L'école et les troubles médicaux

Durant les fébriles préparatifs de la rentrée scolaire, certaines familles ressentent davantage de stress en raison du trouble de santé de leur enfant.

Si le vôtre est atteint d'une affection chronique comme le diabète, l'asthme ou l'épilepsie, ou s'il fait des allergies alimentaires importantes, des mesures supplémentaires permettraient de vous assurer qu'il passera l'année scolaire en bonne santé, dans un milieu sans stress et sans menace pour sa santé. Ainsi, les enfants diabétiques auraient besoin de se faire administrer des injections d'insuline ou de vérifier leur taux de sucre sanguin et, pour les parents d'enfants asthmatiques, la qualité de l'air à l'école serait un sujet de préoccupation. Le personnel de l'école doit aussi connaître les mesures à prendre devant une crise d'épilepsie ou les signes à surveiller si un enfant entre en contact avec des allergènes alimentaires.    

Chaque trouble médical exige des mesures et des interventions particulières, mais les règles suivantes s'appliquent à la plupart des situations :

  • Remettez à l'école une liste des personnes à contacter en cas d'urgence, avec des coordonnées aussi précises et à jour que possible. Indiquez les noms selon l'ordre de préférence d'appel et, pour chaque personne, donnez aussi des numéros de téléphone secondaires, s'il y a lieu (cellulaire, téléphone au travail, etc.) Incluez dans la liste les coordonnées du pédiatre de votre enfant, de son médecin soignant ou de son dentiste, selon le besoin.
  • Informez l'école de l'état de santé de votre enfant. Préparez un document résumant les antécédents médicaux de votre enfant, les médicaments qu'il doit prendre et les restrictions ou les besoins spéciaux liés à son état (activité physique, restrictions alimentaires). Vos directives doivent être claires, concises et complètes pour en faciliter l'application.
  • Demandez une rencontre avec les membres du personnel responsables de votre enfant pour discuter de son plan de soins d'urgence. Lorsqu'il s'agit de la santé de votre enfant, vous souhaitez que tout se passe pour le mieux, mais vous devez vous préparer au pire. Ainsi, il faudra établir avec les autorités de l'école un plan décrivant les actions et les responsabilités dans le cas d'une urgence. Ce plan peut inclure des directives pour l'administration de médicament ou de traitement durant la journée passée à l'école et lors des sorties éducatives. Les personnes suivantes pourraient être invitées à la rencontre : l'enseignant de votre enfant, le directeur de l'école, l'infirmière et l'enseignant d'éducation physique; il serait intéressant d'inclure aussi le coordonnateur des services spéciaux, des aides ou des professionnels de la santé qui pourraient contribuer à la discussion. Si votre enfant est assez grand, il devrait aussi participer à la planification.
  • Maintenez le contact. Vérifiez auprès de l'enseignant s'il a observé des changements chez votre enfant touchant son comportement ou son niveau d'énergie. Demandez à votre enfant comment cela se passe à l'école, s'il prend ses médicaments selon les directives, s'il se sent différent de ses camarades ou s'il éprouve de la difficulté avec ceux-ci à cause de son affection. Agissez comme un porte-parole de la santé de votre enfant en assurant le suivi auprès de l'école, afin de revoir ou de mettre à jour ses plans de soins ou d'intervention d'urgence.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Heureux-et-en-sante-a-lecole

La salubrité de la boîte à lunch

Compte tenu du manque de temps et d'espace à l'école, les élèves laissent souvent leurs boîtes à lunch dans un coffre partagé, des cubicules, des casiers ou d'autres espaces d'entreposage. Parfois, les coffres sont laissés à l'extérieur, exposant le contenu au froid ou à la chaleur. Pour certaines écoles, il n'est simplement pas possible d'offrir aux élèves une place dans le réfrigérateur afin de protéger leur nourriture des bactéries et de la contamination croisée. Les parents peuvent prévenir les maladies d'origine alimentaire en prenant de simples mesures de précaution :

Pensez à la durée de conservation : Les aliments qui « se conservent » le plus longtemps sont les meilleurs candidats pour les sacs à lunch.

  • Utilisez le moins possible les aliments fortement périssables, comme la mayonnaise, les œufs, le beurre, les produits laitiers, et même ces assortiments de charcuterie très populaires auprès des enfants.
  • Préférez des aliments et des boissons non périssables : eau, fruits entiers et séchés, craquelins et croustilles, céréales et pain, ou noix et graines.
  • Les sandwiches sont un choix pratique, mais n'oubliez pas que les charcuteries et le thon doivent être conservés au réfrigérateur pour une consommation sûre. Il se peut que les classiques comme le beurre d'arachide et la confiture soient bannis de certains menus par crainte des allergies alimentaires, mais ce sont des choix naturels pour un lunch à emporter, car ils ne se gâtent pas.

Pensez à la température : Selon l'horaire de l'enfant, le lunch que vous lui préparez devra se garder pendant au moins 2 à 3 heures.

  • Si les aliments doivent être mangés frais, utilisez des blocs réfrigérants ou une boîte à lunch isolante.
  • Si les aliments doivent être mangés chauds, réchauffez-les avant que votre enfant parte pour l'école et mettez-les dans un contenant qui garde la chaleur ou un thermos.
  • Congelez une boîte de jus ou un yogourt à l'avance et servez-vous-en pour garder les autres aliments frais jusqu'à l'heure du repas.
  • Pensez à vous procurer une boîte à lunch isolante ou des blocs réfrigérants pour garder les repas à une température sûre.

Donnez à votre enfant des habitudes d'hygiène et de salubrité aux repas : Rappelez à votre enfant les habitudes à prendre chaque jour lorsqu'il arrive à la cafétéria.

  • Parlez à votre enfant des conditions de conservation de sa boîte à lunch et rappelez-lui de la mettre dans un endroit frais, sec, à l'abri du soleil et loin des sources de chaleur.
  • Discutez de l'hygiène, et révisez avec votre enfant la bonne méthode de laver les mains ou de s'essuyer les mains avec une lingette avant et après les repas.
  • Rappelez à votre enfant de jeter des restes d'aliments périssables (il ne pourra peut-être pas le faire si l'école a une politique de non-gaspillage à l'heure du dîner) au lieu de les rapporter à la maison. Beaucoup de mamans et de papas ont trouvé des surprises pourries dans la boîte à lunch de leurs enfants!

Déterminez les règles du partage : Quand vous vous efforcez de cultiver la générosité chez vos enfants, comment faire alors pour leur dire qu'il ne faut pas partager leurs repas ou leurs boissons avec des camarades?

  • Dans des mots qu'il peut comprendre, expliquez à votre enfant pourquoi il n'est pas recommandé de boire à partir d'une même paille ou d'une même boîte de jus qu'une autre personne (risque de propagation des microbes).
  • Expliquez à votre enfant pourquoi il ne devrait pas échanger ses collations avec son camarade (on ne sait jamais qui est allergique à quoi).

Gardez la boîte à lunch propre et bien rangée : Si vous ne pouvez pas surveiller la boîte à lunch de votre enfant durant sa journée d'école, vous pouvez toutefois, avec sa collaboration, la garder propre.

  • Suivez les directives du fabricant pour le nettoyage des boîtes à lunch.
  • Montrez à votre enfant comment essuyer l'intérieur et l'extérieur de sa boîte à lunch après avoir fini de manger à l'école.

La salubrité des aliments commence à la maison : Suivez les pratiques de salubrité alimentaire à la maison, lorsque vous préparez les repas à emporter.

  • Lavez-vous soigneusement les mains avant de manipuler les aliments et après.
  • Lavez à fond les fruits et les légumes.
  • Gardez vos surfaces de travail dans la cuisine exemptes de germes; ayez beaucoup de linges et de serviettes à vaisselle propres à votre disposition.
  • Faites attention à la date de péremption indiquée sur l'emballage des aliments.
  • Ne réutilisez pas les sacs et les emballages en plastique.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Heureux-et-en-sante-a-lecole

La sécurité des terrains de jeu

Si vous avez amené vos enfants aux parcs municipaux, vous avez dû remarquer que les terrains de jeu ont changé quelque peu depuis votre enfance. Le métal, le bois et le béton ont laissé la place à des structures en plastique aux couleurs vives, avec un revêtement spongieux sur le sol. 

Malgré les améliorations sur le plan de la sécurité, les enfants peuvent encore tomber des grimpeurs, se brûler sur des glissades trop chaudes et se faire éjecter des balançoires ou des balançoires à bascule par des camarades trop enthousiastes. Les bleus, les égratignures, les coupures, les dents cassées, les fractures et entorses font encore partie de l'enfance.

En général, les enseignants et les instructeurs d'éducation physique font faire le tour du terrain de jeu aux élèves, passant en revue les règles de sécurité, les conseils et les « habiletés de jeu ». Malgré cela, la plupart des blessures sur le terrain de jeu touchent les enfants de 5 à 9 ans. Alors, cela ne pourrait pas nuire d'amener votre jeune au parc et de lui montrer, dans une séance individuelle, les règles de base de la sécurité :

  • Les règles de la glissade : Vous pouvez penser qu'il est simple d'expliquer quoi faire sur une glissade. On glisse jusqu'en bas, n'est-ce pas? Bien, les enfants trouveront toutes sortes de manières créatives de glisser incorrectement. Tout d'abord, donnez-lui le temps de grimper les marches en toute sécurité. Ensuite, expliquez qu'il faut glisser sur les fesses et non sur le ventre, soulignant l'importance de descendre les pieds en premier et une personne à la fois. Rappelez à votre enfant de regarder si le bas de la glissade est libre avant de se lancer, cela afin de prévenir des collisions avec un autre enfant qui se trouverait encore là.
  • Comment monter dans la balançoire : Les balançoires sont responsables de bien des blessures d'enfance, des doigts pris dans les chaînes aux plongeons en pleine course. Avertissez votre enfant de ne pas imiter les acrobaties d'un autre, car cela fait mal de tomber et il pourrait se fracturer un bras. Montrez la bonne posture en balançoire – rester assis, ne pas se mettre à genoux ni debout – et recommandez-lui de marcher à une bonne distance des balançoires en mouvement. L'idée de se balancer à deux peut sembler amusante pour les bons amis, mais les balançoires sont conçues pour porter un seul enfant à la fois.
  • La balançoire à bascule, une leçon de coopération : Il se peut que vous voyiez moins de balançoires à bascule de nos jours. C'est dommage, car cette balançoire, plus que n'importe quel autre équipement sur le terrain de jeu, demande coopération et communication entre les joueurs. Pratiquez avec votre enfant l'art de se balancer et d'atterrir sans frapper le sol lourdement ni renverser son partenaire de son siège. Expliquez comme il serait dangereux de se balancer en se tournant dans la mauvaise direction, en lâchant prise ou en chevauchant la poutre.
  • Le glisseur sur rail – bien rester sur les rails : Un équipement que vous verrez de plus en plus est le glisseur sur rail, composé d'une manche suspendue qui glisse le long de rails. En saisissant la manche des deux mains, les enfants se propulsent le long du parcours. Les utilisateurs doivent cependant avoir atteint une certaine taille pour pouvoir y monter. Ces glisseurs exigent une certaine pratique, alors exercez-vous hors de l'école. Voyez si votre enfant est assez grand et s'il possède assez de force dans le haut du corps pour lancer le glisseur; faites-lui pratiquer aussi la technique de mettre pied à terre.
  • Une aire de jeu dégagée : Durant la récréation du matin, quand les enfants viennent d'arriver à l'école, le terrain de jeu peut être jonché d'objets pouvant provoquer des chutes et des blessures : sacs à dos, livres, balles et cordes à sauter lancés pêle-mêle sur l'aire de jeu. Discutez avec votre enfant des endroits où il pourra laisser ses affaires sans risque. Et, tout en espérant que cela va de soi, mettez-le en garde de ne pas attacher une corde à sauter à l'équipement du terrain de jeu.
  • S'habiller sans danger : Les fils et les lacets sur les vêtements posent un risque sur les terrains de jeu, car ils peuvent s'accrocher ou rester pris dans l'équipement. Il en est de même avec les capuchons, les drapés, les sacs à main, les porte-clés qui pendent, les foulards, voire les lacets de chaussures. Préférez plutôt des boutons, des boutons-pression, du Velcro ou des élastiques.

Voici d'autres conduites à observer sur un terrain de jeu : ne pas se bagarrer dans les structures, l'équipement ou les aires très fréquentées; regarder avant de sauter d'une structure ou d'un équipement et, enfin, tester la température de l'équipement lorsqu'il fait chaud.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Heureux-et-en-sante-a-lecole

De simples mesures pour cultiver l'autonomie et favoriser le succès scolaire

Les enfants apprennent davantage à l'école que lire, écrire et calculer. Le milieu scolaire leur permet de pratiquer les aptitudes interpersonnelles – comme l'interdépendance et le partage. L'école représente aussi un milieu sûr où les enfants peuvent mettre à l'essai leur autonomie.

Un élève autonome serait davantage porté à résoudre un problème de mathématiques difficile ou à chercher le sens d'un nouveau mot. L'autonomie aide à maintenir l'optimisme et à travailler dur malgré la crainte de l'échec. Vous pouvez cultiver l'autonomie de votre enfant tous les jours, par de simples mesures :

Cédez la responsabilité des devoirs. Selon l'âge de votre enfant, les devoirs peuvent consister en quelques minutes de lecture partagée et un peu de coloriage, ou une rédaction complète ou encore un projet de science. Tout en suivant les études de votre enfant à la maison et en y participant, vous devriez « rester en retrait » et laisser à votre enfant prendre en main ses travaux. Les devoirs donnent aux enfants l'occasion d'affiner leurs habiletés de planification, d'organisation, de gestion du temps, de décision et de solution de problèmes. De même, les enfants peuvent se voir confier la responsabilité de ranger leur poste de travail et de préparer leur sac à dos.

Donnez à votre enfant de plus en plus de place. Les enfants ont peu de contrôle sur les différents aspects de leur vie. Vous pouvez laisser au vôtre plus de place à la maison : un coin de travail spécial, du temps de jeu sûr et sans supervision, sa propre chambre. Il peut aussi se voir accorder plus de place à l'école aussi. Un exemple serait son arrivée à l'école : certains parents ne se sentent rassurés que s'ils remettent l'enfant entre les mains de l'enseignant. Mais, une fois que votre enfant sait ce qu'il faut faire et connaît le chemin de sa classe ou du terrain de jeu, laissez-le y aller par lui-même. Ces moments de séparation peuvent être accueillis avec de la résistance, voire des larmes, au début. Tenez bon : cela ira en s'améliorant!

Confiez à votre enfant des responsabilités croissantes à la maison. Se voir confier des tâches ménagères régulières à la maison peut aider votre enfant à devenir plus responsable en classe. Les travaux ménagers peuvent sembler plutôt contraignants, et cela vaut-il la peine d'insister pour qu'il fasse son lit ou range sa chambre? Oui, surtout si vous tenez compte du fait que les enseignants demandent à leurs élèves d'accomplir des tâches ou d'assumer des responsabilités comme arroser les plantes, aller chercher le panier de collations ou ranger le coin de lecture.

Laissez l'enfant choisir. Votre enfant devra prendre des décisions durant toute sa journée d'école. Si les parents lui imposent leur choix dans chaque décision à la maison, l'enfant ne sera pas en mesure de savoir ce qu'il veut à la cafétéria, dans la cour d'école ou à la bibliothèque. Laissez-le pratiquer à choisir, par exemple quand il s'agit de ses aliments et de ses vêtements. Proposez trois collations et laissez-le décider laquelle il préfère. Mettez de côté trois chemises pour l'école et votre enfant pourra choisir laquelle il veut porter.

Laissez l'enfant connaître l'échec. Si un enfant n'a connu à ce jour que des A+ et des « excellent! », comment réagira-t-il quand sa note ne répondra pas à ses attentes? Se battre ou baisser les bras? Oui, cela fait mal de voir son enfant souffrir. Mais au lieu de venir à sa rescousse pour en amoindrir l'effet, encouragez la pensée critique et la résolution de problème par ses propres moyens. Au lieu de lui donner une réponse pour ses devoirs, travaillez avec votre enfant à trouver les solutions. Tous les parents veulent protéger leurs enfants et prévenir les peines et les blessures, mais c'est lorsqu'on fait face à ces moments difficiles qu'on acquiert de la force pour grandir.

Prêchez par l'exemple. Outre leurs enseignants, vos enfants apprennent de vous. Montrez-leur les efforts qu'on doit déployer pour prendre une décision ou relever un défi. Mettez-les au courant de certains objectifs à court terme que vous vous fixez et expliquez comment vous pensez y arriver. Parlez-leur des difficultés d'apprentissage que vous avez connues ou de ce qui vous a aidé à comprendre pourquoi vous aviez échoué ou réussi.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Heureux-et-en-sante-a-lecole