Que sont les NVPO ? Qu'est-ce qui les provoque ?

La nausée est la sensation désagréable que l'on a lorsqu'on a envie de vomir. Le vomissement est l'expulsion forcée par la bouche du contenu de l'estomac.

Les nausées et vomissements postopératoires ou NVPO surviennent après une intervention chirurgicale. Ces nausées et vomissements peuvent aussi survenir une fois le patient rentré chez lui.

Les NVPO concernent près de 30 % des gens qui subissent une opération et dépendent de facteurs individuels et du type d'intervention. Ils peuvent durer jusqu'à 5 jours. Chez près de 1 % des personnes opérées, les NVPO sont si sévères qu'une nouvelle hospitalisation s'impose.

Les NVPO peuvent se manifester après que la personne a obtenu son congé de l'hôpital. Une fois à la maison, sans surveillance médicale étroite, le patient ne peut traiter adéquatement ses nausées et ses vomissements : ses symptômes le gênent et l'empêchent de vaquer à ses activités normales. Le rétablissement est plus long.

Différents facteurs tels que le sexe, l'âge, les antécédents médicaux et le type de chirurgie peuvent intervenir dans la survenue de NVPO. L'intervention peut en elle-même activer des processus physiologiques qui provoquent des nausées et des vomissements. Certains médicaments employés pendant et après l'intervention peuvent aussi causer des nausées et des vomissements, dont les anesthésiques (utilisés pour soulager la douleur et pour vous engourdir pendant l'opération) et les narcotiques (utilisés pour soulager les douleurs plus intenses et persistantes).

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2021. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Nausees-et-vomissements-postoperatoires

Suis-je à risque ?

Le risque de NVPO varie grandement en fonction de la personne et du type de chirurgie.

On peut diviser les facteurs de risque en quatre catégories : caractéristiques personnelles, type de chirurgie, médicaments employés et facteurs postopératoires.

Certains groupes de personnes présentent un risque plus élevé de NVPO, dont les femmes, les non-fumeurs, les personnes anxieuses, les personnes ayant un surplus de poids et les gens qui ont déjà eu des NVPO ou des nausées matinales, ou qui ont déjà souffert du mal des transports.

Le type de chirurgie en cause et la région affectée jouent aussi un rôle dans la survenue des NVPO. Par exemple, le risque est plus élevé lorsque les interventions touchent les yeux, les oreilles, le nez, la gorge (par exemple lorsqu'on enlève les amygdales), les dents, les seins, l'utérus et les organes connexes (p. ex. : lors d'une hystérectomie, d'une stérilisation ou d'une dilatation-curetage) et l'abdomen (estomac, intestins et vésicule biliaire). D'autres types de chirurgie, comme la chirurgie plastique, la chirurgie orthopédique (comme le remplacement de l'épaule ou d'une articulation) et la laparoscopie, peuvent aussi être associés à un risque élevé de NVPO. (La chirurgie par laparoscopie est un examen consistant à pratiquer une petite incision à l'abdomen pour faire passer un instrument mince ressemblant à un télescope et muni d'une lumière à une extrémité pour l'observation et l'examen des organes dans la cavité abdominale.) Le risque augmente également avec la durée de l'intervention.

Les médicaments utilisés pendant et après une intervention peuvent aussi accroître le risque de nausées et vomissements. Par exemple, les anesthésiques administrés par inhalation sont associés à un risque plus important que les anesthésiques donnés par injection. L'emploi de narcotiques comme la morphine ou la codéine pour le soulagement de la douleur pendant et après l'opération peut aussi accroître le risque de nausées et de vomissements.

Les facteurs postopératoires (ce qui se produit après l'opération) ont aussi une influence sur le risque de nausées et vomissements, comme la déshydratation, l'anxiété et une mauvaise maîtrise de la douleur.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2021. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Nausees-et-vomissements-postoperatoires

Les NPVO peuvent-ils représenter un problème sérieux ?

Les nausées et vomissements postopératoires peuvent causer de sérieux problèmes. En effet, la perte de liquide due aux vomissements peut donner lieu à une déshydratation, plus particulièrement chez les enfants, les personnes âgées, et les personnes qui présentent des vomissements sévères ou persistants. Une déshydratation grave peut entraîner des irrégularités du rythme cardiaque, des convulsions, des lésions cérébrales et même la mort.

Les vomissements sont provoqués par de très fortes contractions de l'estomac. Ces contractions peuvent causer des pressions sur la plaie chirurgicale et les points de suture, et entraîner des lésions, une réouverture de la plaie ou des saignements.

Les NVPO sont associés à un autre problème potentiellement sérieux qu'on appelle « aspiration », c'est-à-dire l'inhalation accidentelle de vomissures dans les poumons pouvant causer une infection pulmonaire appelée « pneumonie par aspiration ».

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2021. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Nausees-et-vomissements-postoperatoires

Comment peut-on prévenir ou traiter les NVPO ?

Divers médicaments peuvent être utilisés pour prévenir les NVPO. Ces mêmes médicaments peuvent aussi servir à traiter les NVPO, s'ils surviennent. Il peut être utile d'avoir des médicaments contre les nausées à la maison, pour traiter les nausées et vomissements survenant après le congé de l'hôpital.

Les médicaments qu'on emploie pour prévenir et traiter les nausées sont appelés « antiémétiques ». Chez les personnes courant un risque élevé de NVPO, on utilise habituellement une association de deux antiémétiques différents pour la prévention des nausées et vomissements. Lorsque le risque de NVPO est faible, on utilise souvent un seul agent.

Il existe de nombreux types d'antiémétiques. Ces médicaments agissent en interrompant les processus naturels à l'origine des nausées et vomissements.

Les antagonistes sélectifs de la sérotonine (antagonistes des récepteurs 5-HT3), comme l'ondansétron, le granisétron et le dolasétron sont offerts sous forme injectable et en comprimés. Leurs principaux effets secondaires sont les maux de tête, la constipation et les bouffées de chaleur.

La dexaméthasone, un corticostéroïde, peut être utilisé en association avec des antiémétiques comme les antagonistes des récepteurs 5-HT3, chez les personnes courant un risque élevé de NVPO. La dexaméthasone est offerte sous forme injectable et en comprimés. Ses principaux effets secondaires à court terme incluent les maux d'estomac, les changements d'humeur, un goût métallique, une hausse de la glycémie et les maux de tête. Les corticostéroïdes peuvent causer des effets secondaires plus graves lorsqu'on les utilise sur une longue période, par exemple l'ostéoporose, une réduction de la fonction immunitaire, des ulcères d'estomac et possiblement des cataractes.

Les antihistaminiques, comme le dimenhydrinate, peuvent être administrés par voie orale, par voie rectale ou par injection. Le dimenhydrinate par voie orale est offert en vente libre (sans ordonnance) et peut être pris à la maison. Ses principaux effets secondaires incluent la somnolence, la sécheresse de la bouche et la confusion. Comme il peut entraîner de la somnolence, le dimenhydrinate peut affecter la capacité de conduire et d'effectuer d'autres activités exigeant de la vigilance.

Les anticholinergiques, comme la scopolamine, constituent un autre type d'antiémétique. La scopolamine est offerte sous forme injectable ou sous forme de disque. Le disque peut être utilisé à domicile. On l'applique sur la peau derrière l'oreille. Ses principaux effets secondaires incluent la somnolence, la sécheresse de la bouche, les difficultés à uriner et les éruptions cutanées.

Les antagonistes de la dopamine, comme le métoclopramide, sont un type d'antiémétique qui aide les aliments à progresser vers l'intestin plus rapidement. Le métoclopramide est administré par voie orale ou par injection. Ses principaux effets secondaires sont la somnolence, les étourdissements et les maux de tête. Moins fréquemment, il peut aussi entraîner un type d'effets secondaires plus graves appelés symptômes extrapyramidaux (SEP), qui incluent l'agitation, les grimaces, le roulement des yeux, des difficultés à avaler, un ralentissement des mouvements, des tremblements et de la rigidité.

La prévention des NVPO n'est pas efficace pour tous. Si vous avez déjà eu des nausées ou vomissements après une chirurgie ou si vous croyez être plus susceptible que la plupart des gens à ce problème, consultez votre médecin pour savoir ce qui peut être fait pour vous aider.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2021. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Nausees-et-vomissements-postoperatoires