Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Ce médicament contient deux ingrédients : la naltrexone et le bupropion. La naltrexone est un  antagoniste pur des opiacés. Le bupropion appartient à la classe des antidépresseurs. Ensemble, ils agissent sur différentes régions du cerveau pour maîtriser l'appétit et les pulsions alimentaires.

On les utilise ensemble, en plus de l'exercice et d'un régime faible en calories pour aider à réduire le poids des adultes qui sont obèses ou qui présentent de l'embonpoint et qui sont atteint d'hypertension artérielle, de diabète de type 2 ou d'hypercholestérolémie (ont des taux élevés de cholestérol).

Ce médicament peut être disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Commandité

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Chaque comprimé pelliculé bleu, rond, biconvexe à libération prolongée portant l'inscription en creux « NB-890 » sur un côté contient 8 mg de chlorhydrate de naltrexone et 90 mg de chlorhydrate de bupropion. Ingrédients non médicinaux : dioxyde de silice colloïdale, crospovidone, édétate disodique, AD&C bleu nº 2 [carmin d'indigo sur substrat d'aluminium], hydroxypropylcellulose, hypromellose, lactose anhydre, lactose monohydraté, chlorhydrate de L-cystéine, macrogol/PEG, stéarate de magnésium, cellulose microcristalline, alcool polyvinylique (en partie hydrolysé), talc et dioxyde de titane.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose initiale habituelle de ce médicament est d'un (1) comprimé pris oralement une fois par jour, le matin pendant la première semaine. Pour la deuxième semaine, la dose est d'un comprimé deux fois par jour, un le matin et un au souper. La dose est augmentée d'un comprimé par jour chaque semaine jusqu'à l'obtention de la dose quotidienne maximale recommandée de deux comprimés pris deux fois par jour.

On peut prendre l'association naltrexone-bupropion avec les repas. On doit éviter les repas à forte teneur en graisses, car cela augmente la quantité de médicament dans l'organisme et peut augmenter les effets indésirables. Avalez les comprimés entiers. Vous ne devez pas les couper, les broyer, ni les mâcher.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est très important que ce médicament soit pris conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose de ce médicament, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Conservez ce médicament à la température ambiante, à l'abri de la lumière et de l'humidité et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer le bupropion dans les circonstances ci-après :

  • une allergie à la naltrexone, au bupropion ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • un brusque sevrage de l'alcool, des benzodiazépines (par ex. le diazépam, le clonazépam, le lorazépam), d'autres sédatifs (par ex. le phénobarbital) ou des médicaments anticonvulsivants;
  • une grossesse;
  • une insuffisance rénale terminale;
  • une pression artérielle élevée non maîtrisée;
  • la prise actuelle de thioridazine (un antipsychotique);
  • la prise d'opiacés analgésiques (par ex. les médicaments narcotiques comme l'oxycodone et la codéine) ou opiacés antagonistes (par ex. la méthadone);
  • la prise d'un autre médicament qui contient du bupropion (par ex. Wellbutrin XL®, Wellbutrin® SR ou Zyban®);
  • la prise d'un inhibiteur de la monoamine oxydase (par ex. la phénelzine, la tranylcypromine) au cours des 2 semaines précédents;
  • une réduction importante de la fonction hépatique;
  • des symptômes de sevrage aux opiacés;
  • un trouble convulsif ou des antécédents de convulsion;
  • un trouble de l'alimentation actuel ou dans les antécédents (boulimie ou anorexie).

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • des brûlures d'estomac,
  • de la constipation,
  • une diarrhée;
  • des difficultés d'attention;
  • une douleur abdominale,
  • une éruption cutanée;
  • des étourdissements;
  • de la fatigue;
  • un goût métallique dans la bouche;
  • des maux de tête;
  • de la nausée;
  • une perte de cheveux;
  • des rêves insolites;
  • une sécheresse de la bouche;
  • une sensation de tournoiement;
  • de la sudation;
  • des symptômes semblables à ceux de la grippe (par ex. des endolorissements musculaires, un toux, de la fatigue, un manque soudain d'énergie, un mal de gorge ou une fièvre);
  • des tremblements;
  • des troubles du sommeil;
  • des vomissements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • des actes impulsifs dangereux;
  • de l'agitation;
  • de l'agressivité
  • l'apparition d'anxiété ou l'aggravation de celle-ci;
  • l'apparition ou l'aggravation des signes et des symptômes de dépression (par ex. un manque de concentration, des fluctuations pondérales, des troubles du sommeil, de l'indifférence à l'égard de nombreuses activités, des pensées suicidaires);
  • un comportement colérique ou violent;
  • des crises de panique;
  • une élévation de la pression artérielle (p. ex, des maux de tête, des saignements de nez, des étourdissements, rougir du visage);
  • des épisodes de manie (p. ex. se sentir très euphorique, parler rapidement, la prise de risques indus, avoir moins besoin de sommeil);
  • une fréquence cardiaque accrue;
  • des hallucinations (par ex. l'illusion d'entendre ou de voir quelque chose qui n'existe pas réellement);
  • des signes attribuables à des problèmes hépatiques (par ex. un jaunissement de la peau ou des yeux, des douleurs abdominales, de la nausée, des vomissements, l'apparition d'urine foncée)
  • des symptômes attribuables à une baisse du taux de sucre sanguin (par ex. des sueurs froides, une pâleur et une fraîcheur de la peau, des maux de tête, une accélération des battements cardiaques, de la faiblesse);
  • des symptômes de glaucome (par ex. une vision trouble, un halo de couleurs vives autour des sources de lumière, des yeux rouges, une pression accrue dans les yeux, une douleur ou une sensation désagréable dans les yeux);
  • un tintement dans les oreilles.

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des crises convulsives;
  • des pensées relatives à l'automutilation ou au suicide;
  • le sevrage d'opiacés (si on avait pris des opiacés moins de 7 à 10 jours avant de commencer à prendre l'association naltrexone-bupropion) (p. ex. de la nausée et des vomissements, de l'anxiété, des troubles du sommeil, des bouffées de chaleur et des frissons, de la sudation excessive, des crampes musculaires, de la diarrhée);
  • des signes d'une réaction allergique importante (par ex. des crampes abdominales, une difficulté respiratoire, des nausées et des vomissements, ou une boursouflure du visage et une enflure de la gorge);
  • une surdose d'opiacés (si on prend des opiacés) (p. ex des difficultés respiratoires, une respiration lente et superficielle, une somnolence importante, des étourdissements importants, de la confusion, sentiment de faiblesse).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Comportement suicidaire ou agité ou d'autres modifications du comportement : les personnes qui emploient ce médicament peuvent ressentir de l'agitation (de l'impatience, de l'anxiété, de l'agressivité, des émotions fortes et avoir le sentiment de ne pas être eux-mêmes), ou ils peuvent vouloir se faire du mal ou faire du mal à quelqu'un. Ces symptômes pourraient apparaître quelques semaines après le début d'un traitement par ce médicament. Si vous ressentez ces effets secondaires ou s'il vous semble qu'ils touchent un membre de votre famille qui emploie ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement. Votre médecin vous suivra de près afin de détecter toute modification émotionnelle ou comportementale.

Diabète : la perte de poids provoque souvent une réduction du taux de sucre sanguin. L'utilisation de l'association naltrexone-bupropion peut ainsi causer des épisodes d'hypoglycémie lorsqu'elle est prise par des personnes atteintes du diabète qui utilisent certains médicaments oraux pour maîtriser leur sucre sanguin. Vous pourriez trouver nécessaire de contrôler votre taux de glucose sanguin plus fréquemment pendant que vous utilisez ce médicament.

Si vous êtes atteint du diabète ou si vous êtes prédisposé à contracter cette maladie, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.  

Fonction hépatique : la maladie hépatique ou la réduction de la fonction hépatique peut provoquer une accumulation de ce médicament dans l'organisme, causant ainsi des effets secondaires. Si vous avez une affection hépatique, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. L'association naltrexone-bupropion n'est pas recommandée aux personnes dont la fonction hépatique est grandement réduite.

Ce médicament peut également causer une fonction hépatique réduite. Si vous observez la survenue de symptômes de troubles hépatiques comme de la fatigue, une sensation de malaise, une perte de l'appétit, de de la nausée, le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, une urine foncée, des selles claires, une douleur ou une enflure abdominale, et une démangeaison cutanée, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Fonction rénale : la diminution de la fonction rénale peut causer l'accumulation de ce médicament dans le corps, ce qui provoque des effets secondaires. Si vous souffrez d'une affection rénale, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Ce médicament n'est pas recommandé aux personnes atteintes d'une insuffisance rénale terminale.

Glaucome : l'utilisation de ce médicament peut accentuer les symptômes du glaucome (augmentation de la pression intraoculaire). Si vous avez un glaucome, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection et de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Pendant que vous prenez ce médicament, signalez tout changement de votre vision à votre médecin dès que possible.

Ingestion accidentelle : si vous avez une dépendance aux narcotiques et que vous ingérez accidentellement ce médicament, des symptômes de sevrage intenses pourraient apparaître, à savoir de la confusion, de la nausée, des tremblements, de la sudation, de l'anxiété, des hallucinations, des vomissements, ou de la diarrhée. Ne donnez pas ce médicament à quiconque, surtout pas aux personnes qui ont une dépendance aux médicaments opiacés.

Interférence avec les médicaments contenant des opioïdes : étant donné que ce médicament agit en bloquant les effets des opiacés, son action peut perturber celle d'autres médicaments qui contiennent des opioïdes, comme certains médicaments contre la toux et le rhume, les médicaments antidiarrhéiques et certains analgésiques (les médicaments contre la douleur). La prise de plus fortes doses de narcotiques pour tenter de contrer les effets de blocage de la naltrexone pourrait provoquer de graves effets secondaires des narcotiques. Discutez avec votre médecin ou un pharmacien de substituts sans opioïdes.

Malabsorption du glucose/intolérance au galactose : ce médicament contient du lactose. Si vous avez une intolérance au lactose ou au galactose, vous ne devez pas le prendre.

Maladie cardiaque : le bupropion peut provoquer une augmentation de la tension artérielle susceptible d'aggraver certaines conditions cardiaques. Aucune donnée ne permet d'affirmer l'innocuité du bupropion chez des personnes ayant des antécédents récents de crise cardiaque ou de maladie cardiaque instable. Si vous avez subi une crise cardiaque au cours des 6 derniers mois, si votre rythme cardiaque est irrégulier, si votre tension artérielle est élevée, si vous êtes atteint d'insuffisance cardiaque congestive ou si vous avez récemment subi un accident vasculaire cérébral, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Médicaments identiques : le Wellbutrin®, le Zyban® et plusieurs autres médicaments contiennent le bupropion. Le Reliva® et le Relistor® contiennent la naltrexone. Si vous prenez l'association naltrexone-bupropion, ne prenez pas d'autre produit contenant du bupropion ou de la naltrexone, car le risque de réactions indésirables augmente avec le dosage.

Risque de convulsions : le bupropion peut accroître le risque d'une convulsion. Si vous êtes à risque de convulsions, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Le risque de crises convulsives pourrait être accru par :

  • des antécédents de traumatisme crânien ou de convulsions (y compris l'épilepsie);
  • une consommation d'alcool immodérée;
  • une dépendance à la cocaïne, aux stimulants ou aux opiacées (comme la morphine);
  • un diabète traité par médicaments oraux ou par insuline;
  • de graves troubles hépatiques;
  • des tumeurs au cerveau ou à la moelle épinière;
  • l'utilisation d'autres médicaments augmentant le risque de convulsions (par ex. des antipsychotiques, des antidépresseurs, le lithium, la théophylline, les stéroïdes);
  • l'utilisation de stimulants (sans ordonnance) ou de coupe-faim.

Santé mentale : le bupropion peut engendrer un trouble du comportement et des perturbations au niveau de la pensée pouvant s'aggraver chez les personnes étant atteintes de troubles psychotiques. Il peut également engendrer le développement de symptômes attribuables à la psychose ou à la manie chez les personnes n'ayant jamais ressentis ceux-ci auparavant. Si vous ressentez des symptômes tels que des hallucinations, de la manie (une sensation inhabituelle d'excitation ou de disinhibition), des pensées délirantes ou si vous remarquez ces symptômes chez l'un des membres de votre famille prenant ce médicament, veuille contacter votre médecin au plus vite. Si vous êtes touché par un problème de santé mentale, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Somnolence ou vigilance réduite : le bupropion peut influer sur les capacités mentales ou physiques exigées pour accomplir des activités potentiellement dangereuses comme conduire une voiture ou faire fonctionner des machines. Évitez ces activités jusqu'à ce que vous ayez déterminé de quelle façon ce médicament influe sur votre capacité de les accomplir en toute sécurité.

Grossesse : la perte de poids n'est pas bénéfique aux femmes enceintes et peut nuire au développement du bébé. L'utilisation de l'un ou l'autre de ces médicaments peut également être préjudiciable au développement du bébé. Pour ces raisons, on ne doit pas utiliser ce médicament pendant la grossesse. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : le bupropion et la naltrexone passent dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité du bupropion n'a été établie en ce qui concerne les enfants.

Aînés : les personnes âgées peuvent être prédisposées à subir des effets indésirables à cause de la réduction de leur fonction rénale ou hépatique qui est associée à l'avancement en âge.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre le bupropion et l'un des médicaments ci-après :

  • l'alcool;
  • l'amantadine;
  • l'amiloride;
  • l'amoxapine;
  • les amphétamines (par ex. la dextroamphétamine, la lisdexamfétamine);
  • des antibiotiques de la famille des quinolones (par ex. la ciprofloxacine, la moxifloxacine);
  • les antidépresseurs tricycliques (par ex. la nortriptyline, l'imipramine, la désipramine);
  • des antidiabétiques (par ex.  le glyburide, l'insuline, la metformine, le repaglinide);
  • les antihistaminiques (par ex. la doxylamine, la diphénhydramine, l'hydroxyzine)
  • les antipaludiqes (par ex. la chloroquine, l'a mefloquine);
  • les antipsychotiques (par ex. la chlorpromazine, l'halopéridol, la rispéridone, la thioridazine);
  • le bleu de méthylène;
  • la bromocriptine;
  • la caféine;
  • le captopril;
  • la carbamazépine;
  • la clonidine;
  • le clopidogrel;
  • les corticostéroïdes (par ex. la beclométhasone, la dexaméthasone);
  • le dabrafénib;
  • le dextrométhorphane;
  • la digoxine;
  • la doxorubicine;
  • l'éliglustat;
  • la fésotérodine;
  • la flécaïnide;
  • les inhibiteurs de la monoamine oxydase (par ex. la phénelzine, la tranylcypromine, le moclobémide, la sélégiline) – le bupropion ne doit pas être commencé avant qu'au moins 14 jours se soient écoulés après la fin de la prise d'un inhibiteur de la monoamine oxydase (IMAO);
  • les inhibiteurs des récepteurs H2 de l'histamine (par ex. la famotidine, la ranitidine);
  • les inhibiteurs non-nucléosidiques de la transcriptase inverse du VIH (INNTIs; par ex. la delavirdine, l'éfavirenz, l'étravirine, la névirapine);
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine ou ISRS (par ex. le citalopram, la fluoxétine, la paroxétine, la sertraline);
  • le linézolide;
  • le lopéramide;
  • le lopinavir;
  • le lumacaftor;
  • la mémantine;
  • la méthadone;
  • le méthylphénidate;
  • le métoprolol;
  • la mifépristone;
  • la mirtazapine;
  • le naloxégol;
  • les narcotiques analgésiques (par ex. la codéine, le fentanyl, l'hydrocodone, la morphine, l'oxycodone);
  • la néfazodone;
  • le nilotinib;
  • le phénobarbital;
  • la phénytoïne;
  • le pramipexole;
  • la primaquine;
  • la procaïnamide;
  • la prochlorpérazine;
  • la propafénone;
  • le propranolol;
  • la rifampine;
  • le ropinirole;
  • le tamoxifène;
  • la tamsulosine;
  • la tétrabénazine;
  • la théophylline;
  • la ticlopidine;
  • la toltérodine;
  • la varénicline;
  • la venlafaxine.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2019. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/drug/getdrug/Contrave