Maladie de la thyroïde : de quoi s'agit-il?

La maladie de la thyroïde fait partie des troubles hormonaux les plus couramment observés dans notre société actuelle, les formes les plus fréquentes étant l'hyperthyroïdie, l'hypothyroïdie et les nodules de la thyroïde.

Dans l'hyperthyroïdie, il y a un excès d'hormone thyroïdienne. Cet excès provoque une accélération du métabolisme. À plusieurs égards, on dirait que le corps est bloqué en mode « suractivité ». La fréquence cardiaque augmente, les muscles peuvent faiblir et les mains peuvent se mettre à trembler. Les mouvements intestinaux peuvent être plus fréquents et beaucoup de personnes ressentent une sorte de nervosité ou d'anxiété.

À l'opposé, l'hypothyroïdie se caractérise par une insuffisance d'hormone thyroïdienne qui entraîne un ralentissement de la plupart des organes du corps. Certaines personnes décrivent cet état comme « un moteur qui ne fonctionne pas à plein régime ». Les symptômes d'une glande thyroïde hypoactive sont, pour la plupart, opposés aux symptômes caractérisant l'hyperactivité de la thyroïde : ralentissement de la fréquence cardiaque, muscles qui deviennent lents, faibles et souvent endoloris, constipation en raison du ralentissement des mouvements intestinaux, et manque d'énergie.

Un nodule de la thyroïde est une bosse ou une masse de tissu. Il est surprenant d'apprendre que les nodules de la thyroïde constituent une affection fréquente; en fait, leur fréquence dépend de la méthode de dépistage utilisée. La grande majorité des nodules de la thyroïde sont bénins, c'est-à-dire non cancéreux.

Qu'est-ce que la glande thyroïde – et quel est son rôle?

La glande thyroïde se trouve dans le cou, sous la peau et juste en dessous de la pomme d'Adam. Vous pouvez la sentir par vos doigts (figure 1). C'est une glande importante, car elle sécrète les hormones thyroïdiennes qui sont nécessaires au fonctionnement normal de presque tous les organes du corps. Les deux hormones thyroïdiennes les plus importantes sont la thyroxine (T4) et la triiodothyronine (T3). On peut facilement mesurer ces hormones, ainsi que la thyréostimuline (TSH), à partir d'un échantillon sanguin.

Figure 1 : Emplacement de la glande thyroïde

Le rôle de l'hypophyse

L'hypophyse sécrète la TSH et la libère dans la circulation sanguine (Figure 2). La TSH se rend jusqu'à la thyroïde et, par son action sur cette dernière, déclenche la sécrétion des hormones T4 et T3. À leur tour, ces deux hormones suivent la circulation sanguine et régulent le fonctionnement de différents organes et de divers processus métaboliques dans le corps. Une certaine quantité de T4 est transformée en T3 après avoir quitté la thyroïde.

Figure 2 : Fonction de l'hypophyse

Qu'en est-il de l'iode?

L'iode, élément présent dans la nourriture et l'eau, est essentiel à la glande thyroïde, car il permet la production d'hormones thyroïdiennes. La carence en iode est une des causes de l'hypothyroïdie, mais sa prévalence varie selon les régions géographiques. Par exemple, en Amérique du Nord et en Europe, la carence en iode est extrêmement rare, car le sel est systématiquement enrichi d'iode. Cela n'est pas une pratique dans les pays sous-développés, et les habitants de ces régions courent le risque d'une carence en iode.

La maladie de la thyroïde est-elle héréditaire?

Si l'un de vos proches parents a déjà reçu un diagnostic de thyroïde hyperactive ou hypoactive, alors vous risquez davantage de subir un trouble de la thyroïde. On observe souvent une hyperthyroïdie chez un parent et une hypothyroïdie chez un autre. Toutefois, cela ne devrait pas vous préoccuper : la plupart des personnes dont un parent est atteint d'un trouble de la thyroïde ne présentent pas nécessairement le même problème. Malgré les antécédents familiaux et le risque accru qui en découle, la grande majorité ne subira pas de maladie de la thyroïde.

Dr Richard Bebb
en association avec l'équipe clinique de MediResource

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Maladies-de-la-thyroide-lhyperthyroidie-et-lhypothyroidie

Hyperthyroïdie : dépistage

Quelles sont les causes de l'hyperthyroïdie?

Une hyperthyroïdie peut apparaître à la suite d'un grand nombre de maladies, mais trois ou quatre d'entre elles seraient responsables de la majorité des cas. La cause la plus courante est de loin la maladie de Graves.

La maladie de Graves doit son nom au médecin qui a fait la première description de ce trouble. Dans certains pays, la maladie peut s'appeler maladie de Basedow ou maladie de Parry. On croit que la maladie de Graves est causée par un trouble du système immunitaire qui se met à attaquer la glande thyroïde et déclenche son hyperactivité. C'est un exemple d'un « trouble auto-immun » où le système immunitaire s'embrouille et attaque par accident l'un de nos organes au lieu de faire son travail habituel, à savoir combattre les bactéries et les virus qui causent des infections.

Les causes courantes de l'hyperthyroïdie comprennent :

  • la maladie de Graves;
  • une thyroïdite silencieuse;
  • une thyroïdite subaigüe;
  • une thyroïdite du post-partum (après l'accouchement);
  • un nodule toxique;
  • une glande multinodulaire toxique;
  • une tumeur de l'hypophyse;
  • une tumeur de l'ovaire ou du testicule;
  • l'ingestion excessive d'hormone thyroïdienne (que ce soit sous forme de suppléments thyroïdiens ou de tissu thyroïdien d'origine animale).

L'hyperthyroïdie est-elle héréditaire?

Si l'un de vos proches parents a déjà reçu un diagnostic de thyroïde hyperactive ou hypoactive, alors vous risquez davantage de subir un trouble de la thyroïde. On observe souvent une hyperthyroïdie chez un parent et une hypothyroïdie chez un autre.

Signes et symptômes de l'hyperthyroïdie

Les symptômes d'une thyroïde hyperactive peuvent se développer lentement ou être mépris pour une autre maladie. Si vous pensez avoir certains des symptômes mentionnés ici, consultez votre médecin. L'excès d'hormone thyroïdienne accélère votre métabolisme – à plusieurs égards, on dirait que le corps est bloqué en mode « suractivité ». La fréquence cardiaque augmente, les muscles peuvent faiblir et les mains peuvent se mettre à trembler. Les mouvements intestinaux peuvent être plus fréquents et beaucoup de personnes ressentent une sorte de nervosité ou d'anxiété. Il peut être intolérable pour ces personnes de demeurer dans une chambre tiède et elles peuvent transpirer au moindre effort, voire en l'absence d'effort. L'essoufflement peut survenir. Ceux qui partagent la même chambre peuvent remarquer que les personnes en hyperthyroïdie veulent toujours baisser le chauffage alors que les autres se plaignent du froid. Compte tenu de l'accélération du métabolisme, on observe généralement une perte de poids notable qui peut être très rapide. Certaines personnes dans cette situation peuvent perdre 20 livres ou plus en seulement un mois. Les yeux peuvent devenir globuleux. L'ostéoporose peut s'installer. Chez les femmes, les cycles menstruels peuvent devenir irréguliers ou disparaître complètement. Les hommes peuvent observer un grossissement des seins.

Comment procède-t-on pour diagnostiquer une hyperthyroïdie?

La fonction thyroïdienne peut être mesurée à l'aide d'une simple analyse sanguine. Il s'agit généralement du dosage de la thyréostimuline ou TSH. Dans la plupart des cas, la baisse du taux de TSH révèle une thyroïde hyperactive. Parfois, on a besoin de mesurer d'autres hormones dans le sang, comme le taux de T4 ou de T3. Une fois l'hyperthyroïdie confirmée, le médecin peut prescrire une imagerie de la thyroïde avec marquage à l'iode radioactif pour clarifer la cause de l'affection.

Dr Richard Bebb 
en association avec l'équipe clinique de MediResource

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Maladies-de-la-thyroide-lhyperthyroidie-et-lhypothyroidie

Hyperthyroïdie : traitement

Plusieurs méthodes permettent de traiter l'hyperthyroïdie, allant des traitements qui soulagent les symptômes à ceux qui tentent de freiner l'hyperactivité de la thyroïde. Le choix du traitement dépend de la cause de l'hyperthyroïdie. Certaines causes ne nécessitent aucun traitement, car le corps saura corriger le problème par ses propres moyens.

Bêta-bloquants

Les médicaments du groupe des bêta-bloquants, comme le propranolol, peuvent être prescrits pour atténuer les symptômes de l'hyperthyroïdie. Le propranolol s'emploie généralement comme un traitement de courte durée, qui prendra fin lorsque la cause de l'hyperthyroïdie aura été corrigée. Les personnes qui ont déjà fait de l'asthme ne devraient pas prendre du propranolol ni un autre bêta-bloquant.

Médicaments antithyroïdiens, iode radioactif et chirurgie

Parmi les traitements qui réduisent l'activité de la glande thyroïde figurent les médicaments antithyroïdiens, l'iode radioactif ou l'excision chirurgicale d'une partie de la thyroïde ou de la glande en entier. La chirurgie était l'une des premières méthodes de traitement et on y a recours encore de nos jours dans certaines situations.

Les médicaments antithyroïdiens et l'iode radioactif sont les traitements plus couramment prescrits contre l'hyperthyroïdie. Le choix de l'un ou de l'autre traitement dépend d'un certain nombre de facteurs, dont :

  • la cause sous-jacente de l'hyperthyroïdie;
  • votre âge;
  • les autres troubles médicaux que vous pourriez avoir;
  • si vous êtes en période de grossesse ou d'allaitement;
  • votre pays de résidence;
  • vos souhaits et croyances personnels.

L'iode radioactif est très efficace pour corriger l'hyperactivité de la thyroïde. En Amérique du Nord, c'est le traitement le plus prescrit pour les personnes dont l'hyperthyroïdie est causée par la maladie de Graves. Pris par la bouche, l'iode radioactif est un traitement indolore, sans goût, qui ne nécessite aucune hospitalisation. La portion d'iode radioactif non absorbée par la thyroïde est rapidement excrétée par les reins. Ce traitement se compare à plusieurs égards à l'excision de la thyroïde sans la chirurgie. Cependant, l'iode radioactif peut provoquer une sous-activité de la thyroïde, de sorte que les patients doivent suivre un traitement de remplacement de l'hormone thyroïdienne pour le reste de leur vie. C'est la raison pour laquelle certains patients préfèrent prendre des médicaments antithyroïdiens.

Les médicaments antithyroïdiens comprennent le méthimazole, le carbimazole et le propylthiouracil (PTU). Ils agissent de façon similaire, diminuant la capacité de la glande à sécréter des hormones thyroïdiennes. Ces médicaments ne traitent pas la cause sous-jacente du trouble thyroïdien, mais tentent de maîtriser la sécrétion excessive d'hormone thyroïdienne. En général, le traitement dure 6 à 18 mois; l'interruption permet au médecin de déterminer si l'attaque d'origine auto-immune dirigée contre la thyroïde a cessé. Malheureusement, l'hyperthyroïdie demeure en rémission sans médicament dans moins de 50 % des cas.

Les antithyroïdiens s'accompagnent d'un certain nombre d'effets secondaires potentiels, dont deux à signaler. Le premier est une éruption cutanée qui se manifeste chez environ 5 % des gens. L'éruption se résorbe quand on cesse de prendre le médicament, mais en général, cela signifie qu'il faut choisir un autre traitement de l'hyperthyroïdie. Le deuxième effet secondaire à signaler est « l'agranulocytose », qui signifie une baisse des globules blancs dans le sang. Ces derniers constituent la principale défense de l'organisme contre les infections. Une baisse ou une perte de globules blancs prive le corps des moyens de combattre les infections, et une infection grave peut en résulter. Il s'agit, heureusement, d'une complication plutôt rare, qui touche à peu près 1 personne sur 500. Lorsqu'elle se produit, c'est une situation très grave qui exige toujours une hospitalisation et l'administration d'antibiotiques intraveineux. Sans traitement, elle pourrait être mortelle.

De nos jours, on fait appel rarement à une intervention chirurgicale dans la maladie de Graves. La chirurgie ne serait indiquée que dans les cas, par exemple, d'une femme enceinte qui est allergique aux médicaments antithyroïdiens.

Pour résumer, les options de traitement permettant de corriger l'hyperthyroïdie sont :

  • l'iode radioactif;
  • les médicaments anti-thyroïdiens;
  • l'excision chirurgicale d'une partie ou de toute la glande thyroïde.
Tableau 1 : Effets secondaires potentiels des traitements de l'hyperthyroïdie
TRAITEMENT EFFETS SECONDAIRES
Iode radioactif
  • Thyroïde hypoactive (hypothyroïdie) nécessitant un traitement à vie pour remplacer les hormones thyroïdiennes
  • La plupart des personnes ayant pris de l'iode radioactif présenteront tôt ou tard une hypothyroïdie
  • Sensation douloureuse temporaire dans la glande thyroïde
  • Médicaments antithyroïdiens
  • Éruption cutanée qui exige souvent l'arrêt du traitement (risque : 1 sur 20)
  • Agranulocytose : baisse des globules blancs menant à un risque d'infection (risque : 1 sur 500)
  • Chirurgie
  • Thyroïde hypoactive (hypothyroïdie) nécessitant un traitement à vie pour remplacer les hormones thyroïdiennes
  • Endommagement des nerfs régulateurs des cordes vocales
  • Endommagement des glandes parathyroïdes (glandes responsables du maintien du calcium dans le sang)
  • Risques associés à l'intervention chirurgicale (en général moins de 1 % avec un chirurgien expérimenté)

  • La prise de comprimés d'iode ou de suppléments de varech ou d'algue sera-t-elle bénéfique?

    En général, la prise d'iode accentue l'hyperthyroïdie. Comme l'iode entre dans la composition de l'hormone thyroïdienne, son ajout à votre régime alimentaire se comparerait à l'ajout d'essence à un feu couvant. Avant de prendre des remèdes maison ou des suppléments alimentaires pour traiter votre trouble de la thyroïde, il est important d'en discuter avec votre médecin.

    Quoi faire si je suis enceinte ou planifie une grossesse?

    Les femmes enceintes ne devraient pas prendre de l'iode radioactif, car ce dernier pourrait avoir des effets sur la thyroïde du bébé à naître. Les médicaments antithyroïdiens peuvent être pris durant la grossesse et, dans certains cas, la chirurgie est recommandée.

    Le choix d'un traitement de l'hyperthyroïdie dépend du moment des grossesses ultérieures. Si un traitement à l'iode radioactif a été utilisé, la plupart des médecins recommanderont de retarder la grossesse pendant 6 à 12 mois. Quel que soit le traitement choisi, la situation idéale serait d'amorcer une grossesse quand vous ne prenez plus de médicaments et que vos taux d'hormone thyroïdienne sont revenus à la normale.  

    Dr Richard Bebb
    en association avec l'équipe clinique de MediResource 

    Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Maladies-de-la-thyroide-lhyperthyroidie-et-lhypothyroidie

    Hypothyroïdie : dépistage

    Quelles sont les causes de l'hypothyroïdie?

    La cause la plus fréquente de l'insuffisance thyroïdienne est la thyroïdite de Hashimoto, une affection auto-immune nommée d'après le premier médecin à la décrire. Les troubles auto-immuns sont des affections où le système immunitaire s'embrouille et attaque par accident l'un de nos organes, au lieu de combattre les bactéries et les virus qui causent des infections telles que la pneumonie. Le système immunitaire se met donc à attaquer et à détruire les cellules de la glande thyroïde, entraînant l'incapacité du corps à sécréter de l'hormone thyroïdienne en quantité suffisante.

    Parmi les autres causes fréquentes de l'hypothyroïdie, mentionnons :

    • le traitement de la maladie de Graves, par la chirurgie ou l'iode radioactif;
    • une thyroïdite silencieuse;
    • une thyroïdite sous-aigüe;
    • l'emploi d'iode radioactif pour traiter une thyroïdite suivant un accouchement;
    • la prise de certains médicaments;
    • l'hérédité;
    • une dysfonction de l'hypophyse;
    • une résistance hormonale;
    • une carence en iode.

    En général, l'hypothyroïdie résultant d'une thyroïdite silencieuse, d'une thyroïdite sous-aigüe ou d'une thyroïdite après un accouchement est un trouble qui tend à la résolution spontanée et se corrige naturellement en quelques mois.

    La carence en iode est une cause très rare d'hypothyroïdie en Amérique du Nord et en Europe, mais elle est encore observée dans les pays sous-développés où le sel n'est pas systématiquement enrichi d'iode.

    Signes et symptômes

    Les symptômes d'une thyroïde hypoactive peuvent se développer lentement et passer inaperçus ou être attribués à une autre maladie : ralentissement de la fréquence cardiaque, muscles qui deviennent lents, faibles et souvent endoloris, constipation en raison du ralentissement des mouvements intestinaux, et manque d'énergie. Les chambres froides où circule un courant d'air sont intolérables pour les personnes atteintes, lesquelles peuvent porter plusieurs couches de vêtements et augmenter le chauffage pour se tenir au chaud. Le ralentissement du métabolisme entraîne un gain de poids, et cela malgré le fait de manger moins et de faire de l'exercice.  Une rétention de liquide s'installe, accompagnée d'une bouffissure du visage ou d'un œdème au niveau des chevilles ou autour des yeux. La personne peut constater une chute des cheveux et une sécheresse de la peau . Elle peut aussi souffrir d'une humeur dépressive, des troubles du sommeil et d'une baisse du désir sexuel. Les femmes peuvent remarquer que leurs cycles menstruels deviennent irréguliers, plus abondants ou durent plus longtemps. Une anémie (baisse des globules sanguins) peut apparaître. Dans les cas graves, la voix peut s'enrouer ou une somnolence progressive peut se développer menant graduellement à une perte de connaissance.

    Comment procède-t-on pour diagnostiquer une hypothyroïdie?

    La fonction thyroïdienne peut être mesurée à l'aide d'une simple analyse sanguine. Il s'agit généralement du dosage de la thyréostimuline ou TSH. Dans la plupart des cas, la hausse du taux de TSH est le signe d'une thyroïde hypoactive. Parfois, on doit mesurer d'autres hormones dans le sang, comme le taux de T4 ou de T3. Une fois l'hypothyroïdie confirmée, il reste à déterminer la cause de l'affection.

    Dr Richard Bebb 
    en association avec l'équipe clinique de MediResource 

    Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Maladies-de-la-thyroide-lhyperthyroidie-et-lhypothyroidie

    Hypothyroïdie : traitement

    Le traitement le plus couramment utilisé pour corriger un déficit en hormone thyroïdienne consiste à remplacer cette hormone. Beaucoup de préparations sont offertes actuellement et de nouvelles formulations sont en cours de mise au point. Toutes les préparations d'hormone thyroïdienne renferment soit la T4 (thyroxine), soit la T3 (triiodothyronine), soit une association de ces deux principales hormones thyroïdiennes. Par le passé, les premiers traitements substitutifs étaient composés d'extraits de thyroïdes d'origine animale comme la thyroïde séchée ou la thyroglobuline, et ils étaient assez efficaces. Cependant, en raison des difficultés qu'on avait à normaliser les doses et à maintenir un traitement substitutif uniforme, seules les hormones synthétiques purifiées sont utilisées de nos jours.    

    Les traitements à base de T3 exigent plusieurs prises par jour et peuvent provoquer des fluctuations du taux d'hormone, dont les effets sont ressentis par certaines personnes. Les formulations de T3 à longue durée d'action aident à prévenir les fluctuations. Les traitements à base de T4 procurent des taux sanguins stables de T4 et de T3 et, par conséquent, représentent la méthode la plus couramment utilisée dans la thérapie substitutive au cours des vingt dernières années. Des études récentes donnent à croire que certaines personnes se sentent psychologiquement mieux lorsqu'elles prennent une association de T4 et de T3.

    Dans votre cas, la meilleure méthode de remplacement de l'hormone thyroïdienne dépendrait de votre situation clinique. À l'occasion, on doit essayer différentes méthodes pour tenter de « reproduire » les taux naturels d'hormone thyroïdienne qui existaient avant l'apparition de l'hypothyroïdie. On commence de préférence par la substitution de la T4. C'est la méthode la moins complexe pour remplacer les hormones thyroïdiennes qui font défaut et, lorsque les doses sont appropriées, la plupart des patients se sentent tout à fait normaux avec ce traitement. Pour évaluer votre réponse au traitement, votre médecin voudra savoir comment vous vous sentez et pourra vous prescrire une analyse sanguine pour mesurer votre taux de thyréostimuline (TSH).

    Tableau 1 : Préparations courantes et marques de commerce utilisées dans le traitement substitutif de l'hormone thyroïdienne

    T4 (thyroxine)
    • Synthroid®
    • Eltroxin®
    • Levo-T®
    • Levothyroid
    T3 (triiodothyronine) en comprimés
    • Cytomel®
    • Formulation de T3 à longue durée d'action*
    T4, T3 en association
    • T4 prise avec Cytomel®
    • T4 prise avec formulation de T3 à longue durée d'action*
    Extrait de thyroïde desséchée
    • Hormone thyroïdienne®
    • Armour®

    Tableau 2 : Méthodes de remplacement de l'hormone thyroïdienne, avantages ou désavantages des différentes préparations

    Traitement à base de T4 (thyroxine)

    • Une prise par jour
    • Taux sanguins uniformes
    • Accessibilité
    Pourrait ne pas fournir suffisamment de T3 dans certains cas
    Traitement à base de T3 (Triiodothyronine) Taux de T3 amplement suffisants
    • Pourrait ne pas fournir suffisamment de T4
    • Fluctuations des taux sanguins (les formulations à longue durée d'action préviennent les fluctuations)
    Association de T4 et de T3 Certaines études évoquent une meilleure fonction psychologique
    • Coût additionnel
    • Peut-être pas nécessaire pour la plupart des patients
    Thyroïde desséchée Produit « naturel », mais provenant de source animale
    • Le remplacement uniforme peut poser problème
    • Taux de T3 variables dans la journée
    Thyroglobuline Produit « naturel », mais provenant de source animale
    • Le remplacement uniforme peut poser problème
    • Taux de T3 variables dans la journée

    Et s'il existe un blocage de l'hormone thyroïdienne?

    Il existe des syndromes rares où l'hormone thyroïdienne est sécrétée à des taux normaux, mais se trouve « bloquée » et ne peut produire pleinement ses effets dans l'organisme. Ces syndromes résultent d'une anomalie des récepteurs de l'hormone thyroïdienne. Un endocrinologue est en mesure de déterminer si vous présentez un blocage ou une « résistance » à l'hormone thyroïdienne. L'emploi de doses excessives pour remplacer l'hormone thyroïdienne peut avoir des conséquences indésirables comme l'endommagement des os et du cœur. Par conséquent, il est conseillé de discuter avec votre médecin des effets de doses élevées d'hormone thyroïdienne avant d'amorcer un traitement.

    La prise de comprimés d'iode ou de suppléments de varech ou d'algue sera-t-elle bénéfique?

    Les suppléments d'iode s'utilisent dans le traitement de l'hypothyroïdie causée par un déficit en iode. Comme le sel est enrichi d'iode en Amérique du Nord et en Europe, il est extrêmement rare d'observer un déficit en iode dans ces régions. Parfois, l'excès d'iode peut causer une baisse de la fonction thyroïdienne, d'où l'importance de discuter d'abord avec votre médecin avant de prendre un remède maison ou un supplément alimentaire pour renforcer la thyroïde.

    Qu'en est-il de la grossesse en présence d'une hypothyroïdie?

    On recommande d'avoir des taux d'hormone thyroïdienne normaux avant et durant la grossesse. Comme les hormones thyroïdiennes sont des hormones naturelles, elles ne nuisent pas au bébé en cours de développement. Cependant, il est important de vous assurer que votre dose d'hormone thyroïdienne est appropriée durant toute la durée de la grossesse, car à mesure que celle-ci progresse, il est souvent nécessaire d'ajuster la dose. Le meilleur test pour les femmes enceintes est la mesure du taux de TSH sanguin. Votre médecin vous dira quand vous devez subir ce test et si des ajustements de la dose d'hormone seraient nécessaires.

    Dr Richard Bebb 
    en association avec l'équipe clinique de MediResource 

    Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Maladies-de-la-thyroide-lhyperthyroidie-et-lhypothyroidie