Méfiez-vous de l'eau !

En camping, il est tentant de se désaltérer dans le courant des lacs et des cours d'eau, mais ne le faites pas! Un parasite microscopique et unicellulaire s'y trouve et, s'il est ingéré, peut rendre les humains malades. Deux maladies hydriques courantes pourraient ruiner vos vacances :

  • La cryptosporidiose est causée par Cryptosporidium. Les symptômes comprennent de la diarrhée, des maux de tête, des nausées et des crampes d'estomac, lesquels peuvent se manifester 2 à 25 jours après l'infection et durent habituellement de 1 à 2 semaines.
  • La giardiase, appelée aussi « fièvre du castor », est causée par Giardia. Ses symptômes ressemblent à ceux de la cryptosporidiose, à savoir la diarrhée, les gaz, des crampes d'estomac, de la faiblesse et une perte de poids. Des vomissements, des frissons et des maux de tête peuvent aussi survenir. Les symptômes apparaîssent 6 à 16 jours après l'infection et peuvent durer jusqu'à 1 mois.

Pour prévenir les maladies hydriques :

  • utilisez exclusivement de l'eau embouteillée ou de l'eau bouillie pendant au moins une minute. Autrement, vous pouvez purifier l'eau avec des comprimés d'iode ou des filtres à eau spéciaux;
  • employez de l'eau qui a été purifiée pour vous laver les dents, faire la vaisselle, rincer des fruits ou des légumes, fabriquer des glaçons;
  • épluchez les fruits et les légumes avant de les manger;
  • lavez-vous les mains soigneusement plusieurs fois par jour et seulement avec de l'eau embouteillée ou purifiée;
  • faites en sorte de ne pas avaler d'eau quand vous nagez – même celle d'une piscine chlorée (le chlore ne tue pas tous les germes);
  • rappelez-vous une règle simple : « si ce n'est pas bouilli, cuit, épluché, plutôt s'abstenir ».

Si vous pensez être atteint de cryptosporidiose ou de giardiase, consultez votre médecin sans délai. Il vous faudra peut-être fournir un échantillon de matières fécales dont l'examen permettra de déterminer si vous avez le parasite, auquel cas vous vous soignerez avec des médicaments sur ordonnance qui vous en débarrasseront pour de bon.

Certaines maladies contractées pendant les voyages sont d'origine alimentaire. Ainsi, la diarrhée du voyageur, causée par la bactérie E. coli, est une infection courante qui peut s'attraper pendant les voyages à l'étranger. Elle est caractérisée par des crampes d'estomac, de la nausée et des diarrhées sévères. L'apparition d'une fièvre et la présence de sang ou de pus dans les selles révèlent une atteinte grave.

La déshydratation est l'une des complications de la diarrhée du voyageur. Demandez à votre médecin ou à votre pharmacien comment prévenir la déshydratation au moyen des solutions orales réhydratantes. En plus des suggestions ci-dessus, évitez les aliments préparés par des marchands ambulants, des produits laitiers non pasteurisés ou des aliments qui ne sont pas suffisamment cuits. Discutez avec votre médecin ou votre pharmacien d'autres mesures permettant de prévenir la maladie du voyageur ou d'autres maladies causées par des aliments contaminés, comme les vaccins oraux.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/La-sante-en-voyage

Les médicaments en vacances

Avant tout, pour rester en bonne santé pendant le voyage, ne partez pas sans vos médicaments!

Tenez compte de ces petits conseils pour gérer vos médicaments en cours de route :

  • passez en revue votre schéma posologique avec votre médecin ou votre pharmacien avant votre départ, surtout si vous traversez des fuseaux horaires – les heures auxquelles vous prenez vos médicaments se trouveront décalées. Par exemple, si vous êtes touché par le diabète et si vous devez employer de l'insuline pendant que vous voyagez vers l'est, et que vous traversez au moins 2 fuseaux horaires, vous aurez probablement besoin d'une plus petite dose d'insuline intermédiaire ou à action prolongée;
  • consultez le site www.SanteVoyage.gc.ca si vous allez à l'étranger; vous saurez si des mesures spéciales sont indiquées, pour vous protéger contre des maladies qui sévissent dans le pays de votre destination;
  • lisez attentivement les mises en garde apposées sur les médicaments, ou demandez à votre médecin ou à un pharmacien des renseignements sur les médicaments qui augmentent la sensibilité au soleil et à la chaleur. Vous devriez probablement porter des vêtements qui vous protégeront du soleil ou utiliser un écran solaire ayant un plus fort pouvoir filtrant;
  • conservez les médicaments à l'abri de la lumière solaire directe ou de la chaleur extrême. Un sac de plage ou le coffre et la boîte à gants de votre voiture ne sont pas de bons endroits pour conserver vos médicaments. Par exemple, l'insuline se garde jusqu'à 30 jours à la température ambiante, mais elle se dégrade à des températures plus élevées;
  • abstenez-vous de mettre vos médicaments dans les bagages enregistrés. Gardez-les à portée de la main et emportez-en suffisamment pour toute la durée du voyage; quand vous faites une sortie, munissez-vous d'une dose des médicaments nécessaires pour la journée;
  • mettez les médicaments essentiels dans deux pièces de bagages à main différentes, en prévision d'une perte ou d'un vol de bagage. Vous aurez ainsi du médicament en réserve et ne risquez pas de vous retrouver sans vos médicaments essentiels durant votre séjour à l'étranger;
  • conservez avec vous une liste de tous les médicaments que vous employez (par ex. notez leur nom, les doses, les indications), vos troubles médicaux, les numéros de téléphone de votre médecin et les renseignements relatifs à votre assurance-maladie;
  • pour éviter tout problème aux douanes, apportez avec vous une lettre de votre professionnel de la santé énumérant les médicaments que vous prenez, et une copie de vos ordonnances; assurez-vous que tous vos médicaments sont clairement identifiés par une étiquette où figurent votre nom au complet (comme dans votre passeport), le nom de la pharmacie, ainsi que le nom et la dose du médicament. Les mêmes précautions s'appliquent si vous apportez des aiguilles ou des seringues préremplies;
  • élaborez une trousse de premiers soins de voyage contenant des médicaments sans et sur ordonnance dont vous pourriez avoir besoin si vous tombiez malade ou si vous vous blessiez. Voici quelques produits qui pourraient vous être utiles :
    • des antihistaminiques au cas où vous auriez une légère réaction allergique;
    • un analgésique tel que l'acétaminophène ou l'ibuprofène;
    • des médicaments contre le mal des transports et la nausée;
    • des médicaments contre la diarrhée;
    • des gouttes anti-infectieuses contre l'oreille du nageur (une infection bactérienne de l'oreille);
    • une crème antibactérienne pour soigner les coupures, les piqûres d'insectes et les brûlures;
    • un traitement à base d'antibiotique prescrit par votre médecin.

Discutez avec votre médecin ou un pharmacien au sujet des médicaments spécifiques qui répondent le mieux à vos besoins, compte tenu de vos antécédents médicaux et de votre destination.

La liste de contrôle du voyageur :

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/La-sante-en-voyage

Le mal des transports

Le mal de voiture, le mal de l'air ou le mal de mer – sont diverses appellations des manifestations du même problème : le mal des transports. Il advient quand vous êtes dans un véhicule en marche et qu'il se produit une divergence entre l'information provenant de vos yeux et celle de votre oreille interne, centre d'équilibre du corps. Qu'en résulte-t-il? Des symptômes bien connus comme la nausée, la pâleur, les sueurs froides et des vomissements apparaissent.

Les jeunes enfants, et plus précisément les tout-petits et les bambins, sont plus susceptibles au mal des transports. Heureusement, ce trouble cesse généralement de se manifester une fois que les enfants ont atteint 5 ans.

Pour prévenir les premiers symptômes du mal des transports :

  • évitez de prendre un repas copieux au moins 2 heures avant d'entreprendre un voyage;
  • regardez par la fenêtre les objets au loin, ou fermez les yeux – au lieu d'essayer de lire quand vous voyagez;
  • asseyez-vous dans une voiture, ou dans un bus, de façon à pouvoir regarder le paysage à travers le pare-brise et ouvrez une fenêtre pour respirer l'air frais. Encore mieux, prenez le volant de la voiture et vous ne vous sentirez pas malade!
  • prenez une cabine intérieure, quand vous faites une croisière, choisissez-la près de la ligne de flottaison, où les mouvements du navire sont réduits. Quand vous êtes sur le pont, regardez vers l'horizon, qui est stable.
  • réservez un siège près d'une cloison et d'une des ailes quand vous voyagez en avion – vous sentirez moins les turbulences;
  • voyagez toujours avec un récipient étanche – les sacs alimentaires réutilisables sont un bon choix – dans le cas où vous ne pourriez éviter le mal des transports;
  • discutez avec votre médecin au sujet des médicaments sans ou sur ordonnance qui peuvent prévenir le mal des transports, au cas où tous les autres remèdes échoueraient.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/La-sante-en-voyage

Les problèmes de tiques

Les tiques ne sont-elles qu'un agacement sans danger?

Les piqûres des tiques font partie des désagréments passagers de l'été. Toutefois, la possibilité de contracter la maladie de Lyme vous donne une raison de plus de prendre des mesures contre ces parasites. La maladie de Lyme est causée par une bactérie en forme de spirale appelée Borrelia burgdorferi; elle se propage par la piqûre des tiques du genre Ixodes, aussi connues sous le nom de tiques du chevreuil ou tiques occidentales à pattes noires.

Ces tiques sont minuscules – elles sont à peu près de la grosseur d'une tête d'épingle à l'état de larve – et elles ne sont guère plus grosses au dernier stade de leur croissance. Elles passent sur la peau d'une personne qui frôle les brins d'herbe et les arbrisseaux des espaces boisés où elles vivent. La tique enfouit son dard dans la peau et se nourrit pendant 2 ou 3 jours avant de se laisser tomber au sol.

La plupart des cas de maladie de Lyme ont été signalés dans le nord-est des États-Unis (du Massachusetts au Maryland), dans les états du centre nord (surtout dans le Wisconsin et le Minnesota), et sur la côte ouest (plus particulièrement dans le nord de la Californie). La maladie est en hausse aux États-Unis, où environ 20 000 cas sont déclarés chaque année. Elle est également en hausse au Canada : de 2002 à 2012 en Ontario, un total de 845 cas de maladie de Lyme ont été signalés chez l'humain, et le nombre de cas confirmés a grimpé de 28 en 2002 à 162 en 2012. En 2013, 682 nouveaux cas confirmés de maladie de Lyme ont été signalés au Canada, mais il semblerait que le nombre réel était plus élevé.

Les signes de la maladie de Lyme

L'un des signes caractéristiques de la maladie de Lyme est une éruption cutanée qui commence par un petit point rouge qui s'élargit graduellement en un mouvement concentrique formant souvent une sphère plus claire au centre. La personne peut développer des symptômes qui rappellent ceux de la grippe, notamment de la fatigue, des maux de tête, des frissons, de la fièvre, des douleurs musculaires et articulaires ainsi qu'une enflure des ganglions lymphatiques. On a rapporté, mais moins fréquemment, une sensation de picotement ou d'engourdissement dans les mains et les pieds ainsi qu'une paralysie faciale.

La prévention des piqûres de tiques

Évitez la piqûre des tiques quand vous faites une randonnée pédestre ou du camping dans des espaces boisés :

  • restez si possible à l'écart des régions infestées de tiques, particulièrement durant les mois de mai, juin et juillet;
  • marchez au milieu des sentiers de randonnée pédestre et essayez de ne pas frôler les hautes herbes ni les feuilles des arbres;
  • portez des habits de couleur claire afin de repérer plus facilement les tiques qui se fixeraient sur vous;
  • mettez des chaussures fermées et portez un pantalon dont vous rentrerez les jambes dans vos chaussettes ou dans vos bottes. À titre de précaution supplémentaire, enroulez du ruban adhésif à l'endroit où le haut de vos chaussettes rejoint l'ourlet de vos jambes de pantalon;
  • redoublez de prudence et portez un chapeau et une chemise à manches longues;
  • vaporisez sur vos habits et sur la peau exposée un insectifuge qui contient du DEET (également efficace contre les moustiques, qui peuvent transmettre le paludisme ou le virus du Nil occidental) , ou traitez vos habits à la perméthrine, un insectifuge qui tue instantanément les tiques. Veillez à ne jamais pulvériser du DEET directement sur votre visage. Et, n'appliquez pas non plus de DEET sur le visage ni sur les mains des enfants ayant entre 6 mois et 2 ans (pour ces derniers, utilisez une concentration plus faible [10 % et moins]).

Si vous passez plusieurs jours en plein air dans des régions infestées de tiques, procédez tous les jours à une inspection minutieuse dès que vous revenez de l'extérieur. Examinez bien votre peau, assurez-vous qu'aucune tique n'y est accrochée et demandez à quelqu'un d'examiner soigneusement votre cuir chevelu. Si une tique s'est déjà fixée sur vous, ne paniquez pas. Même si une tique vous a piqué, n'oubliez pas que toutes les tiques ne portent pas la bactérie responsable de la maladie de Lyme.

Comment retirer les tiques

La meilleure façon de retirer une tique c'est avec un dispositif tire-tiques ou une pince à épiler aux pointes fines. Saisissez-la à l'endroit où ses parties buccales entrent dans la peau, mais si vous ne voyez pas bien le point de contact, saisissez-la par la tête (aussi près que possible de la surface de la peau) au moyen des outils suggérés pour la tirer. Tirez la tique fermement et lentement, sans la faire pivoter. Ne l'écrasez pas et ne la triturez pas non plus. Armez-vous de patience, car un retrait convenable prend du temps. Si vous remarquez que les parties buccales de la tique sont restées dans votre peau, ne vous inquiétez pas, la bactérie qui cause la maladie de Lyme se loge dans les boyaux ou dans les glandes salivaires de la tique.

Ne pincez pas le corps de la tique, n'appliquez pas de vaseline ni d'alcool, n'utilisez pas non plus une allumette brûlante, du vernis à ongles ni d'autres produits pendant que la tique est fixée à votre peau. Ces actions pourraient favoriser l'introduction de la bactérie responsable de la maladie de Lyme dans votre organisme.

Une fois que vous avez retiré la tique, placez-la dans un récipient (par ex. un petit pot muni d'un couvercle) contenant de l'alcool qui la tuera et la conservera jusqu'à ce que vous l'apportiez chez votre médecin qui déterminera si elle était porteuse de la bactérie responsable de la maladie de Lyme. Nettoyez la région de la peau que la tique a touchée avec un antiseptique (par ex. de l'alcool) ou avec un savon doux et de l'eau. Lavez bien vos mains à l'eau et au savon. Vous devriez demander à votre médecin d'examiner l'endroit de la piqûre, surtout si une éruption cutanée survient ou si des symptômes semblables à ceux de la grippe se manifestent.

Le traitement de la maladie de Lyme

S'il s'agit d'une légère infection associée à la maladie de Lyme, le médecin prescrit généralement un antibiotique à prendre par voie orale (par la bouche) pendant 14 à 21 jours. Ce serait un antibiotique comme la doxycycline, l'amoxicilline, ou le céfuroxime. Le choix de l'antibiotique s'effectuera en fonction des antécédents médicaux et des allergies médicamenteuses de la personne concernée.

Pour les personnes qui doivent combattre une infection plus grave associée à la maladie de Lyme, le médecin leur prescrira un antibiotique administré par voie intraveineuse (donné dans une veine) comme le ceftriaxone, le céfotaxime ou la pénicilline pendant 2 à 4 semaines. Un traitement par antibiotique oral peut être prescrit à l'occasion, après un traitement par antibiotique intraveineux.

Si la tique a été identifiée et retirée dans les 72 heures qui ont suivi la piqûre, et si aucune éruption cutanée n'est apparue, votre médecin peut décider de vous prescrire une monoprise de doxycycline orale. Ce traitement peut aider à prévenir l'apparition de l'éruption cutanée.

Si la maladie de Lyme est confirmée chez vous, votre médecin décidera quel traitement vous conviendra.

En résumé, si vous voyagez à l'étranger, en particulier dans des pays tropicaux et en voie de développement, c'est une bonne idée de discuter avec votre médecin ou votre pharmacien des mesures qui vous protègent des différentes maladies. Outre les précautions liées à l'alimentation et les boissons ainsi que la protection contre les piqûres de tiques, vous devez aussi vous méfier d'un bon nombre de maladies, telles que le paludisme, l'hépatite, la grippe et la fièvre jaune. Beaucoup d'entre elles peuvent être prévenues par des vaccins, alors parlez-en à votre médecin ou consultez une clinique santé-voyage pour déterminer si vous courez un risque et quels vaccins pourraient vous protéger, vous et votre famille.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/La-sante-en-voyage