Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

La progestérone présentée en gel vaginal et en comprimés vaginaux appartient à la classe des médicaments appelés progestatifs. Ces médicaments s'utilisent dans le cadre de la fécondation in vitro (FIV). Ils aident à préparer la paroi de l'utérus à l'implantation (la pénétration dans la muqueuse de l'utérus) d'un œuf fécondé et à maintenir une grossesse après l'implantation de l'œuf.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations, ou les deux. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Chaque applicateur vaginal monobloc à usage unique, jetable, en polyéthylène blanc et muni d'un embout dévissable contient 90 mg de progestérone (8 %). Chaque applicateur contient 1,45 g de gel et distribue 1,125 g de gel. Ingrédients non médicinaux : carbomer 974P, glycérine, glycérides d'huile de palme hydrogénés, paraffine liquide et polycarbophile, eau purifiée, hydroxyde de sodium et acide sorbique.

Comment doit-on employer ce médicament ?

Gel vaginal : la dose recommandée de gel vaginal de progestérone est 90 mg (un applicateur) enfoncé dans le vagin 1 fois ou 2 fois par jour, en commençant le jour du transfert embryonnaire. Si une grossesse advient, le traitement peut se poursuivre jusqu'à concurrence de 12 semaines.

Pour insérer le gel vaginal de progestérone tenez l'applicateur par l'extrémité renflée et agitez-le de haut en bas afin que le contenu descende vers l'extrémité mince. Retirez l'embout en le dévissant et enfoncez doucement l'extrémité mince de l'applicateur dans le vagin tandis que vous êtes en position assise ou couchée sur le dos avec les genoux pliés. Appuyez fermement sur l'extrémité renflée de l'applicateur pour déposer le gel. Retirez et jetez l'applicateur. L'applicateur a été conçu pour l'emploi d'une dose unique.

Comprimé vaginal : la dose recommandée de comprimé vaginal de progestérone est 100 mg enfoncés dans le vagin 2 fois ou 3 fois par jour, en commençant 1 jour après le prélèvement des ovules. Si une grossesse advient, le traitement peut se poursuivre jusqu'à concurrence de 10 semaines.

Pour insérer le comprimé vaginal de progestérone, placer un comprimé dans l'espace prévu à l'extrémité de l'applicateur. Le comprimé doit bien s'encastrer et ne pas tomber. En position debout, assise ou couchée sur le dos avec les genoux pliés, placez délicatement la partie mince de l'applicateur (qui contient le comprimé) bien au fond du vagin. Poussez le piston pour libérer le comprimé. Retirez et jetez l'applicateur. L'applicateur a été conçu pour l'emploi d'une dose unique.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, employez le médicament le jour suivant et reprenez la suite du traitement. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Entreposez ce médicament à la température ambiante, ne l'exposez pas à une chaleur ni à un froid extrême, et gardez-le hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer ce médicament dans les circonstances ci-après :

  • une allergie à la progestérone ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • un avortement spontané qui laisse penser que des tissus sont encore dans l'utérus;
  • un cancer confirmé ou soupçonné dont la croissance est attribuable à la progestérone;
  • un cancer confirmé ou soupçonné du sein ou des organes génitaux (par ex. vaginal, utérin, ovarien);
  • une fonction hépatique diminuée ou une maladie du foie;
  • une grossesse ectopique (qui a lieu hors de l'utérus);
  • une porphyrie;
  • la présence ou des antécédents d'une inflammation des veines ou de problèmes de formation de caillots sanguins;
  • un saignement vaginal anormal pour lequel un diagnostic n'a pas été posé.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes employant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • une constipation;
  • des crampes;
  • de la douleur;
  • une douleur abdominale;
  • une douleur mammaire ou une douleur à la pression sur les seins;
  • un écoulement vaginal;
  • un état de nervosité;
  • une irritation vaginale;
  • des maux de tête;
  • de la nausée;
  • des sautes d'humeur;
  • une sensation de ballonnement;
  • de la somnolence.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • la présence de saignement ou de saignotement entre les menstruations;
  • des signes de dépression (par ex. un manque de concentration, des fluctuations pondérales, des changements du sommeil, un désintérêt à l'égard de nombreuses activités, des pensées suicidaires);
  • des symptômes attribuables au syndrome d'hyperstimulation ovarienne (SHO) (par ex. une prise de poids, une sensation de ballonnement, une rétention d'eau, de la nausée, des vomissements, une douleur pelvienne);
  • des symptômes de troubles hépatiques (par ex. le jaunissement du blanc des yeux ou de la peau, une perte d'appétit, une douleur abdominale, de la nausée et des vomissements, des selles claires ou une urine foncée);
  • des symptômes d'une infection des voies urinaires (par ex. de la douleur lors de l'émission de l'urine, une fréquence accrue de l'émission d'urine, de la douleur dans le bas du dos ou de flanc).

Cessez de prendre le médicament et obtenez tout de suite des soins médicaux si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • des signes d'un accident vasculaire cérébral (par ex. la survenue de maux de tête soudains ou d'une aggravation des maux de tête, des vomissements, des étourdissements, une syncope, des troubles de la vision ou de l'élocution, une faiblesse ou un engourdissement dans un bras ou une jambe);
  • des signes d'un caillot sanguin dans le bras ou la jambe (une douleur à la pression, de la douleur, une enflure, de la chaleur ou une rougeur dans le bras ou la jambe), ou dans les poumons (une difficulté respiratoire, une douleur thoracique vive qui est accentuée par l'inspiration, de la toux, du sang dans les crachats, une sudation excessive ou un évanouissement;
  • des signes d'une crise cardiaque (par ex. présence de douleur ou de pression à la poitrine, de douleur qui se propage à l'épaule ou au bras, de nausée et de vomissements, de sudation excessive);
  • une soudaine perte de la vision, partielle ou totale;
  • des symptômes d'une réaction allergique grave (comme un essoufflement, de l'urticaire, une boursouflure du visage ou une enflure de la gorge).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Ce médicament pourrait être nuisible aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Accident vasculaire cérébral : ce médicament augmente le risque d'un accident vasculaire cérébral (AVC). Si vous remarquez des signes attribuables à un accident vasculaire cérébral comme de la confusion, des difficultés d'élocution, une perte de coordination, l'apparition subite de maux de tête ou de changements de la vision, communiquez avec votre médecin dès que possible.

Autres médicaments vaginaux : le gel vaginal de progestérone ou les comprimés vaginaux ne devraient pas s'employer en même temps que d'autres médicaments ou produits vaginaux. Attendez au moins 6 heures après avoir appliqué le gel vaginal de progestérone avant d'employer d'autres médicaments ou produits vaginaux.

Caillots de sang : ce médicament peut causer des caillots de sang. Si vous constatez de la douleur, une enflure ou une rougeur au mollet ou à une jambe, une douleur thoracique, un essoufflement, une difficulté respiratoire, une douleur oculaire ou des anomalies du champ visuel, demandez immédiatement des soins médicaux.

Crise cardiaque : Lorsqu'on utilise de la progestérone, il existe un risque accru de formation de caillots sanguins, ce qui augmente le risque de crise cardiaque. Si vous observez des signes attribuables à une crise cardiaque (par ex. l'apparition subite de douleur au thorax ou de douleur irradiant dans le dos, le long du bras ou de la mâchoire; de l'anxiété, de la nausée ou une difficulté respiratoire), sollicitez immédiatement des soins médicaux.

Dépression : il a été démontré que certaines hormones, comme la progestérone, provoquent des changements d'humeur et des symptômes de dépression. Si vous souffrez de dépression ou avez des antécédents de dépression, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Si vous présentez des symptômes de dépression (comme un manque de concentration, un changement de poids, un changement touchant le sommeil ou une perte d'intérêt envers vos activités) ou si vous constatez qu'un membre de la famille traité par ce médicament présente ces symptômes, communiquez avec votre médecin au plus tôt.

Diabète : l'utilisation de progestérone peut provoquer une élévation des taux de glucose sanguin (peut causer une perte de la maîtrise de la glycémie) et un changement de la tolérance au glucose. Il se pourrait que les personnes atteintes de diabète aient à vérifier leur taux de sucre sanguin plus souvent durant la prise de ce médicament.

Foie : ce médicament peut causer des troubles hépatiques. Si vous observez un jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, de la nausée, des vomissements, une douleur abdominale, des selles pâles ou une urine sombre, communiquez avec votre médecin. Votre médecin surveillera votre fonction hépatique pendant que vous employez ce médicament.

Rétention d'eau : la progestérone peut causer une rétention d'eau. En cas d'épilepsie, de migraines, d'asthme, de problèmes cardiaques ou rénaux, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Saignement vaginal : si vous constatez un saignement vaginal pendant que vous employez ce médicament, communiquez avec votre médecin.

Somnolence ou vigilance réduite : la progestérone peut causer de la somnolence. Évitez de conduire un véhicule ou de faire fonctionner des machines jusqu'au moment où vous aurez déterminé l'effet de ce médicament sur vos capacités de réaction mentale.

Grossesse : ce médicament peut s'employer jusqu'à concurrence de 10 à 12 semaines pour maintenir une grossesse.

Allaitement : ce médicament passe dans le lait maternel. Si vous employez la progestérone vaginale pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. L'allaitement maternel n'est pas recommandé pendant la prise de ce médicament.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants. Ce médicament n'est pas destiné à être utilisé par les enfants.

Aînés : l'utilisation de ce médicament est destinée aux femmes en âge de procréer. Ni sa sécurité d'emploi ni son efficacité n'a été établie pour les aînés.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre le gel vaginal ou le comprimé vaginal de progestérone et l'un des agents ci-après :

  • l'acide borique (topique);
  • les antidiabétiques (par ex. l'acarbose, la canagliflozine, le glyburide, l'insuline, la liraglutide, le lixisénatide, la metformine, la rosiglitazone);
  • d'autres médicaments ou traitements vaginaux (par ex. le clotrimazole ou le miconazole);
  • la bromocriptine.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2022. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/drug/getdrug/Crinone