Le rhumatisme psoriasique (RP) est une complication possible du psoriasis. Dans le psoriasis, le système immunitaire considère les composantes de l’organisme comme des corps ètrangers et commence à les attaquer, et notamment à attaquer la peau. De même, le rhumatisme psoriasique survient lorsque le système immunitaire cible les articulations et cause de l'inflammation et des lésions. Comme le psoriasis, le rhumatisme psoriasique peut prendre des formes très différentes selon les personnes.

Le RP évolue lentement et de façon graduelleet peut toucher plusieurs articulations. Le RP survient chez 10 à 30 % des personnes atteintes de psoriasis. Il touche autant les hommes que les femmes et apparaît habituellement entre les âges de 20 et 50 ans. Il existe cinq grands tableaux cliniques du RP :

  1. Dans le tableau asymétrique, le RP touche 1 à 3 articulations différentes.
  2. Dans le tableau symétrique, le RP touche de nombreuses articulations.
  3. Dans le tableau distal, le RP touche surtout les articulations les plus proches des ongles desdoigts et des orteils.
  4. Il peut toucher les articulations de la colonne vertébrale.
  5. Dans le tableau destructeur, qui est très rare, il cause des déformations des articulations.

Dans 85 % des cas, le RP survient après l'apparition des symptômes cutanés du psoriasis. Cependant, le psoriasis n'entraîne pas toujours un RP.

De nombreux symptômes du rhumatisme psoriasique sont très semblables à ceux du rhumatisme ordinaire. Les symptômes inflammatoires locaux comme la sensibilité, la douleur et l'enflure sont fréquents, de même que la raideur des articulations et la réduction de l'amplitude des mouvements. Il y a aussi des symptômes généralisés qui touchent tout le corps, comme la fatigue chronique.

Il n'existe aucun moyen de guérir le RP, mais grâce à un traitement précoce, on peut maîtriser la maladie et prévenir les lésions articulaires graves. La détection précoce est donc très importante. Certains symptômes sont des signes avant-coureurs de RP. Dans ce type de rhumatisme, la douleur et la raideur sont normalement plus intenses tôt le matin, puis s'atténuent à mesure que les articulations s'assouplissent. Certaines personnes remarquent qu'elles se sentent plus fatiguées ou qu'elles prennent un peu de poids avant l'apparition du RP, en raison du manque d'activité physique. Si vous restez à l'affût des signes avant-coureurs, vous pouvez commencer à traiter le RP assez tôt pour réduire les lésions articulaires. Le traitement du RP varie également d'une personne à l'autre en raison de la nature très individualisée de la maladie. La maladie est généralement prise en charge avec une association d'antirhumatismaux modificateurs de la maladie (ARMM)), d'anti-inflammatoires nonstéroïdiens (AINS), et de stéroïdes. Les ARMM ralentissent les processus cellulaires qui causent l'inflammation. Les AINS réduisent les symptômes inflammatoires et diminuent la douleur. Les stéroïdes aident également à réduire l'inflammation par un mode d'action différent.

Les agents biologiques sont également utilisés pour traiter le RP, ils agissent de façon plus ciblée que les anciens ARMM pour supprimer l'inflammation et réduire les lésions aux articulations. Ces nouveaux agents ont donné de bons résultats dans la plupart des cas.

Le choix d'une option thérapeutique qui donne les meilleurs résultats avec le minimum d'effets secondaires est une démarche très personnelle. Il nécessite une collaboration étroite et constante avec vos professionnels de la santé. Il se peut que vous ne trouviez pas tout de suite la meilleure option et que vous soyez obligé de faire plusieurs essais, mais ne vous contentez pas d'une option à moins d'être satisfait des résultats.