Description

Au cours de l'arthroplastie, l'articulation de la hanche endommagée est retirée et remplacée par une articulation artificielle (appelée prothèse). Les matériaux couramment utilisés sont le métal, le plastique et la céramique. Avoir une hanche artificielle permet à de nombreuses personnes de souffrir moins au quotidien et d'avoir une plus grande liberté de mouvement.

La pose de prothèse de hanche est souvent liée à l'âge. Les personnes âgées de 60 ans et plus sont davantage susceptibles de subir cette opération que les personnes plus jeunes.

Cette opération est généralement réalisée par un chirurgien orthopédique et elle est pratiquée sous anesthésie à l'hôpital.

Quand le procédé sera-t-il entrepris ?

Les médecins pratiquent cette intervention selon des exigences bien définies. L'articulation de la hanche artificielle n'a pas besoin de réglage à moins qu'elle présente un problème. Il est difficile de prédire avec exactitude combien de temps une prothèse de hanche va durer, car les circonstances individuelles varient. Après 15 ou 20 ans, l'articulation peut s'user malgré une utilisation normale. Il arrive que les personnes auxquelles on a posé une prothèse de hanche avant l'âge de 60 ans aient besoin de subir une nouvelle opération.

Objectifs ?

Généralement, on commence par traiter les problèmes de hanche avec des médicaments antidouleurs, des aides pour la marche, ainsi qu'une thérapie physique pour maîtriser l'inconfort. En cas d'échec, les médecins peuvent suggérer une prothèse de hanche. Du fait que les problèmes de hanche sont douloureux, qu'ils réduisent la mobilité d'une personne et l'amplitude de ses mouvements, et qu'ils affectent aussi ses activités sociales et quotidiennes, la prothèse de hanche est une option attrayante pour les personnes en relativement bonne santé.

Les troubles qui peuvent rendre un remplacement de la hanche nécessaire comprennent un cancer des os, l'arthrose, la polyarthrite rhumatoïde, une fracture de la hanche et une déformation osseuse.

Risques et mesures de précaution

Certains risques sont communs à toutes les interventions chirurgicales et chaque fois qu'il y a anesthésie. Ces risques dépendent de nombreux facteurs, entre autres de votre type d'intervention chirurgicale et de votre propre état pathologique. Parmi les très rares effets secondaires possibles, on retrouve ceux qui sont liés à l'anesthésique ainsi que les problèmes respiratoires, une infection, un saignement, des complications de la cicatrisation et la mort.

Bien que le remplacement de l'articulation de la hanche par une prothèse soit généralement considéré sans danger, il est tout de même associé à certains risques d'effets secondaires ou de complications. Une infection peut survenir au niveau de l'incision ou à l'endroit où l'on a posé la prothèse. Prenez immédiatement contact avec votre médecin si vous constatez de la fièvre, des douleurs ou de l'enflure. Les antibiotiques détruisent normalement toutes les bactéries, mais d'autres traitements pourraient être nécessaires. Il se peut aussi que vous fassiez une réaction à l'anesthésie de l'intervention chirurgicale.

Des caillots sanguins peuvent également se former. Ces caillots peuvent se former dans la jambe, ce qui provoque l'inflammation des vaisseaux sanguins. Ils peuvent par ailleurs se déplacer vers le cœur, le cerveau ou les poumons, et occasionner une crise cardiaque, un accident vasculaire cérébral ou une embolie pulmonaire. Demandez à votre médecin quels sont vos risques de formation de caillots sanguins et comment prévenir ces complications. La plupart des personnes qui subissent un remplacement de la hanche reçoivent des médicaments pour prévenir la formation de caillots sanguins.

Il existe aussi un risque de problèmes au niveau de l'articulation. L'articulation artificielle peut se disloquer, se desserrer, s'ankyloser ou se rompre. Les articulations artificielles que l'on utilise dans les poses de prothèse de hanche peuvent s'user avec le temps. Demandez à votre médecin comment prolonger la durée de vie de votre articulation artificielle. Si celle-ci ne fonctionne plus, il est possible que vous ayez besoin d'une nouvelle opération afin que l'on détermine pourquoi elle a cessé de fonctionner correctement.

Après l'intervention, il se peut que vous trouviez l'une de vos jambes légèrement plus courte ou plus longue que l'autre.

Après l'intervention, si certains symptômes vous préoccupent, parlez-en à votre médecin. Prenez le temps de vous renseigner sur tous les risques de complications, les effets secondaires ainsi que les précautions que vous ou votre médecin pouvez prendre pour les éviter. Assurez-vous que votre médecin comprenne vos préoccupations.

Que va-t-il se passer ?

  1. On vous place sous anesthésie.
  2. Puis le chirurgien fait une incision pour exposer l'articulation.
  3. On enlève alors la « boule » en haut du fémur ainsi que tout autre os ou cartilage de la cavité de la hanche qui serait endommagé.
  4. La nouvelle articulation artificielle est implantée.
  5. L'incision est ensuite refermée et vous êtes amené en salle de réveil.

La durée de cette intervention se situe habituellement entre 1 heure et 2 heures.

Conditions du procédé

Avant de vous soumettre à cette intervention, discutez avec votre médecin des avantages, des désavantages des risques à long terme et des conséquences qui lui sont associés. Assurez-vous de bien comprendre ce qui va se passer et que vous êtes satisfait des réponses du médecin à vos questions.

Avant l'opération, on dresse l'ensemble des antécédents médicaux familiaux et l'on procède à un examen de l'articulation. Le médecin qui pratique l'intervention peut également vous prescrire d'autres examens afin de bien comprendre le fonctionnement de votre articulation. Des tests de densité osseuse ou une IRM (imagerie à résonance magnétique) peuvent aussi contribuer à évaluer l'articulation.

Ne mangez pas au cours des 8 heures qui précèdent l'opération. Vous pouvez continuer à boire des boissons claires jusqu'à 2 heures avant l'opération. Si votre médecin a recommandé un autre horaire, suivez l'horaire qu'il vous a conseillé.

Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. Informez-les également de toutes vos allergies médicamenteuses et de tous les problèmes de santé que vous pourriez avoir.

Demandez à votre médecin ou à votre pharmacien si vous devez cesser la prise de certains de vos médicaments avant l'analyse.

Pour être à l'aise chez vous, une fois sorti de l'hôpital, pensez à changer certaines choses avant l'opération. S'il y a des escaliers chez vous, faites en sorte de ne pas devoir les monter en vous installant à l'étage inférieur et en descendant les choses dont vous avez régulièrement besoin. Il est conseillé d'effectuer la plupart de vos activités quotidiennes à l'étage où se trouve la salle de bains.

Faites en sorte que l'on vous reconduise chez vous à votre sortie de l'hôpital et que l'on vous aide dans vos activités quotidiennes au cours des premières semaines.

Que vais-je ressentir après ?

Après l'intervention, on vous réveillera en salle de réveil. Vous vous sentirez probablement étourdi, endolori et peut-être nauséeux. Des infirmières seront présentes au cas où vous auriez besoin d'aide. Il est normal de passer 3 à 5 jours à l'hôpital après l'intervention, et de prendre quelques médicaments pour la prévention des caillots sanguins et des infections. Vous avez besoin de ce temps pour vous rétablir, et les médecins profiteront de cette période pour contrôler vos progrès avant de vous renvoyer chez vous. Avant votre sortie de l'hôpital le médecin ou une infirmière passera en revue ce que vous devez faire lorsque vous serez chez vous pour vous rétablir complètement.

La plupart des personnes présentent des douleurs et des gonflements. Les médicaments antidouleurs peuvent contribuer à maîtriser cet inconfort. Quand vous commencerez à vous rétablir, on vous encouragera à vous déplacer pour empêcher l'articulation artificielle de s'ankyloser et des caillots sanguins de se former.

Après l'opération, vous aurez du mal à vous déplacer jusqu'à ce que l'articulation artificielle cicatrise. Vous pourrez avoir besoin de béquilles. Vous recommencerez lentement à marcher. En même temps, il faudra que vous fassiez de la physiothérapie et des exercices pour renforcer votre hanche. Votre médecin ou votre physiothérapeute vous conseillera également sur les activités qui sont sans danger pour vous et sur celles que vous devriez éviter.

La durée de la période de rétablissement varie d'une personne à l'autre. En général, il faut attendre environ 6 à 8 semaines avant de pouvoir reprendre la plupart des activités quotidiennes normales. Certaines personnes se rétablissent plus lentement que d'autres. Demandez à votre médecin à quel moment vous pourrez reprendre vos activités habituelles en toute sécurité.

Résultats

Une pose de prothèse de hanche peut contribuer à soulager la douleur ainsi qu'améliorer la mobilité et la qualité de vie des personnes ayant certains problèmes de hanche.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/procedure/getprocedure/Prothese-de-hanche

La mise en place d'une prothèse totale de la hanche permettra à l'articulation de fonctionner normalement.
La mise en place d'une prothèse totale de la hanche permettra à l'articulation de fonctionner normalement.