Comment vous soigner quand vous êtes malade

Lorsque vous êtes malade, la maîtrise de votre glycémie pourrait poser un défi puisque des vomissements, une nausée, les hormones du stress et les changements qui s'ensuivent dans votre façon de manger sont susceptibles d'influer sur votre taux de sucre sanguin. Pour bien gérer votre diabète lorsque vous êtes malade, vous devez vous reporter au plan pour les jours de maladie que vous aurez élaboré auparavant. Il importe de discuter d'un plan pour les jours de maladie avec votre médecin ou avec votre équipe soignante, ainsi vous serez en mesure de prendre les dispositions qui s'imposent quand votre santé sera compromise.

Lorsque vous êtes malade, ne manquez pas de surveiller votre taux de sucre sanguin toutes les 2 ou 4 heures, même pendant la nuit, jusqu'à ce que ce taux se situe de nouveau dans la fourchette cible. Entre-temps, buvez beaucoup de liquides sans sucre (250 mL ou 1 tasse toutes les heures) pour prévenir une déshydratation. Mangez des aliments bien tolérés comme des craquelins, des soupes et de la compote de pommes pour éviter une chute du sucre sanguin (hypoglycémie). Si vous ne pouvez pas supporter ces aliments, vous devez boire des liquides qui contiennent du glucose et des électrolytes (des jus de fruits, des boissons pour sportifs, etc.). Vous devriez vous efforcer de consommer 15 g de glucides toutes les heures. Parmi les aliments bien tolérés qui contiennent environ 15 g de glucides, on compte 1 tranche de pain grillée, 6 à 7 biscuits sodas, 1 glace à l'eau ou ½ tasse de jus de fruits.

Si vous employez de l'insuline, suivez les prescriptions de votre médecin, mais vous devrez peut-être en augmenter la dose comme établi au préalable avec votre équipe soignante. Si vous avez une élévation du taux de glycémie, effectuez le dosage des corps cétoniques, les substances chimiques qui s'accumulent dans l'organisme quand il y a trop de sucre dans votre sang. La plupart des médicaments antidiabétiques devraient être pris selon les prescriptions du médecin comme votre sucre sanguin augmente lorsque vous êtes malade, mais l'arrêt de certains médicaments oraux peut être envisagé si vous n'êtes pas en état de boire suffisamment pour éviter une déshydratation. Demandez à votre médecin ou à votre équipe soignante si vous devez suspendre la prise de l'un de vos médicaments lorsque vous êtes malade. N'amorcez pas la prise de médicaments en vente libre de votre propre chef, étant donné que de nombreux médicaments sont susceptibles d'influer sur votre taux de sucre sanguin. Discutez avec votre pharmacien pour savoir quels médicaments en vente libre sont sans danger pour vous.

Téléphonez à votre médecin dans les circonstances ci-après :

  • un taux de sucre sanguin qui se maintient au-dessus du taux que votre médecin juge acceptable quand vous êtes malade;
  • un taux de sucre sanguin qui reste faible (moins de 4 mmol/L);
  • de la difficulté à garder les liquides ou les solides ingérés;
  • une fièvre supérieure à 38,3 °C (soit 101 °F);
  • une diarrhée ou des vomissements durant plus de 6 heures;
  • des symptômes comme la confusion, la somnolence, un essoufflement ou une haleine fruitée;
  • des signes de déshydratation;
  • une quantité modérée à importante de corps cétoniques dans l'urine.

Reposez-vous bien. Si vous avez besoin d'un médicament contre la toux ou le rhume, ne manquez pas de demander à votre pharmacien de vous aider à effectuer le choix le plus judicieux. Signalez toujours aux membres de votre famille ou à vos amis que vous êtes malade et demandez-leur de rester avec vous ou de prendre régulièrement de vos nouvelles durant vos jours de maladie.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Vie-saine-en-mode-diabete

Diabète et gestion du poids corporel

Environ 80 % à 90 % des personnes atteintes de diabète de type 2 sont aussi en surpoids ou obèses. Ces deux affections vont de pair, car un excédent de graisse corporelle peut influer sur l'apparition de la cause du diabète : la résistance à l'insuline, une situation caractérisée par une production d'insuline mal utilisée par des tissus qui ne parviennent plus à absorber le sucre sanguin.

Mais cette situation a un bon côté : si vous êtes en surpoids ou obèse, même une modeste perte de poids (5 % à 10 % de votre poids corporel) peut améliorer votre maîtrise du diabète de type 2. Une perte de poids peut avoir un effet positif sur les taux de sucre sanguin, freiner l'évolution de l'affection et même diminuer le risque de complications.

Pour savoir si vous êtes en surpoids ou obèse, vous devez connaître votre indice de masse corporelle (IMC), une mesure de votre poids établie proportionnellement à votre taille. La plupart des adultes dont l'IMC se situe entre 25 kg/m² et 29,9 kg/m² sont en surpoids; considérez-vous obèse si votre IMC est supérieur à 30 kg/m². Quand vous cherchez à déterminer si vous êtes en surpoids ou obèse, vous pouvez utiliser un autre indicateur de la masse grasse, la mesure du tour de taille (TT) qui se prend juste au-dessus des os de la ceinture pelvienne. Votre objectif TT peut varier en fonction de votre origine ethnique, mais en général, un TT sain est inférieur à 88 cm (35 pouces) pour les femmes, et inférieur à 102 cm (40 pouces) pour les hommes. La Fondation des maladies du cœur et de Fondation des maladies du cœur et de l'AVC du Canada a créé un site Web où elle vous propose des conseils, entre autres sur la façon de mesurer votre TT avec précision.

« Rien ne sert de courir, il faut arriver à point ». Autrement dit, lorsqu'il s'agit de perdre du poids, une progression plus lente, mais constante, vous mènera plus sûrement au but! Votre plan devrait comprendre des éléments auxquels vous resterez fidèle et qui auront trait à un régime alimentaire sain ainsi qu'à une activité physique accrue. Visez une perte de poids graduelle de pas plus de 500 g à 1000 g (1 livre à 2 livres) environ par semaine. L'atteinte d'un poids santé au moyen d'un régime alimentaire sain et d'un mode de vie actif diminue le risque de complications et procure une sensation de bien-être général.

Si vous vous demandez par où commencer, sachez qu'un grand nombre de fournisseurs de soins de santé peuvent vous aider. Faites appel aux connaissances de votre médecin, pharmacien, diététiste autorisé ou diabète éducateur, elles vous seront utiles et vous soutiendront.

Voici quelques astuces qui vous aideront à gérer votre poids.

  • Incorporez l'exercice physique dans votre journée. Il est possible d'obtenir une perte de poids sans réduire considérablement votre apport calorique en ayant recours à l'exercice physique pour stimuler votre dépense énergétique. La pratique régulière de l'exercice physique peut aussi vous aider à maîtriser votre diabète et améliorer votre capacité cardiaque et pulmonaire. Vous devriez rechercher les exercices de deux catégories principales : l'aérobie et contre la résistance.
    • L'exercice d'aérobie soumet de grands groupes de muscles à un mouvement rythmique, répété, continu, et chaque séance devrait durer au moins 10 minutes. Des activités comme le vélo, la natation, la danse, la marche et le jogging se classent parmi les exercices d'aérobie. Augmentez graduellement l'intensité et la durée de vos séances jusqu'à ce que vous atteigniez un objectif d'au moins 150 minutes par semaine d'exercices d'aérobie d'intensité modérée à vigoureuse.
    • Les exercices contre résistance ont recours à des poids, des bandes élastiques ou à votre propre poids corporel pour accroître votre force musculaire. Augmentez graduellement le poids de vos accessoires et la durée de votre entraînement contre résistance pour arriver à effectuer au moins 2 séances par semaine. Choisissez des exercices que vous aimez, et bannissez le surpoids!

N'oubliez pas qu'avant d'amorcer tout programme d'exercices plus vigoureux que la marche, vous devriez consulter votre médecin pour savoir s'il s'agit d'un programme d'exercices qui ne pose pas de risque pour vous.

  • Prenez des repas réguliers et choisissez des portions adaptées. Il faut que vous fassiez en sorte de vous procurer tous les nutriments, vitamines et minéraux dont vous avez besoin. Veillez à attribuer une place à chaque groupe alimentaire dans votre assiette, et n'oubliez pas de vérifier la taille de chaque portion. Dans le doute, référez-vous au Guide alimentaire canadien. N'oubliez pas que lorsque votre dépense énergétique dépasse de 500 calories votre apport calorique quotidien, il s'ensuit une perte de poids de 0,50 g (presque 1 livre) par semaine.
  • Choisissez des boissons saines. Évitez le soda, le jus de fruits sucré ou l'alcool qui peuvent vous apporter des sucres dont vous ne voulez pas (ainsi que des calories). Buvez plutôt beaucoup d'eau pour satisfaire votre soif et maintenir votre hydratation.
  • Prévoyez des plans de maintien de la perte de poids. Un de vos plans devrait vous aider à former les habitudes dont vous avez besoin pour ne plus reprendre du poids. N'oubliez pas qu'une alimentation santé et l'exercice physique sont des composants particuliers à une manière de vivre et non pas seulement à un plan de 2 semaines. Vous pourriez trouver qu'une inscription à un programme d'exercices bien structuré ou à un groupe de cuisine vous encouragerait à instaurer efficacement tous ces changements.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Vie-saine-en-mode-diabete

Quand le diabète est du voyage

Les vacances sont perçues comme une période de détente. Mais à la pensée de transporter avec vous tout le matériel nécessaire au traitement du diabète pendant vos déplacements, vous pourriez sentir un certain accablement vous submerger. Ne laissez pas le diabète gâcher votre départ en vacances!

L'essentiel est d'escompter l'avenir et de prendre des dispositions en conséquence. Vous éprouverez peut-être le besoin de discuter avec votre médecin, ou votre pharmacien, du voyage que vous projetez : essayez d'obtenir une liste de vos médicaments (avec leurs noms générique et de marque), mettez-vous à jour dans vos vaccins pour votre pays de destination, et demandez au médecin une lettre confirmant la nécessité de transporter les médicaments et le matériel liés au traitement de votre diabète. Cette lettre est importante, étant donné que des transporteurs aériens et certains pays sont susceptibles d'exiger ce type de document pour que vous puissiez apporter le matériel lié au traitement du diabète, y compris les lancettes et les aiguilles. Vous pourriez trouver utile de vous munir de documents ou d'une pièce d'identité (comme un bracelet d'identification MedicAlert) apportant des éclaircissements sur le trouble médical qui vous touche. Ce serait peut-être aussi une bonne idée de causer avec vos équipes soignantes du décalage entre les fuseaux horaires et de son effet sur la prise de vos repas et de vos médicaments, surtout si vous employez de l'insuline.

Dressez la liste des articles à mettre dans vos bagages. Répartissez vos médicaments antidiabétiques et votre matériel thérapeutique entre plusieurs sacs. N'oubliez pas de glisser une partie de vos médicaments dans votre bagage à main, au cas où vos bagages enregistrés seraient retardés ou égarés. Si vous prenez l'avion, et si la gestion de votre diabète repose sur l'insuline, ne manquez pas de placer ce médicament dans votre bagage à main et non pas dans vos bagages enregistrés où il risquerait d'être exposé à des températures extrêmes dans la soute de l'avion. Il est important d'emporter une quantité de médicaments antidiabétiques et de matériel thérapeutique plus que nécessaire à la durée du voyage pour pouvoir fonctionner malgré une perte, un vol ou un changement d'itinéraire inévitable.

En plus de vos médicaments antidiabétiques, emballez des produits pharmaceutiques pouvant soulager les maux qui importunent fréquemment les voyageurs comme une indigestion, le mal des transports, une diarrhée, des courbatures et une douleur. Bien que vous soyez en vacances et à une certaine distance de votre routine normale, ce n'est vraiment pas une raison pour négliger votre activité physique. N'oubliez pas d'emporter votre équipement de gymnastique, en particulier des tenues de conditionnement physique et des chaussures de course à pied confortables.

Si vous voyagez en avion, vous jugerez probablement utile de consulter les sites Web ci-après Voyage et tourisme et Administration canadienne de la sûreté du transport aérien. La dernière mise à jour vous procurera les renseignements sur les articles permis dans vos bagages de cabine et vos bagages enregistrés. Prévoyez arriver à l'aéroport bien avant l'heure de départ de votre avion au cas où votre matériel d'autosurveillance du diabète serait soumis à une fouille au point de contrôle de sûreté. Consommez beaucoup de liquides pendant toute la durée de votre vol – choisissez l'eau plutôt que des boissons à base de caféine et d'alcool qui pourraient avoir un effet déshydratant. Puisque la faim peut se manifester inopinément, pensez aussi à vous approvisionner en collations santé. Vous ne voulez pas que votre taux de sucre baisse trop (et entraîne des symptômes d'hypoglycémie). Parmi les collations de choix, on retrouve les craquelins, le muesli, le mélange montagnard et les fruits secs.

Durant le vol, saisissez les occasions de vous lever, de vous étirer et de faire quelques pas dans les couloirs. De simples étirements pratiqués depuis votre siège aideront aussi à faciliter la circulation sanguine. Évitez de croiser les jambes – cette pose aussi convenable soit-elle risque de limiter le débit sanguin dans vos jambes. Et portez des chaussures confortables, car les vols en altitude peuvent provoquer un gonflement des pieds. Restez fidèle à votre horaire habituel de prises de collations, repas et médicaments au cours de vos voyages aériens, et vous serez en mesure de continuer à exercer une bonne maîtrise de votre diabète durant vos déplacements.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Vie-saine-en-mode-diabete

Aller au restaurant avec le diabète

Un rythme de vie effréné nous empêche souvent de préparer notre nourriture chez nous. Que vous décidiez que la solution à ce problème est d'aller soit dîner au restaurant avec des amis, soit déjeuner à un comptoir de commandes à emporter situé dans une aire de restauration, il importe que vous fassiez des choix salutaires pour la santé. Beaucoup de restaurants offrent la possibilité de remplacer certains mets du menu courant par d'autres jugés plus sains, et souvent ils proposent même de l'information nutritionnelle. Examinez les menus à l'avance afin que l'élaboration de votre repas santé soit guidée par des choix éclairés.

Voici quelques astuces dont vous pourriez tirer parti la prochaine fois que vous sortez :

  • Soyez à l'heure. En prenant vos repas à des heures régulières, il vous sera plus facile de maintenir l'équilibre de votre taux de glucose sanguin. C'est pourquoi il vous faudra prévoir l'heure de la rencontre pour le repas. N'oubliez pas de tenir compte du moment de la prise d'insuline ou de médicaments, ainsi que d'une éventuelle attente au restaurant.
  • Faites vos préparatifs. Emportez avec vous le matériel pour les dosages, un léger goûter, ainsi que les médicaments dont vous pourriez avoir besoin. Vous pouvez aussi placer dans votre portefeuille ou votre sac à main quelques sachets de votre édulcorant préféré.
  • Posez des questions sans crainte. N'hésitez pas à poser des questions si vous sentez le besoin d'en savoir davantage au sujet des ingrédients ou de la taille des portions.Vous pouvez aussi commander des mets peu caloriques qui répondent à vos besoins particuliers.
  • Restez maître de vos portions. Les restaurants servent souvent des portions plus généreuses que celles auxquelles nous sommes habitués chez nous. N'oubliez pas de cesser de manger dès que vous n'avez plus faim, et demandez l'un de ces récipients qui servent aux clients à emporter leur surplus de nourriture chez eux. Une autre possibilité serait de commander des plats moins copieux (des demi-portions) ou de partager vos plats avec d'autres convives. Pour garder un meilleur contrôle des choix liés à vos portions, ne vous laissez surtout pas tenter pas les buffets « à volonté ». 
  • Coupez le gras. Optez pour des coupes maigres qui ont été préparées selon un mode de cuisson qui n'augmente pas la teneur en gras. Évitez les fritures et préférez-leur les mets grillés, cuits au four ou à la vapeur. Demandez que l’on vous serve les vinaigrettes, sauces ou jus de viande à part afin que vous puissiez en contrôler la quantité. Demandez aussi si vous pouvez substituer une salade, ou un autre choix sain, aux pommes de terre frites. Dans la mesure du possible, demandez une version faible en gras de vos condiments favoris ou choisissez-en qui contiennent naturellement peu de gras, comme le citron, la moutarde, le vinaigre, le poivre, l'ail et les oignons.
  • Évitez l'excès d'alcool. L'alcool doit être consommé avec modération. Si votre fournisseur de soins de santé vous a permis de boire de l'alcool, optez pour des boissons faibles en glucides et en calories, comme les bières légères et les vins secs.
  • Laissez de la place pour le dessert. Ne vous contraignez pas à toujours vous passer de dessert. Pour cesser de vous priver de cette satisfaction, il vous suffit de planifier la composition de vos repas. Si vous projetez de prendre un dessert, diminuez la quantité de glucides (pain, pommes de terre, riz, etc.) du repas, car les douceurs font partie des glucides susceptibles de causer une rapide élévation de votre sucre sanguin.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Vie-saine-en-mode-diabete