Comprendre les avortements spontanés

Une grossesse dure environ 40 semaines pour la plupart des femmes. Un avortement spontané se produit lorsqu'il y a perte de grossesse avant la 20e semaine de la grossesse. On estime que les avortements spontanés se produisent dans environ 15 à 25 % des grossesses.

Le risque d'avortement spontané est plus élevé au cours des 13 premières semaines de grossesse. Certaines femmes subissent un avortement spontané avant même de savoir qu'elles sont enceintes. Le risque d'avortement spontané est plus élevé pour les femmes qui sont âgées de plus de 35 ans et pour les femmes qui en ont déjà subi un.

La plupart du temps, la cause de l'avortement spontané est inconnue. Bien que plusieurs femmes se sentent possiblement coupables d'avoir fait quelque chose susceptible d'avoir provoqué la fausse couche, la plupart des pertes de grossesses n'auraient pas pu être prévenues. Un avortement spontané se produit habituellement lorsqu'il existe un problème empêchant le bébé de se développer de façon appropriée.

Parmi les causes possibles des avortements spontanés, on retrouve :

  • des problèmes chromosomiques (matériel génétique),
  • des problèmes d'implantation de l'œuf fécondé dans l'utérus,
  • des problèmes hormonaux,
  • des infections,
  • des lésions au fœtus,
  • des anomalies des spermatozoïdes ou des ovules,
  • des problèmes physiques des organes reproducteurs de la femme (par ex. anomalie du col de l'utérus, du placenta ou de l'utérus) – ces problèmes ne sont habituellement pas découverts à moins qu'un avortement spontané se produise.

Malgré certaines fausses conceptions communes, il n'a pas été démontré que l'exercice, les relations sexuelles, le travail et la nature des moyens de contraception qui ont été utilisés auparavant provoquent des avortements spontanés.

Le symptôme le plus commun d'un avortement spontané est la présence de saignements. On appelle la présence de saignements au début de la grossesse une menace d'avortement spontané. La plupart des femmes qui subissent une menace d'avortement spontané au cours des quelques premiers mois de la grossesse accouchent de bébés en santé, mais certaines d'entre elles subiront un avortement spontané. Parmi les autres symptômes de l'avortement spontané, on retrouve les douleurs lombaires, les douleurs abdominales basses ou le passage par le vagin de matières qui ressemblent à des caillots.

Si vous avez des pertes sanguines pendant que vous êtes enceinte, votre médecin et vous-même devrez suivre vos symptômes pendant quelques jours. Il se peut que votre médecin prescrive certains tests comme des tests sanguins (pour mesurer l'hormone de grossesse, la gonadotrophine chorionique humaine (hCG) ou une échographie (pour visualiser le développement du bébé). Le diagnostic d'avortement spontané est basé sur vos symptômes et sur ces tests.

Si vous avez du saignotement ou des saignements importants ou persistants accompagnés de douleur ou de crampes, beaucoup de pertes vaginales liquides sans douleur ni saignement ou si vous pensez avoir perdu du tissu fœtal, vous devez immédiatement obtenir de l'aide médicale.

La perte d'une grossesse peut avoir un énorme impact sur les relations interpersonnelles d'un couple. Lisez les sections « Vivre avec la perte » et « Aller de l'avant après un avortement spontané » de cet article pour en apprendre plus sur les sentiments de perte et de deuil auxquels doivent faire face les couples après avoir subi un avortement spontané.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Comment-faire-face-a-un-avortement-spontane

Qu'arrive-t-il après un avortement spontané?

Après un avortement spontané, il se peut que vous deviez attendre quelques jours et même jusqu'à 2 semaines pour que tout le tissu fœtal soit expulsé de votre utérus. Il se peut que votre médecin vous demande de conserver le tissu pour qu'il puisse le faire analyser au laboratoire.

Votre médecin effectuera également une échographie pour vérifier s'il reste du tissu dans l'utérus. Si ce test montre qu'il reste du tissu, votre médecin vous recommandera habituellement de le retirer, car il pourrait provoquer une prolongation des saignements ou de l'infection. Le retrait du tissu est habituellement effectué par la prise d'un médicament ou par une intervention appelée dilatation et curetage qui sert à enlever le tissu fœtal restant de l'utérus. L'intervention de dilatation et curetage nécessite la dilatation du col de l'utérus et le retrait délicat du tissu restant dans l'utérus au moyen d'un instrument appelé curette. Vous et votre médecin discuterez du choix de la meilleure option pour vous.

Après avoir retiré le tissu restant, votre médecin désirera probablement vous rencontrer quelques semaines plus tard pour s'assurer que vous allez bien.

Votre période de récupération prendra quelque temps. Il se peut que vous ayez encore l'aspect physique d'une femme enceinte et que du lait s'écoule de vos seins. Votre cycle menstruel peut revenir après quelques semaines. Si vous ne désirez pas devenir enceinte immédiatement, utilisez une méthode de contraception. Si vous envisagez une nouvelle grossesse, notez que l'Organisation mondiale de la santé conseille d'attendre au moins 6 mois après votre premier avortement spontané avant d'avoir des rapports sexuels fécondants. Il y a cependant des études qui ne voient pas la nécessité de vous imposer un délai d'attente à la suite d'un avortement spontané. Lorsque vous vous sentez prête à affronter une nouvelle grossesse, discutez de votre décision avec votre médecin.

Vous avez également du chagrin. Il se peut que vous trouviez difficile de revenir à la « normale ». Prenez le temps nécessaire à vous reposer et à ressentir votre deuil. Pour en savoir plus sur les émotions que vous êtes susceptible de ressentir et sur la façon d'y faire face, lisez la section « Vivre avec la perte » et « Aller de l'avant après un avortement spontané » de cet article.

Il peut être difficile de comprendre ce qui se passe après un avortement spontané. Vous désirerez peut-être poser quelques questions à votre médecin. Prenez-les en note avant votre rendez-vous pour bien vous préparer. Voici quelques suggestions pour vous préparer :

  • quels tests comptez-vous effectuer?
  • Dois-je me préparer pour ces tests?
  • Que se passe-t-il pendant ces tests?
  • Est-ce que je ressentirai des symptômes
  • Dois-je surveiller certains signes après les tests?
  • Que se passe-t-il pendant la période de récupération?
  • Quand pourrai-je commencer à essayer de devenir enceinte à nouveau?
  • Pouvez-vous me recommander une personne à qui je pourrais parler de ma perte?

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Comment-faire-face-a-un-avortement-spontane

Vivre avec la perte

La perte d'une grossesse peut avoir un énorme impact sur votre vie. Elle peut grandement vous affecter, de même que votre partenaire, votre relation interpersonnelle avec lui, les membres de votre famille et vos amis.

L'avortement spontané est l'un des événements les plus traumatisants auquel vous aurez peut-être à faire face. Après avoir subi un avortement spontané, il est normal de passer par un processus de deuil. Pendant que votre corps récupère, vous devez également vous occuper de vos émotions. La guérison émotionnelle a tendance à prendre beaucoup plus de temps que la guérison physique. Donnez-vous le temps nécessaire pour vivre votre deuil. Celui-ci peut vous aider à accepter votre perte avant de passer à autre chose.

Vous reconnaîtrez peut-être certaines des émotions suivantes dans vos sentiments : tristesse, culpabilité, autocritique, choc, dépression, confusion et un sentiment d'échec. Vous vous demandez peut-être pourquoi la grossesse s'est interrompue. Vous ressentez possiblement des maux de tête, un manque d'appétit, de la fatigue ou de la difficulté à dormir ou à vous concentrer. Ces malaises sont tous normaux après une perte importante. Permettez-vous de connaître et passer à travers ces sentiments.

N'oubliez pas que vous n'êtes pas coupable et qu'il est improbable que vous ayez pu faire quoi que ce soit pour empêcher la perte de la grossesse.

Votre partenaire essaie également de faire face à la perte. Il se peut qu'il n'exprime pas ses émotions comme vous le faites, ou qu'il n'en extériorise pas du tout parce qu'il essaie de se montrer fort pour vous deux. Un avortement spontané peut grandement affecter votre relation interpersonnelle. La chose principale à ne pas oublier, c'est de faire face à la perte ensemble. Ce n'est pas le bon moment de s'isoler. Partagez vos sentiments : c'est à ce moment que vous avez le plus besoin l'un de l'autre. C'est l'une des choses les plus importantes que vous puissiez faire pour traverser cette période difficile.

Vous pouvez également obtenir du soutien en parlant à vos amis et aux membres de votre famille. Il se peut que vous ayez surtout besoin d'une oreille attentive. Si on pense que l'incidence des avortements spontanés est d'environ 15 à 25 % de toutes les grossesses, vous pourriez être surprise d'entendre d'autres expériences semblables à la vôtre. Vous pouvez également parler à d'autres personnes qui ont subi un avortement spontané en vous joignant à un groupe de soutien pour personnes qui ont subi une perte de grossesse ou pour personnes en deuil.

La plupart des femmes qui ont subi un avortement spontané peuvent avoir une autre grossesse normale et un bébé en santé, même si elles ont subi plus d'un avortement spontané. Un tel événement ne signifie pas nécessairement que vous ne pouvez avoir d'enfants ou que vous avez un problème de santé. Lorsque le moment sera approprié, vous pourrez décider, votre partenaire et vous-même, d'essayer à nouveau d'avoir un enfant. Lisez la section « Aller de l'avant après un avortement spontané » pour en savoir plus.

Il peut s'avérer difficile de faire face aux émotions provoquées par la perte d'une grossesse. Parlez à votre médecin de votre perte. Il pourra également vous recommander un conseiller ou un psychologue susceptible de vous apporter encore plus de soutien. Votre partenaire et vous-même pouvez consulter ensemble pour vous aider à traverser cette période difficile.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Comment-faire-face-a-un-avortement-spontane

Aller de l'avant après un avortement spontané

Avant d'essayer à nouveau de devenir enceinte, permettez-vous de faire votre deuil et de faire face à la perte de votre grossesse. Votre partenaire et vous-même avez subi une perte importante. Votre corps et votre esprit doivent être guéris pour que votre prochaine grossesse soit aussi normale que possible. Le temps nécessaire à ce processus de guérison diffère pour chaque femme de même que pour leur partenaire.

La plupart des femmes qui ont subi un avortement spontané peuvent connaître une grossesse normale. Même les femmes qui ont subi plus d'un avortement spontané peuvent avoir une grossesse normale. Le fait d'avoir subi un avortement spontané ne signifie pas nécessairement que vous ne pouvez avoir d'enfants ni que vous avez un problème de santé et vous n'êtes pas moins fertile parce que vous en avez subi un. N'oubliez pas que vous n'êtes pas coupable et qu'il est improbable que vous ayez pu faire quoi que ce soit pour empêcher la perte de grossesse. Vos chances d'avoir un bébé restent bonnes.

Discutez avec votre partenaire du moment où vous désirez commencer à essayer à nouveau. Il est possible de devenir enceinte peu de temps après un avortement spontané, utilisez donc un moyen de contraception jusqu'à ce que vous soyez prête physiquement et émotionnellement à moins que vous désiriez devenir enceinte immédiatement. Si vous envisagez une nouvelle grossesse, notez que l'Organisation mondiale de la santé conseille d'attendre au moins 6 mois après votre premier avortement spontané avant d'avoir des rapports sexuels fécondants. Il y a cependant des études qui ne voient pas la nécessité de vous imposer un délai d'attente à la suite d'un avortement spontané. Lorsque vous vous sentirez prête à affronter une nouvelle grossesse, discutez de cette décision avec votre médecin.

Vous pouvez faire certaines choses pour vous assurer d'une grossesse normale :

  • demandez à votre médecin de vous faire subir un examen médical complet avant d'essayer à nouveau de devenir enceinte;
  • si vous fumez, arrêtez;
  • réduisez votre consommation d'alcool;
  • réduisez votre consommation de caféine;
  • faites suffisamment d'exercice physique (demandez à votre médecin de vous indiquer quand vous pouvez commencer à faire de l'exercice après un avortement spontané);
  • prenez un supplément de multivitamines contenant au moins 0,4 mg d'acide folique, en commençant au moins 3 mois avant la conception;
  • conservez un poids santé;
  • suivez un régime alimentaire sain et nutritif en suivant les recommandations du Guide alimentaire canadien;
  • vérifiez auprès de votre médecin ou de votre pharmacien avant de prendre un médicament disponible sans ordonnance.

Lorsque vous êtes à nouveau prête à commencer à essayer de devenir enceinte, discutez de votre décision avec votre médecin. Pour votre tranquillité, essayez de ne pas comparer votre expérience actuelle avec la précédente. Les grossesses sont toutes différentes jusqu'à un certain point. Pour vous tenir motivée, envisagez de parler à des femmes qui ont mené une grossesse à terme après avoir subi un avortement spontané.

La perte de grossesse représente une expérience difficile. Votre partenaire et vous-même devez passer à travers cette difficulté en tant que couple. Discutez ensemble pour raffermir votre relation. Envisagez de discuter avec votre médecin de votre perte. Votre médecin de famille peut également vous recommander un conseiller ou un psychologue qui se spécialise dans l'aide aux couples qui ont subi un avortement spontané.

N'oubliez pas que de nombreux couples ont connu des grossesses normales couronnées de succès après avoir subi un avortement spontané.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Comment-faire-face-a-un-avortement-spontane