Description

Dans le cancer de la vessie, des cellules cancéreuses nocives envahissent la vessie et détruisent les cellules normales; la vessie ne peut donc plus fonctionner adéquatement.

La vessie est un organe creux qui stocke l'urine à mesure qu'elle est filtrée par les reins. Sa paroi flexible, constituée de trois couches de tissus, lui permet de se distendre et de se contracter selon les besoins. La plupart des cancers de la vessie (90 %) s'implantent dans le revêtement épithélial, la couche la plus profonde de la paroi.

Le cancer de la vessie est le 6e cancer le plus fréquent au Canada. Son incidence est 2 à 3 fois plus élevée chez les hommes que chez les femmes, et deux fois plus élevée chez les personnes de race blanche que chez celles d'origine africaine. En Amérique du Nord, il occupe le quatrième rang chez les hommes et le neuvième chez les femmes, sur le plan de la fréquence.

Grâce au diagnostic précoce et à l'amélioration des traitements, les taux de mortalité pour cette maladie ont considérablement diminué au cours des 25 dernières années.

Causes

On ignore la cause exacte de ce cancer, mais certains facteurs de risque ont été établis, notamment :

  • le tabagisme : les fumeurs s'exposent à un risque deux fois plus élevé de cancer de la vessie comparativement aux non-fumeurs;
  • l'exposition à des substances chimiques : certains produits chimiques, par exemple ceux qui sont utilisés par les coiffeurs, les peintres, les travailleurs du textile ainsi que les travailleurs des industries des colorants, du cuir et du caoutchouc peuvent se concentrer dans l'urine, d'où le risque de cancer;
  • la race : le risque est deux fois plus élevé chez les personnes de race blanche par comparaison aux personnes d'origine africaine; les personnes d'origine asiatique sont le moins à risque;
  • le sexe : les hommes courent un risque 2 à 3 fois plus élevé que les femmes;
  • l'âge : la plupart des cas de cancer de la vessie sont diagnostiqués chez des personnes de plus de 40 ans;
  • certains médicaments : certains médicaments employés pour la chimiothérapie, par exemple la cyclophosphamide* (qui est souvent employée dans le traitement du cancer du sein et du lymphome), peuvent accroître de façon importante le risque d'un cancer de la vessie ultérieur;
  • des antécédents de radiothérapie dans la région pelvienne;
  • des antécédents personnels ou familiaux de cancer de la vessie.

Symptômes et Complications

Il est facile de confondre les symptômes du cancer de la vessie avec ceux d'une infection de la vessie ou d'une infection urinaire, de calculs rénaux ou de troubles de la prostate. Ces symptômes sont :

  • la présence de sang dans l'urine (le plus commun);
  • de la douleur ou une sensation de cuisson lors de l'émission de l'urine;
  • un besoin urgent d'uriner;
  • l'impression de ne pas avoir vidé complètement sa vessie après avoir uriné;
  • des douleurs au bas du dos.

Si vous constatez l'un de ces symptômes, il est important de consulter votre médecin pour en déterminer la cause.

Il est important de diagnostiquer le cancer de la vessie de manière précoce. Cela augmente les chances de réussite du traitement. Les complications du cancer de la vessie découlent davantage du traitement (comme la chirurgie) que du cancer lui-même. Cependant, si le cancer demeurait non traité et évoluait, il finirait par entraîner des complications encore plus importantes. Le cancer qui n'est plus limité à la vessie est plus difficile à traiter.

Les complications du traitement chirurgical dépendent du type d'intervention pratiquée. S'il s'agit d'une cystectomie partielle (ablation d'une partie de la vessie), la vessie peut encore retenir l'urine, mais son volume a considérablement diminué. La personne doit alors uriner beaucoup plus souvent. En outre, comme le cancer peut réapparaître, il est nécessaire d'avoir un suivi médical régulier afin de déceler la présence de cellules cancéreuses aussitôt que possible.

Après une cystectomie totale (ablation de toute la vessie et de la prostate), la personne n'a plus de vessie; il faut donc un autre moyen de stocker et d'éliminer l'urine. Dans certains cas, on peut créer une nouvelle vessie en utilisant une petite section de tissu intestinal. Cette nouvelle vessie doit être vidée régulièrement et manuellement, à l'aide d'un tube ou d'un cathéter (un mince tube flexible inséré dans le corps qui permet l'introduction ou le retrait de liquide).

Dans d'autres cas, il peut être nécessaire d'installer une urostomie; le chirurgien relie alors les uretères (tubes qui permettent d'acheminer l'urine des reins à la vessie) à la paroi abdominale et il crée une stomie (ouverture). Un sac en plastique fixé à l'extérieur de la stomie recueille l'urine et remplace la vessie. Ce sac doit être vidé régulièrement.

Parmi d'autres complications du cancer de la vessie, il faut mentionner l'infertilité chez les femmes (en cas d'ablation de l'utérus), la ménopause (en cas d'ablation des ovaires) et, peut-être, une certaine dysfonction sexuelle, si le vagin a été rapetissé ou raccourci.

Les hommes peuvent aussi éprouver une infertilité et une dysfonction sexuelle, si la prostate et les vésicules séminales (glandes productrices de sperme) ont été enlevées.

Diagnostic

Pour diagnostiquer un cancer de la vessie, votre médecin obtiendra vos antécédents médicaux, y compris vos conditions de travail antérieures, vos possibilités d'exposition à des produits chimiques et vos habitudes de vie, par exemple le tabagisme. Après avoir noté ces renseignements et effectué un examen physique, votre médecin procédera probablement à un examen vaginal ou rectal pour écarter les autres causes possibles des symptômes.

Les analyses sanguines permettent de vérifier la fonction rénale, et les analyses d'urine, de déceler la présence de sang ou de cellules cancéreuses. Ensuite, on effectue une cystoscopie. Le médecin introduit un mince tube appelé cystoscope dans l'urètre (tube qui achemine l'urine de la vessie vers l'extérieur durant la miction) et le fait remonter jusqu'à la vessie.

Grâce au cystoscope, le médecin peut voir l'intérieur de la vessie, y rechercher des anomalies et prélever un petit échantillon de tissu (biopsie) afin de vérifier la présence de cellules cancéreuses. La cystoscopie peut être effectuée sous anesthésie locale ou générale.

Une fois le diagnostic de cancer confirmé, on doit déterminer le stade du cancer (à quel point il a évolué). À cette fin, le médecin demande certains des examens suivants :

  • une tomodensitométrie (TDM) : un examen qui révèle la présence de tumeurs ou d'anomalies dans les voies urinaires (cela inclut la vessie, les reins, l'urètre et les uretères);
  • une imagerie par résonance magnétique (IRM) : un examen plus sophistiqué que la tomodensitométrie, qui révèle toute anomalie dans la vessie ou les voies urinaires;
  • une pyélographie intraveineuse : un examen où l'on injecte une substance de contraste qui se concentre dans l'urine; ensuite, on prend des radiographies qui montrent le parcours de l'urine avec toute obstruction ou anomalie, s'il y a lieu;
  • une scintigraphie osseuse : pour déterminer si le cancer a atteint les os;
  • une radiographie pulmonaire : pour déterminer si le cancer a atteint les poumons.

Traitement et Prévention

Comme la plupart des cancers, celui de la vessie peut être traité à l'aide d'une intervention chirurgicale, de la radiothérapie, de la chimiothérapie ou d'une association de ces traitements. Le choix du traitement est fonction de l'emplacement et du stade du cancer.

Intervention chirurgicale

Si le cancer de la vessie est diagnostiqué assez tôt, on peut effectuer une résection transurétrale. À l'aide d'un cystoscope, le chirurgien se sert d'un instrument spécial pour brûler les cellules cancéreuses dans la vessie. Ce traitement offre l'avantage de préserver la vessie, ce qui permet au patient d'uriner normalement après l'intervention.

La résection de la vessie s'appelle cystectomie. Si le cancer a envahi la paroi de la vessie ou s'il a atteint une grande portion de l'organe, les chirurgiens préfèrent généralement la cystectomie à la résection transurétrale.

Chez les femmes, la résection de la vessie s'accompagne habituellement de l'ablation de l'utérus (hystérectomie), des trompes de Fallope, des ovaires et d'une partie du vagin. Si la patiente est jeune, on pourrait laisser les ovaires pour éviter une ménopause précoce. Chez les hommes, la cystectomie s'accompagne souvent d'une résection de la prostate et des vésicules séminales (glandes qui produisent le sperme).

Parfois, on a recours à une cystectomie partielle si le cancer est limité à une petite portion de la paroi de la vessie. Le chirurgien n'enlève pas toute la vessie, de sorte que la personne peut encore uriner normalement après l'opération.

Radiothérapie

Deux types de radiothérapie sont utilisés dans le traitement du cancer de la vessie, la radiothérapie interne et la radiothérapie externe.

Dans le cas de la radiothérapie externe, on dirige une source de rayonnement ionisant directement sur les cellules cancéreuses de la vessie. Ce traitement peut être administré avant l'intervention chirurgicale afin de réduire la taille de la tumeur, ou après l'opération en association avec la chimiothérapie.

Dans le cas de la radiothérapie interne, on place des implants radioactifs dans la vessie même. La personne doit être hospitalisée pour recevoir ce traitement. Il se peut qu'on ne permette pas de visiteurs; cela vise à éviter de les exposer à la radiation provenant des implants. Une fois les implants enlevés, la personne n'émet plus de radiation et peut rentrer chez elle.

Dans certains cas, on a recours aux deux types de radiothérapie.

Les effets secondaires de la radiothérapie sont habituellement temporaires et comprennent notamment :

  • de la fatigue;
  • de la rougeur et une sécheresse de la peau au point d'irradiation;
  • des nausées;
  • une diminution de l'appétit;
  • de la diarrhée;
  • de la sécheresse vaginale;
  • de la difficulté à obtenir une érection.

Chimiothérapie

La chimiothérapie peut être administrée seule ou en association avec une intervention chirurgicale ou une radiothérapie. Elle peut prendre la forme d'un traitement général (administré habituellement par voie intraveineuse) ou d'un traitement local.

La chimiothérapie locale, ou traitement intravésical, consiste à introduire les médicaments chimiothérapiques directement dans la vessie, exposant celle-ci aux produits pendant plusieurs heures à la fois. L'avantage principal du traitement intravésical est qu'il provoque moins d'effets secondaires puisque les médicaments ne sont pas administrés par voie générale (à tout l'organisme). Cette méthode est habituellement réservée aux tumeurs superficielles qui ont été excisées lors de la cystoscopie, tant pour traiter les minuscules morceaux de tumeur restants que pour prévenir une récidive après une ablation réussie.

Lors d'une chimiothérapie générale ou systémique, les médicaments circulent partout dans le corps; par conséquent, un plus grand nombre de systèmes ou d'organes sont touchés par le traitement. On a recours à ce traitement si le cancer s'est déjà propagé et ne peut pas être atteint au moyen de la méthode locale (intravésicale).

Voici les principaux effets secondaires de la chimiothérapie générale :

  • des nausées et des vomissements;
  • une perte de cheveux;
  • de la fatigue;
  • de la diarrhée;
  • des lésions dans la bouche;
  • un risque accru d'infection.

Le cancer de la vessie a un bon pronostic (issue de la maladie). Plus le diagnostic est posé tôt, plus les chances de survie sont grandes. En fait, le taux de survie à cinq ans peut s'élever jusqu'à 94 % si le cancer est détecté assez tôt. Par contre, ce chiffre chute considérablement une fois que le cancer s'est propagé dans l'organisme.

Les récidives se produisent surtout au cours de la première ou de la deuxième année suivant le traitement, d'où l'importance d'un suivi médical étroit. Les examens comprennent une cystoscopie et une analyse d'urine au moins tous les trois mois pendant quelques années.

Alors que certains facteurs de risque du cancer de la vessie sont inévitables (par exemple l'âge et le sexe), certaines mesures peuvent être prises pour aider à le prévenir. Pour les personnes qui travaillent avec des substances chimiques qui constituent un haut risque, il est important de subir une analyse d'urine chaque année lors du bilan de santé annuel. Tout symptôme inhabituel de la vessie devrait être signalé à un médecin sans tarder.

Puisque le tabagisme figure parmi les facteurs de risque connus du cancer de la vessie, les fumeurs devraient tenter d'abandonner la cigarette ou demander au médecin de leur donner des conseils pour cesser de fumer.


*Tous les médicaments ont à la fois une dénomination commune (un nom générique) et un nom de marque ou marque. La marque est l'appellation qu'un fabricant choisit pour son produit (par ex. Tylenol®). Le nom générique est le nom du médicament en médecine (par ex. l'acétaminophène). Un médicament peut porter plusieurs noms de marque, mais il ne possède qu'un seul nom générique. Cet article répertorie les médicaments par leur nom générique. Pour obtenir des renseignements sur un médicament donné, consultez notre base de données sur les médicaments. Pour de plus amples renseignements sur les noms de marque, consultez votre médecin ou un pharmacien.