Un sujet d'actualité : le virus du Nil occidental

En 2002, les premières manifestations du virus du Nil occidental au Canada ont été signalées dans certaines régions du Québec et de l'Ontario. Cette année-là, 426 Canadiens sont tombés malades après avoir été infectés par le virus. En 2003, le virus du Nil occidental s'est propagé dans 7 provinces canadiennes : Nouvelle-Écosse, Nouveau-Brunswick, Québec, Ontario, Manitoba, Saskatchewan et Alberta. Dix décès ont été attribués au virus du Nil occidental, et plus de 1 300 Canadiens ont été atteints par la maladie après avoir été infectés. En 2004, aucun décès dû au virus du Nil occidental n'a été rapporté, mais on a quand même relevé 25 cas cliniques chez les humains. Parmi ceux-ci, on a rapporté six cas confirmés de virus du Nil occidental et neuf cas confirmés de syndromes neurologiques liés au virus du Nil occidental. En 2013, 115 cas cliniques ont été signalés.

Le virus se propage très rapidement et les spécialistes ne s'expliquent toujours pas pourquoi, mais la propagation continue du virus indique que ce dernier est probablement implanté pour de bon. Toutefois, Santé Canada travaille avec d'autres intervenants pour aider à réduire le risque d'exposition au virus du Nil occidental. Les moyens utilisés comprennent l'information, la surveillance, la prévention et l'intervention.

La plupart des personnes infectées par le virus du Nil occidental semblent souffrir d'une simple grippe ou ne présentent aucun symptôme. Moins de 1 % des personnes infectées par le virus manifestent une grave maladie. Mais chez certaines de ces personnes, en particulier les malades ou celles dont le système immunitaire est fragile, le virus peut entraîner des troubles neurologiques (troubles touchant le cerveau et le système nerveux), la paralysie ou la mort. Chez certaines personnes, les effets neurologiques peuvent être permanents. Les scientifiques ne comprennent pas pourquoi certaines personnes récupèrent rapidement, tandis que d'autres restent aux prises avec des problèmes de santé persistants.

On a retrouvé la présence du virus du Nil occidental chez 10 des 74 espèces de moustiques répertoriées au Canada. Toutes les espèces ne se retrouvent pas dans toutes les régions du pays. Pour chaque région, on évalue à moins de 1 % la proportion de moustiques porteurs du virus.

Les spécialistes ne parviennent pas à identifier avec certitude, parmi toutes les espèces de moustiques connues, celles qui transmettent le virus du Nil occidental aux humains par leurs piqûres. Ils ne savent pas exactement non plus comment le virus parvient à résister à l'hiver – il pourrait loger dans l'organisme des oiseaux ou survivre dans les moustiques en hibernation. Compte tenu de l'incertitude générale, personne n'est en mesure d'indiquer aux fonctionnaires de la santé quelles larves de moustiques doivent être éliminées pour éviter que la situation de l'été précédent se répète.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Virus-du-Nil-occidental

Une maladie transmise par les moustiques

Comment l'épidémie du virus du Nil occidental s'est-elle propagée aussi rapidement durant l'épidémie de 2002 en Ontario ? Certains croient que le virus a bénéficié par hasard de conditions favorables : gènes forts, oiseaux hôtes dépourvus de défenses naturelles contre les envahisseurs étrangers, étés longs et secs créant un environnement propice.

La façon dont le virus s'est transmis si aisément aux humains demeure elle aussi obscure. Mais les spécialistes soupçonnent que les choses ont pu se produire ainsi :

  1. Au printemps, le virus du Nil occidental se trouve à un niveau assez faible parmi les oiseaux tels les corbeaux, les geais bleus et les moineaux domestiques. Les espèces de moustiques qui piquent les oiseaux contractent le virus en ingérant le sang d'un volatile infecté, puis le répandent en piquant d'autres oiseaux.
     
  2. D'autres espèces de moustiques, porteuses du virus seul ou de diverses combinaisons, font alors passer le virus des oiseaux infectés aux humains.
     
  3. Pour que le virus du Nil occidental se manifeste de façon significative chez les humains, il doit d'abord se propager largement chez les oiseaux, jusqu'à un niveau encore inconnu mais suffisamment élevé pour permettre aux moustiques de le transmettre à la population de la façon décrite ci-dessus à l'étape 2.

Santé Canada a élaboré une stratégie de surveillance, d'information, de prévention et d'intervention relative au virus du Nil occidental. Les autorités nationales, provinciales et locales suivront l'apparition du virus chez les oiseaux, les chevaux, les moustiques et les humains. À certains endroits, on pourra recourir aux pesticides afin de lutter contre les populations de moustiques et de réduire le risque de transmission du virus aux humains.

Deux types de pesticides sont utilisés pour la suppression des moustiques : les larvicides et les adulticides. Les larvicides sont ajoutés à l'eau stagnante, lieu de reproduction des moustiques. Ils tuent les larves de moustiques avant qu'elles passent à l'état d'adultes hématophages. Les adulticides sont vaporisés dans les airs ou appliqués sur la végétation où nichent les moustiques, et ont pour effet de les tuer. On leur préfère toutefois les larvicides, parce qu'ils s'attaquent directement aux aires de reproduction des moustiques et permettent souvent de limiter l'utilisation globale des pesticides.

Le risque d'être infecté par le virus du Nil occidental est plus grand durant la saison des moustiques. Au Canada, la saison débute dès la mi-avril et se prolonge tard en septembre, ou même en octobre. Le dépistage précoce du virus chez les moustiques et les animaux, l'utilisation de pesticides au besoin et la prévention contre les piqûres de moustiques contribuera à réduire les risques liés à la présence du virus du Nil occidental dans les régions touchées.

Voici quelques conseils pour vous prémunir des piqûres de moustiques :

  • Restez à l'intérieur du crépuscule à l'aube, la période nocturne étant celle où les moustiques sont particulièrement actifs.
     
  • Portez des vêtements de couleur claire. Les moustiques sont attirés par des vêtements de couleur foncée.
     
  • Si vous pouvez vous le permettre, évitez autant que possible d'exposer votre peau : portez des vêtements à manches longues, des souliers fermés, un chapeau, et rentrez le bas de votre pantalon dans vos chaussettes. Vous pourriez aussi mettre des élastiques autour des poignets de votre chemise pour empêcher les insectes de remonter le long des bras.
     
  • Utilisez des insectifuges. Demandez à votre médecin ou à votre pharmacien de vous recommander un produit sécuritaire et efficace.
     
  • Fermez la porte aux moustiques en scellant toute ouverture dans les fenêtres, les moustiquaires et les portes.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Virus-du-Nil-occidental

Comment puis-je savoir qu'il s'agit de l'infection par le virus du Nil occidental ?

Le virus du Nil occidental atteint le système nerveux central. Environ 80 % des personnes qui contractent le virus ne présentent généralement pas de symptômes. Jusqu'à 20 % des personnes infectées risquent d'être atteintes de la fièvre du Nil, caractérisée par des symptômes pseudo-grippaux tels la fièvre, des maux de tête, des muscles endoloris, des nausées, des vomissements et parfois une enflure des glandes lymphatiques ou une éruption cutanée sur la poitrine, l'estomac et le dos. Généralement, les symptômes se manifestent, s'il y a lieu, de 2 à 15 jours après l'infection.

Santé Canada et les centres épidémiologiques américains (Centers for Disease Control and Prevention) estiment que moins de 1 % des personnes infectées présentent des symptômes graves et que les complications susceptibles d'entraîner la mort surviennent dans une proportion encore inférieure à celle-ci. Les personnes de plus de 50 ans, celles qui souffrent d'affections chroniques (par ex. : cancer, diabète, alcoolisme ou maladie cardiaque) et celles dont le système immunitaire se trouve affaibli risquent davantage de souffrir des conséquences graves de l'infection par le virus du Nil occidental.

Environ 1 personne infectée sur 150 contractera une maladie grave. Les symptômes graves comprennent une forte fièvre, des maux de tête intenses, une faiblesse musculaire, une raideur de la nuque, de la confusion, des tremblements, un engourdissement, une soudaine sensibilité à la lumière, et des convulsions (crises d'épilepsie). L'infection causée par le virus du Nil occidental peut causer une encéphalite (inflammation du cerveau) ou une méningite (inflammation des membranes qui entourent le cerveau). Le virus du Nil occidental provoque parfois l'enflure du cerveau ou de la moelle épinière, ce qui entrave la circulation sanguine vers le cerveau et peut provoquer un coma, une paralysie, ou même le décès.

Il n'y a pas de moyen de guérir le virus du Nil occidental et aucun médicament ni traitement particulier pour soigner cette maladie. Un vaccin contre le virus du Nil occidental pourrait être disponible au cours des quelques prochaines années, mais il n'en existe présentement aucun.

Selon le docteur Andrew Simor, chef du service de microbiologie au Sunnybrook and Women's College Hospital de Toronto, d'autres maladies infectieuses (y compris la grippe) comportent un risque beaucoup plus élevé pour les Canadiens. La grippe, par exemple, entraîne chaque année environ de 700 à 2 500 décès au Canada.

Mais comme les tests effectués ont confirmé la présence du virus chez les moustiques, la plupart des spécialistes conseillent vivement aux Canadiens de réduire le risque de piqûres. (Se reporter à la section « Une maladie transmise par les moustiques »)

Consultez votre médecin si vous présentez les symptômes suivants :

  • fièvre ;
  • faiblesse musculaire ;
  • mal de tête intense, raideur de la nuque ;
  • convulsions (crises d'épilepsie) ;
  • sensibilité subite à la lumière ou incapacité d'exécuter les tâches habituelles ;
  • enflure ou infection extrême de la zone piquée par le moustique.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Virus-du-Nil-occidental

Comment se protéger contre le virus du Nil occidental

Vous comptez vous rendre au chalet ou pratiquer le camping cet été? Le virus du Nil occidental vous inquiète? Le risque d'être infecté par le virus du Nil occidental est plus élevé durant la saison des moustiques. Au Canada, la saison débute dès la mi-avril et se prolonge tard en septembre ou même en octobre. Voici quelques suggestions :

  • Appliquez sur vos vêtements un produit insectifuge dont la teneur en N,N-diéthyl-m-toluamide (communément appelé DEET) n'excède pas 30 %.
    • Les adultes peuvent également appliquer un insectifuge contenant 30 % ou moins de DEET directement sur la peau, mais les produits destinés aux enfants ne doivent contenir que 10 % ou moins de DEET.
    • Il faut éviter d'appliquer un produit insectifuge contenant du DEET sur le visage ou les mains d'un enfant.
    • En général, on devrait s'abstenir d'utiliser un tel produit sur les vêtements ou la peau des enfants de moins de deux ans. Dans les cas où il existe un risque élevé de complications consécutives aux piqûres d'insectes, on suggère l'application d'un produit insectifuge d'une teneur en DEET de 10 % ou moins, une fois par jour, chez les enfants dont l'âge se situe entre six mois et deux ans. On ne doit pas appliquer de DEET sur la peau ni sur les vêtements des nourrissons de moins de six mois.
    • Les enfants âgés entre 2 et 12 ans peuvent utiliser un insectifuge d'une teneur en DEET de 10 % et moins. On peut l'appliquer jusqu'à 3 fois par jour.
    • Les produits ayant une plus faible teneur en DEET sont tout aussi efficaces que les produits à forte concentration, mais leur efficacité sont de plus courte durée.
    • Appliquez les produits renferme du DEET en faible quantité sur la peau exposée ou à même les vêtements (pas sur la peau sous les vêtements).
    • Le DEET ne doit pas être appliqué sur des blessures ouvertes ni des régions de la peau qui sont irritée ou brûlées au soleil.
    • Veillez à ne pas laisser le DEET entrer en contact avec les yeux (c’est la raison pour laquelle il est recommandé de ne pas en mettre sur les mains des enfants) – si cela se produit, rincez les yeux immédiatement avec de l’eau.
    • Il n'existe aucune donnée suggérant que le DEET est nocif pour les femmes enceintes ou qui allaitent. Toutefois, ces femmes pourraient désirer utiliser des méthodes non chimiques (par ex. : porter des vêtements protecteurs et éviter les moments et les endroits où les moustiques pourraient être présents).
       
  • Portez des vêtements de couleur claire, y compris des hauts à manches longues et des pantalons. Les moustiques ont tendance à être attirés par des vêtements de couleur foncée.
     
  • Restez à l'intérieur du crépuscule à l'aube, la période nocturne étant celle où les moustiques sont particulièrement actifs. Durant cette période, profitez de la température estivale sur un patio avec grillage-moustiquaire ou dans un abri.
     
  • Assurez-vous qu'il ne se trouve pas d'eau stagnante (bain pour les oiseaux y compris) sur votre terrain. Lorsque vous nettoyez votre pelouse au printemps et en été, videz régulièrement (deux fois par semaine) les citernes pluviales, les bains destinés aux oiseaux, les bâches de piscine, les gouttières, les pots à fleurs et les jardinières. Remisez les brouettes et les pataugeoires à l'envers. Pour déposer leurs œufs, les moustiques ont une préférence pour les bains destinés aux oiseaux, l’intérieur des vieux pneus, des contenants non utilisés, les soucoupes de pots à fleurs, les bâches de piscine, les pataugeoires, les gouttières bouchées, les tranchées de drainage bloquées, et les jouets qui traînent dans le jardin.
     
  • Dans la cour et sur la pelouse : débarrassez-vous immédiatement des déchets de tonte, des feuilles ramassées au râteau et des fruits, petits ou gros, tombés des arbres. Placez-les dans des sacs à déchets bien fermés. Retournez régulièrement les tas de compost et retirez les massifs d'arbustes denses où les moustiques sont susceptibles de se reproduire et de nicher.
     
  • Achetez un aérateur pour votre étang décoratif de manière à ce que la surface de l'eau soit continuellement en mouvement. L'endroit sera beaucoup moins accueillant pour les larves de moustiques.
     
  • Assurez-vous que les moustiquaires de vos portes et fenêtres ne comportent pas de trous.
     
  • Vous prévoyez vous adonner aux joies du barbecue cet été? Vous trouverez chez certains détaillants spécialisés dans la vente de matériel de camping un produit qui émet des sons imitant ceux des ennemis naturels des moustiques.
     
  • Parmi les moyens écologiques de lutter contre les moustiques, citons le fait d'installer des maisons d'oiseaux et de chauve-souris et de favoriser la présence d'espèces comme les libellules, les grenouilles et les coccinelles. Les insectifuges à base d'huile naturelle composés d'ingrédients végétaux, tels l'eucalyptus à odeur de citronnelle, se sont révélés aussi efficaces que les DEET lorsque utilisés dans des concentrations équivalentes. D'autres produits naturels à base d'ingrédients végétaux, notamment la citronnelle et l'huile de soja, peuvent aussi être utilisés. Rappelons toutefois ce qui suit. D'abord, ils ne sont pas aussi efficaces que les insectifuges chimiques. De plus, il convient dans un premier temps, s'ils contiennent des huiles essentielles, de les appliquer sur la peau en petite quantité pour s'assurer qu'ils n'entraînent pas de réaction. Enfin, ils doivent être appliqués fréquemment. En général, ils conviennent lorsque vous avez l’intention de passer plus de 30 minutes à l’extérieur. Rappelez-vous que tous ces produits ne sont pas nécessairement sécuritaires pour les jeunes enfants. Pour de plus amples informations, consultez votre médecin ou votre pharmacien.

Pour plus de renseignements sur la façon de tenir votre maison à l'abri des moustiques, consultez le site de Santé Canada à www.hc-sc.gc.ca.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Virus-du-Nil-occidental