Description

Les deux tiers de l'organisme sont composés d'eau. Cela signifie que pour un poids d'environ 70 kilos (154 livres), le corps humain comporte environ 46 litres d'eau. Près de 70 % de l'eau est contenue dans les cellules, 20 % dans l'espace qui entoure les cellules et un peu moins de 10 % dans la circulation sanguine. L'eau est essentielle au maintien de la santé de l'organisme.

Lorsque la quantité d'eau ingérée correspond à la quantité excrétée, les réserves d'eau de l'organisme sont bien équilibrées. Une personne en santé, qui ne transpire pas de façon excessive, devrait boire au moins deux à trois litres de liquide par jour afin de maintenir son équilibre hydrique et se protéger contre l'apparition de calculs rénaux.

Une déshydratation peut survenir lorsque l'approvisionnement en eau de l'organisme est insuffisant. Si le cerveau et les reins fonctionnent correctement, le corps peut s'adapter à une modification de l'apport en eau. Il est généralement possible de boire suffisamment d'eau pour compenser les pertes.

La déshydratation est un état retrouvé plus communément chez les personnes âgées, les nourrissons et les enfants. Les personnes âgées sont plus lentes à ressentir la soif et elles peuvent ainsi ne pas reconnaître qu'elles deviennent déshydratées et ne pas boire suffisamment de liquides. Les nourrissons et les jeunes enfants perdent plus de liquide que les enfants plus âgés et les adultes pendant les épisodes de diarrhée ou lorsqu'ils vomissent.

Parfois la déshydratation est relativement légère, mais elle peut poser un danger mortel. Lorsque les réserves d'eau de l'organisme s'abaissent en-deça d'un certain seuil, un état que l'on désigne choc hypovolémique peut survenir quand le volume sanguin diminue rapidement.

Causes

Certains troubles de santé peuvent entraîner une déperdition hydrique extrême :

Gastro-entérite : Le patient peut devenir déshydraté si son tractus gastro-intestinal est infecté ou enflammé en raison d'une grippe stomacale ou intestinale provoquée par un virus ou une bactérie. La gastro-entérite ne persiste généralement pas pendant plus de 36 heures.

Choléra : La consommation d'eau ou d'aliments qui ont été contaminés par des matières fécales humaines infectées par la bactérie du choléra entraîne des vomissements et des diarrhées aiguës qui peuvent provoquer une déshydratation, un choc hypovolémique et, dans certains cas, la mort.

Consommation excessive de diurétiques : Les diurétiques stimulent l'augmentation dans l'organisme du débit et du volume de l'urine et la perte des électrolytes (sels minéraux dissous comme le sodium, le potassium et le chlorure) dans l'urine. Bien que ces problèmes soient exceptionnels quand l'emploi des diurétiques est surveillé convenablement, leur surutilisation combinée à un régime alimentaire à faible teneur en sel peut causer une déshydratation.

Boulimie : La boulimie nerveuse est un trouble des conduites alimentaires caractérisé par des impulsions irrésistibles à ingérer de grandes quantités de nourriture. Dans la plupart des cas, ce trouble s'accompagne aussi de purges par des moyens comme les vomissements provoqués ou le recours aux laxatifs, aux lavements, aux diurétiques ou à l'exercice excessif. Toutes les formes de purges peuvent donner lieu à une déshydratation.

Maladie d'Addison : Les glandes surrénales, situées au-dessus des reins, produisent les hormones stéroïdiennes qui jouent un rôle dans le maintien de l'équilibre des liquides de l'organisme. Bien que ce soit rare, il arrive que les glandes surrénales deviennent inactives, ce qui cause une maladie appelée « maladie d'Addison », qui provoque une perte excessive d'urine et ainsi de la déshydratation.

Symptômes et Complications

L'organisme tentera de faire face à la déshydratation en stimulant les centres de la soif dans le cerveau, ce qui incite la personne à boire plus de liquide. Par contre, si la consommation d'eau ne correspond pas à la déperdition de liquide, la déshydratation s'aggrave et l'organisme réagit en diminuant la transpiration et la production d'urine. Une personne bien hydratée aura des émissions d'urine claire toutes les 3 ou 4 heures.

Parmi les symptômes de la déshydratation d'intensité légère à modérée, on retrouve la soif, une sécheresse de la bouche et une réduction de la sudation, de la production d'urine et de l'élasticité de la peau.

Comme l'eau contenue dans la circulation sanguine est très importante, l'eau dans les cellules et les tissus avoisinants commencera à pénétrer dans la circulation sanguine. Si la déshydratation se poursuit, les cellules commencent à se ratatiner et à mal fonctionner, et les tissus du corps commencent par se dessécher. Comme les cellules cérébrales sont les plus sensibles à la déshydratation, une personne peut présenter un épisode de confusion et même sombrer dans le coma.

En raison de la déshydratation, les électrolytes du corps peuvent devenir déficients, et l'eau ne pourra plus se déplacer aussi facilement de l'intérieur des cellules vers le sang. La quantité d'eau qui se déplace dans la circulation sanguine est réduite encore plus, et la pression artérielle commence à s'abaisser, entraînant des vertiges et une sensation de perte de conscience imminente, plus particulièrement si la personne se lève soudainement. Si la déperdition d'eau et d'électrolytes se poursuit, la pression artérielle peut s'abaisser à un seuil dangereusement faible, ce qui entraîne un état de choc et des lésions graves à plusieurs organes internes, par exemple les reins, le foie et le cerveau.

La déshydratation est un trouble grave chez les jeunes enfants et les nouveau-nés du fait de la plus grande proportion de leur surface cutanée par rapport à leur organisme dans son ensemble, et peut apparaître même après quelques heures de vomissements ou de diarrhée et même d'abondante sudation.

Certains signes peuvent donner à penser qu'un bébé est déshydraté :

  • une absence de larmes quand il pleure ;
  • une bouche sèche ;
  • la partie supérieure de son crâne peut s'enfoncer légèrement ;
  • une couche qui n'est pas mouillée pendant plus de huit heures.

Diagnostic

Il est généralement possible de déceler un état de déshydratation en raison de l'apparition de diarrhées et de vomissements persistants, ou d'une perte des liquides dans l'urine ou par la peau. Parmi les symptômes associés à une intense déshydratation, on observe une peau pâle, froide et moite au toucher, des pulsations cardiaques faibles et rapides, une respiration profonde et accélérée, une pression artérielle dangereusement basse. Quelques personnes peuvent également être anxieuses et agitées, et se plaindre de la soif. La peau des genoux et des coudes peut devenir tachetée.

Le médecin base habituellement le diagnostic de déshydratation sur la présence de symptômes et de signes à l’examen physique.

Traitement et Prévention

Si la déshydratation est légère, le simple fait de boire de l'eau ordinaire peut être suffisant. Par contre, s'il s'est produit une perte d'eau et d'électrolytes, il faut également remplacer les sels (plus particulièrement le sodium et le potassium). On peut se procurer un certain nombre de boissons commerciales qui ont été élaborées en vue de permettre de remplacer les sels (électrolytes) perdus lors des exercices vigoureux. En consommant ces boissons, on peut prévenir la déshydratation ou traiter une déshydratation légère. Il suffit de boire une quantité suffisante de liquide et de consommer des sels supplémentaires pendant ou après les exercices. En cas de trouble du cœur ou du rein, il importe de consulter votre médecin avant de faire des exercices afin de savoir comment remplacer sans danger les liquides perdus.

Si la déshydratation s'aggrave et que la pression artérielle baisse suffisamment pour entraîner un état de choc ou presque, il s'agit alors d'une situation d'urgence qui exige des soins médicaux immédiats. Dans un cas aussi grave, une solution intraveineuse comportant du chlorure de sodium pourra être administrée. Ces solutions sont injectées rapidement au début, puis plus lentement au fur et à mesure que la déshydratation se corrige.

La cause sous-jacente de la déshydratation doit toujours être traitée. Par exemple, si la diarrhée en est la cause, la prise de médicaments qui soignent ou arrêtent la diarrhée pourrait également s'avérer nécessaire. Une fois la cause de la déshydratation est traitée, la personne doit être suivie de façon à assurer un apport oral en liquide suffisant pour maintenir l'état d'hydratation.

En présence de symptômes de déshydratation chez un enfant, on doit communiquer immédiatement avec un professionnel de la santé. L'administration d'une solution de réhydratation, comme Pedialyte, permet souvent de prévenir la déshydratation des enfants.

Afin de prévenir la déshydratation, il faut boire de l'eau, ou des produits de remplacement liquidiens, en quantité suffisante lorsque les conditions sont favorables à la déshydratation (par ex. un temps chaud, humide ou froid, une grande altitude, des efforts physiques vigoureux). Il importe également d'éviter les boissons alcooliques, ou contenant de la caféine, qui accélèrent la déshydratation en augmentant le débit urinaire. Il est recommandé de boire tous les jours deux à trois litres (environ huit verres) de liquides.