Depuis que les vaccins contre le VPH (virus du papillome humain) sont offerts au Canada (il en existe deux maintenant), de nombreuses questions ont été soulevées par les jeunes femmes, les adolescentes et leur mère. Voici les 10 choses les plus importantes que vous devez savoir sur la vaccination contre le VPH :

  1. L'innocuité des vaccins contre le VPH. À ce jour, Santé Canada et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) n'ont soulevé aucune préoccupation quant à la sûreté des vaccins contre le VPH . Aucune étude n'a fait état d'effets indésirables graves survenant après la vaccination. L'effet secondaire le plus souvent signalé est une sensibilité au point d'injection. Les vaccins contre le VPH ne contiennent pas de thimérosal, un agent de conservation parfois utilisé dans la fabrication des vaccins.
     
  2. L'efficacité des vaccins contre le VPH. Deux vaccins sont offerts au Canada à l'heure actuelle. L'un de ces vaccins est efficace dans la prévention de l'infection par le VPH des types 6, 11, 16 et 18. L'autre vaccin s'est révélé efficace pour protéger contre le VPH des types 16 et 18. Lorsque l'organisme est infecté par un virus, il produit des anticorps qui lui permettent de combattre toute infection ultérieure par le même micro-organisme. Les vaccins stimulent la production d'anticorps par l'organisme et l'immunisent ainsi contre certaines infections ultérieures. Il a été démontré que la vaccination contre le VPH permet à l'organisme de produire des taux d'anticorps beaucoup plus élevés que ceux élaborés naturellement dans le cas d'une infection par le VPH (précisons que la vaccination contre le VPH ne cause pas d'infection par ce virus). Si vous avez déjà contracté une infection par un type de VPH, le vaccin vous protégera quand même contre les VPH des autres types.
     
  3. La vaccination contre le VPH aide à protéger contre certains types de VPH. Les deux vaccins anti-VPH peuvent vous protéger contre les types 16 et 18, qui sont les types à risque élevé; l'un des vaccins prévient aussi une infection par le VPH des types 6 et 11 . Notons que les types 16 et 18 causent environ 70 % des cas de cancer du col de l'utérus et les types 6 et 11 sont responsables d'environ 90 % des cas de verrues génitales. Parmi les autres maladies reliées à ces types de VPH, mentionnons les cancers de la vulve , du vagin et de l'anus. La vaccination contre le VPH ne protège pas contre tous les types de VPH, mais seulement contre ceux qui sont visés par chaque vaccin. La vaccination anti-VPH n'a pas d'effet contre une infection existante par le VPH et ne vous protégera pas contre les types de VPH auxquels vous pourriez avoir été exposée avant de recevoir le vaccin.
     
  4. La vaccination contre le VPH n'est pas un traitement pour l'infection par le VPH. Il n'existe actuellement aucun traitement contre l'infection par le VPH. Par conséquent, il est important de vous faire vacciner contre les types de VPH les plus répandus.
     
  5. Si vous n'êtes pas active sexuellement, vous devriez vous faire vacciner. On recommande aux filles et aux jeunes femmes de 9 ans et plus de se faire vacciner. L'un des vaccins est indiqué pour les filles et les femmes de 9 à 45 ans et pour les garçons et les jeunes hommes de 9 à 26 ans; l'autre vaccin est destiné aux filles et aux jeunes femmes de 9 à 25 ans. Des recherches ont démontré que le vaccin est plus efficace et qu'il confère une protection accrue contre l'infection par le VPH lorsqu'il est administré aux femmes avant qu'elles ne deviennent actives sexuellement.
     
  6. Si vous êtes déjà active sexuellement, vous pouvez quand même tirer des bienfaits de la vaccination. Bien que le vaccin contre le VPH soit plus efficace lorsqu'il est administré à celles qui ne sont pas déjà actives sexuellement, les adolescentes et les jeunes femmes qui sont déjà actives sexuellement peuvent quand même tirer des bienfaits de la vaccination, car il est peu probable qu'elles aient été infectées par les types de VPH contenus dans le vaccin.
     
  7. Vous devrez continuer à passer des tests Pap régulièrement même après la vaccination contre le VPH. Les vaccins contre le VPH confèrent une protection contre les types de VPH les plus répandus pouvant causer le cancer du col de l'utérus et les verrues génitales, mais il ne protège pas contre tous les types de VPH. Vous pourriez ainsi être infectée par des types de VPH moins répandus et contre lesquels le vaccin ne confère aucune protection. Par conséquent, il est recommandé que vous passiez régulièrement des tests Pap, qui constituent l'un des meilleurs moyens pour dépister le cancer du col de l'utérus. À partir de 21 ans, vous devriez passer le test Pap (appelé aussi le frottis cervicovaginal) tous les 3 ans.
     
  8. Le vaccin est administré en trois injections pour une protection accrue. Le vaccin contre le VPH est administré en trois injections afin d'assurer une protection maximale. Une fois la première dose reçue, la deuxième est administrée 1 ou 2 mois plus tard (cet intervalle dépend du vaccin que vous recevez), et la troisième est administrée 6 mois après la première dose. S'il vous est impossible de respecter ce calendrier de vaccination, discutez avec votre médecin des autres options qui s'offrent à vous. Le vaccin est administré par injection intramusculaire, habituellement dans la partie supérieure du bras (région deltoïde) ou dans la face antérolatérale de la cuisse.
     
  9. Le coût du vaccin contre le VPH peut être remboursé chez certaines femmes. La plupart des provinces ou territoires couvrent le coût du vaccin pour les femmes d'un certain âge dans le cadre d'un programme public de vaccination contre le VPH. Pour en savoir plus, veuillez vous renseigner auprès des services de santé publique de votre localité. Bon nombre de régimes privés d'assurance remboursent également le coût du vaccin. Veuillez vérifier auprès de l'administrateur du régime de votre employeur.
     
  10. La vaccination contre le VPH ne protège pas contre les autres infections transmises sexuellement (ITS). Les vaccins peuvent vous protéger uniquement contre les types de VPH visés (types 6, 11, 16 et 18 dans un cas, et types 16 et 18 dans l'autre). Ils ne confèrent aucune protection contre d'autres ITS, comme l'infection par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH), l'infection à Chlamydia ou la gonorrhée. Il est donc très important que vous continuiez à utiliser une méthode contraceptive de barrière, tel le condom, même après avoir reçu un vaccin contre le VPH.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Les-10-choses-les-plus-importantes-que-vous-devez-savoir-sur-la-vaccination-contre-le-VPH