;

Quelle méthode contraceptive choisir?

Les contraceptifs ne préviendront pas une grossesse non désirée s'ils ne sont pas utilisés correctement et de façon constante. Si vous vous fiez à un mode de contraception que vous oubliez souvent de prendre, qui a des effets secondaires ou que vous trouvez difficile ou peu pratique à utiliser, il est probable que vous cesserez de l'utiliser ou que vous ne l'utiliserez pas tout le temps. Voilà pourquoi il est important de choisir une méthode contraceptive qui vous convienne et soit adaptée à votre mode de vie.
Lorsque vous réfléchissez au mode de contraception à employer, assurez-vous de prendre en compte tous les détails. Posez-vous les questions suivantes, par exemple :

  • Lequel sera le meilleur pour moi, compte tenu de mes horaires et de mes habitudes ?  
  • Y a-t-il aussi des avantages pour ma santé?
  • Lequel a des effets secondaires possibles ou des caractéristiques indésirables?
  • Est-ce que je suis protégée contre des maladies transmises sexuellement?
  • Quel contraceptif est le plus approprié pour mon état de santé actuel?
  • Quelle est son efficacité?

Les méthodes barrières

Plusieurs méthodes de contrôle des naissances sont conçues pour empêcher le sperme d'atteindre l'œuf. Ces dispositifs doivent être appliqués ou insérés juste avant le rapport sexuel et retirés peu après. Ce sont :

  • les diaphragmes;
  • les capes cervicales;
  • les éponges vaginales;
  • les préservatifs (condoms) masculins;
  • les préservatifs (condoms) féminins.

La plupart de ces méthodes se présentent sous divers formats, et vous devrez peut-être en essayer plusieurs avant de trouver celle qui vous donnera le plus de satisfaction. Chacun a ses avantages et ses inconvénients. Par exemple, le condom est la seule méthode contraceptive offrant en plus une protection fiable contre les infections transmissibles sexuellement (ITS). Quelle que soit la méthode barrière que vous choisissez, faites en sorte de bien connaître son mode d'emploi et sa méthode d'application. Votre médecin et votre pharmacien sont des personnes-ressources idéales pour vous fournir ce type d'information.

Les produits à base d'huile ou les produits comme les parfums et les poudres peuvent endommager les méthodes barrière et réduire leur efficacité ou peuvent causer de l'irritation. Parlez-en à votre médecin ou pharmacien, si vous avez des questions à ce sujet.

Les pilules

La méthode contraceptive la plus connue est sans doute « la pilule ». Il existe bien des sortes de pilules anticonceptionnelles. Celles-ci sont à prendre une fois par jour. Certaines contiennent une seule hormone et d'autres une combinaison; certaines renferment de faibles doses d’œstrogènes et d'autres, de plus fortes doses; quelques-unes présentent un cycle de 28 pilules, d'autres en renferment 21 ou 84; certaines prévoient une période de 7 jours sans pilules alors que pour d'autres, cette période est plus courte. Consultez votre médecin pour savoir quelle méthode serait la meilleure pour vous. Vous devrez peut-être en essayer plusieurs avant de trouver celle qui sera parfaitement adaptée à vos besoins.

Les options à durée prolongée

Il existe des méthodes contraceptives ayant un effet durable sur le long terme et ne devant être renouvelées que très rarement. Si vous avez des difficultés à vous souvenir de prendre la pilule contraceptive chaque jour ou si vous n'avez pas l'intention de fonder une famille dans un avenir prochain, ces méthodes pourraient vous convenir :
Méthodes hormonales :

  • le timbre transdermique contraceptif (à changer 1 fois par semaine);
  • une injection hormonale (administrée tous les 3 mois);
  • un anneau vaginal contraceptif (utilisé toutes les 4 semaines);
  • un dispositif intra-utérin libérant un progestatif (à changer 1 fois tous les 3 à 5 ans).

Méthodes non hormonales :

  • un dispositif intra-utérin en cuivre (peut durer de 30 mois à 10 ans).

Les méthodes chirurgicales

Pour les personnes n'ayant pas l'intention d'avoir des enfants plus tard, une intervention chirurgicale peut être une option à considérer.

Pour les hommes, l'opération courante est la vasectomie. Il s'agit de couper ou de bloquer le tube qui transporte le sperme des testicules au pénis. Cette opération peut se faire en très peu de temps sous anesthésie locale. Elle n'exige qu'une petite incision de la peau et aucun point de suture.

Chez les femmes, l'intervention chirurgicale habituelle est la ligature des trompes : les trompes de Fallope sont coupées, scellées, attachées ou bloquées, afin de créer une barrière permanente entre le sperme et l'œuf. On pratique cette opération par laparoscopie, au moyen d'une petite incision; la femme peut habituellement retourner chez elle le même jour, bien que ce soit une intervention plus compliquée que la vasectomie.

Ces deux méthodes sont conçues pour être permanentes, toutefois une opération appelée réanastomose, qui débouche ou rétablit l'ouverture du tube ou des tubes, peut restaurer la fécondité dans environ la moitié des cas.

Autres méthodes

D’autres méthodes « naturelles » de contraception existent comme le retrait, le suivi calendaire, le suivi de la température basale et le mucus cervical. Il est important d’en discuter avec votre médecin afin de déterminer la méthode la plus appropriée pour vous. En fonction de votre situation personnelle, il est possible que vous ayez besoin d’utiliser plus d’une méthode contraceptive.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Contraception

Contraception d'urgence, ou pilule du lendemain

Si vous avez oublié d'utiliser votre contraceptif ou si votre méthode habituelle a échoué, la contraception d'urgence peut empêcher une grossesse après un rapport sexuel.

Les contraceptifs d'urgence agissent en empêchant la fertilisation et l'implantation. Mais ils ne stoppent pas la grossesse après que la femme soit enceinte. C'est pourquoi il est important d'utiliser le contraceptif d'urgence aussi tôt que possible après un rapport non protégé.

La contraception d'urgence est conçue comme une mesure de « dernier recours » et elle ne protège pas non plus contre les infections transmises sexuellement. Même si elle ne doit pas être considérée comme votre méthode contraceptive de première ligne, elle peut être d'un grand secours dans les cas suivants :

  • vous avez eu une relation sexuelle sans aucune forme de contraceptif;
  • votre méthode contraceptive habituelle n'a pas fonctionné : le préservatif s'est déchiré ou a glissé, votre diaphragme s'est déplacé ou a été retiré trop tôt après la relation, ou vous avez oublié au moins de prendre la pilule pendant votre cycle;
  • vous prenez des médicaments qui interfèrent avec votre contraceptif oral;
  • vous avez été victime d'une agression sexuelle.

En fonction du temps qui s'est écoulé depuis que vous avez eu une relation non protégée, plusieurs options de contraception d'urgence s'offrent à vous. La plus connue est la méthode hormonale, qui peut être prise dans les 72 heures à 120 heures (3 à 5 jours) suivant la relation non protégée, en fonction du type de pilule utilisée. La contraception d’urgence est également disponible sous forme de dispositif intra-utérin.
La contraception d'urgence est disponible sous les formes suivantes :

Pilules hormonales :

  • Il existe des produits contraceptifs d’urgence sans prescription disponibles au comptoir de votre pharmacie de quartier. Ce mode de contraception nécessite de prendre 1 pilule de progestérone ou 2,  en fonction du produit contraceptif utilisé, jusqu’à 72 heures après un rapport sexuel non protégé. N’oubliez pas de discuter avec votre pharmacien car certains facteurs comme la masse pondérale peuvent impacter l’efficacité de ce médicament.
  • Il existe une autre forme de contraception obtenue sur ordonnance médicale et connue sous le nom de méthode Yuzpe. Il s’agit d’une combinaison de pilules d’œstrogène et de progestérone. Prenez les pilules en 2 doses séparées, tel que recommandé par votre médecin. Cette méthode est moins efficace par rapport aux autres modes de contraception hormonale d’urgence et cause plus d’effets secondaires comme des nausées et des vomissements. Elle peut être utilisée jusqu’à 72 heures (3 jours) après un rapport non protégé.
  • Un médicament appelé ulipristal peut également être utilisé afin de prévenir une grossesse jusqu’à 5 jours après un rapport non protégé. Ce médicament fonctionne en inhibant ou en retardant l’ovulation et peut nécessiter une ordonnance médicale.
  • Ces méthodes orales de contraception d’urgence peuvent partiellement altérer votre cycle menstruel (vos menstruations pourraient arriver plus tôt ou plus tard et être plus importantes ou amoindries; il se peut également que des boutons apparaissent). Cependant, vous devriez observer un cycle menstruel régulier à la période habituelle. Si vous constatez que vos menstruations sont en retard de plus d’une semaine ou si elles n’arrivent pas dans les 3 semaines suivant la prise de la pilule contraceptive d’urgence, vous devriez faire un test de grossesse ou consulter votre médecin.

Dispositif intra-utérin (DIU) :

  • Les DIU en cuivre peuvent être utilisés jusqu’à 7 jours après un rapport non protégé et sont très efficaces. Ils peuvent également être utilisés comme méthode de contraception continue. Cependant, il est possible qu’ils ne soient pas disponibles aussi rapidement que les autres méthodes de contraception d’urgence.

    La contraception d’urgence ne devrait pas être utilisée comme méthode unique et régulière pour prévenir les grossesses (à l’exception du DIU en cuivre). Discutez avec votre médecin pour déterminer quelles autres formes de contraceptions continues vous conviendraient.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Contraception

La contraception : et si on parlait de votre santé?

Votre méthode de contraception peut vraiment avoir plus d’effets que seulement vous assurer de ne pas devenir enceinte. Il lui est possible de modifier votre apparence et votre risque de certains types de  cancer.

Bienfaits pour la santé

Certaines méthodes contraceptives ont des bienfaits pour la santé.

Une peau plus saine : des études ont montré un lien entre l'usage certains contraceptifs oraux et une diminution de l'acné. En effet certaines pilules peuvent ramener les hormones androgènes à des taux plus modérés, régulant ainsi la production d'huile de la peau. Certaines pilules sont même approuvées par Santé Canada dans le cadre du traitement de l’acné.

Protection contre certaines maladies : les pilules anticonceptionnelles hormonales sont associées à la protection contre certaines maladies affectant les femmes, notamment les kystes ovariens bénins, le cancer de l'endomètre, le cancer des ovaires, la carence en fer (anémie) et les infections génitales hautes (par ex. : salpingite).

Soulagement des symptômes associés à certaines conditions : les pilules anticonceptionnelles hormonales aident à améliorer les symptômes associés à l’endométriose et  au syndrome des ovaires polykystiques. Ils peuvent également réduire le volume de flux menstruel et la douleur des crampes qui surviennent en général lors des règles.

Protection contre les ITS : les préservatifs offrent une protection contre les infections transmissibles sexuellement (ITS). Dépendant de la nature de votre relation sexuelle, cette protection peut être vitale, même si vous utilisez déjà une autre forme de contraception, parce que les autres formes de contraception ne protègent pas contre des maladies comme le VIH/sida, la chlamydia, la gonorrhée, l'herpès génital, le papillomavirus humain (associé aux verrues génitales et au cancer du col de l'utérus) et la syphilis.

Mises en garde

Il est important de prendre en considération votre état de santé lorsque vous décidez du choix d'une méthode contraceptive, ou même alors que vous l'utilisez déjà. Certaines méthodes peuvent affecter un trouble médical donné, et les médicaments que vous prenez  pour certaines affections pourraient changer l'efficacité de votre méthode contraceptive.

Antibiotiques : la rifampine est un antibiotique qui réduit l'efficacité des pilules contraceptives. De même que pour les autres antibiotiques, il n'y a pas de preuve claire qu'ils diminuent l'effet des contraceptifs oraux. Il se peut que cela n'arrive que chez un petit nombre de femmes. Si vous vous sentez concerné et que vous prenez des antibiotiques, utiliser une méthode de barrière (par ex. les condoms masculins ou féminins) serait prudent.

Allergie au latex : La plupart des condoms masculins sont en latex. Les personnes allergiques au latex peuvent utiliser les condoms féminins ou les condoms masculins en polyuréthane. Les condoms en peau d'agneau sont aussi sur le marché mais ils n'offrent pas de protection contre les ITS. Si la protection contre les ITS n'est pas un souci pour vous, plusieurs options contraceptives sont à votre disposition, dont les stérilets et les contraceptifs oraux.

État de santé : les femmes souffrant d'épilepsie doivent voir avec leur médecin et leur neurologue quel type de contraceptif sera le meilleur pour elles. Plusieurs antiépileptiques pourraient réduire l'efficacité des méthodes contraceptives à base d'hormones en accélérant leur dégradation dans le foie. Par mesure de précaution, il serait bon d'ajouter une méthode de barrière pour réduire les risques de grossesse.

Les femmes se trouvant dans l'une des situations suivantes devraient avoir un entretien avec leur médecin avant de faire le choix d'une méthode contraceptive :

  • cancer du sein;
  • diabète avec lésions des petits vaisseaux sanguins;
  • antécédents familiaux d'accidents vasculaires cérébraux;
  • pression sanguine élevée;
  • maladie du foie;
  • antécédents de caillots dans une veine (thrombose veineuse profonde) ou un poumon (embolie pulmonaire);
  • migraines;
  • fumeuse de plus de 35 ans.

Si vous prenez la pilule, soyez vigilante et consultez votre médecin si un de ces signes ou symptômes survient :

  • douleurs abdominales sévères;
  • douleur à la poitrine;
  • maux de têtes sévères;
  • problèmes au niveau des yeux;
  • douleurs sévères aux jambes.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Contraception

Les formes de contraception hormonale autres que « la pilule »

La plupart des gens n’ont en tête que la pilule contraceptive lorsque l’on parle de contraceptifs hormonaux, mais saviez-vous qu’ils en existent différentes formes?

Le timbre contraceptif - le timbre anticonceptionnel ou contraceptif est une solution de rechange pratique. Il s'applique directement sur la peau et doit être changé 1 fois par semaine. Les 2 hormones contenues dans les pilules contraceptives normales sont également fournies par le timbre à travers la peau. Celles-ci contiennent de l’œstrogène et de la progestérone.

Les anneaux contraceptifs - les anneaux contraceptifs sont en plastique flexible. Ils sont insérés dans la partie supérieure du vagin et tenus en place par les muscles à cet endroit. L'anneau libère une faible dose d'hormones sur une période de 3 semaines et assure un niveau élevé de protection contraceptive. On retire l’anneau après ces 3 semaines pour en insérer un nouveau une semaine plus tard. L’anneau contient de l’œstrogène et de la progestérone.

Injection : seule l’injection hormonale de progestérone est possible. Celle-ci est administrée une fois tous les 3 mois et peut être plus appropriée pour certaines femmes qu’une combinaison de produits hormonaux (par ex. les femmes qui allaitent, les femmes qui ne peuvent tolérer l’œstrogène, etc…). Lors de la prise de ce médicament, les menstruations s’arrêtent chez un grand nombre de femmes et peuvent prendre un certain temps avant de revenir. Ainsi, cette méthode peut ne pas être la plus indiquée chez les femmes planifiant une grossesse dans un avenir proche.

Procédé intra-utérin : un procédé intra-utérin peut être une option hormonale alternative à la pilule. Celui-ci peut durer de 3 à 5 ans et est très efficace dans la prévention des grossesses. Il s’agit d’une bonne option chez les femmes ne planifiant pas de grossesse dans un futur proche et ayant des difficultés à utiliser d’autres formes de contraception correctement. Lors de l’utilisation de ce médicament, il est possible d’observer un arrêt des menstruations chez certaines femmes.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Contraception