Description

La condition connue médicalement sous le nom de myopie est la cause la plus courante d'une baisse de la vision, en particulier chez les jeunes adultes. Elle désigne la capacité de bien voir de près et non à distance. La myopie est le contraire de la presbytie (hypermétropie). La capacité de mise au point peut commencer à diminuer pendant l'enfance et continuer à baisser pendant l'adolescence pour se stabiliser finalement vers le début de la vingtaine. Après cela, la plupart des personnes n'ont plus besoin de changer très souvent leurs verres ou lentilles de contact prescrits, sinon plus du tout.

La myopie touche environ 30 % de la population canadienne. Nous savons que certains groupes ethniques sont plus prédisposés que d'autres. Les personnes d'ascendance chinoise, japonaise et du sud-est asiatique en particulier sont les plus susceptibles d'être myopes.

Causes

La myopie est provoquée par un œil dont la forme ne lui permet pas de se concentrer sur des objets à distance. La cornée est une couche spéciale de la surface de l'œil qui contribue le plus à réfracter la lumière lorsqu'elle pénètre dans l'œil. La lumière doit être réfractée correctement pour créer une image nette. Lorsque les rayons de lumière parallèles traversent la cornée – la surface transparente de l'œil – ils devraient être infléchis tout juste suffisamment pour converger sur la rétine, la membrane sensible à la lumière qui tapisse l'arrière de l'œil. La lentille est responsable des ajustements précis de la mise au foyer. Dans la myopie, la cornée est trop courbée ou l'œil est trop long de l'avant à l'arrière et les rayons de lumière se rencontrent et se croisent devant la rétine. Lorsque les images arrivent à la rétine, elles sont brouillées.

La myopie est au moins en partie génétique, ce n'est pas une maladie. Certaines personnes ont seulement les yeux plus longs que d'autres, tout comme certaines ont le nez plus long. Certaines études suggèrent que les personnes dont le travail exige qu'elles concentrent beaucoup leur vision sont plus à risque de devenir myopes avec le temps. Les enfants prématurés contractent souvent des affections oculaires qui modifient la forme de l'œil et ils peuvent être plus à risque de myopie.

Symptômes et Complications

Les sujets concernés remarquent habituellement leur myopie pour la première fois dans leur adolescence, à la suite de maux de tête et lorsqu'il devient évident que les autres personnes voient mieux des objets éloignés qu'eux. Cela peut être perçu comme un choc pour une jeune personne qui a oublié qu'elle voyait plus clairement quand elle était enfant. Ces adolescents peuvent être étonnés de la clarté du monde après leur première prescription de lentilles - souvent ils n'ont pas conscience que l'œil humain est capable de fonctionner aussi bien. Parmi les autres indices de la myopie, on retrouve le besoin de plisser les yeux pour voir clairement, le fréquent clignement des yeux et le frottement des yeux. Une personne myope peut également tenir les livres près d'elle pour lire.

La myopie ne s'aggrave presque jamais rapidement. Quelques maladies, comme le diabète, peuvent contribuer à accélérer la myopie, mais les maladies sous-jacentes provoquent le plus souvent un trouble à l'arrière de l'œil, de sorte qu'il est plus difficile pour un adulte de remarquer si sa prescription doit être changée. Le seul moyen d'en être sûr est de subir des examens optométriques réguliers.

La myopie peut être à l'origine de mauvais résultats scolaires. Si le niveau scolaire d'un élève commence à baisser fortement vers l'âge de 10 ans ou 12 ans, il y a un risque que la vision soit impliquée, même si de nombreux autres facteurs peuvent provoquer des problèmes scolaires vers l'âge de 12 ans.

Chez l'adulte, une myopie importante peut provoquer une incapacité, principalement par l'empêchement de la conduite automobile. De tels cas peuvent habituellement être corrigés.

Diagnostic

Le test de myopie est le tableau bien connu de rangées de lettres de plus en plus petites, appelé échelle de Snellen. Le patient porte un cadre spécial et des verres différents y sont insérés jusqu'à ce qu'il puisse voir correctement. Ce test permet également de détecter l'astigmatisme, dans lequel une forme irrégulière de la cornée empêche toute mise au point à n'importe quel degré. Les personnes atteintes de myopie (et même celles qui ne le sont pas) ont souvent un certain degré d'astigmatisme.

Traitement et Prévention

Il existe trois traitements possibles de la myopie : les verres, les lentilles de contact et la chirurgie oculaire.

Les verres peuvent corriger toutes les anomalies de vision, comprenant l'hypermétropie (la presbytie), la myopie et l'astigmatisme. Les verres à double foyer sont particulièrement utiles pour les personnes âgées dont la vision est mauvaise à la fois sur une longue et sur une très courte portée. Regarder à travers les verres supérieurs aide pour la vision sur une longue portée, alors que regarder à travers les verres inférieurs aide pour la vision sur une courte portée.

Les lentilles de contact peuvent également corriger ces problèmes. Les lentilles dont le facteur de correction est élevé (c'est-à-dire celles qui servent à corriger une très mauvaise vision) sont susceptibles d'être plus épaisses et plus lourdes que les lentilles qui corrigent les cas de myopie moins marquée) et certaines personnes les trouvent inconfortables. C'est particulièrement vrai pour les lentilles qui corrigent l'astigmatisme. Les lentilles souples prennent maintenant la place des versions dures et perméables au gaz, car elles sont plus confortables et que l'adaptation à celles-ci est plus facile, même si elles sont parfois plus difficiles à nettoyer. Les lentilles de contact jetables, que l'on peut jeter après les avoir portées, représentent également une option appréciée. Porter des lentilles rend toutefois les sujets quelque peu plus enclins à des infections oculaires. On peut minimiser ce risque en nettoyant les lentilles selon les instructions, en respectant la date prévue pour les lentilles jetables et en ne dormant jamais avec des lentilles.

De nombreux Canadiens ont opté pour la chirurgie oculaire, surtout pour corriger la myopie. Il existe plusieurs sortes d'opérations qui en général sont effectuées dans une clinique d'ophtalmologie :

  • la kératomileusie in situ au laser (LASIK);
  • la kératomileusie épithéliale au laser (LASEK);
  • la kératomileusie épithéliale in situ au laser (Epi-LASIK);
  • la photokératectomie réfractive (PRK ou PK).

Dans le cas de la LASIK, un médecin pratique une petite incision dans la couche supérieure de la cornée et replie ensuite cette couche à la manière d'un rabat. Au moyen d'un laser, il moule le tissu intérieur de la cornée dans une forme plus appropriée. Le rabat est alors replacé.

La PKR s'effectue à l'aide d'un laser guidé par ordinateur. Un laser guidé par ordinateur enlève l'épithélium (la couche protective supérieure de la cornée devant l'œil), puis il redonne une forme à la cornée en effectuant une ablation (détruisant) de tissu à la périphérie ou sur la partie extérieure. Cela permet d'obtenir une cornée dont la forme réfracte (infléchit) correctement la lumière.

La LASEK est une variation de la LASIK et de la PKR. Avec la LASEK, le rabat créé dans la cornée est plus fin, et le laser façonne la couche extérieure de la cornée (l'épithélium).

La technique Epi-LASIK est une version modifiée de la LASEK qui permet le retrait de la couche externe de la cornée par voie mécanique.

Ces techniques donnent une amélioration à peu près égale de la vision. Il se peut qu'une infection se produise au site qui a été opéré un jour ou deux après l'intervention, mais les médecins prescrivent habituellement des antibiotiques pour prévenir une telle complication. Si aucun antibiotique n'avait été prescrit et qu'une infection se produit, elle est habituellement facilement traitée avec des antibiotiques.

De nos jours, on ne cesse de travailler au perfectionnement de ces interventions. Parmi celles-ci figure la technologie du « wavefront » ou « traitement sur mesure » au LASIK, dans laquelle un ordinateur dresse le tracé des problèmes de vue requérant une correction, ce qui augmente la précision des résultats. Une autre intervention consiste à insérer une minuscule bague amovible à l'intérieur de la cornée, ce qui permet de laisser la partie centrale intacte et réduit ainsi les risques de complications.

Les opérations elles-mêmes sont rapides (moins de quelques minutes par œil) et sans douleur, même si l'œil piquera pendant quelques jours. La chirurgie ne peut être effectuée que sur des yeux en bonne santé et non infectés. Elle n'est pas recommandée pour les enfants et les adolescents, car leur vision est encore en évolution.

Les opérations des yeux ne donnent pas forcément les résultats escomptés. Les résultats des études sont variables, cependant la plupart des personnes subissant une opération au laser voient leur vision s'améliorer. Toutefois, il faut tenir compte que certaines personnes ne constatent aucune amélioration, et que la vision d'un certain nombre d'entre elles empire.

La chirurgie au laser peut réduire la qualité de la vision la mieux corrigée (la meilleure vision que vous puissiez obtenir avec les meilleurs verres ou lentilles). Elle peut aussi nuire à la vision nocturne. De plus, l'œil peut se modifier de nouveau après l'opération. Parfois, alors que l'œil se remet de la chirurgie, il peut reprendre sa forme antérieure; l'amélioration n'aura alors été que temporaire. Comme les ophtalmologistes aiment être prudents, ils peuvent choisir de sous-corriger la vision, ce qui signifie qu'une autre intervention de suivi peut être nécessaire. Souvent dans la myopie, ils procèdent délibérément à une correction légèrement insuffisante, car ils savent que la vision du patient dérivera probablement vers une presbytie lorsqu'il sera plus âgé.

Enfin, bien que la chirurgie au laser existe depuis plus de 15 ans, les conséquences à long terme sont encore inconnues. Bien qu'il n'y ait aucune raison de penser qu'il y aura des problèmes, rien n'est certain. Il est important de discuter des complications possibles de façon précise avec un ophtalmologiste, avant de décider de subir une chirurgie au laser.