Description

La maladie de Hodgkin regroupe les cancers qui apparaissent dans les ganglions lymphatiques et se propagent ensuite aux régions voisines. Les ganglions lymphatiques sont de petits organes qui se trouvent dans diverses régions du corps, comme les aisselles, l'aine, l'arrière de l'abdomen et le cou.

Ces ganglions aident l'organisme à combattre l'infection en filtrant les bactéries et d'autres substances nocives. Chez certaines personnes, il arrive que les ganglions du cou enflent légèrement à l'occasion d'un rhume ou d'une grippe, mais il s'agit habituellement d'un phénomène temporaire qui ne dure qu'une semaine ou deux.

La maladie de Hodgkin est une forme de lymphome, un cancer qui touche le système lymphatique. Les lymphomes constituent la troisième forme de cancer la plus répandue chez les enfants. La maladie de Hodgkin se manifeste généralement dans deux groupes d'âge : chez les individus entre 15 ans et 40 ans et chez ceux de plus de 55 ans.

Causes

Comme pour la plupart des cancers, on ignore la cause exacte de la maladie de Hodgkin. Des études ont montré un risque plus élevé de la maladie chez les personnes ayant déjà contracté le virus d'Epstein-Barr, ce qui laisse croire aux chercheurs que des facteurs viraux pourraient jouer un rôle dans le développement de ce type de cancer. Cette hypothèse n'est toutefois pas encore prouvée.

Parmi les autres facteurs de risque possibles, on trouve les infections à VIH, les antécédents familiaux de lymphome de Hodgkin, les traitements de chimiothérapie ou l'exposition aux radiations. Les personnes dont le système immunitaire est déprimé par certains médicaments ou par certaines affections médicales peuvent également courir un risque plus élevé de cette maladie.

Symptômes et Complications

Les personnes atteintes de la maladie de Hodgkin peuvent éprouver n'importe lequel des signes et symptômes suivants :

  • une augmentation du volume de la rate;
  • des démangeaisons intenses (rares);
  • une difficulté respiratoire;
  • une enflure des jambes;
  • une fatigue persistante;
  • une fièvre et des frissons;
  • un gonflement indolore des ganglions lymphatiques dans les aisselles, le cou ou les aines;
  • une perte d'appétit;
  • une perte de poids (involontaire);
  • des sueurs nocturnes;
  • une toux.

Si vous découvrez une masse indolore, surtout dans la région du cou, et qu'elle ne disparaît pas après quelques semaines, vous devriez consulter un médecin pour qu'il vérifie la nature de cette masse. Dans la plupart des cas, et surtout chez les enfants, un gonflement indolore des ganglions lymphatiques constitue le seul symptôme révélateur de la maladie de Hodgkin.

Diagnostic

Pour diagnostiquer la maladie de Hodgkin, le médecin doit effectuer un examen physique rigoureux au cours duquel il vérifie tout signe de gonflement au niveau des ganglions lymphatiques. Dans certains cas, un simple toucher peut révéler une masse suspecte. Il arrive que certains ganglions enfouis à l'intérieur de l'organisme ne soient pas faciles à détecter.

À l'occasion, le volume de la rate augmente (sous la partie gauche de la cage thoracique) et le médecin est alors capable de la sentir au toucher. La biopsie d'un ganglion lymphatique (prélèvement de certains tissus du ganglion lymphatique aux fins d'analyses) permet de déterminer la cause du gonflement des ganglions et de confirmer le diagnostic de cancer.

D'autres examens peuvent être jugés nécessaires comme des analyses de sang et d'urine ainsi que des examens radiologiques spéciaux comme une tomographie par ordinateur ou une tomographie par émission de positrons (TEP). Ces explorations aident le médecin à vérifier si le cancer s'est propagé à d'autres régions de l'organisme.

Il est également possible d'effectuer une biopsie de la moelle osseuse. La moelle osseuse est le tissu spongieux qui se trouve dans le centre de la plupart des os. On effectue ce test pour déterminer si le lymphome s'est propagé à la moelle osseuse.

C'est ainsi qu'on arrive à déterminer le « stade du cancer », qui indique s'il s'agit d'un début ou d'un stade de maladie déjà avancé. La détermination du stade du cancer est importante, car la planification du traitement en dépend.

On distingue 4 stades dans la maladie de Hodgkin. Le stade 1 correspond à la forme la plus légère, et le stade 4, à l'étape la plus avancée.

  • stade 1 : le cancer est encore localisé à une région des ganglions lymphatiques, c'est-à-dire qu'il ne s'est pas encore propagé.
  • stade 2 : le cancer s'est propagé dans une faible mesure aux régions voisines des ganglions, tout en demeurant sur le même côté du diaphragme (le muscle qui sépare le thorax de l'abdomen).
  • stade 3 : le cancer s'est propagé aux régions des ganglions lymphatiques situées au-dessus et au-dessous du diaphragme.
  • stade 4 : le cancer s'est propagé à l'extérieur du système lymphatique. Les régions fréquemment touchées sont le foie et la moelle osseuse.

Traitement et Prévention

Le traitement vise à obtenir une rémission complète, ce qui signifie l'absence totale de signes ou de symptômes de la maladie. Le type de traitement dépend du stade du cancer.

Pour les stades 1 et 2, on fait habituellement appel à la radiothérapie. On fait pénétrer dans le corps des rayonnements de haute énergie, constitués de particules invisibles, pour détruire les cellules cancéreuses. La radiothérapie dure plusieurs semaines. Elle est parfois combinée avec la chimiothérapie, un traitement qui comporte des médicaments anticancéreux pour éliminer les tumeurs ou les cellules cancéreuses.

Pour les stades 3 et 4, le principal traitement est la chimiothérapie intensive habituellement suivie de radiothérapie. Bien qu'on puisse obtenir une rémission du cancer à l'aide de la chimiothérapie, celle-ci provoque des effets secondaires désagréables (par ex. des nausées, des vomissements, de la faiblesse) et inhibe le système immunitaire du personne. La chimiothérapie, qui nécessite l'absorption d'une combinaison de médicaments anticancéreux, est fréquemment utilisée pour traiter la maladie de Hodgkin. Les traitements de chimiothérapie peuvent durer de 3 à 6 mois, comprenant des cycles de traitement alternés avec des périodes sans médicament pour permettre à l'organisme de récupérer.

Dans le cas d'une rechute après la chimiothérapie, le cancer sera à nouveau traité. La méthode de traitement dépendra de la localisation du cancer et des composantes administrées lors du traitement précédent. Des doses plus élevées de médicaments anticancéreux peuvent être nécessaires et il faut parfois combiner la chimiothérapie avec la radiothérapie.

Dans les cas où le cancer réapparaît, on effectue souvent une greffe autologue de la moelle osseuse - opération par laquelle on prélève la moelle osseuse du patient avant la chimiothérapie pour ensuite la réinjecter dans l'organisme. Cette procédure est faite pour permettre à l'organisme de recevoir de plus fortes doses d'agents anticancéreux. Le fait que ce soit une greffe autologue, c'est-à-dire que le patient reçoit sa propre moelle, il n'y a pas de risques de rejet et les médicaments antirejet ne sont pas nécessaires, contrairement aux transplantations allogéniques (en provenance d'un autre donneur).

Si la maladie de Hodgkin est diagnostiquée assez tôt et traitée rapidement, le taux de guérison est très élevé - soit jusqu'à 90 % des cas.