;

Foncez sur ces 10 comestibles d’arrière-saison

Le passage de l'été à l'automne peut être empreint d'une amère douceur : il entraîne le rangement des vêtements d'été, la sortie des lainages, la mise en vigueur des mesures de précaution appropriées pour la saison des rhumes et de la grippe, et le déploiement des tactiques qui vous permettront de faire front à votre allergie à l'herbe à poux. Mais le passage d'une alimentation saisonnière à l'autre n'est rien de moins que plaisant - et piquant et goûteux et super-nutritif.

Laissez-vous séduire par ces 10 comestibles d'arrière-saison bons pour la santé.

Les betteraves : il y a plusieurs façons d'accommoder les betteraves. Ces plantes faibles en calories, naturellement sucrées abondent en B-ienfaits nutritifs. Les betteraves sont pleines de folate, une vitamine B essentielle à la croissance des cellules surtout durant une grossesse. Elles offrent généreusement 2 autres éléments pour le B-ien être de leurs consommateurs, notamment : la bétacyanine, un pigment qui serait un puissant antioxydant, et la bétaïne, un nutriment qui a des vertus protectrices pour le cœur. Les betteraves sont également une bonne source de fibres alimentaires.

Les canneberges : écarlates et acidulées, les canneberges se récoltent en automne quand les feuilles du plant tournent elles-mêmes au rouge. Qu'elles soient cueillies sur un buisson dans la nature ou cultivées dans des tourbières artificielles peu profondes, les canneberges abondent en fibres alimentaires et en vitamine C. Parsemez une poignée de canneberges sur une salade de fruits, ajoutez-en à une vinaigrette, à du gruau fumant, ou garnissez-en la pâte des muffins et des biscuits avant de la mettre au four.

Les choux de Bruxelles : ces choux miniatures appartiennent à la famille des plantes crucifères appelée brassicacée, au même titre que les brocolis, le chou vert frisé et les épinards. Bien que les choux de Bruxelles figurent fréquemment en tête du palmarès des légumes les moins aimés, ils méritent d'être connus plus honorablement. Coupez une tasse de ces bourgeons en quartier et braisez-les avec vos aromates et épices préférés pour concocter une délicieuse dose de vitamines et de minéraux. Une tasse subvient aux besoins quotidiens du corps en produisant 25 % de folate, 15 % de fibres alimentaires et de potassium, 10 % de fer et d'acides gras oméga-3 et, croyez-le si vous le voulez, 161 % de vitamine C.

La citrouille et les autres courges : les couleurs riches et intenses de la citrouille et des différentes courges donnent une idée des copieux nutriments qu'elles renferment. Elles regorgent de vitamine A présente sous forme de bêta-carotène, un antioxydant indispensable à la santé de la vision. Il peut aussi stimuler le système immunitaire et protéger le corps contre les dommages causés par les radicaux libres susceptibles d'entraîner des troubles cardiaques et vasculaires ainsi que le cancer. Les courges procurent une grande quantité de potassium, un minéral qui joue un rôle régulateur dans le fonctionnement des reins et du cœur, ainsi que des muscles et des nerfs. Vous trouverez aussi des tonnes de fibres alimentaires dans ces excellents fruits qui contribuent à la baisse du mauvais cholestérol, à l'entretien de la santé intestinale et de l'équilibre du taux de sucre sanguin.

Les figues : les figues sont de petits fruits charnus pauvres en calories, mais bourrées d'éléments nutritifs bons pour vous. Les figues foisonnent non seulement en potassium, un élément essentiel au bon fonctionnement du cœur, des reins, et des muscles, mais elles offrent aussi une bonne dose de calcium qui joue en plus un rôle important dans la formation des os. Et, une tasse de figues fraîches fournit 30 % de l'apport quotidien recommandé en fibres alimentaires. Comme tous les fruits, les figues, sont une source formidable de vitamines antioxydantes. De plus, l'extrait de feuilles de figuier serait susceptible d'avoir un effet favorable sur la santé des personnes atteintes de diabète.

Le panais : les panais ne figurent pas en première place sur beaucoup de listes de « superaliments », mais c'est tout simplement parce que d'autres légumes ont tendance à les éclipser. Ils ressemblent un peu à des carottes pâles, alors qu'en vérité ils contiennent bien plus de potassium et de folate que les carottes, et la santé du cœur les apprécie. Le folate est une vitamine B essentielle à la formation de cellules saines, et son insuffisance a été liée au cancer et à des malformations congénitales. La teneur des panais en protéines et en vitamine C est peut-être 50 % moindre que celle des pommes de terre, mais ils se font fort de posséder davantage de fibres alimentaires.

Les patates douces et les ignames : que votre choix se porte sur la familière patate douce ou sur l'igname plus difficile à trouver, vous prendrez dans chaque circonstance un plat végétarien nutritif et faible en calorie. Les patates douces renferment davantage de fer et elles constituent une meilleure source de vitamine A aux propriétés antioxydantes, mais les ignames recèlent davantage de fibres alimentaires. Elles sont toutes deux à peu près sur le même rang en ce qui concerne l'apport en vitamine B6 nécessaire à la santé du cœur, mais les ignames surpassent les patates douces en potassium nécessaire pour le bon fonctionnement du cœur, des reins et des muscles.

Les poires : bien que sa chair soit moins dense, plus douce et plus délicate que celle de la pomme, la poire fournit tout autant de vitamine C et de fibres alimentaires que sa parente à pépins. Ne manquez pas d'ajouter au profil de la poire les bienfaits antioxydants du cuivre qu'elle renferme ni les propriétés de sa texture juteuse, à la fois fondante et fine qui en font un bon choix pour les desserts pochés, la garniture des salades composées ou des céréales chaudes.

Les poivrons d'Amérique : croquez à belles dents dans les poivrons d'Amérique quand ils sont en saison, c'est-à-dire d'août en octobre, pour profiter au mieux des vertus de leur chair craquante de couleur vive. Sans la capsicine qui rend les autres poivrons si brûlants, les poivrons d'Amérique confèrent aux mets une saveur plus pure, plus légère et plus douce. Et, une simple tasse de poivron de n'importe quelle couleur fournit presque 300 % de l'apport quotidien recommandé en vitamine C ! Alliez à cela un apport supérieur à plus de 100 % des besoins quotidiens en vitamine A, et il est arithmétiquement évident que les poivrons d'Amérique sont pleins de puissants antioxydants. Dévorez les poivrons crus en lamelles, en tronçons sautés avec une protéine maigre comme le tofou ou le poulet, en julienne poêlée avec d'autres légumes, ou en dés sur une salade croustillante.

Les pommes : alors, comment aimez-vous vos pommes ? Ce n'est pas par hasard que la pomme, ce super fruit magique censé éloigner le médecin, figure depuis bien longtemps parmi les denrées de la moisson d'automne. La pomme, dont l'apport calorique est d'environ 80 calories, procure aussi de la vitamine C et beaucoup de fibres alimentaires aux effets salutaires. Les fibres alimentaires solubles et insolubles que l'on retrouve dans les pommes facilitent la digestion et influent favorablement sur les taux de cholestérol. Étant donné le grand nombre de variétés de pommes, vous pourriez manger une pomme par jour et ne jamais vous lasser de leur saveur tantôt acide, tantôt douce, mais toujours agréable.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Sante-en-automne

Dinde : trucs et astuces

Pour un grand nombre de personnes, la préparation de la dinde du jour de l'Action de grâce représente l'un des plus grands défis culinaires et sanitaires de l'année. La vue de cette grosse volaille crue pourrait éveiller votre perplexité et soulever des questions. Étant donné que mieux vaut prévenir que guérir, le moment est venu de concocter quelques réponses.

Comment conserver la dinde ?

Si vous comptez cuire la dinde dans deux ou trois jours, gardez-la au réfrigérateur. Sinon, mettez-la au congélateur. Ne la laissez pas à la température ambiante car cela peut favoriser la multiplication des bactéries nocives.

Combien de temps prendra la décongélation de ce volatile ?

Ne décongelez jamais une dinde sur un plan de travail, à la température ambiante. Choisissez au contraire une solution plus sûre. Vous pourriez la mettre au réfrigérateur enveloppée dans du plastique ou reposant dans un grand plat profond qui recueillera les égouttures. Ou, passez-la tout simplement au four à micro-ondes, et déterminez la durée et la température de décongélation en consultant le manuel du four à micro-ondes ou une recette. Vous pouvez également décongeler la dinde dans son emballage étanche à l'air originel et la décongeler dans de l'eau froide. Changez l'eau toutes les 30 minutes afin qu'elle demeure suffisamment froide.

Combien de temps prendra sa cuisson à point ?

Comptez 30 minutes de cuisson environ pour chaque livre de dinde. Réglez la température du four à 165 °C (325 °F) ou davantage. Avant d'utiliser un sac pour la cuisson au four, commencez par lire attentivement le mode d'emploi. Enfoncez un thermomètre à viande dans une cuisse ou la poitrine pour voir si la température interne de la dinde a atteint 85 °C (185 °F). Cette température indique que la dinde est cuite à point. Veillez à ce que la viande soit tendre et que le jus qui en découle ait perdu sa teinte rosée. Faites cuire la farce séparément et ajoutez-la une fois que la dinde est cuite à point et prête à être servie.

Quelles sortes de bactéries sur et dans la dinde pourraient rendre malades les convives ?

La dinde, tout comme d'autres volailles, peut être porteuse de bactéries susceptibles de causer une intoxication alimentaire, notamment la salmonelle et la campylobactérie. Une cuisson appropriée tuera la plupart des bactéries, par conséquent la dégustation de la dinde ne posera pas de danger. Il est tout de même essentiel que les personnes qui manipulent des aliments suivent les lignes directrices relatives à la sécurité alimentaire afin de prévenir une contamination croisée durant la préparation du repas. Évitez de toucher les liquides et les égouttures provenant de la dinde crue. Lavez-vous minutieusement les mains avec de l'eau et du savon avant de toucher les aliments et après. Procédez de la même façon avec les assiettes, les ustensiles, les serviettes et les planches à découper. Les planches à découper en matière plastique sont plus faciles à assainir que celles en bois. Si vous le pouvez, réservez une planche à découper aux viandes et à la volaille et une autre aux légumes et divers autres aliments.

De toute façon, la dinde est-elle vraiment bonne pour la santé ?

La dinde est une source de protéine maigre peu calorique. Elle contient aussi du tryptophane, un acide aminé réputé pour sa capacité d'induire la somnolence. Cependant, ne blâmez pas la dinde pour votre somnolence post-souper mais bien la forte teneur en glucides des repas de fêtes.

Empilez les restes de dinde sur des tranches de pain à la farine intégrale et confectionnez des sandwiches du lendemain du jour de l'Action de grâces ou déchiquetez la viande qui servira de base à une soupe à la dinde. Mais afin de tirer le meilleur parti des vestiges du festin, réfrigérez tous les restes dans les 2 heures qui suivent leur sortie du four.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Sante-en-automne

Ratissage : petits conseils sages

Alors que vous tournez la page du calendrier de septembre à octobre, les feuilles tournent du vert au jaune, au rouge, au marron, à l'orangé. La voûte des arbres si verdoyante en été se transforme en un arc-en-ciel aux couleurs les plus chatoyantes de l'automne, et nombreuses sont les personnes qui suivent d'un regard mélancolique la chute des feuilles. Certaines, plus terre-à-terre, pensent tout simplement : « Maintenant, il faut que je les ramasse ! »

Si un tapis de feuilles bruissant vous attend, vous avez non seulement besoin d'un râteau, mais aussi de quelques rappels de sûreté en matière de ratissage.

Attendez la chute finale : avant d'étendre le bras vers votre râteau, attendez que toutes les feuilles soient tombées. À part le déblayage des plus gros tas de feuilles dans les allées, il est préférable de prévoir un grand ratissage. En effectuant des petits nettoyages rapides, vous pourriez vous laisser aller à faire des entorses aux principes de sécurité d'usage et glisser, tomber ou vous retrouver perclus de douleurs musculaires.

Choisissez vos outils judicieusement : le bon râteau pour vous n'est pas nécessairement le bon râteau pour quelqu'un d'autre. Faites les magasins jusqu'à ce que vous en trouviez un dont le manche convient à votre taille. Et, tandis que vous pourriez succomber à la tentation d'acheter un râteau léger en matière plastique, et plus économique, prenez garde, car plus le râteau est léger, plus vous devrez déployer de l'énergie pour entasser et ramasser les feuilles. Optez pour un râteau à la poignée antidérapante. Parmi les produits bons pour jardiner, on retrouve des râteaux ergonomiques. Ils sont maniables, conçus pour votre bien-être et un ramassage sans douleur.

Habillez-vous en conséquence : portez des habits légers, mais suffisamment chauds et ne retenant pas la transpiration susceptible de couvrir votre corps durant l'effort. Vos chaussures devraient offrir un bon support, être confortables et munies de semelles antidérapantes au cas où vous devriez marcher sur des feuilles mouillées. Enfilez des gants solides, à la prise antidérapante afin de pouvoir tenir le manche du râteau en toute sécurité. Si vous êtes allergique aux moisissures et au mildiou, essayez de porter un masque qui vous couvrira le nez et la bouche.

Prévoyez une mise en train : vous estimez peut-être que le ratissage ne constitue pas une séance d'exercices â proprement parler, mais vous pouvez brûler près de 300 calories en maniant le râteau 1 heure pendant ! Faites quelques pas pendant quelques instants avant de commencer afin de stimuler votre circulation sanguine. Ajoutez quelques étirements par mesure de précaution pour prévenir le claquage des muscles des épaules, du cou et du dos. En outre, des flexions latérales du torse et des flexions des genoux vers la poitrine sont des mouvements qui aideront à vous détendre et à vous préparer à toutes les tâches du ratissage, y compris les flexions et le levage que nécessite le transport des feuilles.

Adoptez les bonnes pratiques du ratissage : votre cou et votre dos seront beaucoup plus heureux si vous gardez le dos droit en position verticale, et si vous ratissez les feuilles qui se trouvent sur votre côté en changeant de temps à autre la position de la main dominante sur le manche du râteau. Penchez-vous en fléchissant les genoux, et non pas en vous courbant, lorsque vous ramassez les tas de feuilles. Et évitez les mouvements de rotation lorsque vous lancez des feuilles. Placez-vous plutôt sur le côté pour que tout votre corps change de position, pas seulement vos épaules et votre dos.

Prenez des pauses râteaux : le ratissage exige des mouvements répétitifs qui peuvent s'avérer douloureux après quelque temps. Prenez une pause toutes les 10 ou 15 minutes. Avalez quelques gorgées d'eau pour rester hydraté et étirez-vous pour évacuer la tension qui pourrait s'être accumulée.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Sante-en-automne