Description

Un calcul rénal se forme quand un petit grain d'une substance minérale qui circulait dans l'urine se dépose dans un rein ou l'uretère, un conduit qui relie le rein à la vessie. D'autres minéraux s'agglutineront au petit grain qui augmentera de volume et prendra une consistance pierreuse avec le temps.

Il y a 4 principaux types de calculs rénaux, et leur classification est établie en fonction des substances chimiques qui les composent : les sels de calcium (l'oxalate de calcium, le phosphate de calcium, un mélange d'oxalate de calcium et de phosphate de calcium), les phosphates ammoniaco-magnésiens (la struvite), l'acide urique ou la cystine. Il arrive, mais rarement, que certains médicaments soient à l'origine de calculs après une solidification en cristaux dans l'urine. Les calculs rénaux sont le plus fréquemment composés d'oxalate de calcium naturellement présent dans l'urine.

Les calculs rénaux sont une cause fréquente d'hospitalisation en Amérique du Nord. On estime qu'environ 10 % des habitants de ce continent auront un calcul rénal au moins 1 fois dans la vie et qu'ils y sont plus vulnérables quand ils ont entre 20 ans et 50 ans.

Les calculs sont souvent petits et peuvent s'éliminer spontanément du système urinaire. Ils sont plus susceptibles de se former sous les climats chauds ou pendant l'été quand les pertes liquidiennes peuvent entraîner une déshydratation qui augmentera la concentration des minéraux dans l'urine. Il est alors plus facile pour les petites particules minérales de se déposer dans l'urine et de commencer à former un calcul. On estime que 3 fois plus d'hommes que de femmes souffrent de calculs rénaux. Ce trouble semble également présenter une composante familiale et, les personnes qui ont déjà eu un calcul rénal présentent un risque supérieur à la moyenne de formation d'autres calculs rénaux.

Causes

Les calculs rénaux ne résultent pas tous d'une seule et même cause, mais la déshydratation est un facteur de risqué clé. Les calculs rénaux peuvent également être provoqués par un déséquilibre du métabolisme qui entraîne des concentrations anormalement élevées des sels minéraux qui s'accumulent dans l'urine. Les calculs composés d'acide urique apparaissent chez les personnes qui souffrent notamment de la goutte, d'une déshydratation chronique et de certaines formes de cancer.

L'hyperparathyroïdie, trouble qui provoque une hyperactivité de la glande parathyroïde, peut également être relié à l'apparition de calculs rénaux, ainsi qu'à certains troubles intestinaux. Les calculs rénaux peuvent aussi être déclenchés par une infection bactérienne chronique du système urinaire.

Symptômes et Complications

Les petits calculs rénaux sont souvent indolores. Les plus gros sont susceptibles de bloquer l'écoulement de l'urine et de provoquer une dilatation douloureuse des reins. Si un calcul atteint l'uretère, il peut déclencher les douleurs soudaines et violentes caractéristiques d'une crise de colique néphrétique. La colique néphrétique est intermittente et évolue en crises de douleur qui durent plusieurs minutes chacune et apparaissent le plus souvent au petit matin ou tard le soir, quand vous vous reposez en position couchée ou assise. Les calculs rénaux peuvent aussi causer de la nausée et des vomissements, un saignement dans l'urine, une fièvre, de la douleur lors de l'émission de l'urine.

Si l'écoulement urinaire est obstrué, le rein peut être rapidement endommagé. Une infection grave appelée pyélonéphrite peut également survenir en raison de l'obstruction de l'écoulement urinaire.

Diagnostic

Un médecin effectuera une série d'analyses de sang et d'examens d'urine qui l'aideront à établir la présence de calculs rénaux. Différentes techniques d'imagerie médicale sont utilisées pour poser le diagnostic de calculs rénaux, notamment une tomographie assistée par ordinateur ou une urographie intraveineuse, un type d'examen radiologique de l'appareil urinaire.

Si la présence d'un calcul rénal est découverte, un médecin pourrait demander un bilan métabolique qui lui permettrait d'évaluer l'ensemble des réactions du corps et d'identifier un trouble du métabolisme. Ce processus peut faire appel à des analyses de sang et des échantillons d'urine excrétée sur 24 heures (comme des analyses d'urine, du pH de l'urine et d'une culture d'urine). Si un calcul est évacué, une analyse dégagera ses éléments constituants.

Traitement et Prévention

La douleur provoquée par les calculs rénaux peut être soulagée à l'aide d'analgésiques en vente libre ou vendus sur ordonnance, le repos au lit et la consommation d'une grande quantité de liquide pour prévenir la déshydratation.

La majorité des calculs sont éliminés d'eux-mêmes dans les 6 semaines. Les autres peuvent être dégradés en petits morceaux ou être extraites chirurgicalement. Les calculs peuvent être dégradés à l'aide de techniques thérapeutiques comme une néphrolithotripsie extracorporelle par ondes de choc, une cystoscopie ou une lithotripsie percutanée.

Lors d'une néphrolithotripsie extracorporelle par ondes de choc, des ondes de choc qui traversent des sacs d'eau sont placées sur la peau et orientées directement sur le calcul. Elles désagrègent le calcul en plus petits morceaux pour lui permettre d'être éliminé par l'urètre. Cette intervention peut être réalisée en clinique externe.

Si le calcul est dans la vessie ou une partie plus haute de l'urètre, il peut être broyé par cystoscopie. Lors de cette intervention, le médecin installe un tube d'observation et un dispositif de trituration dans la vessie ou la partie inférieure de l'urètre. Le dispositif de trituration peut permettre d'extraire le calcul ou de la dégrader à l'aide d'un laser ou d'énergie électrique.

Les calculs qui sont trop gros pour être extraits peuvent être désagrégés par lithotripsie percutanée. Cette intervention est réalisée en clinique externe, sous sédation. Un tube d'observation est inséré par une incision pratiquée dans le côté. Le calcul est ensuite pulvérisé par ultrasonographie ou à l'aide d'énergie électrique.

L'extraction chirurgicale n'est pratiquée que lorsque les autres procédés ont échoué. Elle est habituellement nécessaire quand les calculs sont gros ou difficiles à atteindre. L'intervention chirurgicale s'effectue sous anesthésie générale. Le médecin pratique une incision dans le côté de l'abdomen, et une autre dans l'urètre ou le rein afin de retirer le calcul. Les incisions sont ensuite suturées.

Si le calcul s'est formé en raison d'un trouble du métabolisme, le médecin peut prescrire une alimentation spéciale et des médicaments visant à régler le métabolisme. Par exemple, la prise d'allopurinol*, médicament qui réduit la production d'acide urique, peut prévenir l'apparition de calculs composés d'acide urique. Ce même médicament est prescrit contre la goutte. Les diurétiques thiazides peuvent prévenir la formation des calculs composés de calcium. L'organisme de certaines personnes manque d'un élément chimique appelé citrate. Des suppléments de citrate peuvent alors contribuer à prévenir la formation de calculs rénaux.

Il est possible de prévenir les calculs rénaux en ingérant quotidiennement 8 à 12 verres d'eau et en buvant pendant les repas. Vous saurez que vous buvez suffisamment lorsque vous évacuerez une urine presque incolore. Votre médecin pourrait aussi vous recommander d'adopter un régime alimentaire dont l'apport en protéines et en sel est plus faible.


*Tous les médicaments ont à la fois une dénomination commune (le nom générique) et un nom de marque ou marque. La marque est l'appellation qu'un fabricant choisit pour son produit (par ex. Tylenol®). Le nom générique est le nom du médicament en médecine (par ex. l'acétaminophène). Un médicament peut porter plusieurs noms de marque, mais il ne possède qu'un seul nom générique. Cet article répertorie les médicaments par leur nom générique. Pour obtenir des renseignements sur un médicament donné, consultez notre pharmathèque. Pour de plus amples renseignements sur les noms de marque, consultez votre médecin ou un pharmacien.