Description

L'urticaire est l'une des causes les plus répandues d'inflammation cutanée. Jusqu'à 20 % de la population souffre d'urticaire au moins une fois dans sa vie.

L'urticaire se présente sous la forme de larges plaques rouges et boursouflées, accompagnées de démangeaisons, qui apparaissent et disparaissent rapidement et qui sont parfois remplacées par d'autres. Toutefois, chez certaines personnes, les crises d'urticaire reviennent très souvent et peuvent durer plus de 6 semaines.

Causes

L'urticaire apparaît en réaction à un irritant externe qui a été ingéré ou qui est entré en contact avec la peau. En réponse à cette exposition à un irritant, l'organisme libère des substances chimiques, telle l'histamine, qui causent des démangeaisons et de l'inflammation. Les irritants peuvent être de divers types, y compris des aliments, des médicaments, des produits cosmétiques, des piqûres d'insecte, des produits chimiques, des infections, des troubles de santé et même l'exposition à une chaleur ou à un froid extrêmes.

Chez une minorité de personnes atteintes d'urticaire on peut voir une relation allergique claire. Des éruptions cutanées apparaissent après l'ingestion de certains aliments, après la prise de certains médicaments ou après une piqûre d'insecte. Les aliments que l'on peut associer à l'urticaire sont les suivants :

  • les œufs;
  • le lait;
  • les noix;
  • le poisson et les fruits de mer;
  • les baies;
  • le chocolat;
  • les tomates.

Le café, l'alcool et le tabac sont rarement identifiés comme des déclencheurs de crises d'urticaire aiguës, mais les personnes qui souffrent d'urticaire chronique précisent souvent que ceux-ci aggravent les symptômes.

Presque tous les traitements médicaux sont susceptibles d'être à l'origine d'une crise d'urticaire. Voici quelques-uns des coupables les plus courants :

  • l'acide acétylsalicylique (AAS) et d'autres médicaments anti-inflammatoires (par ex. l'ibuprofène, le naproxène);
  • les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine ou IECA (par ex. le ramipril, le lisinopril, l'énalapril);
  • les antibiotiques comme les pénicillines et les sulfonamides;
  • l'iodure
  • les anticonvulsivants (par ex. la carbamazépine, la phénytoïne);
  • les anesthésiques (par ex. la lidocaïne);
  • la vancomycine;
  • la codéine et d'autres analgésiques narcotiques.

Si vous souffrez d'une urticaire alimentaire ou médicamenteuse, l'aliment ou le médicament est susceptible de ne pas constituer la cause première du problème. Il est possible que l'élément perturbateur soit un conservateur ou tout autre additif. Si plusieurs aliments et médicaments semblent provoquer des crises d'urticaire, il est possible que vous réagissiez, par ex., à la tartrazine, agent colorant fréquemment utilisé dans les aliments et les pilules.

Les produits cosmétiques, les savons, les parfums et les lotions peuvent également provoquer des réactions. Souvent, ces réactions ne surviennent que si vous changez de produits. Dans ce cas il est plus facile d'identifier la cause de vos crises d'urticaire. Le nickel dans les bijoux et le latex des préservatifs ou des gants de caoutchouc sont d'autres irritants notoires.

Le terme urticaire allergique fait référence à l'urticaire causé par une réaction allergique à un aliment, à une piqûre d'insecte, à un médicament ou au maquillage. D'autres types d'urticaire sont causés par l'irritation physique : soleil, froid ou friction de la peau. Bien que l'on estime que ceux-ci ne sont pas de nature allergique, le processus sous-jacent est plus ou moins identique.

L'urticaire due au soleil (urticaire photosensible) peut ne pas ressembler à un état allergique à première vue, mais les signes le suggèrent. Des personnes sont devenues sensibles à la lumière après avoir reçu des immunoglobulines provenant d'autres personnes atteintes par cette affection rare.

Il en est de même de l'urticaire causée par les températures basses. Il semble que le sang des personnes qui souffrent de cette affection contienne des cellules immunitaires anormales, qui attaquent quand elles sont confrontées aux agents chimiques normalement libérés dans la peau par le froid, le soleil ou certaines autres circonstances externes.

Des douzaines d'infections peuvent provoquer une urticaire : infections de la gorge, infection de l'estomac, infection génitale ou des voies urinaires (génito-urinaire), infection fongique, mononucléose et hépatite. Un rhume est souvent à l'origine d'une crise d'urticaire chez les enfants. L'urticaire n'est pas directement causée par l'organisme infectieux, comme dans la varicelle ou la cellulite. Elle est plutôt causée par la « combustion normale » générée par les propres défenses de l'organisme.

D'autres facteurs déclencheurs fréquemment associés à l'urticaire sont les suivants :

  • la friction – environ 5 % de la population développe des éruptions cutanées à la suite d'un petit frottement ou d'un léger grattage de la peau – cette affection s'appelle le dermatographisme. Le grattage répété des lésions d'urticaire peut aggraver le problème.
  • la natation – elle peut causer d'assez graves réactions, dues probablement plus au froid qu'à l'eau;
  • l'exercice, le stress et les douches chaudes – forme d'urticaire appelée urticaire cholinergique
  • la pression due aux ceintures, aux bandes et aux élastiques, provoquant une urticaire de pression
  • la grossesse – l'urticaire se déclare souvent vers la fin de la grossesse.

Une urticaire chronique ou récurrente peut signifier que vous avez été exposé à plusieurs reprises à un facteur déclencheur, ou révéler la présence d'une maladie sous-jacente. Le lupus, la polyarthrite rhumatoïde, et les dysfonctionnements thyroïdiens sont des maladies susceptibles de provoquer une urticaire.

Symptômes et Complications

L'urticaire est une éruption de papules rouges, accompagnée de démangeaisons. Il peut y avoir une grande éruption ou de nombreuses petites éruptions. Elle est souvent étendue et légèrement boursouflée. L'inflammation (la rougeur) est souvent plus importante au pourtour de l'éruption cutanée, et la portion centrale est plus pâle. Des douleurs ou une sensation de brûlure, au lieu des démangeaisons, peuvent apparaître.

En règle générale, la crise d'urticaire aiguë ne dure pas plus de 24 heures à un endroit particulier du corps. Par ailleurs, les périodes de crises d'urticaire aiguës peuvent durer jusqu'à 6 semaines, et l'urticaire est qualifié de chronique s'il dure plus de 6 semaines. Dans la plupart des cas, par contre, il dure environ 1 semaine.

Parfois, l'éruption ne se limite pas à la surface de la peau. Si l'histamine et d'autres agents inflammatoires sont libérés dans les couches sous-cutanées, l'œdème est plus grave et la douleur se substitue aux démangeaisons. Il s'agit de l'œdème de Quincke.

L'œdème de Quincke peut causer une enflure inquiétante des muqueuses des lèvres, de la bouche, des intestins, des organes génitaux ou de la gorge. En règle générale, l'œdème se résorbe en une journée; par contre, dans de très rares cas, il nuit à la respiration, et un traitement d'urgence devient nécessaire. Si vous avez de l'urticaire qui s'accompagne d'étourdissements, d'une difficulté à respirer ou d'une enflure de la gorge, obtenez immédiatement des soins médicaux.

Diagnostic

Le médecin essayera d'identifier le facteur déclencheur en vous demandant quand l'éruption est apparue et ce que vous avez fait d'inhabituel au cours des quelques jours qui ont précédé.

Les examens sanguins ne révèlent quasiment rien sur l'urticaire. Dans de nombreux cas (au moins la moitié), la cause demeure un mystère, ce qui est généralement sans importance, car l'urticaire est un état pathologique bref et isolé chez la plupart des personnes. Le médecin pourrait vous demander de noter vos activités et ce que vous mangez afin de tenter d'en déterminer la cause précise.

Si vous faites de l'urticaire chronique, le médecin recherchera probablement des signes d'autres problèmes médicaux susceptibles de provoquer de l'urticaire, par ex. le lupus et la polyarthrite rhumatoïde. Le médecin pourrait demander les examens habituels servant à déceler ces troubles.

Traitement et Prévention

La prévention est le meilleur traitement contre l'urticaire. Si votre médecin ou vous découvrez quelle est la cause de l'éruption, vous pouvez, à l'avenir, faire en sorte de l'éviter. Elle peut être évidente, mais il est possible que vous ne la trouviez jamais.

Les démangeaisons peuvent être rapidement éliminées avec des antihistaminiques comme l'hydroxyzine ou la diphenhydramine. Ces antihistaminiques ont tendance à causer de la somnolence. D'autres antihistaminiques moins sédatifs (comme la desloratadine, la cétirizine, la loratadine ou la fexofénadine) peuvent aussi être employés pour traiter l'urticaire chronique ou pour soulager l'urticaire aiguë s'il dure plus de 24 à 48 heures.

Une urticaire importante ou l'œdème de Quincke peuvent être traités au moyen d'injections d'adrénaline (parfois appelée épinéphrine). L'adrénaline resserre les vaisseaux sanguins et l'œdème diminue. Dans des cas extrêmes, des corticostéroïdes peuvent être administrés par voie orale ou appliqués sur la peau, mais jamais pendant très longtemps.

Ces médicaments peuvent calmer les symptômes de manière très efficace, mais il n'existe actuellement aucune cure à proprement parler. L'urticaire disparaît généralement en moins de 1 semaine, mais il peut aussi durer jusqu'à 2 ans ou plus. Mais même l'urticaire chronique finit par disparaître.


*Tous les médicaments ont à la fois une dénomination commune (le nom générique) et un nom de marque ou marque. La marque est l'appellation qu'un fabricant choisit pour son produit (par ex. Tylenol®). Le nom générique est le nom du médicament en médecine (par ex. l'acétaminophène). Un médicament peut porter plusieurs noms de marque, mais il ne possède qu'un seul nom générique. Cet article répertorie les médicaments par leur nom générique. Pour de plus amples renseignements sur les noms de marque, consultez votre médecin ou un pharmacien.