Description

L'oxyure, ou Enterobius vermicularis, est un petit vers parasite qui vit à l'intérieur du gros intestin, dans l'espèce humaine. Ne mesurant que 3 mm à 10 mm de longueur, il provoque des démangeaisons anales intenses, surtout la nuit.

Les oxyures infestent habituellement les gens qui fréquentent des écoles surpeuplées, qui vivent dans de vastes regroupements familiaux ou dans des conditions insalubres, ou ceux qui consomment des aliments mal cuits. Par ailleurs, ils ne sont pas nécessairement signe d'une mauvaise hygiène personnelle. On les retrouve très souvent dans les milieux institutionnels tels que les dortoirs, les hôpitaux psychiatriques et les maisons d'accueil.

L'oxyure est le parasite le plus courant chez les enfants nord-américains et l'on estime que le tiers des enfants canadiens auront des oxyures à un moment ou l'autre de leur vie.

Causes

La nuit, la femelle quitte son foyer d'infection, situé dans la partie inférieure du tube digestif. En sortant du rectum, elle dépose ses œufs dans les replis de la peau, sur le pourtour de l'anus. Les œufs sont enrobés dans une substance gélatineuse et collante qui, avec le frétillement de la femelle, provoque des démangeaisons intenses. Les œufs sont transférés aux doigts, soit directement par grattage de la zone anale, soit par l'intermédiaire des vêtements et de la literie. Ils peuvent alors être amenés à la bouche et avalés, ou transmis à d'autres personnes par le toucher.

Étant donné que les œufs survivent jusqu'à 20 jours, les vêtements et la literie constituent pour eux des milieux viables. Si l'on secoue ces tissus, les œufs pourront être dispersés dans l'air et avalés directement. Une fois avalés, ils parviendront à éclosion dans l'intestin et atteindront leur forme de vers adultes en 2 à 6 semaines. Les vers adultes peuvent vivre environ 3 mois et les femelles pondent jusqu'à 10 000 œufs au cours de leur vie.

Les œufs d'oxyure fixés à la surface périanale éclosent au bout de 6 heures et les larves qui en émergent retournent dans l'anus, où elles résident pour parvenir à maturité dans le gros intestin. Ceux qui tombent dans les vêtements ou dans la literie peuvent survivre jusqu'à 3 semaines à la température de la pièce en attendant que des mains secourables les transportent à la bouche. Les humains sont les seuls hôtes naturels des oxyures.

Symptômes et Complications

L'oxyurose touche surtout les enfants entre 5 et 10 ans. La plupart d'entre eux ne présentent pas de symptômes autres que des démangeaisons à l'anus qui devient parfois à vif, à force de grattements. L'oxyurose est rare chez les enfants de moins de 2 ans. Chez les filles, elles peuvent causer des démangeaisons et des irritations au vagin (vaginite).

Dans les cas graves, il arrive qu'elle entraîne une perte de poids, de la nervosité, de l'irritabilité et une perte d'appétit. Dans de très rares cas, les oxyures peuvent bloquer l'appendice et provoquer une appendicite.

Diagnostic

Pour établir un diagnostic d'oxyurose, il faut trouver le ver femelle ou des œufs. Pour trouver la femelle, il faut examiner la région anale de la personne affectée, la nuit, avec une lampe de poche. La personne devrait avoir dormi au moins une heure avant l'examen. Le ver femelle blanc est de la grosseur d'un cheveu fin et ne mesure que 10 mm de long (les mâles mesurent environ 3 mm), mais il frétille et on l'aperçoit facilement à l'œil nu. Tous les vers recueillis doivent être déposés dans l'alcool ou dans le vinaigre pour être apportés à la clinique ou au médecin qui établira le diagnostic.

Une autre méthode de prélèvement consiste en l'utilisation d'un ruban gommé pour recueillir les œufs ou les vers demeurés autour de la zone anale, le matin avant la toilette et avant de passer les selles. Il suffit de tapoter les replis de la peau autour de l'anus avec le côté adhésif du ruban. Il faut ensuite replier le ruban sur lui-même, sur sa surface adhésive, et l'apporter au médecin. Les œufs et les vers collés sur le ruban seront examinés au microscope. Ce test est parfois répété 3 fois. Les oxyures sont parfois visibles dans les échantillons de selles.

Traitement et Prévention

L'oxyurose ne cause ni malaise, ni inconfort, à part les démangeaisons anales, et le traitement permet de guérir l'affection dans la plupart des cas. L'essentiel est de rompre le cycle de réinfestation de 6 semaines en éliminant tous les oxyures vivants et en prévenant une ingestion des œufs. Le diagnostic doit être confirmé avant un traitement avec des médicaments.

Les médicaments ne détruisent que les vers adultes et sont sans effet sur les œufs en incubation et sur les larves. Les médicaments les plus prescrits sont le mébendazole*, sur ordonnance, et le pyrantel, en vente libre. Il existe d'autres médicaments en vente libre pour traiter l'oxyurose, dont la pipérazine et le pyrvinium. Le mébendazole et le pyrantel sont administrés en une seule dose, répétée deux semaines plus tard pour détruire tous les œufs qui auraient été ingérés entre temps.

Étant donné que les œufs se propagent rapidement, tous les occupants de la maison doivent prendre le médicament. La réinfection est fréquente, car les œufs continuent d'être présents dans les excréments jusqu'à une semaine après le traitement.

Le lavage à la machine de toute la literie, des vêtements et des jouets est indispensable pour détruire tous les œufs. La vaseline, les crèmes ou les onguents antidémangeaisons permettent de soulager les fourmillements dans la zone anale. Se laver les mains fréquemment, surtout après avoir été aux toilettes, après s'être gratté et avant de manger, et garder les ongles courts et propres réduit les risques de ramasser des œufs d'oxyure.

Pendant la semaine qui suit le traitement, tous les membres de la famille doivent porter des sous-vêtements en coton lavés à l'eau très chaude et au détergent. Ces sous-vêtements doivent être changés deux fois par jour. Les enfants doivent porter des vêtements de nuit fermés ou des sous-vêtements ajustés, pour éviter le contact avec les mains et la contamination de la literie.


*Tous les médicaments ont à la fois une dénomination commune (un nom générique) et un nom de marque ou marque. La marque est l'appellation qu'un fabricant choisit pour son produit (par ex. Tylenol®). Le nom générique est le nom du médicament en médecine (par ex. l'acétaminophène). Un médicament peut porter plusieurs noms de marque, mais il ne possède qu'un seul nom générique. Cet article répertorie les médicaments par leur nom générique. Pour obtenir des renseignements sur un médicament donné, consultez notre base de données sur les médicaments. Pour de plus amples renseignements sur les noms de marque, consultez votre médecin ou un pharmacien.