Êtes-vous atteinte de sécheresse vaginale ?

Les signes physiques de la ménopause débutent quelques années avant vos dernières menstruations. Les changements peuvent apparaître dès la trentaine ou la quarantaine. La transition entre le début de ces signes et vos dernières menstruations s'appelle « périménopause » et démarre dès que les taux d'hormones œstrogène et progestérone commencent à changer. Les bouffées de chaleur et les sueurs nocturnes font partie des premiers signes de la ménopause.

Certaines femmes commencent à présenter les symptômes de la sécheresse vaginale, ce qui indique que la diminution des taux d'œstrogène a entraîné une affection appelée atrophie vaginale. Au fur et à mesure que les taux d'œstrogène diminue, la muqueuse du vagin s'amincit, devient moins hydratée et perd de son élasticité. Vous pourriez ressentir des démangeaisons ou des brûlures durant la miction, vous pourriez présenter de légères pertes, et les relations sexuelles ou les examens vaginaux pourraient être inconfortables et douloureux. Les modifications touchant aux mécanismes de protection naturelle du vagin augmentent votre risque d'infections vaginales. Certaines femmes peuvent également être plus sensibles aux infections des voies urinaires.

La bonne nouvelle est qu'il existe plusieurs traitements visant à soulager cet inconfort, notamment en comprimés, en anneaux et en crèmes, qui libèrent une petite quantité d'œstrogène directement dans la région affectée.

Vous pouvez essayer des traitements non médicamenteux utiles, par exemple, des lubrifiants ou des hydratants vaginaux à base d'eau, en vente libre dans toutes les pharmacies. Vous trouverez peut-être utiles certains exercices de Kegel, la prolongation des préliminaires ou le fait d'avoir régulièrement des relations sexuelles, ce qui augmente la lubrification et le débit sanguin des organes génitaux.

Soyez patiente, car vous avez besoin de temps pour trouver les options qui vous conviennent. Souvenez-vous que vous n'avez pas à essayer de résoudre ce problème toute seule. Votre médecin peut vous aider à trouver le traitement qui vous convient. Faites-lui part des symptômes qui vous dérangent et des traitements que vous avez déjà essayés (il pourra vous demander de passer un examen et des tests pour exclure tout autre problème éventuel de santé). Il étudiera vos antécédents médicaux et discutera avec vous des bienfaits et des effets secondaires possibles de chaque traitement.

Vous pourriez être gênée ou mal à l'aise de parler de santé vaginale au début, mais souvenez-vous que les communications ouvertes et honnêtes permettront à votre médecin de cerner vos besoins et de vous faire les meilleures recommandations.

Symptômes vaginaux : Conseils d'un expert

La Dre Christine Derzko est gynécologue, au centre-ville de Toronto, affiliée au St. Michael's Hospital. Elle est également professeure agrégée d'obstétrique et de gynécologie, et de médecine à l'Université de Toronto. La Dre Derzko, qui a aidé un grand nombre de femmes à traverser la ménopause, nous fait part de ses conseils sur les symptômes vaginaux.

Quels sont les symptômes vaginaux possibles pendant la ménopause ?

Les symptômes vaginaux, qui sont causés par le manque d'œstrogène, peuvent apparaître dans les quelques années précédant la ménopause. Le premier signe est que le vagin se lubrifie moins facilement pendant une excitation sexuelle. Les femmes peuvent ensuite remarquer une sécheresse vaginale. Sans traitement, les tissus du vagin peuvent devenir si délicats et minces qu'ils peuvent saigner facilement - certaines femmes peuvent saigner au simple contact du vagin avec un coton-tige. Elles peuvent également présenter des infections fréquentes des voies urinaires ou du vagin.

Comment les symptômes vaginaux peuvent-ils affecter la vie d'une femme ?

Les symptômes vaginaux peuvent considérablement affecter une femme. Ils peuvent causer de l'inconfort et rendre les relations sexuelles difficiles ou douloureuses. Certaines femmes peuvent cesser d'avoir des relations sexuelles, car elles n'en tirent aucun plaisir, ce qui peut affecter ses relations avec son partenaire.

La plupart des femmes recherchent-elles de l'aide ou souffrent-elles en silence ?

En disant aux femmes qu'elles doivent avoir une vie sexuelle extraordinaire, la société leur met beaucoup de pression. De nombreuses femmes souffrent en silence, car elles se sentent gênées, et seules 25 % d'entre elles en parlent avec leur médecin.

Quels sont les traitements offerts ?

Il se peut que certaines femmes aient besoin d'appliquer un lubrifiant avant d'avoir des relations sexuelles (le fait d'avoir des relations sexuelles fréquentes peut contribuer à la bonne santé du vagin). D'autres femmes ont besoin de produits vaginaux à base d'œstrogène - il en existe trois types :

  • Comprimé gynécologique : Ce comprimé s'insère dans le vagin à l'aide d'un applicateur. L'applicateur est étroit afin de faciliter l'insertion du comprimé dans le vagin. L'insertion du comprimé gynécologique ressemble à celle d'un tampon.
  • Anneau vaginal : L'anneau s'insère dans le vagin avec les doigts. Il demeure dans le vagin pendant trois mois et y libère graduellement, à une vitesse constante, de l'œstrogène. Certains médecins peuvent insérer l'anneau à votre place, ou pourraient d'abord vous recommander une autre forme d'œstrogène vaginal en attendant que vos tissus soient assez sains pour tolérer l'anneau.
  • Crème vaginale : Une quantité de crème est mesurée et insérée dans le vagin à l'aide d'un applicateur. La taille de l'applicateur de crème est environ celle d'un grand tampon. Les femmes peuvent mettre un peu de crème sur un doigt et l'appliquer autour de l'ouverture du vagin.

Le choix d'un traitement relève d'une décision personnelle. Vous devez tenir compte de plusieurs facteurs au moment d'en choisir un, par exemple, la méthode d'application, la commodité et votre degré d'aise à l'égard du produit. Veuillez discuter de vos options avec votre médecin.

Vous et votre partenaire pendant la ménopause

La période de transition vers la ménopause n'influe pas seulement sur les changements physiques. En effet, en plus de l'inconfort vaginal (sécheresse, voire douleur), la ménopause peut également affecter votre bien-être d'autres façons. Par exemple, les changements affectant vos habitudes de sommeil, votre humeur, votre mémoire et votre concentration peuvent perturber votre vie quotidienne et vos relations avec les autres.

Les changements physiques et émotionnels peuvent aussi affecter vos relations sexuelles. Il se peut que votre libido diminue ou que votre réaction sexuelle change, en particulier si vous présentez une sécheresse vaginale. Par ailleurs, un gain pondéral léger, en particulier autour de la taille, est fréquent chez les femmes en âge périménopausique, ce qui pourrait vous donner l'impression d'être moins attirante et moins sexy.

Il est important de se souvenir que la fin des menstruations ne signifie pas la fin de la sexualité ! Les relations sexuelles peuvent être très satisfaisantes même à un âge très avancé. Toutefois, pendant la périménopause, vos sentiments et les changements physiques pourraient affecter vos relations avec votre partenaire, qui pourrait ne pas comprendre ou savoir ce que vous vivez, ou qui pourrait craindre de vous faire mal durant les relations sexuelles.

Pour maintenir une vie sexuelle saine et éviter tout malentendu, il faudrait amorcer une discussion avec votre partenaire au sujet de vos sentiments et des symptômes liés à la ménopause, et à la façon dont ceux-ci pourraient affecter votre sexualité. Une bonne communication est cruciale. En premier lieu, vous et votre partenaire pourriez être gênés ou embarrassés, mais ensemble, vous pouvez trouver des solutions ; par exemple, vous pourriez avoir recours à des préliminaires plus longs, ou encore avoir recours à un traitement contre la sécheresse vaginale ; vous pourriez discuter des traitements offerts et explorer de nouvelles façons d'avoir des relations sexuelles, de vous rapprocher, par exemple à l'aide de massages sensuels. Le fait d'avoir des relations sexuelles régulières peut également contribuer à augmenter votre confort.

Si vous avez un nouveau partenaire, ayez des pratiques sexuelles sécuritaires, car les maladies transmissibles sexuellement n'ont pas d'âge. Vous devez aussi recourir à une méthode contraceptive. Même si la fertilité d'une femme est inférieure pendant la périménopause, vous pourriez tomber enceinte pendant cette période, à moins que vous n'ayez pas eu de menstruations depuis 12 mois.

Si vous êtes ouverte et que vous communiquez clairement et régulièrement avec votre partenaire, vous pouvez maintenir une vie sexuelle passionnée et extrêmement satisfaisante. Vous pouvez également discuter avec votre médecin de ce que vous pourriez faire pour normaliser votre vie sexuelle. Il s'agit toujours de faire preuve d'honnêteté. Faites part à votre médecin de vos préoccupations pour lui permettre de prendre les meilleures décisions vous concernant.