Description

La surveillance de la pression sanguine consiste à mesurer votre pression artérielle. La pression artérielle est une mesure de la force que le sang exerce contre les parois des artères. Votre médecin surveille régulièrement votre pression artérielle pour vérifier que les valeurs de ses mesures restent dans les limites acceptables. La pression artérielle élevée, ou hypertension, peut entraîner de nombreuses complications, notamment des accidents vasculaires cérébraux, une insuffisance rénale et des maladies cardiaques.

Quand l'examen sera-t-il entrepris ?

Votre fournisseur de soins de santé déterminera à quels intervalles vous devriez surveiller votre pression artérielle. Si votre pression artérielle est élevée, votre médecin pourrait vous faire venir à son cabinet plus fréquemment soit pour déterminer le besoin d'un traitement (y compris un médicament) qui ferait baisser votre pression artérielle, soit encore pour vérifier l'efficacité du traitement que vous suivez déjà.

Objectifs ?

La pression artérielle peut augmenter et diminuer au cours d'une même journée. Cependant, lorsque la pression artérielle d'une personne reste constamment élevée, on considère qu'elle fait de l'hypertension. La plupart des gens n'ont aucun symptôme d'hypertension, c'est pourquoi une surveillance régulière de la pression sanguine est nécessaire pour repérer une hypertension.

À long terme, l'hypertension peut provoquer des complications telles qu'un accident vasculaire cérébral, une crise cardiaque ou une insuffisance rénale. Une fois qu'une élévation de la pression artérielle a été décelée, de nombreuses mesures peuvent être mises en place pour prendre en charge la pression artérielle et prévenir l'apparition de telles complications. Ces mesures comprennent l'exercice physique, un changement d'habitudes alimentaires et des médicaments. La surveillance régulière de la pression sanguine permettra d'évaluer l'efficacité du traitement pour pouvoir l'adapter selon les besoins.

Risques et mesures de précaution

Le brassard pneumatique peut vous donner l'impression d'enserrer votre bras trop fort et générer une sensation de gêne temporaire, mais il n'existe aucun risque de complications ou d'effets secondaires associé à la prise de la pression artérielle.

Que va-t-il se passer ?

Votre médecin utilise un appareil appelé un sphygmomanomètre (un manomètre relié à un brassard pneumatique) pour mesurer votre pression artérielle. Il place le brassard pneumatique autour de la partie supérieure de votre bras, juste au-dessus de votre coude et il maintient un stéthoscope sur votre artère humérale, le vaisseau sanguin situé juste à l'intérieur de l'articulation du coude. Il gonfle ensuite le brassard pneumatique pour bloquer temporairement le flux du sang dans l'artère.

En libérant lentement l'air du brassard, votre médecin attend d'entendre le début et la fin d'un bruit évoquant un glissement. Le démarrage du bruit indique que la pression dans vos artères équivaut à la pression dans le brassard, ce qui permet au sang de circuler à nouveau. Cette pression est la pression systolique, dont la valeur constitue le premier chiffre de la mesure de votre pression artérielle (par ex. 120, si la mesure de votre pression artérielle est 120 et 80). La pression systolique indique approximativement avec quelle force votre cœur fait circuler le sang dans vos artères Vous pouvez vous représenter la pression systolique comme la pression qui se produit dans les artères quand votre cœur se contracte.

Lorsque le bruit de glissement disparaît, il s'agit de la the pression diastolique, qui indique approximativement la pression qui reste dans les artères. Vous pouvez vous représenter la pression diastolique comme la pression qui se produit dans les artères quand votre cœur est au repos.

On lit la pression artérielle comme la mesure de la pression systolique suivie de la pression diastolique. Par exemple, on parle d'une pression artérielle de 120 mmHg et de 80 mmHg (mesurée en millimètres de mercure) en disant « 120 et 80 ».

Il se peut aussi que votre médecin se serve d'un appareil électronique ou digital pour mesurer votre pression artérielle. Il faut comparer ces appareils à la technique décrite pour s'assurer qu'ils fonctionnent correctement.

Conditions de l'examen

Portez une chemise à manches courtes lorsque vous vous préparez à avoir votre pression artérielle mesurée en consultation, et évitez les produits et les activités qui excitent l'organisme comme les boissons contenant de la caféine ou fumer 1 heure avant le procédé. Vous devriez aussi vous asseoir, le dos soutenu et les pieds à plat sur le sol, pendant au moins 5 minutes avant l'examen. Veillez aussi à aller aux toilettes avant l'examen. Et surtout, détendez-vous!

Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. Informez-les également de toutes vos allergies médicamenteuses et de tous les problèmes de santé que vous pourriez avoir.

Demandez à votre médecin ou à votre pharmacien si vous devez cesser la prise de certains de vos médicaments avant l'examen.

Que vais-je ressentir après ?

Vous pouvez reprendre vos activités normales dès la fin de l'examen. Toutefois, appelez votre médecin si vous ressentez une aggravation de vos symptômes cardiaques après l'examen.

Résultats

Demandez à votre médecin comment lire les valeurs de la mesure de votre pression artérielle et ce qu'elles signifient.

On considère généralement la pression artérielle comme étant élevée lorsqu'elle dépasse constamment 140 mmHg et 90 mmHg. Si vous suivez un traitement pour abaisser une pression artérielle trop élevée, les valeurs de votre mesure devraient être plus basses que ces valeurs cibles. Toutefois, des personnes atteintes d'une maladie rénale ou de diabète devraient chercher à atteindre des valeurs cibles encore plus basses, comme 130 mmHg et 80 mmHg Vous devriez discuter avec votre médecin des valeurs cibles appropriées dans votre cas.

Les personnes qui ont une pression sanguine jugée normale élevée (une pression artérielle systolique se situant entre 130 mmHg et 139 mmHg et une pression diastolique se situant entre 85 mmHg et 89 mmHg, sans diabète) sont susceptibles de devenir hypertendues. Votre médecin pourrait suggérer un examen de suivi et vous recommander de changer vos habitudes alimentaires et de mener une vie physiquement active. Ce n'est pourtant pas encore le moment d'amorcer la prise de médicaments, à moins que vous êtes atteints d'autres affections médicales.

Si votre pression sanguine vous inquiète, vous pouvez aussi la mesurer chez vous. Demandez à votre médecin si la surveillance de votre pression artérielle à domicile serait une bonne chose pour vous.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/procedure/getprocedure/Surveillance-de-la-pression-sanguine

La prise de la pression artérielle
La prise de la pression artérielle