Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Le méthylphénidate à libération contrôlée appartient à la famille des médicaments appelés stimulants. Elle s'utilise pour soigner le trouble de déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH). Il aide à accroître l'attention et à réduire l'agitation des enfants de 6 ans et plus, des adolescents et des adultes qui sont atteints du TDAH.

D'autres mesures (par ex. une psychothérapie, une pédagogie curative et une sociothérapie) sont mises en œuvre en même temps que la prise de méthylphénidate à libération contrôlée et constituent les éléments d'un programme global contre le TDAH.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

10 mg
Chaque capsule à libération contrôlée au corps blanc et à la coiffe bleu turquoise pâle portant respectivement les inscriptions « Biphentin » et « 10 mg », contient 10 mg de chlorhydrate de méthylphénidate. Ingrédients non médicinaux : gélatine, hydroxypropylméthylcellulose, copolymère de l'acide méthacrylique, polyéthylèneglycol, granules de sucre, talc, dioxyde de titane et citrate de triéthyle. Enveloppe de la capsule : AD et C bleu nº 1.

15 mg
Chaque capsule à libération contrôlée au corps blanc et à la coiffe orangée portant respectivement les inscriptions « Biphentin » et « 15 mg », contient 15 mg de chlorhydrate de méthylphénidate. Ingrédients non médicinaux : gélatine, hydroxypropylméthylcellulose, copolymère de l'acide méthacrylique, polyéthylèneglycol, granules de sucre, talc, dioxyde de titane et citrate de triéthyle. Enveloppe de la capsule : D et C rouge nº 28, D et C jaune nº 10 et AD et C rouge nº 40.

20 mg
Chaque capsule à libération contrôlée au corps blanc et à la coiffe jaune portant respectivement les inscriptions « Biphentin » et « 20 mg », contient 20 mg de chlorhydrate de méthylphénidate. Ingrédients non médicinaux : gélatine, hydroxypropylméthylcellulose, copolymère de l'acide méthacrylique, polyéthylèneglycol, granules de sucre, talc, dioxyde de titane et citrate de triéthyle. Enveloppe de la capsule : D et C rouge nº 33 et D et C jaune nº 10.

30 mg
Chaque capsule à libération contrôlée au corps blanc et à la coiffe bleu violet portant respectivement les inscriptions « Biphentin » et « 30 mg », contient 30 mg de chlorhydrate de méthylphénidate. Ingrédients non médicinaux : gélatine, hydroxypropylméthylcellulose, copolymère de l'acide méthacrylique, polyéthylèneglycol, granules de sucre, talc, dioxyde de titane et citrate de triéthyle. Enveloppe de la capsule : AD et C bleu nº 1 et AD et C rouge nº 3.

40 mg
Chaque capsule à libération contrôlée au corps blanc et à la coiffe rose portant respectivement les inscriptions « Biphentin » et « 40 mg », contient 40 mg de chlorhydrate de méthylphénidate. Ingrédients non médicinaux : gélatine, hydroxypropylméthylcellulose, copolymère de l'acide méthacrylique, polyéthylèneglycol, granules de sucre, talc, dioxyde de titane et citrate de triéthyle. Enveloppe de la capsule : D et C rouge nº 28, AD et C bleu nº 1 et AD et C rouge nº 40.

50 mg
Chaque capsule à libération contrôlée au corps blanc et à la coiffe vert clair portant respectivement les inscriptions « Biphentin » et « 50 mg », contient 50 mg de chlorhydrate de méthylphénidate. Ingrédients non médicinaux : gélatine, hydroxypropylméthylcellulose, copolymère de l'acide méthacrylique, polyéthylèneglycol, granules de sucre, talc, dioxyde de titane et citrate de triéthyle. Enveloppe de la capsule : D et C jaune nº 10 et AD et C vert nº 3.

60 mg
Chaque capsule à libération contrôlée au corps blanc et à la coiffe grise fer portant respectivement les inscriptions « Biphentin » et « 60 mg », contient 60 mg de chlorhydrate de méthylphénidate. Ingrédients non médicinaux : gélatine, hydroxypropylméthylcellulose, copolymère de l'acide méthacrylique, polyéthylèneglycol, granules de sucre, talc, dioxyde de titane et citrate de triéthyle. Enveloppe de la capsule : lécithine et oxyde de fer.

80 mg
Chaque capsule à libération contrôlée au corps blanc et à la coiffe orange tirant sur le rouge portant respectivement les inscriptions « Biphentin » et « 80 mg », contient 80 mg de chlorhydrate de méthylphénidate Ingrédients non médicinaux : gélatine, hydroxypropylméthylcellulose, copolymère de l'acide méthacrylique, polyéthylèneglycol, granules de sucre, talc, dioxyde de titane et citrate de triéthyle. Enveloppe de la capsule : AD et C rouge nº 40, AD et C jaune nº 6 et D et C jaune nº 10.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose de méthylphénidate à libération contrôlée est déterminée selon les besoins de la personne qui prend le médicament. La prise du médicament débute habituellement à une faible dose qui est augmentée progressivement de semaine en semaine.

Pour les personnes qui n'ont pas encore employé le méthylphénidate, la dose initiale habituelle est de 10 mg à 20 mg pris 1 fois par jour, le matin. Évitez de prendre ce médicament tard dans la journée, car il peut rendre le sommeil difficile. On peut prendre le méthylphénidate à jeun ou non, mais on doit essayer d'être constant dans sa façon de le prendre (avec ou sans nourriture).

Pour les personnes qui emploient déjà le méthylphénidate à libération contrôlée, la dose initiale dépend de la dose prise auparavant. La dose maximale est de 60 mg par jour pour les enfants âgés de 6 ans et plus, et de 80 mg par jour pour un adulte.

Avalez ce médicament sans le croquer ni le mâcher, avec de l'eau ou d'autres liquides. Ne broyez pas et ne mâchez pas les capsules. Ce médicament est conçu pour être libéré dans l'organisme pendant une certaine période de temps. Lorsque les contenus de la capsule sont broyés, le médicament est libéré plus rapidement qu'il se doit dans le corps et cela peut provoquer des réactions indésirables importantes.

Si vous voulez, vous pouvez ouvrir la capsule et saupoudrer son contenu (le médicament) sur de la compote de pommes, de la crème glacée ou du yogourt. Le mélange complet doit être consommé en 30 minutes sans être mâché. Rincez la bouche avec de l'eau et avalez l'eau immédiatement.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Conservez ce médicament à la température ambiante, à l'abri de l'humidité et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Le méthylphénidate à libération contrôlée ne devrait pas s'utiliser dans les circonstances ci-après :

  • une affection cardiaque;
  • un durcissement de la paroi des artères (artériosclérose) avancé;
  • un état d'anxiété, de tension ou d'agitation;
  • un glaucome (une élévation de la pression dans l'œil);
  • un hyper fonctionnement de la glande thyroïde;
  • la présence de tics moteurs, du syndrome de Gilles de La Tourette ou d'antécédents familiaux du syndrome de Gilles de La Tourette;
  • une pression artérielle modérément à gravement élevée;
  • la prise d'un inhibiteur de la monoamine oxydase (IMAO; par ex. la phénelzine, la tranylcypromine) au cours des 14 jours précédents;
  • vous avez déjà abusé des médicaments.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • de l'agitation, un état de nervosité ou d'anxiété;
  • un assoupissement;
  • une diarrhée;
  • une douleur gastrique;
  • des étourdissements;
  • de la fatigue;
  • des maux de tête;
  • de la nausée;
  • une perte d'appétit;
  • une perte de poids;
  • une sécheresse de la bouche;
  • des troubles du sommeil;
  • des vomissements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • un comportement hostile ou agressif;
  • de la confusion;
  • de la difficulté à ouvrir la bouche;
  • de la difficulté à maîtriser ses impulsions;
  • une élévation de la pression artérielle;
  • une enflure des mains ou des pieds;
  • des hallucinations (par ex. l'illusion d'entendre, de voir ou de sentir quelque chose qui n'existe pas réellement);
  • des mouvements musculaires brefs et saccadés ou des tics;
  • des pensées ou des comportements anormaux;
  • une perte du contrôle de la vessie;
  • des symptômes de dépression (par ex. un désintérêt envers vos activités habituelles, de la tristesse, des pensées suicidaires);
  • des symptômes de manie (une exaltation de l'humeur ou de l'irritabilité, une tendance à l'insomnie et des pensées galopantes);
  • des symptômes du Phénomène de Raynaud (par ex. la décoloration des doigts de pied, de la douleur, la sensation de froid et/ou un engourdissement);
  • une vision floue;

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des convulsions (crises épileptiques);
  • une érection douloureuse et prolongée (4 heures ou plus);
  • des pensées ou un comportement suicidaire;
  • des signes attribuables au syndrome de Gilles de la Tourette (par ex. des tics moteurs (des mouvements) ou verbaux répétitifs);
  • des signes d'un accident vasculaire cérébral (par ex. des maux de tête intenses ou subits; une perte de coordination soudaine; des anomalies du champ visuel; des difficultés subites à articuler; ou une faiblesse, un engourdissement, ou de la douleur au bras ou à la jambe inexpliqués);
  • des signes de problèmes cardiaques soudain (par ex. un rythme cardiaque rapide, des palpitations, une douleur thoracique, un essoufflement, un évanouissement);
  • des signes d'une réaction allergique grave (une boursouflure du visage, une enflure des lèvres, des yeux ou de la gorge, de l'urticaire ou une difficulté respiratoire);
  • des symptômes du syndrome sérotoninergique (par ex. de la confusion, battements de cœur rapides, des hallucinations, un état d'excitation, des tremblements, des frissonnements, des soudaines contractions des muscles, de la sudation).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Affections psychiatriques : le méthylphénidate peut provoquer l'apparition ou l'aggravation d'autres affections de santé mentale. La présence de sautes d'humeur importantes, d'excitation inhabituelle, d'une augmentation ou de l'apparition de comportements agressifs ou d'autres changements comportementaux peut signifier un changement de la santé mentale. Si vous remarquez un changement de la pensée ou du comportement chez vous-même ou chez un membre de votre famille, communiquez avec votre médecin.

Arrêt de croissance : on ignore si ce médicament cause un arrêt de la croissance des enfants (c'est-à-dire une taille ou un poids inférieur à la normale). Ce phénomène n'a toutefois été signalé que pour des enfants qui utilisaient des stimulants comme le méthylphénidate à libération contrôlée dans un traitement à long terme. La croissance des enfants qui suivent un traitement de longue durée devrait faire l'objet d'une surveillance médicale stricte. La croissance des enfants qui suivent un traitement de longue durée devrait faire l'objet d'une surveillance médicale stricte.

Arrêt de la prise du médicament : consultez votre médecin avant de cesser de prendre ce médicament. L'arrêt subit de la prise du médicament peut provoquer le retour de l'affection mentale ou de l'hyperactivité.

Comportement suicidaire ou agité : les personnes qui prennent ce médicament pourraient ressentir de l'agitation (de l'impatience, de l'anxiété, de l'agressivité, des émotions fortes et le sentiment de ne pas être elles-mêmes), ou elles pourraient vouloir faire du mal à eux-mêmes ou aux autres. Ces symptômes sont susceptibles de se produire dans les semaines qui suivent l'amorce du traitement par ce médicament. Si vous ressentez ces effets secondaires ou s'il vous semble qu'ils touchent un membre de votre famille qui emploie ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement. Pendant que vous prenez ce médicament, votre médecin doit vous suivre de près pour détecter des changements émotionnels et comportementaux.

Crises épileptiques : certaines données suggèrent que le méthylphénidate à libération contrôlée peut accroître le risque de crises convulsives, en particulier pour les personnes qui ont déjà fait des convulsions. Si vous avez des antécédents d'épilepsie ou d'affections médicales qui augmentent le risque de convulsions, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Dépendance au médicament : l'utilisation de méthylphénidate par des enfants ou des adolescentes ne semble pas être accompagnée par une augmentation du risque d'assuétude. L'abus du méthylphénidate est toutefois possible chez certaines personnes. L'utilisation régulière à long terme peut mener à de forts niveaux de tolérance et à de la dépendance psychologique et à une grande variété de comportements anormaux. Si vous avez des antécédents de dépendance aux médicaments ou à l'alcool, vous devez être sous surveillance médicale stricte pendant que vous prenez ce médicament.

Érection prolongée : rarement, des cas d'érections prolongées et douloureuses (appelées priapismes) ont été signalés par certains patients qui avaient utilisé le méthylphénidate. Le priapisme est un trouble très rare qui peut toucher les enfants aussi bien que les adultes. Ceci peut être engendré à la suite de l'augmentation de la dose du médicament ou de l'arrêt momentané de sa prise.

Les patients qui présentent un priapisme doivent obtenir des soins médicaux immédiats afin de prévenir tout effet potentiel de longue durée sur le pénis.

Exercices physiques : les personnes qui pratiquent des exercices intenses ou des activités physiques épuisantes devraient consulter leur médecin avant de prendre le méthylphénidate à libération contrôlée. La combinaison d'exercices vigoureux et des effets du méthylphénidate sur le cœur et la pression artérielle peut augmenter le risque de mort subite.

Fenêtres thérapeutiques : il est parfois utile d'arrêter la prise du méthylphénidate afin de déterminer si son utilisation est toujours nécessaire pour atténuer les symptômes du TDAH. Demandez à votre médecin si une fenêtre thérapeutique pourrait être appropriée pour votre enfant ou pour vous-même. N'arrêtez pas de prendre ce médicament sans en avoir parlé au préalable avec votre médecin.

Pression artérielle : ce médicament peut élever la pression artérielle. Si la vôtre est élevée ou si vous êtes atteint de problèmes cardiaques, consultez votre médecin avant de prendre ce médicament.

Problèmes cardiaques et pression artérielle : ce médicament peut accroître la fréquence cardiaque et élever la pression artérielle. Il peut aussi accroître le risque de mort subite des personnes ayant des problèmes cardiaques. Ce médicament ne doit généralement pas être utilisé par des personnes qui ont des anomalies cardiaques structurelles préexistantes (comme des dimensions cardiaques anormales, des valves cardiaques manquantes ou qui ne fonctionnent pas normalement, des problèmes touchant les vaisseaux sanguins qui se rattachent au cœur) ou des antécédents familiaux de mort subite ou de décès causé par une maladie cardiaque. Les personnes prenant plus d'un stimulant contre le TDAH devraient faire l'objet d'une surveillance médicale stricte.

Une utilisation inappropriée du méthylphénidate peut également être associée à une mort subite et à d'autres effets indésirables importants sur le cœur.

Problèmes circulatoires : comme les autres médicaments stimulants, le méthylphénidate à libération contrôlée peut provoquer des problèmes de circulation sanguine, en particulier dans les doigts et les orteils. Si vous remarquez des épisodes inusités de froideur dans les doigts ou les orteils ou si des plaies ne guérissent pas bien, consultez votre médecin.

Somnolence ou vigilance réduite : ce médicament peut causer des étourdissements ou des anomalies du champ visuel pouvant altérer votre capacité de conduire un véhicule ou de faire fonctionner des machines. Évitez les activités qui exigent de la vigilance si le médicament est susceptible de vous toucher de cette façon.

Syndrome sérotoninergique : certaines réactions sévères sont possibles lorsqu'on combine le méthylphénidate à libération contrôlée avec d'autres médicaments qui agissent sur la sérotonine comme les antidépresseurs tricycliques et les inhibiteurs du recaptage de la sérotonine, des médicaments servant au traitement de la dépression. On doit éviter d'utiliser ces combinaisons. Parmi les symptômes d'une réaction, on peut retrouver de la rigidité et des spasmes musculaires, de la difficulté à bouger, des changements de l'état mental, notamment le délire et l'agitation. Le coma et la mort sont possibles.

Si vous prenez des antidépresseurs, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Transformations de l'humeur ou du comportement : on a signalé que des personnes qui prenaient ce médicament avaient manifesté de l'agitation, de l'agression, des hallucinations et des symptômes de dépression. Si vous ressentez ces effets secondaires ou s'il vous semble qu'ils touchent un membre de votre famille qui emploie ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement. Pendant que vous prenez ce médicament, votre médecin doit vous suivre de près pour détecter des changements émotionnels et comportementaux.

Tics : l'utilisation de ce médicament peut provoquer l'apparition de tics ou l'aggravation de tics moteurs ou verbaux. Si vous êtes atteint du syndrome de Gilles de la Tourette ou si des tics apparaissent pendant que vous prenez ce médicament, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Utilisation d'alcool : la consommation d'alcool pendant la prise du méthylphénidate peut augmenter le risque d'effets secondaires touchant le système nerveux. Évitez de combiner l'alcool avec ce médicament.

Utilisation prolongée : s'il est prévu que vous utiliserez le méthylphénidate à libération contrôlée pendant une période de temps prolongée, votre médecin vous demandera de faire mesurer votre pression artérielle et de subir des examens cardiaques régulièrement tout comme de vous soumettre à des analyses de laboratoire pour suivre vos paramètres sanguins et hépatiques.

Vision : les personnes qui emploient le méthylphénidate à libération contrôlée ont rarement ressenti des anomalies du champ visuel. Si vous remarquez un changement quelconque en ce qui concerne votre vision, communiquez avec votre médecin.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : ce médicament passe dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants et les adolescents âgés de moins de 6 ans.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre le méthylphénidate à libération contrôlée et l'un des agents ci-après :

  • les agents antiparkinsoniens (par ex. l'apomorphine, la bromocriptine, la lévodopa, le pramipexole, le ropinirole);
  • les agonistes alpha (par ex. la clonidine, le méthyldopa);
  • les alcaloïdes de l'ergot de seigle (par ex. l'ergotamine, la dihydroergotamine);
  • l'alcool;
  • les alphabloquants (par ex. l'alfuzosine, la doxazosine, la tamsulosine);
  • les amphétamines (par ex. la dextroamphétamine, la lisdexamfétamine);
  • les antagonistes du calcium (par ex. l'amlodipine, le diltiazem, la nifédipine, le vérapamil);
  • les antiacides (l'hydroxyde d'aluminium, le carbonate de calcium, l'hydroxyde de magnésium);
  • les antibiotiques de la famille des quinolones (par ex. la ciprofloxacine, la lévofloxacine, la norfloxacine);
  • les antidépresseurs tricycliques (par ex. l'amitriptyline, l'imipramine, la nortriptyline);
  • les antipsychotiques (par ex. la chlorpromazine, la clozapine, l'halopéridol, l'olanzapine, la quétiapine, la rispéridone);
  • l'atomoxétine;
  • les bêtabloquants (par ex. l'aténolol, le propranolol, le sotalol);
  • les bloqueurs des récepteurs de l'angiotensine (par ex. le candésartan, l'irbésartan, le losartan);
  • les bronchodilatateurs à action prolongée (par ex. le formotérol, le salmétérol);
  • les bronchodilatateurs à action rapide (par ex. le salbutamol, la terbutaline);
  • le bupropion;
  • la caféine;
  • le cannabis;
  • la carbamazépine;
  • le dexméthylphénidate;
  • les diurétiques (pilules pour éliminer l'eau; par ex. le furosémide, l'hydrochlorothiazide, le triamtérène);
  • l'épinéphrine;
  • l'eskétamine;
  • le fentanyl;
  • les gouttes ophtalmiques et les vaporisateurs nasaux décongestionnants (par ex. la naphazoline, l'oxymétazoline, la xylométazoline);
  • la guanfacine;
  • les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine ou IECA (le captopril, l'énalapril, le ramipril);
  • les inhibiteurs de la monoamine oxydase (MAO) (par ex. le moclobémide, la phénelzine, la sélegiline, la tranylcypromine);
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS; par ex. le citalopram, la fluoxétine, la paroxétine, la sertraline);
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine-noradrénaline ou ISRN (par ex. la desvenlafaxine, la duloxétine, la venlafaxine);
  • le linézolide;
  • le lithium;
  • les médicaments de type « triptan » contre la migraine (par ex. l'élétriptan, le sumatriptan);
  • les médicaments décongestionnants (par ex. la phényléphrine, la pseudoéphédrine);
  • la mépéridine;
  • le méthylphénidate;
  • le millepertuis;
  • la mirtazapine;
  • le modafinil;
  • le nabilone;
  • l'ozanimod;
  • le phénobarbital;
  • la phénytoïne;
  • la primidone;
  • la pseudoéphédrine;
  • le solriamfétol;
  • les théophyllines (par ex. l'aminophylline, l'oxtriphylline, la théophylline);
  • le tramadol;
  • la trazodone;
  • le tryptophane;
  • la warfarine.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2022. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/drug/getdrug/Biphentin