Courteney Cox-Arquette: de son rôle dans la série Friends à la maternité

Dans l'émission populaire Friends, les personnages de Monica et Chandler ont lutté contre des problèmes de fertilité. Comme plusieurs couples de la vie normale, les amis fictifs devenus époux ont essayé de savoir lequel des deux partenaires était à l'origine des problèmes de conception. S'agissait-il des spermatozoïdes de l'homme ? Est-ce que quelque chose faisait défaut dans les organes reproducteurs de la femme ?

Chandler apprend que : « Dans les faits, il s'agit de nous deux. « Il semble que mes spermatozoïdes soient peu mobiles et que tes organes génitaux soient peu hospitaliers pour ceux-ci. » Monica n'est pas sûre, ce à quoi Chandler répond : « Cela signifie que mes petits amis ne veulent se lever du La-Z-Boy et que ton utérus est prêt à tuer ceux qui le font. »

Comme ces amis imaginaires, Courteney Cox-Arquette, l'actrice qui joue le rôle de Monica et son mari, le comédien David Arquette peuvent avoir partagé quelques bonnes plaisanteries tout au cours de leur parcours jusqu'au moment de devenir parent. Mais ce parcours était rempli d'émotions, d'un sentiment de perte, de douleur et de persévérance.

Mme Cox-Arquette a dit au magazine People : « Je n'ai pas beaucoup de difficulté à devenir enceinte, mais il m'est difficile de le rester. Le groupe a eu à faire face à plusieurs avortements spontanés, mais, à chaque fois, ils ont repris le dessus pour réessayer.

Lorsque les couples font face à l'infertilité, il arrive parfois que le problème fondamental soit difficile à détecter. Les médecins et les spécialistes de l'infertilité exploreront 4 possibilités : s'agit-il d'un problème de spermatozoïdes ? S'agit de celle d'un problème d'ovulation ? Y a-t-il un problème d'ovulation ? Est-ce que les spermatozoïdes et l'ovule sont capables de s'unir ? L'embryon peut-il s'implanter dans l'utérus et sa croissance peut-elle y être soutenue ?

La quatrième possibilité semblait être la cause de l'infertilité des Cox-Arquette. Mme Cox-Arquette affirme que ces difficultés proviennent de la trop grande réponse immunitaire de son organisme contre un fœtus, ce qui provoquerait des avortements spontanés. On appelle anticorps antiphospholipides les protéines qui sont probablement à l'origine de cette réaction. Elles sont souvent présentes dans le corps des personnes qui possèdent des désordres auto-immuns, comme le lupus, mais elles le sont également chez environ 2 % de la population normale. Certaines femmes prennent des médicaments dans le but d'inhiber les cellules responsables de la réponse immunitaire et de permettre à un embryon de croître de façon sécuritaire dans l'utérus.

Alors que le 40e anniversaire de naissance de Mme Cox-Arquette approchait, le couple a décidé d'essayer la fécondation in vitro (FIV). « Il est vrai qu'après un certain âge, on a moins de chances, a dit Mme Cox-Arquette. Le couple a également essayé le diagnostic génétique préimplantatoire (DGP), une analyse par laquelle on recherche des anomalies génétiques dans les cellules embryonnaires.

Monica et Chandler ont finalement décidé d'adopter un enfant. La vérité s'est démarquée de la fiction à ce moment. Après avoir subi des avortements spontanés et avoir suivi des traitements de fertilité pendant plusieurs années, Mme Cox-Arquette et son mari, le comédien David Arquette, ont enfin accueilli leur fille, Coco Riley Arquette, à sa naissance le 13 juin 2004. En dépit d'un divorce prononcé en 2013, ils restent en contact étroit et passent du temps ensemble avec Coco à chaque fois qu'ils le peuvent.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Les-celebrites-et-la-fertilite

Marcia Cross : mère à tout prix

Si vous avez déjà vu Marcia Cross dans le rôle de la perfectionniste Bree Van De Kamp dans la série Beautés désespérées ou dans celui de Kimberley Shaw, le docteur aveuglé de vengeance de Place Melrose, vous pensez probablement « Eh bien, voici une femme qui sait ce qu'elle veut. Lorsqu'à l'âge de 42 ans, elle a rencontré son mari, l'agent de change Tom Mahoney, Mme Cross savait tout à fait ce qu'elle désirait – un bébé.

Mme Cross a dit : « Même avant d'avoir 30 ans, j'ai commencé à penser à [la maternité]. « Les années ont commencé à passer et j'étais inquiète de voir le temps filer. Avant de devenir amoureuse de Mahoney, Mme Cross avait, à un point de sa carrière, envisagé d'adopter un enfant. Elle a également essayé de devenir enceinte en utilisant des spermatozoïdes de donneur. Lorsqu'elle a su qu'elle se marierait, elle n'a perdu aucun temps. Mme Cross savait qu'elle aurait besoin d'aide pour concevoir. Dans les faits, le couple a décidé de ne pas partir en lune de miel et a plutôt commencé à recevoir des traitements de fertilité immédiatement après le mariage.

Mme Cross est connue pour avoir parlé ouvertement de son infertilité, et elle a attiré l'attention sur le fait peu connu que la fertilité d'une femme est considérablement réduite après l'âge de 40 ans. L'actrice a reconnu : « Si vous êtes dans la quarantaine, il vous est très difficile de devenir enceinte. « Je n'aime pas penser que l'on puisse faire croire à la femme typique que la fertilité est quelque chose d'éternel.

Mme Cross a également parlé de l'utilisation des ovules de donneuse par les femmes plus âgées qui essaient de concevoir. « Lorsqu'une femme avance en âge, elle peut obtenir des ovules de donneuse, et le bébé n'est pas moins beau ni moins parfait. Nos propres ovules ne peuvent durer qu'une certaine période de temps. »

Bien qu'elle n'ait ni confirmé, ni infirmé sa propre utilisation d'ovules de donneuse, Mme Cross a définitivement battu les pronostics, en devenant enceinte de jumeaux grâce à la fécondation in vitro (FIV) à l'âge de 44 ans. Ses filles jumelles fraternelles Savannah et Eden sont nées le 20 février 2007. Pour Mme Cross, le fait d'avoir des bébés plus tard dans la vie a représenté « un véritable miracle... Je ne pensais pas que ça arriverait. »

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Les-celebrites-et-la-fertilite

Brooke Shields : une avocate pour les questions de fertilité

Depuis les années 70, Brooke Shields est un personnage omniprésent à la télévision et sur les écrans de cinéma. Le public l'a pratiquement vu grandir et passer à travers les hauts et les bas sa carrière et de sa vie amoureuse. Mais la vie de Mme Shields a pris un important virage en 2001. L'un après l'autre, différents événements traumatiques se sont accumulés sur la vedette – le décès de son père, sa lutte contre l'infertilité, et son expérience très douloureuse de la dépression post-partum après la naissance de sa fille. Pour Mme Shields, le chemin qui a mené de La Petite au bonheur d'avoir un enfant a été long et tortueux.

Shields et son mari, M. Chris Henchy, un écrivain pour comédies de situation, savaient qu'ils désiraient des enfants – mais il savaient également que cela serait peut-être difficile. Quelques mois avant leur mariage, Mme Shields a appris qu'elle était atteinte de dysplasie cervicale, une croissance anormale de cellules précancéreuses du col de l'utérus. L'intervention servant à retirer les cellules a non seulement laissé des cicatrices qui ont provoqué un rétrécissement et un raccourcissement du col de l'utérus, elle a également provoqué la perte de glandes muqueuses qui aident à transporter les spermatozoïdes. Mme Shields compare cette difficulté au fait de « sauter dans une piscine sans eau. Il manquait quelque chose pour aider les petits amis à nager. »

Malgré cet obstacle, le couple a essayé plusieurs fois pendant un an et demi d'avoir un enfant sans aide. Par définition, on considère que les couples sont infertiles s'il n'ont pu concevoir après un an de relations sexuelles régulières et non protégées, ou après six mois si la femme est âgée de plus de 35 ans. Comme Mme Shields était à l'époque âgée de 36 ans, son médecin a conseillé au couple d'essayer la fécondation in vitro (FIV).

Mme Shields s'est prêtée résolument à toutes les exigences. Elle a pris les médicaments servant à préparer son organisme à la FIV et ceux qui servaient à stimuler ses ovaires. Elle s'est rendue à un très grand nombre de visites chez le médecin et elle a enduré les timbres transdermiques d'œstrogène qui lui faisaient « avoir l'air et se sentir, au moment de leur retrait, comme si elle avait subi une greffe cutanée. » M. Henchy a aidé sa conjointe en lui donnant les injections d'hormones dont elle avait besoin. Henchy a dit : « La première fois, je me suis agenouillé, j'ai soigneusement inséré l'aiguille dans sa fesse et je me suis presque évanoui. Trois semaines plus tard, je faisais la même chose sans y penser plus que ça, en tenant une tasse de café dans une main. »

Leurs efforts partagés ont permis d'en arriver à une grossesse, mais celle-ci s'est terminée en un avortement spontané. Le couple a continué la FIV et plusieurs cycles subséquents se sont terminés par des échecs, après lesquels Mme Shields a fait de son mieux pour envisager la situation dans sa plus grande perspective. « Après un certain temps, lorsque vos efforts ne sont pas couronnés de succès, vous commencez à associer le mot "échec" à chacune des occasions où vous urinez sur un bâtonnet et que la couleur n'est pas la bonne. Ce qui, au début, était un rêve devient un projet qui vous dévore. »

Enfin, au cours d'un essai que le couple décrit comme son ultime tentative et au cours duquel on a utilisé quatre embryons congelés, Mme Shields est à nouveau devenue enceinte. À cette occasion, la grossesse s'est terminée par la naissance de sa fille Rowan Francis Henchy, le 15 mai 2003.

Après ces expériences, Mme Shields s'est faite la championne des personnes faisant face à l'infertilité. « Lorsque vous éprouvez de la difficulté à concevoir, il vous est souvent difficile de savoir à qui poser des questions, et quand vous recevez des traitements de fertilité, il n'est pas toujours facile de trouver le soutien dont vous avez besoin; même si cela semble bien naturel, il importe que les femmes soient conscientes des problèmes potentiels et de prendre le contrôle. Deux œufs ne suffisent pas à faire une omelette. »

La deuxième fille du couple, Grier Hammond Henchy, est née en 2006. La seconde grossesse est survenue sans le recours des traitements associés à la FIV.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Les-celebrites-et-la-fertilite

Céline Dion : son histoire, son rêve

La chanteuse québécoise Céline Dion a écrit dans ses mémoires, Ma vie, mon rêve, qu'elle n'avait jamais pensé que sa vie s'effondrerait si elle n'avait pas d'enfant. Elle a écrit : « Mais malgré tout, j'attendais un enfant, j'espérais un enfant et je faisais des plans pour celui-ci. En 1994, peu après son mariage avec son gérant René Angélil, elle et son mari ont décidé de commencer à essayer d'avoir un enfant.

Céline était jeune, dans la vingtaine, en santé et active, et n'avait aucune raison de croire que devenir enceinte représenterait un défi pour elle. Mais après plusieurs années d'essai, elle n'était toujours pas enceinte. Après un an de relations sexuelles régulières et non protégées sans obtenir de grossesse, on recommande aux couples de demander de l'aide de leur médecin pour concevoir.

Puis, en 1999, on a diagnostiqué un cancer chez René. Comme le couple était inquiet de la possibilité que la chimiothérapie et les radiations affectent les spermatozoïdes de René, ils en ont congelé une certaine quantité pour un usage à venir. C'est à ce moment qu'ils ont découvert que les numérations de spermatozoïdes de René étaient très faibles et que ses spermatozoïdes étaient peu mobiles. Environ le tiers de tous les problèmes de fertilité possèdent unecomposante masculine, et c'était le cas de Céline et René. S'ils désiraient avoir un enfant, ils devraient recourir à l'aide de la procréation médicalement assistée (PMA).

La famille a pris un certain temps pour se concentrer sur la santé de René et est revenue aux traitements de fertilité quelques mois plus tard. On a recommandé une intervention appelée injection intracytoplasmique du spermatozoïde (IICS). Cette méthode très précise commence dans une plaquette de Pétri, dans laquelle sont placés des ovules individuels d'une femme pour qu'on y injecte un seul spermatozoïde. Si la fécondation se produit, l'embryon obtenu est ensuite implanté dans l'utérus. Céline s'est administré des injections quotidiennes elle-même pour préparer son organisme à la fécondation in vitro (FIV) et pour stimuler ses ovaires. On a finalement extrait 18 ovules des ovaires de Céline, et le processus d'IICS a commencé.

Un jour, après 38 traitements de chimiothérapie et de radiation, on a dit à René qu'il n'avait plus de cancer. Et le même jour, les spécialistes de l'infertilité de Céline l'ont surpris en lui disant les mots qu'elle attendait : « Céline, vous êtes enceinte ! »

Le 25 janvier 2000, Céline a donné naissance à son fils René-Charles Dion Angélil. Elle a mentionné qu'elle désirait, un jour, donner un petit frère ou une petite soeur à René-Charles. Malgré les difficultés possiblement causées par son âge, (Céline a eu 40 ans en mars 2008), cela restait possible. Au cours de leurs premiers traitements de fertilité, Céline et René ont décidé de congeler leurs embryons non utilisés, pour l'éventualité où ils désireraient avoir un autre enfant plus tard. La cryoconservationest maintenant offerte par plusieurs cliniques de fertilité.

Céline désirait donner une fratrie à René-Charles, et en décembre 2010 son vœu a été exaucé quand les jumeaux dizygotes Nelson Angélil et Eddy Angélil sont nés. Sa grossesse est survenue après le sixième essai de fécondation in vitro.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Les-celebrites-et-la-fertilite