Description

Le sang circule dans tout le corps et accomplit un certain nombre de fonctions essentielles. Il apporte l'oxygène, emporte le gaz carbonique et transporte les éléments nutritifs indispensables au maintien de la vie. De plus, en servant de véhicule aux messagers qui agissent à distance telles les hormones, le sang aide les diverses parties de l'organisme à communiquer entre elles. Ce sont les cellules sanguines, travaillant de concert avec la partie liquide du sang (plasma), qui s'acquittent de ces tâches. La plupart des cellules qui composent le sang sont des globules rouges (érythrocytes). Le sang contient également des globules blancs (leucocytes) qui défendent l'organisme contre les corps étrangers - y compris les bactéries, les virus et les champignons.

Une anémie se produit lorsque le sang ne contient pas suffisamment d'hémoglobine ou que les globules rouges ne sont pas assez nombreux. Il y a plusieurs types d'anémies; les anémies représentent le trouble du sang le plus courant. Elles sont généralement attribuables à une carence en fer. Selon les résultats de l'étude la plus récente, menée en 2011, seulement environ 3 % des Canadiens font de l'anémie (toutes formes confondues). Cependant, 9 % des femmes de 20 à 49 ans et 13 % des adolescentes de 12 à 19 ans ont une carence en fer.

Certains nourrissons peuvent avoir besoin de fer supplémentaire, en particulier s'ils sont nourris au biberon avec du lait de vache. C'est pour cette raison que les médecins prescrivent souvent des suppléments de fer aux nourrissons et que le régime alimentaire des nourrissons est enrichi de fer. Dans ce cas, seules les formules enrichies en fer doivent être utilisées.

Causes

Une carence en fer se produit lorsque l'organisme a besoin de plus de fer qu'il n'en reçoit. L'organisme a besoin de fer pour fabriquer l'hémoglobine. À l'exception des enfants souffrant de malnutrition, une carence en fer est presque toujours causée par une perte de sang chronique, c'est-à-dire de longue durée, attribuable à des facteurs tels que des règles abondantes, un ulcère gastroduodénal, une prise d'AAS (acide acétylsalicylique) à long terme, un cancer du côlon, un cancer de l'utérus et une tumeur maligne. Elle peut également se produire si le régime alimentaire de la personne ne comprend pas suffisamment d'aliments contenant du fer ou si l'absorption du fer est mauvaise (lorsqu'une personne a subi un pontage gastrique, par exemple).

Cette forme d'anémie se manifeste assez souvent chez les femmes en âge de procréer puisque les femmes ont des pertes de sang lors de la menstruation. Les femmes enceintes qui ne prennent pas de suppléments de fer peuvent présenter une anémie ferriprive, car leurs réserves de fer sont utilisées comme source d'hémoglobine par le bébé qui se développe.

Les nourrissons, les enfants ou les adolescents qui ont des poussées de croissance peuvent présenter une anémie ferriprive. Un empoisonnement au plomb peut également entraîner ce trouble chez les enfants. Chez les personnes de plus de 50 ans, des lésions ou une atteinte des voies gastro-intestinales, surtout du côlon, peuvent mener à une perte de sang chronique et à une anémie.

Symptômes et Complications

Les symptômes de l'anémie ferriprive se manifestent progressivement et peuvent passer inaperçus.

Le symptôme principal est la fatigue. Cependant, bon nombre de personnes constatent à quel point elles étaient fatiguées seulement après avoir reçu un traitement.

Outre la fatigue et le manque d'énergie, il peut y avoir une pâleur de la peau, des gencives, des lits des ongles et de l'intérieur des paupières. À la longue, si l'anémie est suffisamment grave, les battements du cœur peuvent s'accélérer et devenir perceptibles.

Les autres symptômes de l'anémie ferriprive peuvent inclure :

  • un besoin irrésistible de manger certaines substances inhabituelles (pica);
  • un essoufflement;
  • de la faiblesse;
  • une glossite (langue douloureuse);
  • une hypotension artérielle (en particulier lorsque la personne passe de la position couchée ou assise à la position debout);
  • de l'irritabilité;
  • des maux de tête;
  • des ongles fragiles;
  • une perte d'appétit (surtout chez les enfants).

Une anémie ferriprive non traitée peut devenir assez grave pour nuire à la vie quotidienne. Les nourrissons atteints d'anémie qu'on ne soigne pas peuvent présenter un retard de croissance et un déficit intellectuel (difficultés d'apprentissage). Heureusement, l'administration de suppléments de fer permet de corriger rapidement les effets de l'anémie. Toutefois, il est quand même important d'en cerner la cause, car elle pourrait être le premier signe d'un trouble grave.

Ce type d'anémie n'entraîne généralement pas de complications, mais elle peut se manifester à nouveau; par conséquent, un suivi médical régulier est nécessaire. Les enfants ayant ce type d'anémie risquent davantage d'avoir des infections.

Diagnostic

Malheureusement, il n'existe aucune analyse de laboratoire simple, peu coûteuse et fiable pour diagnostiquer une carence en fer. À l'heure actuelle, l'analyse la plus fiable est le dosage de la ferritine sérique. Cette analyse mesure la quantité de ferritine, une protéine d'importance majeure pour le stockage du fer, et elle témoigne de la quantité de fer stockée dans l'organisme. Selon l'Organisation mondiale de la santé, les valeurs normales du taux de ferritine sérique vont de 15 ng/mL (nanogrammes par millilitre) à 200 ng/mL chez les hommes et de 15 ng/mL à 150 ng/mL chez les femmes. Des valeurs plus basses témoignent d'une carence en fer.

Malheureusement, le dosage de la ferritine sérique n'est pas un examen parfait puisqu'il donne des résultats normaux chez certaines personnes carencées en fer (même si cela n'est pas très fréquent). Au cours d'une inflammation, on peut également mesurer un taux élevé de ferritine, alors que dans la réalité, il n'en est rien; c'est pourquoi cette analyse risque de ne pas refléter l'état réel des réserves de fer chez les personnes atteintes de troubles chroniques tels qu'une polyarthrite rhumatoïde, une infection chronique ou un cancer. Dans les atteintes du foie et dans l'hépatite, le taux de ferritine sérique est souvent beaucoup plus élevé.

Des analyses additionnelles peuvent être faites pour diagnostiquer une anémie ferriprive. Les résultats les plus courants sont les suivants :

  • baisse de l'hématocrite (proportion de globules rouges dans le volume total du sang);
  • faible taux d'hémoglobine dans une formule sanguine complète;
  • saturation de la transferrine (protéine qui transporte le fer dans la circulation sanguine);
  • capacité totale de fixation du fer (CTFF) supérieure à la normale;
  • perte de sang (confirmée par une analyse des selles visant à détecter une perte invisible de sang).

Chez certaines personnes, le nombre de globules rouges peut être normal, mais la taille des cellules individuelles peut être réduite. Étant donné qu'une carence en fer peut être un symptôme d'un autre trouble sérieux, il est essentiel d'en cerner la cause.

Traitement et Prévention

Le traitement de l'anémie ferriprive vise deux objectifs :

  • éliminer, si possible, la cause de la perte de sang (si celle-ci est responsable de l'anémie);
  • guérir l'anémie et corriger ainsi la carence en fer.

Ces deux objectifs devraient être poursuivis simultanément et un traitement peut être amorcé avant que la cause exacte de la carence en fer n'ait été établie.

Il arrive souvent que le régime alimentaire seul ne suffise pas à traiter une anémie ferriprive. Dans de nombreux cas, la personne ne peut pas manger suffisamment d'aliments riches en fer pour obtenir la quantité de fer dont elle a besoin. Pour aider à ramener les taux de fer à la normale, les suppléments de fer sont souvent prescrits. Les injections de fer ne sont nécessaires que dans les cas graves ou lorsque l'utilisation de suppléments oraux ne convient pas à cause du problème sous-jacent (comme la malabsorption qui se produit souvent après une chirurgie bariatrique ou un pontage gastrique). Il importe toujours, évidemment, que les personnes prenant des suppléments de fer suivent un régime alimentaire approprié et bien équilibré.

Il existe de coûteux suppléments de fer disponibles en vente libre, mais en général, un traitement avec une préparation de fer ne coûte pas plus de quelques dollars par mois. Bien qu'il existe des suppléments de fer entérosolubles ou à libération lente, les comprimés de fer ne devraient pas être enrobés ni pris avec les repas ou avec des antiacides, car cela peut réduire la quantité de fer absorbé. Prenez les comprimés de fer entre les repas. Il ne faut pas non plus les prendre avec du lait, du thé ou du café, ou en même temps que du calcium, car l'absorption peut également en être diminuée. Le fait de prendre de la vitamine C en même temps que le fer peut favoriser l'absorption du fer, mais vous devriez consulter votre médecin avant de procéder de la sorte.

Les personnes ainées pourraient répondre plus lentement à la thérapie de remplacement de fer et les plus jeunes, plus rapidement. Il est préférable de continuer la prise des suppléments de fer pendant six autres mois après l'élimination de la cause. Si l'on se contente de traiter l'anémie, elle est susceptible de revenir. C'est pourquoi il importe de trouver et de traiter la cause de l'anémie.

Toutes les bonnes préparations orales de fer donneront une couleur noirâtre aux selles. Cela est normal et ne signifie pas qu'il y a une perte de sang. Bien que les suppléments de fer causent rarement des problèmes, quelques personnes peuvent avoir une gêne abdominale, une constipation ou des selles liquides lorsqu'elles prennent des suppléments de fer par voie orale. Les personnes dont les symptômes persistent pourraient devoir prendre une forme différente de fer (par exemple remplacer le sulfate ferreux par du fumarate ferreux), réduire la dose de fer ou réduire le nombre de comprimés pendant quelques jours.

Le traitement d'une carence en fer inclut rarement des transfusions sanguines, sauf peut-être chez les personnes ainées ayant des troubles neurologiques, cardiaques ou rénaux. Le traitement de la cause sous-jacente de la carence en fer sera nécessaire pour permettre au fer d'agir. Dans le cas contraire, le fer est perdu au moment d'être remplacé.

Une alimentation adéquate est la clé de la prévention dans les cas d'anémie ferriprive non attribuable à une maladie ou à une perte de sang. Il faut manger de grandes quantités d'aliments riches en fer et facilement absorbés, tels que la viande (surtout le foie), le poisson, la volaille, les œufs, les légumineuses (pois et haricots), les pommes de terre et le riz. En outre, le fer est absorbé plus facilement par l'organisme si les suppléments de fer et les aliments riches en fer sont pris avec des jus d'agrumes. De bonnes habitudes alimentaires sont particulièrement importantes pour les enfants, les femmes enceintes et les femmes qui ont encore leurs règles. Les personnes qui ont un régime végétarien strict ou qui ont un régime alimentaire faible en calories devraient être au courant des symptômes d'une carence en fer, car la quantité de fer procuré par leur régime alimentaire pourrait être insuffisante.

Il est extrêmement important que les bébés allaités reçoivent des suppléments de fer sous forme de gouttes ou des céréales enrichies de fer après l'âge de 6 mois.

Les suppléments de fer peuvent être utiles durant les poussées de croissance des enfants et la grossesse. Par contre, il y a un risque pour qu'une trop quantité de fer provoque des dégâts au niveau du foie ainsi qu'une cirrhose.