La sclérose en plaques : un aperçu

La sclérose en plaques (SP) est une maladie du système nerveux central dont la première description remonte à 1868. Elle constitue l'une des principales causes d'invalidité chez les adultes de moins de 65 ans. Le Canada affiche un des plus hauts taux de SP dans le monde, le nombre de personnes atteintes de la maladie se situant entre 100 000,  avec 1000 nouveaux cas diagnostiqués chaque année, soit une moyenne de 3 nouveaux cas confirmés par jour.

Le risque d'être atteint de SP est plus de 3 fois plus grand chez les femmes que chez les hommes. Les symptômes se manifestent habituellement entre 15 et 40 ans, mais peuvent également survenir plus tôt, dès l'âge de 2 ans. La SP semble plus fréquente chez les personnes d'origine nord-européenne. On ignore toujours les causes de cette maladie.

Les symptômes de la SP apparaissent lorsque le système immunitaire commence à endommager la gaine de myéline qui protège les fibres nerveuses. Ces dernières sont recouvertes de myéline tout comme les fils électriques sont protégés par des matières isolantes. Lorsque la gaine protectrice est endommagée, la transmission des influx nerveux du cerveau aux muscles ne peut plus se faire de façon efficace.

Selon l’emplacement des dommages – appelés aussi lésions ou plaques – et leur capacité de rétablissement ou de cicatrisation, les symptômes sont d'intensité variable, allant de très légers, à peine perceptibles, à vraiment débilitants. À cause de la variabilité des symptômes et de leur nature intermittente, il n'est pas toujours facile de diagnostiquer la SP.

On distingue quatre formes principales de SP :

  • la forme poussées-rémissions : c'est la forme de SP la plus courante, où les symptômes s'aggravent lors des poussées, puis s'atténuent ou disparaissent lors des rémissions.
  • la forme progressive primaire : présente une évolution lente mais continue
  • la forme progressive secondaire : débute comme la forme cyclique, mais s'aggrave à mesure que le temps passe.
  • la forme progressive rémittente avec poussées : cette forme rare de SP montre d'emblée une dégradation constante, avec en plus des poussées.

Voici les principaux symptômes de la sclérose en plaques :

  • altération de la sensibilité (picotements, engourdissements, sensation de brûlure dans une partie du corps)
  • difficulté à maîtriser ses émissions d'urine et ses mouvements intestinaux
  • faiblesse
  • fatigue
  • spasticité musculaire (raideur ou crispation)
  • tremblements
  • troubles de la coordination
  • troubles de l'élocution
  • vision double

On ne dispose pas de test diagnostique précis pour la SP. En général, les neurologues ne peuvent établir le diagnostic qu'après un deuxième « accès symptomatique ». Toutefois, un traitement peut être instauré après la première attaque si un IRM montre des dommages compatibles avec un diagnostic de SP. Dans ce cas, le traitement pourrait retarder l'évolution de la SP.

Les neurologues peuvent prescrire des examens pour écarter la possibilité d'autres troubles neurologiques ou pour rechercher des signes de la maladie, lésions ou plaques, dans le cerveau. Les médecins peuvent aussi faire vérifier la vitesse de conduction nerveuse le long des fibres nerveuses, recourir à l'imagerie par résonance magnétique (IRM) ou à la tomodensitométrie pour repérer les zones atteintes, ou encore effectuer une ponction lombaire pour s'assurer qu'il n'y a pas d'autres maladies.

La SP n'est pas une maladie mortelle pour la plupart des personnes touchées. La majorité de ces dernières peuvent s’attendre à une vie normale ou quasi-normale, cela grâce aux nombreux progrès accomplis dans le traitement de la SP et de ses complications.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/La-sclerose-en-plaques

SPs - Vérification du traitement
Outil santé

Un traitement optimal peut diminuer la fréquence des poussées et ralentir la progression de la maladie. Prenez soin de vous : Évaluez vos symptômes et votre quotidien comme premiers pas vers de meilleurs soins.

Vivre avec la sclérose en plaques

Vivre avec une maladie chronique, comme la SP, signifie apprendre à gérer ses symptômes et modifier certaines habitudes de vie pour composer avec eux. Certaines activités quotidiennes resteront les mêmes alors que d'autres devront être changées ou remplacées à cause des restrictions physiques (comme le degré de fatigue ou de mobilité).

Certes, recevoir un diagnostic de SP peut être accablant, mais avec l'aide des professionnels de la santé et en faisant certains ajustements, vous pourrez continuer à mener une vie productive et satisfaisante.

Voici quelques stratégies pour atténuer les effets de la SP :

  • Réduisez le stress. Comme l'anxiété et la tension semblent aggraver les symptômes de la SP, on recommande souvent aux patients des mesures pour gérer leur stress, comme un changement de travail, de l'aide psychologique, du yoga - ou toute autre activité qui aide à se détendre.
     
  • Adoptez une alimentation saine. Un régime équilibré aide à maintenir les fonctions du corps et fournit les vitamines et les éléments nutritifs dont nous avons tous besoin pour combattre les infections. Les recommandations du Guide alimentaire canadien permettent de préparer des repas équilibrés. Bien que cela reste à confirmer, un régime alimentaire contenant de l'oméga-3 pourrait aider à ralentir l'évolution de la SP. Les huiles oméga-3 sont présentes dans les poissons gras, comme le thon et le saumon, et dans les huiles végétales, comme l'huile de tournesol ou de soya.
     
  • Faites des activités physiques. L'exercice offre beaucoup d'avantages : il soulage le stress, raffermit vos muscles pour vous permettre de maintenir une bonne amplitude de mouvements, et augmente la densité osseuse pour prévenir l'ostéoporose. L'exercice dans la piscine est fortement recommandé, car l'eau aide à soutenir votre poids et réduit ainsi l'usure dans les articulations.
     
  • Veillez à votre confort. La plupart des gens aiment la chaleur d'été, mais les personnes atteintes de SP sont facilement incommodées par la chaleur. L'air climatisé peut y remédier mais, si vous ne pouvez vous faire installer un climatisateur, portez des vêtements légers, prenez une douche ou un bain frais, utilisez un ventilateur et évitez des activités épuisantes.
     
  • Demandez de l'aide. Bien que la famille et les amis soient souvent prêts à donner un coup de main, beaucoup de personnes atteintes d'une maladie chronique n'aiment pas avoir l'impression d'abuser de la bonté des autres. Sachez qu'il existe des ressources externes, comme des groupes de soutien et des cliniques, pour vous donner un peu de répit, à vous et à vos proches. De plus, vous pouvez faire part de vos sentiments ou de vos préoccupations aux membres de ces groupes, qui vous comprennent.
     
  • Évitez les excès. Vous pouvez encore voyager, sortir pour dîner ou voir un spectacle, mais ne vous surmenez pas. Adoptez un rythme modéré, accordez-vous du repos et le temps nécessaire pour jouir des activités qui rendent votre vie plus agréable.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/La-sclerose-en-plaques

Multple Sclerosis Doctor Discussion Guide
Outils santé

Créez un outil personnalisé de discussion avec votre médecin. Assurez-vous d’avoir le meilleur traitement possible pour gérer votre SEP.

Pensez à votre sécurité

À mesure que la SP évolue, la sécurité physique peut devenir une importante préoccupation, comme c'est le cas de toute maladie invalidante. Si vous devenez plus faible ou avez de la difficulté à garder l'équilibre, vous risquez de tomber, de vous blesser ou de subir des fractures.

En étant sensibilisé à ce risque et en prenant des mesures de précaution, vous pouvez réduire le danger au minimum. Le plus important est d'accepter - aussi difficile que ce soit - que ces mesures de sécurité sont nécessaires. Le fait d'accepter l'aide dont vous avez besoin et de vous adapter à la situation vous permet de conserver votre autonomie le plus longtemps possible.

Voici quelques mesures de sécurité à prendre chez vous :

  • faites installer une chaise de douche pour pouvoir prendre votre douche en position assise; cela vous empêchera de glisser
  • faites installer des barres d'appui le long de votre baignoire ou dans votre cabine de douche pour vous aider à vous asseoir et à vous relever sans danger
  • ne mettez pas de carpettes dans la maison, notamment dans la salle de bains, car elles peuvent vous faire trébucher
  • ne verrouillez pas la porte de la salle de bains (pour que quelqu'un puisse entrer si vous tombiez)
  • utilisez une canne ou une chaise roulante, si nécessaire - même à la maison.

Les ergothérapeutes peuvent suggérer d'autres mesures de sécurité pour votre domicile. Ils peuvent aussi vous aider à obtenir des accessoires ou équipements spéciaux, s'il y a lieu. Vous pouvez obtenir de plus amples renseignements en vous adressant à la Société canadienne de la sclérose en plaques.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/La-sclerose-en-plaques

Multiple Sclerosis Myths
Outils santé

Pouvez bien discerner le vrai du faux?

Nouveaux espoirs dans le traitement de la sclérose en plaques

Bien que la guérison ne soit pas encore possible, il y a beaucoup de percées dans la recherche partout dans le monde. Certains médicaments produisent déjà des résultats très prometteurs.

Il existe actuellement de nombreux médicaments approuvés pour soigner la SP au Canada. On les a surnommés des modificateurs de l’évolution de la maladie; parmi ces traitements, on compte : 4 sortes à base d’interféron (AvonexMD, BetaseronMD, ExtaviaMD et RebifMD), une forme de l’acétate de glatiramère (CopaxoneMD), le natalizumab (TysabriMD), l’alemtuzumab (LemtradaMD), une forme du diméthylfumarate (TecfideraMD), le tériflunomide (AubagioMD), le fingolimod (GilenyMD).

Selon les chercheurs, grâce à ces médicaments certaines personnes constatent une baisse de la fréquence de leurs récidives et un ralentissement dans l’évolution de leur SP, surtout si leur affection a fait l’objet d’un diagnostic et d’un traitement précoces. Malheureusement, aucun de ces traitements ne peut prévenir la récurrence de symptômes comme la fatigue et l’engourdissement. Ils ne s’avèrent pas non plus efficaces dans le traitement de la forme progressive primaire de la SP. AvonexMD peut aussi s’utiliser pour repousser la venue de la SP lorsqu’il est pris par des personnes qui n’ont subi qu’une attaque et qui ont des clichés obtenus par la technique d’imagerie par résonance magnétique (IRM) mettant en évidence des lésions conformes à celles de la SP.

Un médicament appelé Novantrone®  (mitoxantrone), un antinéoplasique qui s'utilise normalement dans le traitement de certaines formes de cancer, peut être prescrit en deuxième ou en troisième choix pour traiter la SP à poussées-rémissions, la SP progressive rémittente avec poussées et la forme progressive secondaire.

Si vous éprouvez des symptômes incommodants lors d'une poussée, le médecin pourrait vous prescrire un traitement à court terme à l'aide de corticostéroïdes. Ces médicaments ne sont pas utilisés pendant de longues périodes à cause de leurs effets indésirables.

Voici quelques médicaments qui aident à maîtriser les symptômes de la SP :

  • le baclofène ou la tizanidine pour traiter la spasticité musculaire (raideur)
  • le méthylprednisolone ou les corticostéroïdes par voie orale (comme la prednisone) pour traiter l'inflammation du nerf optique
  • les antidépresseurs pour réduire la fatigue ou la dépression
  • l'acétaminophène, l'acide acétylsalicylique, ou autres analgésiques pour soulager la douleur

Peu de médicaments sont offerts pour la SP progressive chronique, mais on étudie actuellement les immunosuppresseurs ou les médicaments utilisés dans le traitement de l'arthrite et de certains cancers. Les chercheurs ont observé que les médicaments comme le méthotrexate, la cyclophosphamide, la cyclosporine, et la mitoxantrone produisent un certain effet sur la progression des symptômes de la SP.

Les corticostéroïdes, la cyclophosphamide, et le mycophénolate (un médicament utilisé après les greffes d'organes pour supprimer le système immunitaire) ont également été étudiés en tant qu'adjuvants associés aux interférons. D'un autre côté, les effets secondaires des immunosuppresseurs étant assez graves, il est nécessaire de poursuivre les études dans ce domaine.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/La-sclerose-en-plaques

MS symptoms track symtrac
Outils santé

Spécialement conçu pour et par des gens vivants avec la SEP, cet outil vous permet de faire un suivi de votre SEP et de votre bien être en général. Cette ressource vous permet de maximiser votre rencontre avec votre médecin.