Votre enfant peut être heureux au camp même s'il mouille son lit

Votre enfant est parvenu à l'âge auquel il peut participer à un camp d'été ! Mais, pour certains enfants, la pensée de mouiller leur lit alors qu'ils sont loin de la maison constitue un cauchemar.

L'énurésie nocturne est-elle une affection fréquente ? D'après la Société canadienne de pédiatrie, 10 à 15 % des enfants de 5 ans mouillent leur lit et 6 à 8 % des enfants de 8 ans ont des accidents la nuit. L'énurésie nocturne (c'est le terme utilisé par les médecins pour désigner « le pipi au lit ») est un problème commun dont la plupart des enfants parviennent à se défaire avec le temps. Les pédiatres savent que certains enfants prennent simplement plus de temps à cesser de mouiller leur lit que d'autres. À l'âge de 15 ans, seulement 1 ou 2 jeunes sur 100 mouillent encore leur lit.

Pour les enfants qui mouillent leur lit, la pensée de le faire au camp d'été représente un cauchemar.  Le fait de mouiller son lit constitue l'un des événements les plus embarrassants qui puissent arriver à un enfant au camp. Jusqu'alors, ils étaient parvenus à cacher à leurs amis le fait qu'ils mouillaient leur lit. Dans l'intimité de la maison, ils avaient pu ne pas y porter tellement attention. Mais maintenant, la pensée que leurs amis découvrent leur secret les terrifie.

Il importe que les familles comprennent qu'il est possible de s'amuser au camp d'été sans avoir à constamment s'inquiéter au sujet des accidents nocturnes. Parlez au directeur du camp et au conseiller de votre enfant pour les aider à comprendre vos préoccupations et leur demander de vous aider. Ils peuvent rappeler à votre enfant les conseils qui les aideront à ne pas mouiller leur lit, comme ne pas boire 2 heures avant le coucher, éviter les boissons contenant de la caféine et ne pas oublier d'aller à la toilette avant de se coucher. La plupart des camps sont bien renseignés et expérimentés sur la façon de faire face à l'énurésie nocturne.

Avant que vous n'envoyiez votre enfant passer ses journées à pratiquer ses sports favoris et à faire de l'artisanat, puis à chanter autour du feu de camp le soir, discutez avec votre médecin de l'énurésie nocturne. Votre médecin peut suggérer des options de traitement pour aider à faire face à l'énurésie nocturne, notamment des médicaments qui peuvent aider à réduire celle-ci. Il peut être très utile de parler des craintes que son enfant associe à l'énurésie nocturne. Votre médecin et vous-même pourrez, ensemble, mettre au point un plan de contingence pour les enfants actifs.

Les médecins recommandent souvent de commencer le traitement contre l'énurésie nocturne avant le début du camp pour que votre enfant puisse connaître un sentiment croissant de confiance. S'il se sent bien en maîtrise de la situation, votre enfant pourra plus facilement se détendre et rapidement commencer à s'amuser dans les grands espaces. Il pourra dormir les poings fermés sachant qu'il passera une nuit au sec... Il sera un campeur heureux comme tous les autres.

Pour connaître quelques conseils sur le choix du meilleur camp pour votre enfant, lisez : « Le choix d'un camp d'été. »

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Le-pipi-au-lit-Un-camp-dete-sans-SOS

Pourquoi l'énurésie nocturne ne sera pas un cauchemar au camp

Il importe que vous parliez à votre enfant au sujet du camp d'été et de l'énurésie nocturne. Envisagez de lui faire subir un essai de nuit au sec lorsque vous vous préparez à l'envoyer au camp d'été. Non seulement le fait de le préparer réduit-il les inquiétudes de tous et chacun, mais il peut aider votre enfant à voir approcher les nuits à venir avec plus de confiance. Le plan d'action pour le camp commence à la maison.

Tout d'abord, si les lits du camp sont à deux étages, vous devez conseiller à votre enfant d'en choisir un qui se trouve au bas - cela facilite les courses rapides à la toilette la nuit. Placez des pyjamas et des sous-vêtements supplémentaires dans les bagages de l'enfant et assurez-vous que celui-ci pourra les trouver à portée du lit, de même qu'une lampe de poche. Les sacs de plastique Ziploc sont pratiques pour discrètement serrer les sous-vêtements mouillés. Lorsque vous arrivez au camp pour la première fois, parcourez le chemin qui mène du dortoir aux toilettes avec votre enfant pour l'aider à mémoriser les directions et atténuer les possibles craintes sur la rencontre d'araignées ou d'animaux en chemin. Des sacs de couchage spéciaux très absorbants et munis de doublure aident le lit à rester sec et les accidents à passer inaperçus.

Une autre partie du plan d'action nécessite d'informer le camp de la nature du plan de traitement que votre enfant utilise peut-être contre l'énurésie nocturne. Les médecins prennent souvent la facilité d'utilisation en considération lorsqu'ils recommandent un traitement contre l'énurésie nocturne. Par exemple, les alarmes contre l'énurésie nocturne peuvent ne pas représenter une méthode très pratique pour prévenir l'énurésie nocturne pendant le camp, puisque les autres campeurs seraient avertis de l'état de votre enfant à cause du bruit provoqué par l'alarme.

Les médicaments contre l'énurésie nocturne peuvent être remis à l'infirmière du camp, qui les administrera sur une base quotidienne. Votre enfant doit également apprendre comment prendre lui-même le médicament contre l'énurésie nocturne, de même que toutes les directives spéciales sur le mode d'emploi.

Assurez-vous que le plan d'action comprend le nom des personnes que votre enfant doit avertir si un accident se produit et les actions à prendre dans ce cas. Votre enfant doit savoir qu'il peut s'adresser aux conseillers du camp si un accident se produit. Les membres de l'équipe du camp encouragent les enfants à leur dire s'ils ont eu un accident. Il importe que votre enfant se rende compte que l'énurésie nocturne est si fréquente que 6 à 8 % des enfants de 8 ans ont à composer avec ce problème. Ils ne sont donc pas les seuls au camp à faire face à ce problème. Il est plus que probable qu'au moins un autre enfant du camp ressent exactement les mêmes craintes.

En vous préparant et en répétant votre plan d'action, votre enfant et vous-même pouvez vraiment anticiper un séjour au camp rempli d'amitiés durables et de merveilleux souvenirs recueillis dans les grands espaces et rien d'autre.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Le-pipi-au-lit-Un-camp-dete-sans-SOS

Vous n'avez pas à craindre l'énurésie nocturne

La meilleure façon d'empêcher les enfants de dormir, c'est de leur raconter des histoires d'horreur - et ils en sont très friands. Mais les histoires de fantômes, de monstres et de maniaques au masque de gardien de but qui sortent des bois ne sont que des bagatelles à côté de la peur ressentie par l'enfant qui vient de mouiller son lit.

L'histoire vraie suivante démontre combien il peut être stressant d'être un enfant qui mouille son lit au camp.

« Lorsque j'avais 12 ans, j'ai eu l'occasion de me rendre dans un camp où il fallait dormir pendant deux nuits. J'étais très excitée car la plupart de mes amies de l'école y allaient  et rien au monde ne m'aurait fait manquer cette occasion. Je savais que je mouillais mon lit mais, dans mon excitation, je n'y pensais pas et je m'imaginais même que je me serais probablement déjà débarrassée de ce problème au moment de l'excursion de camping. La semaine qui a précédé le camp a été cauchemardesque pour moi. La pensée que mes amies (ou, pire, que les autres jeunes filles de 12 ans de la classe) découvriraient mon secret me rendait extrêmement inquiète. Je ne voulais pas laisser savoir à mes parents que j'étais craintive parce qu'ils m'auraient probablement gardée à la maison et que je désirais vraiment aller au camp. Lorsque je suis arrivée au camp, je me suis promis de ne pas m'endormir, et ainsi, pendant les deux nuits je suis parvenue à rester éveillée jusqu'à 2 heures du matin avant de finalement perdre connaissance. Je n'ai heureusement pas mouillé le lit, mais tout le voyage a été gâché à cause de l'anxiété et du manque de sommeil.»

Parlez à votre enfant pour aider à réduire la crainte et l'anxiété qui accompagnent l'énurésie nocturne. Parlez à votre médecin des options de traitements qui peuvent aider votre enfant à empêcher les accidents nocturnes. Parmi les traitements possibles, on retrouve les alarmes contre l'énurésie nocturne, les traitements comportementaux, les techniques d'adaptation comme les couches et la restriction liquidienne avant le coucher et les médicaments.

Une bonne préparation fera toute la différence dans le plaisir que votre enfant ressentira au camp. Un sac de couchage supplémentaire muni de doublures absorbantes qui adhèrent à l'intérieur du sac peut aider votre enfant à conserver sa dignité. On peut simplifier les changements de sous-vêtements et des pyjamas en les conservant à l'intérieur du sac de couchage ou sous l'oreiller. Les courses vers les toilettes la nuit sont facilitées par la présence d'une lampe de poche à proximité.

Aidez à rendre le camping aussi agréable que possible cet été et préparez votre enfant à faire face à ces nouvelles aventures avec la confiance qu'une nuit au sec peut lui apporter.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Le-pipi-au-lit-Un-camp-dete-sans-SOS

Le choix d'un camp d'été

Votre enfant et vous-même avez décidé d'envisager un camp d'été cette année. L'énurésie nocturne peut compliquer le choix du camp d'été. N'oubliez pas que votre enfant n'est pas le seul à faire face à cette situation ; environ 6 à 15 % des enfants canadiens de 5 à 8 ans mouillent leur lit la nuit. Dans les faits, l'énurésie nocturne est si fréquente que les sites Web de la plupart des camps d'été renferment une section complète expliquant en détail leur plan d'action pour les campeurs qui ne restent pas secs la nuit.

Une partie de la formation des conseillers les amène à être compatissants, sensibles et discrets lorsqu'ils font face à l'énurésie nocturne. L'élaboration d'un plan d'action à l'avance est essentielle pour aider votre enfant à se sentir maître de la situation. Si les membres de l'équipe du camp et les conseillers sont mis au courant du problème, ils peuvent travailler en privé avec votre enfant. Donc, si vous avertissez à l'avance le camp de vos préoccupations au sujet de l'énurésie nocturne de votre enfant, vous permettrez aux membres de l'équipe de formuler un plan d'action qui comprendra de trouver un lit pour votre enfant près des toilettes. Les enfants et les membres de l'équipe, ensemble, peuvent s'entendre sur des signaux privés signalant aux conseillers qu'un accident s'est produit. On peut alors changer le lit discrètement lorsque les enfants ne sont pas dans un chalet.  

Si vous parlez au directeur du camp avant de vous engager à envoyer votre enfant, vous aurez une bonne idée de l'expérience qu'il possède face l'énurésie nocturne et de son mode de mise en pratique de son expertise. La plupart des camps sont si familiers avec l'énurésie nocturne qu'ils équipent de façon routinière chaque dortoir d'un sac de couchage et d'un oreiller supplémentaires.

Parmi les autres questions à envisager lorsque vous envoyez votre enfant au camp, on compte les qualifications et les antécédents du directeur du camp et l'âge des conseillers. Ont-ils reçu une formation pour faire face à des questions délicates comme l'énurésie nocturne et l'intimidation ? Quel est le pourcentage des campeurs des dernières années qui revient ? Si le pourcentage est élevé, vous pouvez être assuré que les enfants sont vraiment des campeurs heureux. Le camp est-il accrédité par l'Association des camps du Canada ou par une association de camping provinciale appropriée ? Est-ce que tous les employés possèdent une formation en premiers  soins ? Quelles sont les politiques du camp en ce qui a trait aux soins de santé et aux premiers soins ? Y a-t-il une infirmière au camp en tout temps ? Combien y a-t-il de campeurs par conseiller ? Ce rapport est la clé permettant de déterminer si votre enfant aura vraiment du temps en privé avec ses conseillers si un accident se produit. Surtout, demandez des références. Les directeurs de camp ne devraient pas hésiter à vous fournir des références.

Avant que le camp ne débute, recueillez toute l'information possible sur celui-ci. Donnez une carte du camp à votre enfant. Ainsi, votre enfant aura un plan du camp dans la tête lorsque l'envie d'uriner se fera sentir. Un campeur préparé est un campeur confiant, et le fait d'apprendre vos leçons aidera vraiment votre enfant à se sentir maître de la situation et ainsi à se détendre... pour profiter de ces longues nuits d'été.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Le-pipi-au-lit-Un-camp-dete-sans-SOS