;

Liste des achats pour la saison du rhume

Les remèdes de grands-mères n'ont pas toujours une efficacité scientifiquement mesurable. Toutefois, s'ils sont encore transmis de génération en génération, n'auraient-ils pas tout de même une certaine valeur ? Voici quelques ingrédients qui se trouvent probablement dans votre garde-manger ou dans votre réfrigérateur et qui semblent soulager les symptômes du rhume les plus communs.

Menthe poivrée : la menthe poivrée possède des vertus très intéressantes. Comme elle renferme du menthol, elle peut être efficace pour éclaircir les sécrétions, soulager la congestion et calmer la toux. Pour soulager votre mal de gorge, détachez quelques feuilles de menthe fraîche, versez dessus de l'eau très chaude et buvez la tisane ainsi préparée. Vous pouvez aussi utiliser de l'huile extraite des feuilles de menthe et en verser quelques gouttes dans un pot d'eau bouillante ou dans un vaporisateur afin d'humidifier l'air sec, en automne et en hiver.

Piments : le piment jalapeño, le poivron, le poivre de Cayenne et le piment poblano renferment de la capsaïcine, une substance irritante. Lorsqu'on consomme ces légumes, la capsaïcine parvient dans le nez, la gorge et les poumons et y stimule les sécrétions, ce qui favorise le drainage du mucus.

Gingembre : lorsqu'on met du gingembre dans de l'eau bouillante, il s'en dégage une vapeur épicée qui nous réchauffe lorsque nous avons des frissons. Pour faire une tasse de tisane au gingembre, coupez quelques tranches très fines de gingembre frais (environ 1 cuillérée à thé) et ajoutez-les à une tasse d'eau bouillante.

Cannelle : tout comme le gingembre, la cannelle possède une saveur épicée et procure une sensation naturelle de réchauffement. Mettez de la cannelle en poudre ou en bâton dans de l'eau bouillante et inhalez la vapeur épicée pour vous aider à décongestionner votre nez.

Miel : ajouté à la tisane au gingembre ou à la menthe poivrée, ou tartiné sur une tranche de pain, le miel est un vrai petit plaisir pour les personnes atteintes d'un rhume. Dans une étude menée en 2007, les parents dont les enfants avaient reçu 1 cuillérée à thé de miel au sarrasin ont signalé moins de toux nocturne et une amélioration du sommeil, comparativement aux enfants qui avaient reçu des médicaments contre la toux vendus en vente libre.

Citron : cet agrume au goût acide occupe une place importante dans les recettes maison contre le rhume. Il faut dire que le jus de citron regorge de vitamine C. De plus, il est très important qu'une personne enrhumée s'hydrate bien, et le citron est une bonne façon d'ajouter un peu de saveur à toute l'eau que vous devrez boire. Versez du jus de citron fraîchement pressé dans une tasse d'eau chaude et ajoutez-y 1 cuillérée à thé de miel ou de gingembre pour soulager votre mal de gorge.

Eau salée : du sel sur une plaie vive n'est évidemment pas à conseiller, mais c'est une bonne idée dans le cas d'un mal de gorge. En effet, l'eau salée aide à apaiser l'inflammation et à nettoyer la gorge. Dissolvez ½ cuillérée de sel dans un verre d'eau, prenez-en quelques gorgées pour vous gargariser puis recrachez l'eau, et recommencez au besoin.

Bouillon de poulet : ce mets très simple et réconfortant fait figure de grand classique parmi les remèdes de grands-mères. Il est vrai qu'un liquide chaud peut être utile pour soulager un peu les symptômes du rhume, et que la plupart des soupes sont nutritives ; mais qu'est-ce qui fait l'attrait particulier du bouillon de poulet ? Nombreux sont les chercheurs qui ont essayé de mettre le doigt sur son secret. Jusqu'ici, ils émettent l'hypothèse que les ingrédients du bouillon de poulet agissent de concert pour combattre la réaction inflammatoire qui s'intensifie dans le rhume et les autres infections. Toute science mise à part, le bouillon s'avale bien quand vous ne vous sentez pas bien.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Soulagez-vous-meme-votre-rhume

Trucs pour soulager la congestion

La congestion nasale, symptôme courant du rhume banal, entraîne son lot de désagréments et d'inconfort. Contrairement à la croyance populaire, cette congestion est attribuable à l'inflammation de la muqueuse qui tapisse le nez, et non à la production de mucus épais.

Pulvérisez-la : selon certaines études, le virus du rhume semble se transmettre plus facilement lorsque l'air est sec. Humidifiez l'air ambiant au moyen d'un humidificateur à vapeur chaude ou froide ; cela vous procurera un peu de soulagement. Vous pouvez ajouter 2 ou 3 gouttes d'huile de menthe poivrée ou d'eucalyptus à l'eau du bac. Si vous n'avez pas d'humidificateur, vous pouvez obtenir un effet comparable en plaçant un bac d'eau au milieu de la pièce et en laissant l'eau s'en évaporer. Pour profiter d'une humidification plus intense, prenez une douche chaude.

Nettoyez-la - à grande eau : lorsque vous avez le nez « bouché », les tissus qui tapissent la voie nasale sont enflammés, votre nez est tellement congestionné que la respiration est devenue un problème - vous pourriez avoir envie de vous mettre la tête sous le robinet et de laisser couler l'eau. Mais optez plutôt pour une solution saline en vaporisateur nasal ou pour un lavage du nez avec un pot neti ou une seringue nasale.

Chassez-la dans votre mouchoir - mais de la bonne façon : vous pensez sans doute qu'il n'y a rien de plus simple que de se moucher ? Sachez que c'est plus compliqué qu'il n'y paraît.

Tout d'abord, le faites-vous correctement ? Certaines études montrent que se moucher trop fort peut occasionner une pression excessive dans le nez et faire refluer le virus du rhume dans les sinus. Les conséquences ne sont pas claires, mais les chercheurs recommandent de ne pas souffler trop fort. Exercez une légère pression sur une narine pour la boucher pendant que vous soufflez doucement de l'autre.

Il existe un autre problème : celui de l'irritation occasionnée par le frottement répété avec les mouchoirs en papier. Pour réduire la friction, appliquez un peu de lotion hydratante sur le mouchoir avant de l'utiliser ou encore choisissez des mouchoirs en papier qui contiennent déjà un hydratant. Et n'oubliez pas de jeter votre mouchoir immédiatement après l'emploi afin d'éviter de disséminer le virus du rhume.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Soulagez-vous-meme-votre-rhume

Introduisez votre nez au pot neti

C'est à la suite d'une émission d'Oprah Winfrey que des millions de personnes ont découvert le lavage du nez pratiqué avec un petit récipient à bec verseur dont la forme rappelle celle de la lampe d'Aladin. À vrai dire, rien ne prédisposait vraiment le pot neti, longtemps connu des seuls adeptes du yoga et de l'Ayurveda, à devenir un accessoire de soins de santé largement connu. Le petit pot de céramique employé pour l'irrigation du nez et l'élimination du mucus a été présenté au vaste auditoire d'Oprah par le docteur Mehmet Oz au début de 2007. Depuis, les moteurs de recherche ont été submergés des termes « pot neti » et de ses synonymes. Mais qu'est-ce qu'un pot neti ?

Quelles sont les origines du pot neti ?

En sanskrit, neti veut dire nettoyage du nez. Dans la tradition ayurvédique, système de soins traditionnel et naturel qui a vu le jour en Inde il y a des milliers d'années, jala neti est le terme employé pour désigner le lavage du nez avec de l'eau salée. C'est ici que le pot neti entre en jeu.

Pourquoi utiliser un pot neti ?

Si vous avez des allergies ou des symptômes de rhume qui vous causent des problèmes dans le nez ou les sinus (congestion, maux de tête, pression) ou si vous avez des rhumes à répétition, l'irrigation nasale avec un pot neti peut vous procurer un soulagement. Des chercheurs de l'université du Wisconsin ont constaté que, lorsque des personnes qui faisaient souvent des sinusites (infections des sinus) ont pratiqué l'irrigation du nez avec de l'eau salée, elles ont obtenu un soulagement des symptômes liés aux sinus et ont eu besoin de prendre moins de médicaments. Lorsque vous irriguez les voies nasales avec de l'eau tiède salée, vous drainez le mucus qui bloque les sinus, ce qui diminue la pression et la congestion et empêche l'accumulation de bactéries pouvant causer une sinusite.

Comment utiliser un pot neti en toute sécurité ?

Ayant vu leur popularité augmenter, les pots neti sont de nos jours offerts dans les pharmacies ou les magasins d'aliments naturels. Les prix varient habituellement de 20 $ à 30 $. Voici quelques conseils d'utilisation :

  • remplissez le pot neti avec de l’eau chaude que vous avez préalablement fait bouillir. L’eau du robinet peut contenir des bactéries qui peuvent causer plus d’infections. Ajoutez en remuant un quart de cuillère à thé de sel non iodé ou un sachet du nettoyant pré-mélangé à utiliser avec un pot neti;
  • mettez-vous au-dessus d'un évier ou d'une bassine. Penchez la tête sur le côté et placez l'extrémité du bec verseur du pot neti dans la narine du dessus. Respirez par la bouche ;
  • inclinez le pot neti jusqu'à ce que l'eau entre lentement dans la narine du dessus et en ressorte par la narine du dessous pour tomber dans la bassine. Laissez l’eau couler pendant 20 à 30 secondes ou jusqu’à ce que vous soyez confortable;
  • procédez de la même manière pour l'autre narine.

À quelle fréquence dois-je utiliser le pot neti ?

L'Ayurveda recommande de pratiquer quotidiennement le jala neti, ou lavage du nez. Il vous appartient toutefois de décider à quelle fréquence le pratiquer, en fonction des besoins et des résultats personnels.

Le pot neti est-il pour tout le monde ?

Si vous avez certains troubles du nez (notamment des saignements chroniques, une déviation de la cloison nasale ou des polypes nasaux) ou des symptômes d'infection des sinus (par ex. une toux, des écoulements, de la fièvre ou des maux de tête), vous devriez consulter votre médecin avant d'utiliser le pot neti.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Soulagez-vous-meme-votre-rhume

Humidificateurs : 8 choses à savoir avant d'acheter

L'air sec et froid qui arrive avec l'automne et l'hiver peut être perçu par certains comme un soulagement après un été chaud et humide ou il peut générer les marmonnements des personnes qui montent leur thermostat et qui se blottissent avec résignation dans des intérieurs surchauffés. Quoi qu'il en soit, l'air sec est synonyme de peau sèche, d'irritation de la gorge, de congestion et de saignements du nez.

Quelle que soit la saison, l'humidificateur est un bon moyen d'atténuer la sécheresse de l'air. Il permet même de soulager dans une certaine mesure les symptômes du rhume et de la grippe.

Mais avant d'aller acheter un humidificateur, demandez-vous lequel vous choisirez : un appareil à vapeur chaude ou à vapeur froide ? Voici quelques éléments qui vous aideront à faire un choix éclairé.

Humidificateurs à vapeur chaude

  • Parfois appelés vaporisateurs, les humidificateurs à vapeur chaude font bouillir l'eau que l'on ajoute au réservoir et émettent de la vapeur chaude dans l'air ambiant.
  • Le fait de faire bouillir l'eau tue les moisissures et les bactéries qui pourraient y être présentes.
  • En émettant de la chaleur, le vaporisateur peut rendre l'air ambiant étouffant et humide, ce qui en fait un choix plus naturel en hiver.
  • À cause de la chaleur émise, le vaporisateur comporte un risque de brûlure et n'est probablement pas le meilleur choix pour une chambre d'enfant, à moins qu'il soit totalement hors de la portée de l'enfant.

Humidificateurs à vapeur froide

  • Avec ce type d'humidificateur, l'eau n'est pas chauffée du tout. La vapeur est obtenue par agitation de l'eau au moyen d'un petit moteur. Sans chaleur, pas de risque de brûlure. Et, comme la vapeur émise est fraîche, l'effet est plus plaisant en été.
  • Toutefois, comme l'eau présente dans le réservoir n'est jamais chauffée, des bactéries peuvent y proliférer. C'est pourquoi il est important de suivre les directives du fabricant pour l'entretien et le nettoyage de l'appareil. Lorsqu'on met en marche un humidificateur dont l'eau est remplie de bactéries, ces dernières sont projetées dans l'air ambiant, ce qui peut être dangereux pour les personnes qui font de l'asthme ou ont de la difficulté à respirer.
  • C'est pourquoi il ne faut jamais laisser de l'eau stagner dans le réservoir d'un humidificateur à vapeur froide lorsqu'il n'est pas utilisé. Pour éviter la prolifération des bactéries, il ne faut remplir le réservoir d'eau qu'au moment d'utiliser l'appareil.
  • Si possible, utilisez de l'eau distillée. L'eau du robinet n'est pas nécessairement mauvaise, mais l'eau distillée contiendra probablement un moins grand nombre de microparticules potentiellement nocives lorsqu'elles sont libérées dans l'air ambiant.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Soulagez-vous-meme-votre-rhume

Rhume et grippe : quand rester chez vous

S'absenter du travail ou non ? La question se pose régulièrement pendant la saison du rhume et de la grippe. La décision que vous prendrez de rester à la maison aura des conséquences qui ne touchent pas que vous. Disons que c'est mardi matin et que vous vous réveillez avec une toux, le nez qui coule et des éternuements, mais que vous avez une échéance à respecter. Vous devez prendre une décision. Vous pouvez :

  • vous traîner au travail et passer la journée à éternuer et à vous moucher jusqu'à en avoir le nez irrité. Vous essayez de travailler mais vous vous surprenez à regarder fixement l'écran de votre ordinateur. Bien que vous preniez soin de ne pas tousser dans le visage de vos collègues, vous déposez des germes sur tout ce que vous touchez : le clavier, le bureau, les poignées de porte, les cabinets de la cuisine du bureau. Vous finissez tant bien que mal par terminer votre fameux rapport à temps, et envoyez un courriel à votre chef (mais, souffrant comme vous l'êtes, vous oubliez d'y joindre le document), puis quittez le bureau épuisé et encore plus mal en point que lorsque vous êtes arrivé ;

ou :

  • vous appelez au travail pour dire que vous êtes malade, vous vous excusez auprès de votre chef de ne pas pouvoir respecter le délai, lui promettant de lui envoyer votre rapport dès que vous irez mieux. Vous restez chez vous pour vous soigner. Vous dormez un peu, buvez beaucoup et ne déposez des germes que dans votre environnement immédiat. Votre toux semble irriter le chat, qui quitte la pièce. Plus tard dans l'après-midi, vous vous sentez un peu mieux et vous vous dites qu'il n'y en a plus pour longtemps avant la fin de votre rhume.

Si vous optez pour le premier scénario, vous vous rendez coupable d'une infraction nouvelle aux codes de bonne conduite au travail : le présentéisme. Il s'agit du contraire de l'absentéisme. Le terme désigne le fait d'aller au travail quand on est malade, de ne pas être efficace et d'exposer ses collègues à ses germes. Les personnes qui décident d'aller au travail alors qu'elles sont malades ne rendent pas service à leur employeur, étant donné qu'elles sont susceptibles de contaminer d'autres collègues, ce qui risque de diminuer la productivité et d'entraîner des pertes de revenus pour l'employeur.

Vous observerez l'apparition des symptômes du rhume habituellement 2 jours après avoir contracté l'affection, et c'est le moment où vous êtes plus susceptible de transmettre l'affection à d'autres. La personne enrhumée éternue, tousse et son nez coule. Une fois que ces symptômes apparaissent, ils peuvent persister pendant 2 jours à 2 semaines. Le risque de contagion est présent jusqu'à 3 jours après la disparition des symptômes.

Dans le cas de la grippe, la personne touchée peut commencer à transmettre le virus 2 jours avant même l'apparition des symptômes, alors qu'elle ne sait pas encore qu'elle est infectée. Une fois que la grippe s'est déclarée, la contagion reste possible jusqu'à la disparition des symptômes, ce qui peut prendre environ 1 ou 2 semaines.

Si vous éternuez ou toussez un peu de temps à autre, cela ne veut pas nécessairement dire que vous représentez un grand risque de contagion pour les autres, du moment que vous prenez certaines mesures d'hygiène. Au travail, lavez-vous souvent les mains à l'eau et au savon ou utilisez du désinfectant pour les mains. Touchez le moins d'objets possible pour éviter de contaminer votre lieu de travail. Utilisez des mouchoirs en papier lorsque vous vous mouchez ou éternuez, et jetez-les à la poubelle sans attendre.

Pour votre propre bien et dans le meilleur intérêt de vos collègues, suivez ces directives afin de décider si vous devez vous absenter du travail, si vous observez :

  • une fièvre - si vous avez de la fièvre, il est vraiment important que vous restiez chez vous. La fièvre indique que votre corps est en train de lutter contre une infection ;
  • des courbatures - tout comme la fièvre, les courbatures sont un signe que le corps combat une infection virale. On peut avoir de légères courbatures quand on est enrhumé, mais elles sont plus intenses en cas de grippe ;
  • des maux de gorge intenses - un léger mal de gorge peut se produire en cas de rhume ou de grippe. Mais des maux de gorge intenses sont presque toujours un signe d'une infection bactérienne qui nécessite une consultation médicale ;
  • des couleurs - 2 couleurs, le vert et le rouge, vous indiqueront qu'il vaut mieux rester chez vous. Si votre mucus est vert, vous avez probablement une infection bactérienne. Si vous avez les yeux rouges, vous avez peut-être une conjonctivite, une affection contagieuse des yeux communément associée au rhume banal.

Si vos symptômes s'aggravent, vous devez appeler le cabinet de votre médecin. Vous aurez besoins de soins médicaux si :

  • vous avez une fièvre de 39,5 °C (103 °F) ou plus ;
  • votre fièvre s'accompagne de courbatures, de fatigue, de transpiration ou de frissons ;
  • vos symptômes empirent au lieu de s'améliorer, ou s'ils durent plus de 10 jours.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Soulagez-vous-meme-votre-rhume