Description

Tout le monde ressent de la tristesse ou de l'ennui à un moment donné, surtout après avoir subi une déception comme le refus de sa candidature à un emploi. Ces sentiments de tristesse sont toutefois habituellement de courte durée.

Mais la dépression est un état pathologique caractérisé par d'intenses sentiments de tristesse et de désespoir de longue durée et associés à d'autres modifications psychiques et physiques. La dépression est susceptible d'influer sur la vie privée, sociale et professionnelle d'une personne.

On estime que 1 femme sur 5 et 1 homme sur 10 souffriront de dépression à un moment donné. La dépression atteint moins communément les enfants et les adolescents que les adultes. Au Canada, près de 1,5 million de personnes souffrent d'une grave dépression à toute époque, mais moins du tiers d'entre elles cherchent à obtenir des soins médicaux.

Une typologie de la dépression

Il existe plusieurs types de dépression, et le diagnostic en est principalement établi en fonction de la nature et de l'intensité des symptômes psychiques et physiques, de leur durée et de leur cause spécifique, quand on peut la cerner.

La dépression clinique ou trouble dépressif majeur ou TDM est le type de dépression le plus important, en termes de prévalence et de gravité, mais les symptômes et leur intensité varient considérablement selon les personnes. Les personnes atteintes d'une dépression majeure n'ont pas forcément des tendances suicidaires et il se pourrait qu'elles n'aient jamais reçu un traitement médical. L'intérêt que ces personnes portent à de nombreuses activités et le plaisir qu'elles en tirent, leur niveau d'énergie, leurs habitudes alimentaires et les phases de leur sommeil se modifient.

La dysthymie fait référence à un état dépressif léger à modéré qui persiste pendant au moins 2 ans, et souvent plus longtemps. Malgré des symptômes moins graves que ceux d'une dépression majeure, la dysthymie peut néanmoins avoir des répercussions sur la qualité de vie de la personne. On ignore souvent que la dysthymie est un état pathologique qui répond tout aussi favorablement aux traitements indiqués dans le cas d'une dépression majeure. Au fil du temps, la dysthymie de certaines personnes se transforme à un moment donné en dépression majeure.

Le trouble bipolaire ou psychose maniaco-dépressive se caractérise par l'alternance de périodes marquées par un état d'excitation avec des épisodes dépressifs et une gamme d'autres symptômes importants qui n'apparaissent pas dans d'autres types de dépression.

Les autres types de dépression comprennent le trouble affectif saisonnier ou TAS, la dépression psychotique et la dépression postpartum, c'est-à-dire que :

  • le TAS qui est un sous-type de dépression apparaît régulièrement à la même époque chaque année (le plus souvent dans l'arrière-saison ou durant l'hiver en Amérique du Nord);
  • la dépression psychotique se caractérise par un profond état dépressif associé à des hallucinations (la perception de phénomènes qui n'existent pas en réalité) ou des convictions irrationnelles (des idées fausses contraires à la raison);
  • la dépression postpartum, qui est un sous-type de dépression, débute souvent quelques semaines après un accouchement. Elle diffère de l'état passager connu sous le nom de « syndrome du troisième jour » (ou baby blues) qui survient généralement 24 à 72 heures après un accouchement. Cet état passager est provoqué par les changements hormonaux survenant pendant la grossesse et après un accouchement et, il se dissipe généralement en moins de 1 semaine ou à peu près. La dépression postpartum dure plus longtemps que l'état dépressif associé au « syndrome du troisième jour » et perturbe le fonctionnement émotif et social de la femme.

Dans certains cas, la dépression est associée à d'autres affections chroniques ayant un retentissement négatif sur la qualité de vie et le bien-être.

Causes

La dépression n'est pas le fait d'une cause unique. Généralement, elle résulte plutôt d'une combinaison de facteurs comme un déséquilibre des substances chimiques du cerveau, des antécédents familiaux, des pensées ou des croyances qui augmentent le risque de dépression et d'événements marquants de nature traumatique ou stressante.

La présence en trop grande ou en trop petite quantité des substances responsables de l'envoi des messages dans le cerveau est également pressentie comme l'un des facteurs contributifs à la dépression. Ces substances chimiques aident également à réguler nos émotions, notre comportement et nos pensées. La façon dont nous percevons le monde, et ce qui nous arrive, peut aussi concourir à la dépression.

La dépression a une composante génétique (c.-à-d. des antécédents familiaux). Tandis que la tendance à la dépression peut être génétiquement héréditaire, l'apparition d'un état dépressif peut être provoquée par un grand nombre de facteurs.

Parmi les déclencheurs de la dépression, on retrouve :

  • des événements marquants pénibles ou traumatiques (comme la perte d'un proche, une rupture sentimentale, un licenciement);
  • des troubles médicaux comme la maladie de Parkinson, un accident vasculaire cérébral, le lupus, une hypothyroïdie, une douleur chronique et certaines formes de cancer;
  • l'emploi de certains médicaments, notamment des corticostéroïdes, des stéroïdes anabolisants, des narcotiques, des benzodiazépines, la progestérone (contenue dans certaines pilules hormonales féminines) et des drogues illicites comme les amphétamines;
  • l'alcool, qui a des effets dépressifs de courte durée et peut-être même de longue durée.

Il est essentiel de reconnaître que la dépression n'est pas un état dont nous pouvons nous « remettre » par nous-mêmes, et ce n'est pas en raison d'une faiblesse personnelle ni du manque de volonté de faire face à la situation.

Symptômes et Complications

Bien que nous ressentions tous quelquefois de la tristesse, le diagnostic de dépression clinique (la dépression majeure) est posé quand une personne observe au moins 5 des symptômes listés ci-après (l'un d'entre eux doit être une humeur déprimée ou une perte d'intérêt ou de plaisir à l'égard des activités quotidiennes) la plupart du temps depuis au moins 2 semaines :

  • une humeur déprimée (de la tristesse);
  • une perte d'intérêt ou de plaisir à l'égard des activités quotidiennes;
  • une modification de l'appétit ou des variations du poids corporel;
  • une fatigue ou un manque d'énergie;
  • de l'insomnie (de la difficulté à dormir) ou un excès de sommeil chronique;
  • des changements perceptibles du niveau d'activité (une agitation anxieuse ou des réflexes ralentis);
  • un sentiment d'autodépréciation ou de culpabilité;
  • des difficultés de concentration ou de prise de décision;
  • des pensées récurrentes de mort ou de suicide.

D'autres symptômes de dépression pourraient se manifester, notamment :

  • une perte d'intérêt à l'égard du travail et d'autres activités;
  • un repli sur soi qui consiste à éviter les membres de la famille et les amis;
  • de l'irritabilité;
  • une tendance à pleurer facilement;
  • des hallucinations (la perception de phénomènes qui n'existent pas en réalité);
  • des convictions irrationnelles (des idées fausses contraires à la raison);
  • des douleurs musculaires et corporelles, comme des maux de tête, des douleurs articulaires ou une douleur abdominale (certaines personnes présentent ces symptômes plutôt qu'un sentiment de tristesse).

La dépression clinique peut être d'une gravité variable. Sous ses formes extrêmes (par ex. en cas de pensées suicidaires), elle peut poser un danger de mort et elle exige donc des soins médicaux immédiats.

Les symptômes des autres formes de dépression, bien qu'ils soient généralement plus légers, peuvent tout de même avoir des effets négatifs sur les activités quotidiennes et la qualité de vie d'une personne.

Diagnostic

Pour établir le diagnostic de dépression, votre médecin vous posera des questions sur les symptômes que vous ressentez et leur gravité. Votre médecin effectuera probablement un examen physique et prescrira des analyses de sang afin de s'assurer qu'une affection sous-jacente n'est pas responsable de vos symptômes.

Les médecins sont formés pour vous aider, ils prennent la dépression très au sérieux et ils ont la compétence pour la traiter. Vous et votre médecin pouvez commencer par identifier la nature du problème, puis le prendre en charge en élaborant un plan de traitement. Un premier volet pourrait inclure des consultations chez un psychiatre ou un psychothérapeute.

Traitement et Prévention

La majorité des dépressions répondent à un traitement par les antidépresseurs, une psychothérapie, ou une combinaison des 2 méthodes de traitement. Fournir des renseignements sur la dépression et son mode de traitement aux personnes qui en sont atteintes, et aux membres de leur famille, peut constituer un autre volet du plan de traitement.

Les médicaments : parfois les personnes atteintes de dépression ne se rendent pas compte que des médicaments pourraient les aider, ou elles éprouvent tout d'abord une certaine réticence à l'égard de la prise d'antidépresseurs. Il existe toutefois aujourd'hui toute une gamme de médicaments mis sur le marché pour le traitement de la dépression. Vous et votre médecin pouvez unir vos efforts pour décider du médicament qui conviendra le mieux à votre cas.

Parmi les médicaments les plus couramment employés contre la dépression, on retrouve les ISRS (les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine comme la fluoxétine*, la paroxétine, le citalopram, l'escitalopram), les IRSN (les inhibiteurs du recaptage de la sérotonine et de la noradrénaline comme la duloxétine, la venlafaxine et la desvenlafaxine), le bupropion, la trazodone, la mirtazapine, les IMAO (les inhibiteurs de la monoamine oxydase comme le moclobémide et la phénelzine) et les antidépresseurs tricycliques (par ex. l'amitriptyline, la doxépine, la nortriptyline).

Les médicaments utilisés dans le traitement de la dépression commencent à agir au bout de 2 à 4 semaines, bien qu'une amélioration de certains symptômes puisse se manifester dès les premières semaines. Dans certaines circonstances, le médicament initialement recommandé devra être changé jusqu'à ce que les signes présentés orientent la prescription vers un type de médicament plus approprié. Tous les médicaments, y compris les antidépresseurs, peuvent avoir des effets secondaires. Votre médecin et votre pharmacien devraient vous donner des explications sur les effets secondaires les plus communs et vous aider à les prendre en charge s'ils se manifestaient. La prise de la plupart des antidépresseurs devrait se poursuivre durant au moins 6 à 24 mois après la résolution de l'épisode de dépression.

Les plantes médicinales : des études ont prouvé que le millepertuis n'est pas efficace pour les personnes atteintes de dépression clinique (la dépression majeure). Bien que quelques personnes dont les symptômes sont légers puissent en retirer quelques bienfaits, vous devriez quand même discuter avec votre médecin et votre pharmacien avant de prendre un médicament à base de plantes médicinales ou en vente libre. Notez bien qu'il pourrait se produire une interaction entre des remèdes à base de plantes médicinales et des médicaments sur ordonnance ou en vente libre.

La psychothérapie : la psychothérapie peut jouer un rôle important dans la prise en charge d'une dépression. Les psychiatres, le psychologue, et certains médecins de famille sont formés pour aider les personnes atteintes de dépression à reconnaître et à surmonter le genre de pensées qui causent un état dépressif. Des groupes de soutien, les amis, et les membres de la famille peuvent aussi vous aider.

Autres traitements :

  • dans des cas plus graves, on a recours à une électroconvulsivothérapie ou ECT, mais on la destine généralement aux personnes qui ne répondent pas aux antidépresseurs;
  • la luminothérapie ou photothérapie (une méthode qui implique l'exposition sous contrôle à la lumière artificielle) peut aider certaines personnes à surmonter les symptômes associés à un trouble affectif saisonnier;
  • l'activité physique et les sports peuvent améliorer l'état d'une personne dépressive en soulageant son anxiété, en augmentant son appétit, en favorisant son sommeil et en améliorant son humeur et son estime de soi. L'exercice physique augmente également la production des endorphines, des hormones qui influencent favorablement l'humeur;
  • un mode de vie actif, des rapports de soutien avec la famille et les amis, ainsi qu'une perspective d'avenir positive peut considérablement aider à faire face à la dépression.

 


*Tous les médicaments ont à la fois une dénomination commune (le nom générique) et un nom de marque ou marque. La marque est l'appellation qu'un fabricant choisit pour son produit (par ex. Tylenol®). Le nom générique est le nom du médicament en médecine (par ex. l'acétaminophène). Un médicament peut porter plusieurs noms de marque, mais il ne possède qu'un seul nom générique. Cet article répertorie les médicaments par leur nom générique. Pour obtenir des renseignements sur un médicament donné, consultez notre pharmathèque. Pour de plus amples renseignements sur les noms de marque, consultez votre médecin ou un pharmacien.