Description

Au cours d'un pontage coronarien, le chirurgien prélève un morceau de vaisseau sanguin (veine ou artère) dans une partie du corps (en général la jambe, l'avant-bras ou la poitrine) pour en greffer une extrémité au-dessus et l'autre extrémité en dessous de la section de l'artère coronarienne endommagée. Cette opération consiste à contourner (pontage) l'artère rétrécie, ce qui permet au sang de circuler autour d'elle vers le cœur.

Quand le procédé sera-t-il entrepris ?

Cette intervention chirurgicale est généralement recommandée lorsqu'il s'agit d'une maladie de l'artère coronarienne principale gauche, lorsqu'il y a plusieurs vaisseaux malades, lorsque la fonction de pompage du cœur est ralentie, ou lorsque les méthodes non chirurgicales ont échoué. De plus, si une valve du cœur nécessite une intervention, on réalise en même temps des pontages des artères, au besoin.

Votre chirurgien peut réaliser des pontages sur une ou plusieurs artères à la fois et peut répéter l'intervention si nécessaire.

Objectifs ?

On réalise un pontage coronarien pour augmenter le flux du sang vers le cœur. Le flux sanguin peut être limité à cause d'une maladie coronarienne. On parle de maladie coronarienne quand une plaque se forme à l'intérieur des artères qui approvisionnent le cœur. Cet amas réduit le flux du sang vers le cœur à tel point que le cœur risque de ne pas avoir suffisamment d'oxygène et de nutriments. On parle alors d'ischémie. Ce phénomène est à l'origine d'essoufflements et de douleurs thoraciques, et il augmente le risque de crise cardiaque.

Risques et mesures de précaution

Du fait que le pontage coronarien ne guérit pas la maladie coronarienne, il y a un risque qu'avec le temps, les artères coronariennes s'obstruent à nouveau, ce qui rendra un nouveau traitement nécessaire.

Parmi les risques associés au pontage coronarien figurent :

  • les hémorragies;
  • les troubles cognitifs, y compris des troubles de mémoire à long terme, de compréhension, du calcul mental et de concentration (plus fréquents lors de l'utilisation d'un cœur-poumon artificiel);
  • un état dépressif;
  • les crises cardiaques ou les accidents vasculaires cérébraux;
  • les infections;
  • l'insuffisance rénale;
  • les risques associés à l'anesthésie générale, y compris les effets secondaires de l'anesthésie et les troubles respiratoires;
  • le décès.

Que va-t-il se passer ?

On pratique le pontage coronarien dans le cadre d'une hospitalisation, sous anesthésie générale. Vous serez donc endormi pendant l'opération. L'intervention dure entre 3 et 6 heures selon le nombre d'artères qui subissent un pontage.

Cette intervention se déroule en plusieurs étapes.

  1. Votre chirurgien fera une incision au travers de votre cage thoracique de manière à accéder au cœur et aux artères.
  2. Ensuite, le chirurgien va prélever une partie saine d'un vaisseau sanguin de la jambe, du bras ou de la poitrine, qui servira à rediriger le flux sanguin vers le cœur.
  3. Il faut que votre chirurgien arrête votre cœur pour procéder au pontage, et vous serez donc branché à une machine qui assumera les fonctions du cœur et des poumons (cœur-poumon artificiel). Cette machine, en agissant à la place de votre cœur, ajoutera de l'oxygène à votre sang et le fera circuler dans l'ensemble de votre organisme pendant la greffe.
  4. Votre chirurgien reliera les vaisseaux sanguins sains aux artères endommagées, ouvrant ainsi un passage à votre sang pour contourner les artères rétrécies et endommagées.
  5. Une fois que les pontages ont été réalisés, votre chirurgien fera redémarrer votre cœur, s'assurera que le pontage fonctionne correctement, refermera la cage thoracique et recoudra votre poitrine.

Il existe des techniques plus récentes, moins agressives, pour réaliser un pontage coronarien. Parmi celles-ci figure la chirurgie avec un cœur qui bat (« beating heart surgery » en anglais), qui permet de ne pas arrêter le cœur et de se passer du cœur-poumon artificiel. De même, il existe des techniques extrêmement peu agressives qui exigent de réaliser de plus petites incisions plutôt que d'ouvrir toute la poitrine.

Conditions du procédé

Votre médecin ou votre chirurgien vous fournira une liste complète des instructions avant l'intervention. Au cours des semaines qui précèdent cette dernière, votre médecin vous prescrira sans doute un certain nombre d'analyses sanguines ainsi qu'une radiographie et d'autres examens afin de déterminer la taille et la forme de votre cœur.

Vous aurez besoin de passer une angiographie coronarienne pour vérifier que le pontage est bien nécessaire et possible, ainsi que pour localiser les obstructions des artères.

Si vous prenez des médicaments qui agissent sur la capacité qu'a votre sang à coaguler, il se peut que votre médecin vous demande d'arrêter votre traitement avant l'intervention chirurgicale afin de diminuer le risque d'hémorragie ou de formation de caillot sanguin. Avant l'opération, on vous donnera peut-être également un autre anticoagulant que celui que vous utilisez habituellement.

En général, on entre à l'hôpital la veille de l'intervention chirurgicale. L'infirmière indique alors ce qu'il faut faire pour se préparer à l'intervention.

Ne mangez pas au cours des 8 heures qui précèdent l'opération. Vous pouvez continuer à boire des boissons claires jusqu'à 2 heures avant l'opération. Si votre médecin a recommandé un autre horaire, suivez l'horaire qu'il vous a conseillé.

Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. Informez-les également de toutes vos allergies médicamenteuses et de tous les problèmes de santé que vous pourriez avoir.

Demandez à votre médecin ou votre pharmacien s'il faut que vous arrêtiez de prendre l'un de vos médicaments avant l'opération.

Que vais-je ressentir après ?

Après l'intervention, vous passerez probablement un ou deux jours à l'unité des soins intensifs, puis plusieurs jours à l'hôpital. Dans les premiers jours suivant l'intervention, il est probable que vous soyez branché d'une part à des appareils qui contrôleront votre cœur, votre pression artérielle ainsi que d'autres fonctions vitales, et relié d'autre part à des tubes qui vous alimenteront en aliments et en médicaments ou qui évacueront vos déchets.

Pour diminuer le risque de complications, votre médecin pourra vous prescrire des médicaments pour lutter contre la douleur et pour prévenir une coagulation sanguine douloureuse.

Votre incision vous fera peut-être mal. Elle met en général plusieurs mois à cicatriser, pendant lesquels on vous recommande d'éviter de perturber la cicatrisation en grattant ou en touchant inutilement la région concernée. Après l'intervention, il faudra que vous souteniez votre cage thoracique en exerçant une pression sur elle au moyen d'un oreiller chaque fois que vous vous mettez debout ou que vous toussez.

Il faut généralement 2 à 3 mois pour être complètement rétabli, mais après quelques semaines, la plupart des personnes peuvent reprendre presque toutes les activités qu'elles avaient avant l'opération. On déconseille de conduire pendant au moins un mois après l'intervention.

Pour se rétablir après un pontage coronarien, il faut suivre un programme de réadaptation intensif, qui comprend des thérapies physique, respiratoire et occupationnelle (ergothérapie), ainsi que modifier, parfois, son régime alimentaire. Il est important de modifier vos habitudes comme on vous l'a recommandé à la suite de l'opération car des obstructions des artères coronariennes peuvent survenir à nouveau.

Résultats

Le pontage coronarien ne guérit pas la maladie coronarienne et n'empêche pas sa progression. C'est pourquoi des obstructions peuvent survenir dans d'autres artères ou dans le vaisseau sanguin utilisé pour faire le pontage. La durée pendant laquelle les greffons restent ouverts dépend du type de greffons utilisés ainsi que des caractéristiques du patient (par ex. mode de vie, génétique).

Les greffons d'artères ont tendance à durer plus longtemps que les greffons de veines. Les facteurs de risques tels qu'un taux de cholestérol anormalement élevé et le tabagisme peuvent entraîner le rétrécissement plus rapide de l'un ou l'autre des greffons.

On estime à 2 % ou 3 % le nombre de patients ayant besoin d'une seconde intervention chirurgicale dans les 5 ans qui suivent. Dans le cas des patients ayant des greffons de veines, la moitié, environ, souffre de douleurs thoraciques provoquées par d'importantes obstructions voire d'obstructions complètes des greffons après 10 ans.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/procedure/getprocedure/Pontage-coronarien

Pontage par greffe de deux artères coronaires de différentes parties du cœur.
Pontage par greffe de deux artères coronaires de différentes parties du cœur.