Description

L'agoraphobie, qui signifie « peur de la place du marché » en grec, est un type de trouble anxieux. Les personnes qui en sont atteintes ressentent une anxiété intense dans certains lieux (par ex. des endroits ou des espaces publics où des foules se rassemblent) d'où il pourrait leur être difficile de s'échapper. Il en résulte un sentiment de panique.

Les longues files d'attente dans les banques ou les magasins, les autobus ou les métros sont des exemples des lieux qui posent problème aux personnes atteintes d'agoraphobies. Elles finissent souvent par éviter ces situations ou elles s'y rendent en compagnie de quelqu'un avec qui elles se sentent « en sécurité ». Dans les cas extrêmes, ces personnes se confinent chez elles, terrifiées à l'idée de se rendre quelque part en public.

L’agoraphobie touche entre 0,5 et 1 % de la population, mais plus de femmes que d’hommes.

Causes

Dans beaucoup de cas, l'agoraphobie survient après une attaque de panique (le trouble panique). Celle-ci est caractérisée par une terreur intense et accablante accompagnée de symptômes physiques tels que la transpiration, des étourdissements, des palpitations et un essoufflement.

Bien que les attaques de panique soient imprévisibles, la personne atteinte apprend à éviter la situation qui semble avoir déclenché l'épisode, par peur d'en subir un autre. Une autre personne peut tout simplement se sentir mal à l'aise dans des situations agoraphobes, sans avoir jamais subi une attaque de panique et sans jamais éprouver une telle attaque. Pour un petit nombre de personnes, un trouble panique se déclarera vraiment.

Symptômes et Complications

L'agoraphobie peut apparaître soudainement ou se développer graduellement, surtout entre 18 ans et 35 ans. Il s'agit d'une réaction physique et émotionnelle face à une situation précise qui déclenche la peur. Les symptômes comportent :

  • un intense sentiment de panique, de crainte, de terreur ou d'horreur;
  • l'admission que l'anxiété est exagérée et l'incapacité de la raisonner;
  • une accélération du rythme cardiaque, un essoufflement, des tremblements et le besoin irrésistible de fuir la situation – toutes les réactions physiques associées à une peur extrême;
  • le déploiement de stratégies très élaborées pour éviter la situation qui provoque la peur.

Sans traitement, l'agoraphobie évolue habituellement avec une intensité variable et peut même disparaître spontanément. Si cette affection perturbe votre vie professionnelle et sociale ou vous empêche de mener une vie normale, vous devriez consulter un médecin pour qu'il vous procure l'aide dont vous avez besoin.

Diagnostic

Comme c'est le cas avec la plupart des troubles mentaux, on ne peut recourir aux analyses sanguines ni à des méthodes « sûres et rapides » pour diagnostiquer l'agoraphobie. Un médecin doit poser beaucoup de questions pour déterminer si vous présentez les signes et les symptômes d'agoraphobie et pour s'assurer que vous ne souffrez pas d'un autre problème de santé mentale.

Il importe en particulier de distinguer l'agoraphobie de la phobie sociale (un trouble anxieux social) qui pousse la personne atteinte à ne fuir que les situations sociales où elle a peur d'être embarrassée – les interventions thérapeutiques contre une phobie sociale et l'agoraphobie sont différentes.

En outre, il est important de vérifier si l'anxiété n'est pas causée par un médicament, une toxicomanie ou une surconsommation de médicaments, ou encore un problème de santé. Un médecin peut décider d'orienter la personne qui le consulte vers un psychiatre ou un autre thérapeute spécialisé dans le dépistage et le traitement des troubles anxieux, y compris l'agoraphobie.

Traitement et Prévention

Heureusement, l'agoraphobie peut être traitée efficacement à l'aide d'une thérapie du comportement appelée thérapie d'exposition. Plus de 90 % des personnes qui suivent fidèlement ce traitement obtiennent de bons résultats.

La thérapie d'exposition consiste à encourager les patients à faire face aux situations qu'ils redoutent au lieu de les éviter. En décidant de ne pas chercher à échapper à la circonstance qui déclenche habituellement une réaction négative, ces personnes s'y habituent peu à peu – un processus appelé habituation – et leur anxiété s'estompe à mesure qu'elles se rendent compte que rien de désagréable ne leur arrivera.

Une autre thérapie du comportement fait appel à la technique de respiration diaphragmatique. On dispose de preuves solides selon lesquelles une respiration profonde et régulière est efficace pour maîtriser les réactions associées à la peur. Par ailleurs, la thérapie cognitive comportementale, préconise une méthode différente qui consiste à enseigner de nouvelles techniques aux personnes atteintes afin de leur permettant de faire face aux situations qui déclenchent leurs symptômes. Elles apprennent donc à utiliser la logique pour surmonter leur peur et pour atténuer ou enrayer leurs symptômes.

Pour renforcer ces thérapies, les médecins peuvent aussi prescrire des médicaments contre l'anxiété qui aideront à en maîtriser les symptômes.

De toute évidence, la thérapie choisie, quelle qu'elle soit, doit être menée par un thérapeute compétent en qui le patient agoraphobe peut avoir entièrement confiance.