologiques. Parmi ceux-ci on pourrait observer:

  • des troubles d'apprentissage pour 25 % à 30 % des enfants atteintes de TDAH, bien qu'elles soient pourvues d'une intelligence normale;
  • les tics moteurs (comme le syndrome de Gilles de la Tourette (SGT)) présents chez 20 % des enfants atteints du TDAH – plus de 50 % des enfants atteints du SGT souffrent également du TDAH;
  • des problèmes liés au langage, surtout à l'expression orale du langage (par ex. le vocabulaire);
  • le trouble oppositionnel avec provocation;
  • des troubles de conduite;
  • l'autisme;
  • des troubles anxieux (25 %);
  • une dépression (20 % à 30 %).

Diagnostic

Le diagnostic de TDAH est posé en fonction d'une combinaison des symptômes précités. Il faut que ces symptômes interfèrent vraiment dans au moins deux milieux d'importance majeure dans la vie d'une personne comme l'école, le domicile, ou un autre contexte (par ex. le déroulement d'une activité parascolaire). De plus, l'enfant doit démontrer ces symptômes constamment. Il n'existe pas d'analyses de sang, de techniques d'imagerie médicale, de dispositifs électroniques mesurant l'activité du cerveau qui seraient particulièrement utiles à l'établissement du diagnostic. Un spécialiste détermine si les problèmes comportementaux associés au trouble constituent un problème constant qui relève d'un traitement. Il devrait atteindre cette conclusion en ayant recours à des questionnaires et des échelles d'appréciation que remplissent les parents et les enseignants de l'enfant.

Il est possible que des personnes qui n'avaient jamais reçu le diagnostic de TDAH dans leur enfance en présentent les symptômes à l'âge adulte. Des études montrent que de nombreux enfants atteints de TDAH montrent encore des signes du trouble à l'âge adulte.

Traitement et Prévention

Il faut absolument soigner ce trouble. Les parents qui ont des enfants atteints du TDAH ne devraient pas avoir l'impression qu'ils ont commis quelque faute si leurs enfants ont des difficultés à l'école. Les personnes atteintes de TDAH sont aussi intelligentes et compétentes que quiconque, et elles ont la capacité d'être heureuses et d'avoir une vie couronnée de succès si elles obtiennent l'aide nécessaire.

Le traitement contre le TDAH consiste habituellement de médicaments combinés entre autres, à des changements d'ordre éducationnel, familial et social.

Il existe un grand nombre de médicaments contre le TDAH. On doit noter que tous les médicaments peuvent être accompagnés de réactions indésirables. Il est préférable de discuter des avantages et des risques d'un médicament en particulier avec votre professionnel de la santé. Des stimulants comme le méthylphénidate*, la lisdexamfétamine et la dextroamphétamine aident à filtrer les facteurs de distractivité qui assaillent les personnes atteintes de TDAH. Ces médicaments stimulent la production des substances chimiques nécessaires dans des zones du cerveau qui ne possèdent pas suffisamment de neurotransmetteurs pour accomplir cette action. L'atomoxétine est un autre médicament employé pour soigner un TDAH. Elle aide à accroître le taux d'un neurotransmetteur du cerveau appelé noradrénaline, et permet ainsi aux enfants de se concentrer pendant de plus longues périodes et d'ignorer les distractions qui les entourent.

Quelques parents se méfient de ces médicaments, ils craignent que leur enfant ne s'y accoutume ou ne devienne incapable de réussir sans avoir recours à une substance chimique. En fait, il n'existe aucune preuve que ces médicaments créent une dépendance. La prise du médicament conformément aux directives du médecin prescripteur, qu'elle soit de courte ou de longue durée, est susceptible d'aider les enfants à maintenir un haut niveau de participation à des activités auxquelles ils ne prendraient peut-être pas part sans le médicament. Quelques enfants, surtout ceux atteints de problèmes ou de troubles coexistants (consultez la liste de la section « Symptômes et complications ») pourraient être amenés à utiliser un autre médicament. D'autres enfants pourraient fonctionner sans médicament.

La prise de médicaments devrait s'accompagner d'une psychothérapie d'appoint et, peut-être de séances menées par un spécialiste comme un psychiatre ou un psychologue. L'initiation des parents à des méthodes efficaces de gestion du comportement des enfants, des techniques de modification du comportement dans la salle de classe et des interventions en milieu scolaire, comme le placement en classe spéciale, sont des stratégies qui ont toutes donné des résultats prometteurs. La mise en œuvre de certains moyens modernes comme les techniques de modification du comportement et la thérapie cognitivo-comportementale permet aux enfants atteints de TDAH d'obtenir d'heureux résultats sans médicament. La modification du régime alimentaire des personnes atteintes de TDAH n'a pas été une mesure auxiliaire utile.

Ces personnes pourraient envisager de complémenter leurs autres traitements en tirant parti des bienfaits d'un mode de vie sain comportant des exercices physiques réguliers, un régime alimentaire équilibré et de bonnes habitudes de sommeil (comme se fixer une heure de coucher et de lever régulières, et s'abstenir de consommer de la caféine, de prendre des repas copieux et de se livrer à des activités stressantes avant d'aller au lit).

En général, une fois qu'un traitement a été adopté, les enfants atteints de TDAH doivent apprendre à tirer parti de leur pouvoir de concentration nouvellement acquis.


*Tous les médicaments ont à la fois une dénomination commune (un nom générique) et un nom de marque ou marque. La marque est l'appellation qu'un fabricant choisit pour son produit (par ex. Tylenol®). Le nom générique est le nom du médicament en médecine (par ex. l'acétaminophène). Un médicament peut porter plusieurs noms de marque, mais il ne possède qu'un seul nom générique. Cet article répertorie les médicaments par leur nom générique. Pour obtenir des renseignements sur un médicament donné, consultez notre base de données sur les médicaments. Pour de plus amples renseignements sur les noms de marque, consultez votre médecin ou un pharmacien.