Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Le tramadol ne devrait pas s'utiliser dans les circonstances ci-après :

  • une allergie au tramadol ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • une allergie à d'autres médicaments opioïdes (par ex. la codéine, la morphine);
  • une affection qui ralentit le mouvement des contenus des voies digestives, comme un iléus;
  • un alcoolisme aigu ou la présence de delirium tremens;
  • un asthme aigu ou une autre affection obstructive des voies aériennes supérieures;
  • un blocage ou un rétrécissement du système digestif;
  • un cœur pulmonaire;
  • une dépression respiratoire aiguë;
  • une douleur abdominale soudaine et importante susceptible de nécessiter une intervention chirurgicale (par ex. une appendicite ou une pancréatite);
  • une douleur relativement peu intense, une douleur intermittente ou une douleur traitable avec d'autres médicaments;
  • une grave insuffisance hépatique;
  • une insuffisance rénale grave;
  • une intoxication par l'alcool ou la prise d'autres médicaments (par ex. des hypnotiques, d'autres opioïdes comme la codéine ou la morphine, ou des psychotropes contre les troubles de la santé mentale) qui peuvent supprimer la respiration et la connaissance;
  • la prise de médicaments inhibiteurs de la MAO (par ex. la phénelzine, la tranylcypromine) au cours des 14 jours précédents;
  • si vous êtes âgé de moins de 18 ans et que vous avez subi une intervention chirurgicale pour traiter le syndrome de l'apnée du sommeil;
  • un traumatisme crânien, une tumeur cérébrale ou une augmentation de la pression intracrânienne ou de la moelle épinière;
  • des troubles convulsifs;

Ne donnez pas ce médicament aux enfants âgés de moins de 12 ans.

Ne donnez pas ce médicament à un enfant âgé de moins de 18 ans qui a subi une intervention chirurgicale pour traiter le syndrome de l'apnée du sommeil.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Chaque comprimé blanc à blanc cassé, pelliculé, sécable, en forme de capsule, portant l'inscription « T » d'un côté et « 0 » et « 3 » de part et d'autre de la barre de cassure de l'autre côté, contient 50 mg de chlorhydrate de tramadol. Ingrédients non médicinaux : lactose monohydraté, cellulose microcristalline, amidon de maïs, povidone USP, glycolate d'amidon sodique et stéarate de magnésium; pelliculage : Instacoat Universal White ICG-U-I0352 (hypromellose, dioxyde de titane, polyéthylèneglycol, polysorbate 80, cire de carnauba).

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose initiale recommandée de tramadol est de 25 mg pris 1 fois par jour. Selon son efficacité, cette dose peut être graduellement augmentée tous les 3 à 5 jours jusqu'à une dose de 50 mg à 100 mg pris tous les 4 à 6 heures au besoin pour soulager la douleur. La dose quotidienne maximale est un total de 400 mg toutes les 24 heures. On doit utiliser la plus faible dose efficace pour la maîtrise de la douleur pendant la plus courte période de temps possible.  

Ce médicament peut se prendre avec ou sans aliments. Avalez le comprimé entier avec 1 verre d'eau. Ne broyez pas, ne cassez pas et ne mâchez pas les comprimés, car cela pourrait causer une trop grande absorption en une fois du médicament dans l'organisme et être mortel.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin. Si vous arrêtez subitement de prendre ce médicament, vous pourriez ressentir des symptômes de sevrage comme de l'anxiété, de la sudation excessive, des troubles du sommeil, des frissons, de la nausée, des tremblements, de la diarrhée ou des hallucinations.

Il est très important que ce médicament soit pris conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien. Si vous omettez plusieurs doses consécutives, communiquez avec votre médecin avant de recommencer à prendre le médicament.

Entreposez ce médicament à la température ambiante, à l'abri de la lumière et de l'humidité excessive et hors de la portée des enfants. L'ingestion accidentelle de ce médicament chez l'enfant peut être à l'origine de graves dommages voire être mortel.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Le tramadol ne devrait pas s'utiliser dans les circonstances ci-après :

  • une allergie au tramadol ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • une allergie à d'autres médicaments opioïdes (par ex. la codéine, la morphine);
  • une affection qui ralentit le mouvement des contenus des voies digestives, comme un iléus;
  • un alcoolisme aigu ou la présence de delirium tremens;
  • un asthme aigu ou une autre affection obstructive des voies aériennes supérieures;
  • un blocage ou un rétrécissement du système digestif;
  • un cœur pulmonaire;
  • une dépression respiratoire aiguë;
  • une douleur abdominale soudaine et importante susceptible de nécessiter une intervention chirurgicale (par ex. une appendicite ou une pancréatite);
  • une douleur relativement peu intense, une douleur intermittente ou une douleur traitable avec d'autres médicaments;
  • une grave insuffisance hépatique;
  • une insuffisance rénale grave;
  • une intoxication par l'alcool ou la prise d'autres médicaments (par ex. des hypnotiques, d'autres opioïdes comme la codéine ou la morphine, ou des psychotropes contre les troubles de la santé mentale) qui peuvent supprimer la respiration et la connaissance;
  • la prise de médicaments inhibiteurs de la MAO (par ex. la phénelzine, la tranylcypromine) au cours des 14 jours précédents;
  • si vous êtes âgé de moins de 18 ans et que vous avez subi une intervention chirurgicale pour traiter le syndrome de l'apnée du sommeil;
  • un traumatisme crânien, une tumeur cérébrale ou une augmentation de la pression intracrânienne ou de la moelle épinière;
  • des troubles convulsifs;

Ne donnez pas ce médicament aux enfants âgés de moins de 12 ans.

Ne donnez pas ce médicament à un enfant âgé de moins de 18 ans qui a subi une intervention chirurgicale pour traiter le syndrome de l'apnée du sommeil.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • un assoupissement;
  • de la constipation;
  • une démangeaison cutanée;
  • une diminution de la capacité sexuelle;
  • des étourdissements;
  • un évanouissement;
  • une faiblesse musculaire;
  • des maux de tête;
  • de la nausée;
  • une perte d'appétit;
  • une perte d'intérêt envers l'activité sexuelle;
  • une sécheresse de la bouche;
  • de la sudation;
  • des troubles du sommeil;
  • une vision floue;
  • des vomissements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • une baisse de la pression artérielle (par ex. des étourdissements, un évanouissement, des vertiges);
  • des battements de cœur rapides, lents ou irréguliers;
  • une coordination amoindrie;
  • des symptômes attribuables à un blocage intestinal (par ex. de la douleur abdominale, une constipation extrême, de la nausée);
  • des symptômes attribuables à une baisse du taux de sucre sanguin (par ex. des sueurs froides, une pâleur et une fraîcheur de la peau, des maux de tête, une accélération des battements cardiaques, de la faiblesse);
  • des symptômes de retrait (par ex. de la nausée, des vomissements, de la diarrhée, de l'anxiété, des frissons, de la froideur et de la moiteur de la peau, des douleurs musculaires, une sudation excessive).

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • une respiration superficielle ou faible;
  • des signes d'un excès de médicament (par ex. une baisse de la fréquence respiratoire, des étourdissements graves, une perte de connaissance, des vomissements, des crises convulsives, des hallucinations, de la confusion, une peau froide et moite);
  • des signes d'une grave réaction allergique (par ex. de l'urticaire, une difficulté respiratoire, une enflure des lèvres, de la bouche, de la gorge ou de la langue);
  • les signes du syndrome sérotoninergique (comportant de l'agitation, de la confusion, de la diarrhée, une fièvre, des réflexes exagérés, une coordination médiocre, de l'agitation, des tremblements, de la sudation, une abondance de paroles ou une suractivité difficile à maîtriser, des frissonnements ou des tremblements, des tics).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Alcool et autres médicaments pouvant causer une somnolence : ne prenez pas ce médicament avec de l'alcool ou d'autres médicaments qui causent de la somnolence (par ex. un antidépresseur, un somnifère, un médicament contre l'anxiété) parce qu'une addition des effets de somnolence et de sédation peut se produire provoquant un coma et possiblement la mort.

Asthme et autres affections respiratoires : le tramadol à libération prolongée peut causer une augmentation des difficultés respiratoires pour les personnes qui font une crise d'asthme aiguë ou celles qui sont atteintes d'une maladie pulmonaire obstructive chronique (une bronchite chronique, un emphysème) ou d'autres affections qui affectent la respiration. Si vous avez de l'asthme ou d'autres affections respiratoires, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Blessures à la tête : si vous avez subi un traumatisme crânien ou si votre pression intracrânienne est élevée, vous courez un risque accru de subir des effets secondaires (problèmes respiratoires ou convulsions) ou une aggravation de votre état pendant que vous prenez ce médicament. Discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Chirurgie : le tramadol pourrait interagir avec les médicaments employés pendant une intervention chirurgicale. Si vous devez subir une intervention chirurgicale, signalez à votre médecin que vous prenez ce médicament.

Convulsions : ce médicament peut provoquer des convulsions, en particulier avec l'utilisation de fortes doses ou quand il est pris avec d'autres médicaments susceptibles d'augmenter le risque de convulsions. En outre, le risque de crises épileptiques est plus grand pour les personnes atteintes d'épilepsie, celles qui ont des antécédents de crises épileptiques ou qui risquent d'avoir des crises épileptiques (par ex. les personnes ayant subi un traumatisme crânien). Si vous avez des antécédents d'épilepsie ou d'affections médicales qui augmentent le risque de convulsions, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Dépendance et sevrage : ce médicament peut engendrer une accoutumance s'il est pris à long terme. Les personnes qui possèdent des antécédents de problèmes d'abus de substances et celles qui subissent activement de tels problèmes actuellement sont susceptibles d'abuser de ce médicament ou d'en devenir dépendantes. L'abus de médicament ne représente pas un problème pour les personnes qui ont besoin de ce médicament pour soulager leurs douleurs. Si vous cessez subitement de prendre ce médicament, vous pourriez ressentir des symptômes de sevrage comme de l'anxiété, de la sudation excessive, des troubles du sommeil, des frissons, de la douleur, de la nausée, des tremblements de la diarrhée et des hallucinations. Une diminution progressive de la dose sous surveillance médicale peut aider à prévenir ou à diminuer ces symptômes de sevrage quand l'utilisation de ce médicament n'est plus nécessaire pour le traitement de la douleur. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin ou un pharmacien au préalable.

Diabète : le tramadol peut être à l'origine d'une diminution des taux de sucre dans le sang (peut entraîner une perte de la maitrise du taux de glucose dans le sang) et modifier la tolérance au glucose. Les personnes atteintes du diabète peuvent trouver nécessaire de contrôler leur glycémie plus fréquemment pendant qu'elles prennent ce médicament. Si vous êtes atteint de diabète ou si vous êtes prédisposé au diabète, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Fonction hépatique : le foie joue un rôle dans l'élimination du tramadol qui se trouve dans l'organisme. La maladie hépatique ou la réduction de la fonction hépatique peut provoquer une accumulation de ce médicament dans l'organisme, causant ainsi des effets secondaires. En cas de maladie du foie ou fonction hépatique diminuée, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Les personnes atteintes d'une grave altération de la fonction hépatique ne devraient pas employer le tramadol.

Fonction rénale : les reins jouent un rôle dans l'élimination du tramadol qui se trouve dans l'organisme. Les maladies rénales ou la diminution de la fonction rénale peuvent causer l'accumulation de ce médicament dans le corps, ce qui provoque des effets secondaires. En cas d'atteintes rénales ou de fonction réduite des reins, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Les personnes atteintes d'une grave altération de la fonction rénale ne devraient pas employer le tramadol.

Pression artérielle basse : la pression artérielle chute occasionnellement trop bas après la prise du tramadol. Cette hypotension se produit habituellement après la première ou deuxième dose ou lorsque la dose est augmentée. La pression artérielle descend d'autant plus volontiers si vous prenez des diurétiques (des pilules qui augmentent l'excrétion de l'urine), si vous avez un apport réduit en sel, si vous subissez une dialyse, si vous êtes en proie à une diarrhée ou à des vomissements, ou en cas de transpiration excessive et un apport de liquide insuffisant. Afin de diminuer le risque d'étourdissements, vous devriez passer lentement de la position couchée ou assise à la position debout. Si la baisse de la pression artérielle provoque des étourdissements ou un évanouissement chez vous, communiquez avec votre médecin.

Rythme cardiaque : le tramadol peut provoquer l'apparition de battements cardiaques irréguliers appelés prolongation du segment QT. Cette prolongation est un trouble grave qui met la vie en danger et peut causer un évanouissement, des convulsions et la mort subite. Si vous êtes prédisposé à des problèmes du rythme cardiaque (par ex. si vous êtes atteint d'insuffisance cardiaque, si vous faites de l'angine, ou si vos taux de potassium ou de magnésium sont peu élevés), discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Pendant que vous employez ce médicament, votre médecin surveillera régulièrement votre rythme cardiaque au moyen d'un examen appelé une électrocardiographie (ECG). Vous ne devriez pas employer ce médicament si votre ECG détecte un allongement de l'espace QT ou si vous utilisez déjà un médicament susceptible de causer l'allongement de l'espace QT.

Somnolence ou vigilance réduite : ce médicament peut entraîner une somnolence ou nuire aux capacités mentales nécessaires à l'accomplissement de tâches dangereuses. Ne prenez pas ce médicament avec de l'alcool ou d'autres médicaments qui causent de la somnolence (par ex. un antidépresseur, un somnifère, un médicament contre l'anxiété) parce qu'une addition des effets de somnolence et de sédation peut se produire, ce qui peut être dangereuse. Évitez de conduire un véhicule, de faire fonctionner des machines, d'accomplir d'autres tâches qui exigent de la vigilance, jusqu'au moment où vous aurez déterminé l'effet de ce médicament sur vos capacités de réaction mentale.

Syndrome sérotoninergique : de graves réactions sont possibles lorsque le tramadol est pris simultanément avec d'autres médicaments affectant la sérotonine tels que les antidépresseurs et les médicaments antimigraineux de la classe des « triptans ». L'association de tramadol et d'inhibiteurs de la MAO doit être évitée. Les symptômes d'une réaction peuvent inclure une raideur musculaire et des spasmes, une difficulté à bouger et des altérations de l'état mental, y compris du délire et de l'agitation. Un coma et la mort sont également possibles.

Si vous prenez des antidépresseurs, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Troubles de l'abdomen : le tramadol ralentit la motilité de l'intestin. Cela peut rendre les troubles de l'abdomen plus difficiles à diagnostiquer ou les aggraver. Si vous avez des problèmes abdominaux comme une maladie inflammatoire chronique des intestins ou une maladie obstructive des intestins, de cholécystite aiguë ou de pancréatite, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, comment votre affection pourrait influer sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Utilisation accidentelle : l'ingestion accidentelle de tramadol par une personne à qui ce médicament n'a pas été prescrit peut mener à une surdose mortelle. Conservez ce médicament hors de la vue et de la portée des enfants.

Grossesse : l'innocuité de l'utilisation de ce médicament pendant la grossesse n'a pas établie, ni pour la mère, ni pour le bébé. On a noté des symptômes de sevrage chez des nouveau-nés de mères qui avaient utilisé le tramadol pendant leur grossesse. Ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : ce médicament passe dans le lait maternel. Si vous prenez le tramadol pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Vous ne devez pas utiliser ce médicament si vous allaitez.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants de moins de 12 ans. Les adolescents de 12 à 18 ans qui sont obèses ou qui ont subi une intervention chirurgicale pour traiter le syndrome d'apnée obstructive du sommeil ne doivent pas utiliser ce médicament.

Aînés : les aînés peuvent être plus susceptibles aux effets secondaires de ce médicament surtout les ainés âgés plus de 75 ans. Les doses pour les personnes âgées doivent en général être plus faibles et augmenter plus lentement que pour les autres adultes.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre le tramadol et l'un des agents ci-après :

  • l'abiratérone;
  • l'aclidinium;
  • les agents antiparkinsoniens (par ex. l'amantadine, l'apomorphine, la bromocriptine, l'entacapone, la lévodopa, le pramipexole, le ropinirole);
  • l'alcool;
  • les amphétamines (par ex. la dextroamphétamine, la lisdexamfétamine);
  • les anesthésiques généraux (les médicaments utilisés pour provoquer un sommeil profond avant une intervention chirurgicale);
  • les antagonistes de la sérotonine (les médicaments anti-émétiques; par ex. le granisétron, l'ondansétron);
  • les antibiotiques macrolides (par ex. la clarithromycine, l'érythromycine);
  • les anticonvulsivants (par ex. la carbamazépine, la gabapentine, le lévétiracétam, la phénytoïne, le topiramate);
  • les antidépresseurs tricycliques (par ex. l'amitriptyline, la désipramine, l'imipramine);
  • les antifongiques dont le nom se termine en « azole » (par ex. le fluconazole, l'itraconazole, le kétoconazole);
  • les antihistaminiques (par ex. la cétirizine, la doxylamine, la diphenhydramine, l'hydroxyzine, la loratadine);
  • les antipsychotiques (par ex. la chlorpromazine, la clozapine, l'halopéridol, l'olanzépine, la quétiapine, la rispéridone);
  • l'apalutamide;
  • l'atropine;
  • l'azélastine;
  • les barbituriques (par ex. le butalbital, le pentobarbital, le phénobarbital);
  • la belladone;
  • les benzodiazépines (par ex. l'alprazolam, le diazépam, le lorazépam);
  • la benztropine;
  • le bleu de méthylène;
  • le bosentan;
  • la brimonidine;
  • le bupropion;
  • la buspirone;
  • la cabergoline;
  • le cannabis;
  • la chloroquine;
  • le cinacalcet;
  • la clonidine;
  • le conivaptan;
  • le déférasirox;
  • les dérivés de l'ergot de seigle (par ex. la dihydroergotamine, les mésylates d'ergoloïde, l'ergonovine, l'ergotamine, la méthylergonovine);
  • la desmopressine;
  • le dextrométhorphane;
  • le disopyramide;
  • les diurétiques (pilules pour éliminer l'eau; par ex. le furosémide, l'hydrochlorothiazide, le triamtérène);
  • le dompéridone;
  • l'éluxadoline;
  • l'enzalutamide;
  • le flavoxate;
  • la flibansérine;
  • le glycopyrrolate;
  • la guanfacine;
  • l'hydrate de chloral;
  • les inhibiteurs de la monoamine-oxydase (IMAO; par ex. la phénelzine, la tranylcypromine, le moclobémide, la sélégiline, la rasagiline);
  • les inhibiteurs de la protéase du VIH (par ex. le darunavir, l'indinavir, le lopinavir, le ritonavir, le saquinavir);
  • les inhibiteurs des protéines kinases (par ex. le dabrafénib, l'imatinib, le nilotinib);
  • les inhibiteurs non-nucléosidiques de la transcriptase inverse du VIH (INNTIs; par ex. la delavirdine, l'éfavirenz, l'étravirine, la névirapine);
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine-noradrénaline ou ISRN (par ex. la desvenlafaxine, la duloxétine, la venlafaxine);
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de sérotonine ou ISRS (par ex. la paroxétine, la fluoxétine, le citalopram);
  • l'ipratropium;
  • l'isoniazide;
  • le kava;
  • le linézolide;
  • le lithium;
  • le lumacaftor;
  • les médicaments de type « triptan » contre la migraine (par ex. le naratriptan, le sumatriptan);
  • la méthadone;
  • le méthylphénidate;
  • la métoclopramide;
  • la mifépristone;
  • le millepertuis;
  • le mirabégron;
  • la mirtazapine;
  • le mitotane;
  • le modafinil;
  • le nabilone;
  • la naltrexone;
  • les narcotiques analgésiques (par ex. la codéine, le fentanyl, la morphine, l'oxycodone);
  • l'octréotide;
  • l'oxybutynine;
  • le pegvisomant;
  • la quinidine;
  • les relaxants musculaires (par ex. le baclofène, la cyclobenzaprine, le méthocarbamol, l'orphénadrine);
  • la rifabutine;
  • la rifampine;
  • la rotigotine;
  • la scopolamine;
  • le siltuximab;
  • la solifénacine;
  • le suvorexant;
  • la terbinafine;
  • la thalidomide;
  • la ticlopidine;
  • le tiotropium;
  • le tocilizumab;
  • la toltérodine;
  • la trazodone;
  • le tryptophane;
  • l'uméclidinium;
  • la warfarine;
  • le zolpidem;
  • la zopiclone.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments,
  • remplacer l'un des médicaments par un autre,
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux,
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2022. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/drug/getdrug/Auro-Tramadol