Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Le mépolizumab est un anticorps monoclonal qui appartient à la classe de médicaments appelés inhibiteurs de l'interleukine-5. On l'utilise, en plus d'autres médicaments, pour traiter un type d'asthme appelé asthme éosinophilique. Ce type d'asthme est caractérisé par une augmentation de la présence d'un type de globules blancs appelés éosinophiles. On utilise le mépolizumab quand des doses élevées de corticostéroïdes et d'autres médicaments contre l'asthme ne suffisent pas à maîtriser les symptômes respiratoires.

On utilise également le mépolizumab pour traiter la granulomatose éosinophilique avec polyangéite (GÉPA). Il s'agit d'une affection rare qui se manifeste comme une inflammation des parois des petits vaisseaux sanguins à cause de la présence d'un trop grand nombre d'éosinophiles dans le sang et les tissus. Cette affection touche plus fréquemment les poumons et les sinus, mais d'autres parties du corps peuvent être touchées. On utilise le mépolizumab avec des corticostéroïdes pour atténuer les symptômes et amoindrir les poussées du GÉPA.

Le mépolizumab agit en réduisant la production d'une protéine dénommée interleukine-5. Cela réduit la quantité d'éosinophiles dans le sang, les poumons et les autres tissus.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Poudre lyophilisée
Chaque flacon de poudre lyophilisée stérile, ne contenant pas d'agent de conservation et servant à une injection sous-cutanée contient 144 mg de mépolizumab. Une fois reconstitué avec 1,2 mL d'eau stérile pour injection USP, chaque mL de solution contient 100 mg de mépolizumab. Ingrédients non médicinaux : saccharose, phosphate de sodium dibasique, heptahydraté et polysorbate 80; le pH de la solution est de 7,0. Le bouchon du flacon ne contient pas de latex.

Solution pour injection
Chaque 1 mL de solution stérile, claire à opalescente, incolore à jaune pâle ou à brun pâle, sans agent de conservation, pour injection sous-cutanée, contient 100 mg de mépolizumab. Ingrédients non médicinaux : acide citrique monohydraté, édétate disodique dihydraté, phosphate de sodium dibasique heptahydraté, polysorbate 80 et saccharose. Offert en forme de seringue de sécurité ou auto-injecteur prérempli.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose recommandée de mépolizumab pour le traitement d'asthme éosinophilique pour les adultes et les adolescents de plus de 12 ans est de 100 mg injectés par voie sous-cutanée (sous la peau) une fois toutes les 4 semaines. La dose pour les enfants âgés de 6 à 12 ans est de 40 mg injectés par voie sous-cutanée une fois toutes les 4 semaines.

Pour le traitement de la granulomatose éosinophilique avec polyangéite, la dose recommandée de mépolizumab pour les adultes est de 300 mg injectés de façon sous-cutanée une fois toutes les 4 semaines.

Le mépolizumab est d'abord administré sous la supervision d'un professionnel de la santé qualifié dans une clinique ou au bureau d'un médecin où les effets secondaires, comme les réactions allergiques graves, peuvent être immédiatement traités. Si cela est approprié, vous pourriez être formé afin de vous administrer vous-même les injections de ce médicament. Ne tentez pas de préparer ni de vous injecter ce médicament vous-même jusqu'à ce que vous ayez complètement compris comment le faire. Si l'auto-injection vous cause des difficultés, parlez-en à votre fournisseur de soins de santé.

Il est important que ce médicament soit employé conformément aux indications de votre médecin. Si vous manquez une injection de mépolizumab, communiquez avec votre médecin aussitôt que possible pour fixer un autre rendez-vous pour recevoir votre injection. Si vous vous injectez ce médicament vous-même et que vous oubliez une dose, injectez-la dès que possible et continuez à suivre votre échéancier habituel. S'il est presque le temps de votre injection suivante, ne vous injectez pas la dose oubliée et continuez à suivre votre échéancier posologique habituel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

La présentation de ce médicament sous forme de poudre doit être conservée dans son emballage original à la température ambiante. Gardez-la à l'abri de la lumière et de l'humidité et hors de la portée des enfants. L'autoinjecteur prérempli ou les seringues préremplies doivent être conservés au réfrigérateur, à l'abri de la lumière. On peut les conserver à la température ambiante pour une durée maximale de 7 jours s'ils sont laissés dans leur emballage non ouvert et à l'abri de la lumière. Une fois l'emballage extérieur ouvert, le médicament doit être injecté au cours des 8 heures suivantes.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Quiconque ayant une allergie au mépolizumab ou à l'un des ingrédients de ce médicament ne devrait pas l'utiliser.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • une diarrhée;
  • de la douleur à la bouche ou à la gorge;
  • une douleur gastrique;
  • une douleur musculaire, osseuse ou articulaire;
  • un embarras de la respiration nasale;
  • une éruption cutanée;
  • des étourdissements;
  • une faiblesse musculaire;
  • un mal de dos ou de cou;
  • un mal de gorge;
  • des maux de tête;
  • une perte d'énergie;
  • des picotements ou un engourdissement;
  • des plaques rougeâtres prurigineuses (qui démangent) sur la peau;
  • des réactions au site d'injection (par ex. de la douleur, de la rougeur, de l'enflure, une sensation de brûlure)
  • une sensation de tournoiement;
  • des symptômes d'une infection des sinus ou d'un rhume (par ex. une toux, des maux de gorge, un écoulement nasal, une congestion nasale);
  • une vision floue;
  • des vomissements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • une fièvre;
  • des symptômes attribuables à une infection pulmonaire (par ex. de la congestion pulmonaire, de la toux, un inconfort généralisé);
  • des symptômes d'une infection des voies urinaires (par ex. de la douleur lors de l'émission de l'urine, une fréquence accrue de l'émission d'urine, de la douleur dans le bas du dos ou de flanc).

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des signes d'une réaction allergique importante (par ex. des crampes abdominales, une difficulté respiratoire, des nausées et des vomissements, ou une boursouflure du visage et une enflure de la gorge).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Infections : les personnes qui utilisent du mépolizumab peuvent courir un risque accru de contracter des infections parasitiques causées par des helminthes (vers). Si vous voyagez dans des régions où les infections parasitiques par des vers sont fréquentes, demandez à. votre médecin comment vous pouvez éviter de contracter ces infections et de vous indiquer les symptômes à surveiller.

Prise d'autres médicaments : le mépolizumab n'est pas destiné à remplacer les autres médicaments contre l'asthme. Continuez à utiliser vos médicaments préventifs contre l'asthme (bronchodilatateurs à action prolongée et corticostéroïdes) et vos bronchodilatateurs à action rapide pour le soulagement des crises d'asthme tels que prescrits par votre médecin.

Réactions allergiques : tous les médicaments biologiques comme le mépolizumab peuvent provoquer de graves réactions allergiques. Si vous subissez des démangeaisons, une éruption cutanée, des étourdissements ou un évanouissement, des difficultés respiratoires ou une enflure de la gorge ou de la langue, consultez immédiatement un médecin. Ces réactions se produisent habituellement rapidement après l'administration du médicament, mais elles peuvent survenir quelques jours après avoir reçu la dose et n'importe quand pendant votre traitement avec ce médicament.

Symptômes de l'asthme : ce médicament n'est pas destiné à être utilisé pendant une crise d'asthme. Utilisez votre médicament de secours lorsque vous subissez un épisode de sifflements respiratoires ou des difficultés respiratoires. Indiquez à votre médecin si votre asthme s'accentue après que vous ayez commencé à utiliser ce médicament.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si vous devenez enceinte pendant que vous prenez ce médicament ou moins de 4 mois après avoir arrêté de le prendre, communiquez immédiatement avec votre médecin.

Allaitement : on ignore si le mépolizumab passe dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament pour traiter l'asthme éosinophilique n'a été établie en ce qui concerne les enfants âgés de moins de 6 ans. Ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament pour traiter la granulomatose éosinophilique avec polyangéite n'a été établie en ce qui concerne les enfants âgés de moins de 18 ans.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous prenez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2021. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/drug/getdrug/Nucala