Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

L'apomorphine appartient à la classe de médicaments appelés agents anti-parkinsoniens. On l'utilise pour remédier au retour des problèmes associés aux mouvements et à la raideur qui se produisent quand les effets des autres médicaments servant au traitement de la maladie de Parkinson se sont estompés. Cet « épuisement de l'effet thérapeutique en fin de dose » se produit dans les cas avancés de la maladie de Parkinson.

L'apomorphine aide à maîtriser les symptômes de la maladie de Parkinson en corrigeant le déséquilibre chimique du cerveau qui est à leur origine. Bien que l'apomorphine aide à soulager ces symptômes, elle ne ralentit pas la progression de la maladie.

Ce médicament peut être disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations, ou les deux. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Ampoule
1 mL de solution stérile transparente, incolore ne contenant pas de particules ou d'agent de conservation pour injection sous-cutanée contient 10 mg de chlorhydrate d'apomorphine. Ingredients non médicinaux : métabisulfite de sodium (E223) et eau pour injection; peut également contenir de l'acide chlorhydrique et de l'hydroxyde de sodium pour l'ajustement du pH.

Penfill
1 mL de solution stérile transparente, incolore ne contenant pas de particules ou d'agent de conservation pour injection sous-cutanée contient 10 mg de chlorhydrate d'apomorphine. Ingredients non médicinaux : métabisulfite de sodium (E223) et eau pour injection; peut également contenir de l'acide chlorhydrique et de l'hydroxyde de sodium pour l'ajustement du pH.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose initiale recommandée d'apomorphine est de 2 mg injectés de façon sous-cutanée (sous la peau) quand les effets de votre médicament habituel se sont estompés, ce qui provoque la récidive des symptômes de la maladie de Parkinson. Selon l'efficacité et les effets secondaires du médicament, votre médecin pourra augmenter la dose jusqu’à détermination de la dose qui soulage vos symptômes. La dose maximale recommandée est de 6 mg.

Si une dose unique d'apomorphine est inefficace pour une période « d'épuisement de l'effet thérapeutique », on ne doit pas administrer une deuxième dose pour cette période. Ne répétez pas la dose d'apomorphine plus rapidement que 2 heures après la dernière dose.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

On doit utiliser l'apomorphine en suivant les directives et sous la supervision d'un médecin. Votre médecin ou un infirmier(ère) peut vous demander de vous injecter le médicament chez vous une fois qu’ils vous auront montré comment le faire et qu’ils auront la certitude que vous le ferez sans difficulté à la maison. N'essayez pas de préparer ou de vous injecter ce médicament vous-même avant de savoir exactement comment mélanger et injecter une dose. Ce médicament doit être transparent et incolore. Ne l'injectez pas s'il est vert, trouble ou si vous y voyez des particules.

Si vous oubliez une dose, injectez-vous la dose suivante quand vous en avez besoin. Les doses d’apomorphine doivent être espacées d'au moins 2 heures. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Conservez ce médicament à la température ambiante, à l'abri de la lumière et de l'humidité et hors de la portée des enfants. Jetez tout le médicament restant dans un stylo prérempli 48 heures après votre premier usage de celui-ci.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer l'apomorphine dans les circonstances ci-après :

  • une allergie à l'apomorphine ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • la prise de médicaments antiémétiques qui agissent sur la sérotonine (p. ex. l'ondansétron, le granisétron, le palonosétron);
  • la prise de médicaments qui abaissent la pression artérielle ou qui dilatent les vaisseaux sanguins;
  • une réduction importante de la fonction hépatique;
  • une réduction importante de la fonction rénale.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • l'apparition d'ecchymoses, d'enflure ou de démangeaisons au site d'injection;
  • un assoupissement;
  • des bâillements;
  • de la confusion;
  • des douleurs articulaires;
  • un écoulement nasal;
  • une enflure des mains, des bras, des jambes et des pieds;
  • des étourdissements;
  • un évanouissement;
  • des maux de tête;
  • de la nausée;
  • des troubles du sommeil;
  • des vomissements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.
Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • l'accélération, l'irrégularité ou une force excessive des battements cardiaques;
  • l'agitation;
  • des anomalies du champ visuel;
  • des anomalies de la pensée – croire des faussetés malgré les faits évidents;
  • l'anxiété;
  • l'apparition de changements cutanés inusités, de décoloration ou de grains de beauté;
  • changements de couleur, de forme ou de taille de grains de beauté;
  • un comportement compulsif (par ex. le jeu, les dépenses excessives);
  • un endormissement soudain;
  • des étourdissements, plus particulièrement en se levant après avoir été en position assise ou couchée;
  • un évanouissement en se levant depuis les positions assise et debout;
  • des hallucinations (par ex. l'illusion d'entendre ou de voir quelque chose qui n'existe pas réellement);
  • de la maladresse ou de l'instabilité;
  • des mouvements incontrôlés soudains.

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • la présence d'une érection pénienne douloureuse durant plus de 4 heures;
  • une raideur musculaire prononcée accompagnée d'une forte fièvre, de battements cardiaques rapides ou irréguliers, de sudation excessive, de confusion ou d'une baisse du niveau de conscience;
  • des symptômes attribuables à une réaction allergique importante (de l'urticaire; des difficultés respiratoires, de la difficulté à avaler, une enflure du visage, de la bouche, de la gorge ou de la langue).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Alcool : la consommation d'alcool  peut accentuer certains des effets secondaires de l'apomorphine. Évitez de boire de l’alcool pendant que vous utilisez ce médicament.

Changements de comportement et d'humeur : il a été démontré que ce médicament provoque des sautes d'humeur, des changements du comportement et certains symptômes psychotiques. Si vous avez des antécédents de problèmes de santé mentale, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.
Vous pourriez remarquer un comportement compulsif comme du jeu excessif, une augmentation de l'activité sexuelle ou des dépenses inappropriées. Si vous subissez des symptômes attribuables à une dépression comme une baisse de la capacité de concentration, des changements de poids ou du sommeil, une réduction de l'intérêt pour les activités auparavant agréables, communiquez dès que possible avec votre médecin. Si vous remarquez un comportement compulsif ou des signes de dépression chez un membre de votre famille, assurez-vous qu'il consulte son médecin.

Chutes : les personnes atteintes de la maladie de Parkinson sont plus susceptibles de tomber parce que la maladie les empêche de bouger finement pour corriger leur déséquilibre postural. L'utilisation d'apomorphine peut augmenter le risque de chute à cause des baisses de pression artérielle et des changements dans la capacité de se mouvoir.

Après avoir utilisé une dose d'apomorphine, n'oubliez pas de vous lever lentement depuis les positions assise ou coucher et de rester près d'un appui jusqu'à ce que vous soyez assuré de votre équilibre.

Endormissement soudain : certains rapports ont indiqué que des personnes se sont endormies sans avertissement ou somnolence préalable après avoir pris ce médicament. Si vous présentez un désordre du sommeil ou si ce phénomène s'est produit chez vous lors de la prise d'autres médicaments antiparkionsoniens, discutez-en avec votre médecin. Si vous êtes somnolent pendant que vous prenez ce médicament, évitez de conduire un véhicule ou de manœuvrer de la machinerie.

Fonction hépatique : la maladie hépatique ou la réduction de la fonction hépatique peut provoquer une accumulation de ce médicament dans l’organisme, causant ainsi des effets secondaires. Si vous avez des problèmes hépatiques, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.
Si vous observez la survenue de symptômes de troubles hépatiques comme de la fatigue, une sensation de malaise, une perte de l'appétit, de la nausée, le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, une urine foncée, des selles claires, une douleur abdominale ou une enflure et une démangeaison cutanée, prenez contact avec votre médecin le plus tôt possible.

Fonction rénale : les reins sont partiellement responsables du retrait de ce médicament de votre organisme. Les maladies rénales ou la diminution de la fonction rénale peuvent causer l’accumulation de ce médicament dans le corps, ce qui provoque des effets secondaires. Si votre fonction rénale est réduite ou si vous êtes atteint d'une maladie rénale, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Mélanome : les personnes atteintes de la maladie de Parkinson, pourraient courir un risque accru de mélanome (un type de cancer de la peau). On ignore si ce risque accru est imputable à la maladie de Parkinson ou aux médicaments employés pour soigner la maladie de Parkinson. Vous ferez l'objet d'une surveillance médicale qui ciblera les signes de cancer de la peau pendant que vous prenez ce médicament. Discutez avec votre médecin de ce qui vous inquiète.

Nausées et vomissements : l'utilisation de l'apomorphine provoque des nausées et des vomissements importants lorsqu'on la prend à des doses normales. Il est probable que votre médecin vous prescrira un médicament pour prévenir ces effets; vous devrez commencer à le prendre quelques jours avant votre première dose d'apomorphine.

Pression artérielle basse : l'apomorphine peut provoquer une chute de la pression artérielle, en particulier lorsqu'on se lève depuis les positions assise ou couchée. Si vous avez des étourdissements ou si vous éprouvez une sensation de tête légère ou de battements plus rapides du pouls et que ce phénomène ne disparaît pas après quelques minutes, appelez votre médecin. Étant donné que ce médicament peut causer des étourdissements ou une sensation de tête légère, ne vous levez pas trop rapidement après avoir été en position assise ou couchée pendant un certain temps. Si vous êtes atteint d'une maladie cardiaque (p. ex. une insuffisance cardiaque, une crise cardiaque) ou si vous prenez des médicaments pour abaisser la pression artérielle, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Rythme cardiaque : l'apomorphine peut modifier le rythme cardiaque normal, y compris causer des battements irréguliers appelés prolongation de l’intervalle QT. Cette prolongation est un trouble grave qui met la vie en danger et peut causer un évanouissement, des convulsions et la mort subite. Si vous êtes prédisposé à des problèmes du rythme cardiaque (par ex. si vous êtes atteint d’insuffisance cardiaque, si vous faites de l’angine, ou si vos taux de potassium ou de magnésium sont peu élevés), discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Somnolence ou vigilance réduite : l'apomorphine peut influer sur les capacités mentales ou physiques exigées pour accomplir des activités potentiellement dangereuses comme conduire une voiture ou faire fonctionner des machines. Évitez de conduire un véhicule, de manœuvrer de la machinerie ou d'accomplir d'autres tâches possiblement dangereuses avant d'avoir établi comment ce médicament agit sur vous.

Syndrome malin des neuroleptiques (SMN) : un syndrome potentiellement fatal dit le syndrome malin des neuroleptiques, ou SMN, peut se manifester consécutivement à l'emploi d'apomorphine. Si vous remarquez certains des symptômes du SMN comme une fièvre élevée, de la raideur musculaire, de la confusion ou une perte de connaissance, des sueurs, des battements cardiaques irréguliers ou très rapides, ou un évanouissement, sollicitez immédiatement des soins médicaux.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : on ignore si l'apomorphine passe dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants.

Aînés : les personnes âgées sont plus susceptibles de subir des effets secondaires importants lors de la prise de l'apomorphine. De plus faibles doses seront probablement prescrites aux personnes âgées pour réduire ce risque.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre l'apomorphine et l'un des agents ci-après :

  • les agonistes alpha (par ex. la clonidine, le méthyldopa);
  • l'aldesleukine;
  • l'aliskirène;
  • les alphabloquants (par ex. l'alfuzosine, la doxazosine, la tamsulosine);
  • l'amifostine;
  • les antagonistes de la sérotonine (les médicaments anti-émétiques; par ex. le granisétron, l'ondansétron);
  • les antagonistes du calcium (par ex. l'amlodipine, le diltiazem, la nifédipine, le vérapamil);
  • les antiarythmiques (par ex. l'amiodarone, le disopyramide, la flecaïnide, la procaïnamide, la quinidine);
  • les antibiotiques de la famille des quinolones (par ex. la ciprofloxacine, l'ofloxacine, la sparfloxacine);
  • les antibiotiques macrolides (par ex. la clarithromycine, l'érythromycine);
  • les antipsychotiques (par ex. la chlorpromazine, la clozapine, l'halopéridol, l'olanzépine, la quétiapine, la rispéridone);
  • les barbituriques (par ex. le butalbital, le pentobarbital, le phénobarbital);
  • les bêta bloquants (par ex. l'aténolol, le propranolol, le sotalol);
  • les bloqueurs des récepteurs de l'angiotensine (par ex. le candésartan, l'irbésartan, le losartan);
  • la brimonidine;
  • le bupropion;
  • la chloroquine;
  • le conivaptan;
  • le dégarélix;
  • les dérivés nitrés (par ex. la nitroglycérine, le dinitrate d'isosorbide, le mononitrate d'isosorbide);
  • les diurétiques (pilules pour éliminer l'eau; par ex. le furosémide, l'hydrochlorothiazide, le triamtérène);
  • le dompéridone;
  • la duloxétine;
  • la guanfacine;
  • l'hydralazine;
  • les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine ou IECA (le captopril, l'énalapril, le ramipril);
  • les inhibiteurs de la phosphodiestérase-5 (par ex. le sildénafil, le tadalafil, le vardénafil);
  • les inhibiteurs de la protéine kinase (par ex. le lapatinib, le pazopanib, le sunitinib);
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine ou ISRS (par ex. le citalopram, la fluoxétine, la paroxétine, la sertraline);
  • le kava;
  • la lévodopa;
  • le lopinavir;
  • la méthadone;
  • le méthylphénidate;
  • la métoclopramide;
  • la mifépristone;
  • le minoxidil;
  • l'obinutuzumab;
  • la pentoxifylline;
  • le pramipexole;
  • la quinine;
  • le ropinirole;
  • le saquinavir;
  • la tétrabénazine;
  • la tizanidine.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments,
  • remplacer l'un des médicaments par un autre,
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux,
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine (en fumant des cigarettes) ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2019. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/drug/getdrug/Movapo