« Vous avez un cancer de la prostate. »

La nouvelle
Doug n'est pas un personnage imaginaire. En 2002, il avait 49 ans. Lors de son bilan de santé annuel, en faisant un toucher rectal, son médecin de famille a découvert une bosse de texture « pierreuse » au niveau de la prostate. Tout en lui assurant qu'il n'y avait probablement rien d'inquiétant, en vrai professionnel, il prescrit à Doug le test d'antigène prostatique spécifique (APS). Le taux d'APS de Doug était très bas, bien inférieur au seuil critique du cancer. Pour plus de sécurité, son médecin le référa toutefois à un urologue qui a prescrit une biopsie un mois plus tard. Il avait un cancer de la prostate sur le point de se répandre à d'autres organes.

Doug n'avait pas eu de signal d'avertissement, rien de plus qu'une légère sensation d'un besoin urgent et fréquent d'uriner. Il n'avait que 49 ans alors que l'âge moyen pour l'apparition d'un cancer de la prostate est 65 ans. Personne dans sa famille n'avait eu de cancer de la prostate. Il était entièrement sous le choc. Il raconte : « Avoir un cancer peut ruiner votre courage. Vous passez des tests qui la plupart du temps se révèlent négatifs, vous êtes habitué à vous faire dire que tout va bien. »

Le cancer de la prostate est considéré comme un cancer à évolution lente, c'est pourquoi le dépistage est le meilleur moyen pour un homme de le vaincre. Le cancer de la prostate présente plusieurs des symptômes de l'hyperplasie bénigne de la prostate (HBP), un trouble habituellement inoffensif, mais il arrive souvent qu'il ne présente aucun symptôme.

Le toucher rectal – le premier dépistage
Le toucher rectal est un examen simple et indolore. Le médecin insère un doigt ganté dans le rectum pour vérifier des changements dans la grosseur, la densité, la texture de la prostate et d'autres anomalies. Une prostate élargie n'indique pas nécessairement la présence de tumeurs; il est possible qu'il ne s'agisse que d'une HBP. Une HBP n'est pas reliée au cancer de la prostate et elle touche environ la moitié de tous les hommes de plus de 50 ans. Cependant, un élargissement et d'autres anomalies telles que des bosses et un durcissement doivent être examinées attentivement et peuvent nécessiter des tests supplémentaires.

L'APS – le suivi d'un toucher rectal
L'antigène prostatique spécifique (APS), est un test sanguin utilisé pour détecter un cancer de la prostate en mesurant le taux d'APS. Les hommes atteints d'un cancer de la prostate ont souvent davantage d'APS de sorte que leur résultat est plus élevé. Il arrive parfois que des hommes atteints d'un cancer de la prostate aient un taux normal d'APS, c'était le cas de Doug. Ce test est considéré comme le meilleur indicateur pour vérifier si un homme a, ou non, des problèmes de prostate. Il existe toutefois d'autres facteurs susceptibles de provoquer un taux élevé d'APS. L'APS est plus révélateur lorsque combiné au toucher rectal.

Le cancer est confirmé par des biopsies
L'étape suivante du diagnostic est la biopsie de la prostate. C'est le seul moyen de confirmer la présence d'un tissu cancéreux. La biopsie est une procédure simple qui consiste à prélever un échantillon de tissu qui sera analysé pour détecter la présence de cellules cancéreuses et évaluer leur agressivité. Si un cancer est diagnostiqué, commenceront alors les discussions avec votre médecin à propos des options de traitement.

Il existe aussi d'autres tests pour diagnostiquer le cancer de la prostate et (ou) écarter l'hypothèse d'autres troubles.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Cancer-de-la-prostate-histoire-vecue

Données concernant le cancer de la prostate

Le cancer le plus fréquent
Le cancer diagnostiqué chez Doug (Voir la section : « Vous avez un cancer de la prostate. ») est le cancer le plus fréquent au Canada. Un homme sur 8 recevra un diagnostic de cancer de la prostate au cours de sa vie. En 2014, environ 23 600 hommes ont appris qu’ils avaient un cancer de la prostate et quelque 4 000 en sont décédés.

Le cancer de la prostate est la croissance désordonnée des cellules de la prostate. La prostate joue un rôle important dans la fonction sexuelle, la miction et la reproduction. Dans le cas du cancer de la prostate, les cellules à l'intérieur de la paroi de la prostate se multiplient et quittent éventuellement la prostate pour se propager et envahir des régions de l'organisme à proximité de la prostate – les ganglions lymphatiques et la vessie – ou d'autres, plus particulièrement la colonne vertébrale. Environ 37 % des hommes atteints du cancer de la prostate en meurent. Chez les hommes, les risques de décès dus au cancer de la prostate sont les mêmes que ceux attribués au cancer du sein chez les femmes.

La classification de Gleason
Lorsqu'une biopsie confirme la présence d'un cancer de la prostate, le pathologiste applique la classification de Gleason. La classification de Gleason est importante, car elle indique l'agressivité de la tumeur et détermine les options de traitement offertes. Plus le résultat est bas, plus les chances de survie du patient sont élevées. Dans le cas de Doug, la classification de Gleason indiquait un grade 7, alors qu'une tumeur de grade 8 est considérée comme étant très agressive.

Les stades du cancer de la prostate
Le cancer de la prostate est aussi classé par stades. Le stade est attribué selon les caractéristiques de la tumeur, telles sa taille et son étendue. Les stades permettent aussi de déterminer le pronostic et les choix de traitements.

  • Au stade T1, la tumeur cancéreuse est microscopique et ne peut être décelée par un toucher rectal. Une biopsie est nécessaire.
  • Au stade T2, la tumeur a grossi, mais elle est encore confinée à la prostate et il est possible de l'enlever par une ablation complète de la prostate. À ce stade, le médecin peut la détecter par un toucher rectal.
  • Au stade T3 ou T4, le cancer risque davantage d'être fatal, car il s'est propagé à la vésicule séminale (qui produit le sperme) ou à la vessie (le réservoir de l'urine).

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Cancer-de-la-prostate-histoire-vecue

Le choix d'un traitement pour le cancer de la prostate

Choisir
Au moment où Doug a reçu son diagnostic de cancer de la prostate, sa première réaction a été de s'informer. Il a lu un nombre incalculable de livres, d'articles et de recherches sur le cancer de la prostate, de sorte qu'il s'est senti mieux préparé pour les moments difficiles qui l'attendaient. Pour avoir l'esprit tranquille, il a aussi demandé un second avis. Sa femme a été d'un grand soutien, en le mettant en contact avec le groupe Man-to-Man (Homme à Homme), un groupe de soutien formé de survivants du cancer de la prostate. Si le diagnostic de cancer de la prostate a été posé, un oncologue (un médecin spécialisé dans le traitement du cancer) vous informera de vos options de traitement et surveillera les soins que vous recevrez. Selon votre âge, votre maladie, votre état de santé général, et selon la taille de la tumeur, son agressivité et son étendue, vous pouvez choisir plus d'un traitement ou combiner deux traitements.

Les médecins avaient donné à Doug le choix entre la radiothérapie et l'ablation de la prostate. Les deux spécialistes lui avaient dit que la meilleure option pour lui était une ablation complète de la prostate, appelée prostatectomie radicale, mais ils lui ont laissé le choix de la décision.

Décider d'un choix de traitement pour le cancer est difficile. « La clé, c'est de faire votre propre recherche. Il n'existe pas dans l'absolu de bon ou mauvais choix, le choix doit être bon pour vous-même. Faites-le, assumez-le et ne le regrettez jamais » dit Doug. Il a lui-même finalement choisi la chirurgie.

Quels sont les traitements offerts pour le cancer de la prostate?

  • La chirurgie (prostatectomie) – ablation de la prostate. La tumeur est normalement éradiquée en une seule intervention. Ce traitement donne le plus haut taux de survie, soit 97 %; en général, les hommes ayant choisi la chirurgie vivent plus longtemps, le taux de survie à 15 ans étant de 80 %.
  • La radiothérapie/brachythérapie – les cellules cancéreuses sont détruites au moyen de la radiothérapie externe ou de la brachythérapie (implantation chirurgicale de sources radioactives). Elles constituent un bon choix pour les hommes plus âgés ou pour des hommes qui ne sont pas bons candidats à la chirurgie. Cette option offre un taux de survie à 15 ans d’environ 65 %.
  • L'hormonothérapie – elle empêche les hormones, telle la testostérone, de favoriser la croissance de la tumeur. Cette thérapie peut aider à réduire la tumeur en ciblant la testostérone qui est reconnue pour favoriser sa croissance.
  • La cryothérapie – congélation de la tumeur avec de l'azote liquide pour détruire les cellules cancéreuses. Ce traitement épargne une chirurgie et convient parfois mieux aux hommes qui ne sont pas bons candidats à la chirurgie (hommes plus âgés ou qui souffrent d'autres complications médicales).
  • La chimiothérapie – médicament qui peut cibler et détruire des cellules qui se reproduisent rapidement, telles les cellules cancéreuses. La chimiothérapie circule dans le flot sanguin et peut atteindre des cellules cancéreuses logées dans des organes éloignés de la tumeur principale, et qui n'auraient pas été enlevées par la chirurgie ou ciblées par la radiothérapie.

Les cancers de la prostate décelés et traités aux stades précoces se guérissent souvent, mais souvent aussi au prix d'un certain degré d'incontinence ou d'impotence. Néanmoins, dans certains cas, le cancer risque de réapparaître ou de se propager à d'autres organes. Des examens médicaux fréquents et des tests sanguins d'APS sont pratiqués pour déterminer une récurrence possible du cancer.

Un traitement est-il toujours nécessaire?
Au stade précoce, il arrive que certains cancers de la prostate à évolution lente ne nécessitent pas de traitement immédiat. Il est alors possible de contrôler le progrès de la maladie et votre degré de confort physique au moyen de tests réguliers. Pour les hommes plus âgés qui souffrent d'autres problèmes de santé, cette sorte d'attente sous surveillance est parfois moins perturbatrice que le fait d'entreprendre un traitement contre le cancer. Avec « l'attente sous surveillance », le taux de survie à 15 ans est de 50 à 60 %.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Cancer-de-la-prostate-histoire-vecue

La vie après le cancer de la prostate

Doug a été opéré le 4 décembre 2002, après une longue et anxieuse attente. La date avait été confirmée la veille grâce à une annulation de dernière minute. Au cours de l'intervention, les médecins ont découvert que sa tumeur avait atteint 40 % du poids de sa prostate.

Après la chirurgie
Une prostatectomie radicale constitue une chirurgie majeure. Doug a eu beaucoup de douleur, mais il est retourné au travail six semaines après sa chirurgie. La vie a repris une nouvelle normalité. En mai 2003, il a recommencé son entraînement, ayant perdu près de 14 kg.

Cependant, la vie n'est plus jamais la même. « Le jour qui a suivi la chirurgie, j'étais fou de joie, raconte Doug, mais à partir du mois de février, j'ai commencé à m'inquiéter d'une récidive. Vous n'y pensez pas au début, mais tout à coup cela revient spontanément vous assaillir le cerveau et vous vous demandez s'ils ont vraiment tout enlevé. »

Une vie transformée
Le cancer ébranle physiquement et émotionnellement. Doug est franc : « Il y une convalescence émotionnelle, mon sentiment d'immortalité a été anéanti. Dans le cas d'un cancer, votre organisme s'attaque à lui-même. »

Le cancer de la prostate a changé Doug, sa vie présente de nouveaux défis. Il se lève deux ou trois fois la nuit pour aller aux toilettes. Il a perdu un nerf au cours de l'opération et il se peut que cela prenne un certain temps avant que toutes ses fonctions soient rétablies. « Mon corps réagit différemment. Je suis davantage conscient de mes symptômes, que ce soit un simple mal de tête ou une douleur au dos. Vous devenez vigilant. »

De bien des façons, la vie de Doug a été enrichie.

« Suis-je chanceux ou malchanceux d'avoir eu un cancer? Je me concentre désormais sur le fait que j'ai survécu au cancer et je suis devenu plus fort; je peux faire n'importe quoi. Je veux croire que je suis chanceux d'apprécier davantage la vie et ce qui importe vraiment. J'ai cessé de faire des choses qui n'enrichissent pas ma vie. Vous devez choisir de vivre pleinement ou autrement. »

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Cancer-de-la-prostate-histoire-vecue

Quels sont vos risques de cancer de la prostate ?

Facteurs de risque pour le cancer de la prostate

Remplissez ce questionnaire pour vérifier quels sont vos risques de développer un cancer de la prostate. Bien que nous ne connaissions pas les causes exactes de ce cancer, les hommes qui en sont atteints présentent certaines des caractéristiques communes.

  1. Quel âge avez-vous?
    Plus vous êtes vieux, plus vous risquez de développer un cancer de la prostate. Si vous êtes un homme de moins de 50 ans, vous avez 3 chances sur 1 000 d'avoir un cancer de la prostate. Si vous êtes dans la cinquantaine, vous avez 2 chances sur 100 (2 %). Entre 60 et 69 ans, vous avez presque 7 % de chance. Et le risque augmente jusqu'à 17 % après 70 ans.
     
    C'est sage de subir un test de dépistage pour n'importe quel problème de prostate dès que vous avez atteint 40 ans.
     
  2. Avez-vous un surplus de poids?
    Calculez votre indice de masse corporelle (IMC): IMC = poids (kg) ÷ taille × taille (m) (Exemple : si vous pesez 68 kg (150 lb) et mesurez 1,73 m (5' 8"), divisez 68 par (1,73 × 1,73) ou par 2,99, pour obtenir 22,74.)
    Si vous avez un surplus de poids (IMC entre 25 et 29,9) ou si vous êtes obèse (IMC 30 ou plus), vous doublez vos risques de développer un cancer de la prostate comparativement à un homme de poids normal. Ceci est vrai pour la plupart des cancers. De plus, votre organisme a besoin d'énergie pour lutter contre les affections et la maladie. Un surplus de poids requiert de votre organisme davantage de ressources pour se maintenir à l'état normal. Il vous reste donc moins d'énergie pour tout le reste.
     
  3. Combien de temps consacrez-vous chaque semaine à l'entraînement?
    Si vous brûlez toujours moins de calories que vous en consommez, vous vous exposez éventuellement à davantage de risques de développer un cancer de la prostate et d'autres maladies liées au surplus de poids. Vous voulez de plus maintenir votre pression artérielle et votre taux d'insuline à de bas niveaux, car les deux ont une incidence sur le cancer de la prostate. Faire de l'exercice trois fois par semaine à raison de 20 minutes chaque fois peut faire une grande différence. Vous obtiendrez cependant de meilleurs résultats si vous arrivez à en faire au moins deux heures par semaine, et vous aurez beaucoup plus d'énergie pour toutes vos autres activités.
     
  4. Combien d'hommes ont eu un cancer de la prostate dans votre famille?
    Des recherches scientifiques lient le cancer de la prostate à un gène spécifique ; si vous êtes porteur de ce gène, vous êtes presque certain de développer un cancer de la prostate vers l'âge de 85 ans. Les deux tiers des hommes atteints d'un cancer de la prostate au milieu de la cinquantaine sont porteurs de ce gène. Dans l'ensemble, 5 % à 10 % des cancers de la prostate sont dus à la génétique. Vous avez deux fois plus de risques de développer un cancer de la prostate si votre père ou l'un de vos frères en a souffert, et ce taux augmente jusqu'à cinq fois si votre père et l'un de vos frères l'ont eu. L'aspect positif, c'est qu'en sachant qu'un gène spécifique cause le cancer de la prostate, l'on peut concentrer la recherche sur ce gène pour éradiquer le cancer de la prostate.
     
  5. Quelle est votre origine ethnique?
    Les hommes d'origine africaine ou antillaise ont le plus haut pourcentage de fréquence de cancer de la prostate, suivi de ceux d'origine caucasienne. Les Asiatiques et les indigènes d'Amérique sont ceux dont le taux de risque est le plus bas. Comment observe-t-on ces différences? La génétique et l'environnement les expliquent à tout le moins en partie, avec les différents modes de vie et d'habitudes alimentaires.
     
    Toutefois, la région où vous vivez joue vraisemblablement un rôle dans le développement du cancer de la prostate. Plus vous vivez loin de l'équateur, plus la fréquence du cancer de la prostate est élevée. La Scandinavie se classe en haut de la liste avec presque cinq fois plus de cancers de la prostate qu'en Asie. Les hommes d'origine africaine qui vivent en Afrique ont vraisemblablement moins de cancers de la prostate que leur homologues qui vivent en Amérique du Nord. Les immigrants asiatiques de l'Amérique du Nord ont eux aussi plus de risques de développer un cancer de la prostate que ceux qui vivent en Asie.
     
  6. Consommez-vous régulièrement les aliments suivants?
    Même si à eux seuls les aliments ne guériront pas un cancer de la prostate, vous devriez jeter un coup d'œil à votre régime alimentaire pour vérifier si vous mangez suffisamment des aliments suivants.
     
    Les poissons riches en acide gras, tels le saumon, la sardine le hareng et le maquereau peuvent réduire du tiers les risques de cancer de la prostate. 
     
    Les acides gras oméga-3 aident au maintien d'une prostate en santé et régénèrent les tissus lésés. On les trouve dans la truite, les anchois, le tassergal (blue fish), le germon (thon blanc), le tofu, les noix de Grenoble, l'huile de canola et les légumes-feuilles.
     
    Il a été démontré que les aliments riches en lycopène peuvent aider à combattre le cancer de la prostate. La lycopène est présente dans la goyave, la papaye, le pamplemousse rose, la pastèque (melon d'eau), la tomate, les produits dérivés de la tomate, le ketchup et le jus de légumes.
     
    La vitamine D, on la trouve dans les crevettes, dans le lait écrémé 1 % et dans les huiles de poisson, mais elle est aussi produite par l'organisme et cette production est activée par l'exposition aux rayons solaires ultraviolets. On pense que la vitamine D a un effet protecteur contre le cancer de la prostate. Si vous songez à prendre des suppléments, parlez-en à votre médecin afin de connaître les quantités appropriées.
     
    Le sélénium, on a découvert que des suppléments de sélénium diminuaient de moitié ou presque la fréquence du cancer de la prostate. Pour obtenir un supplément de sélénium, assurez-vous de manger de la viande, du poisson, des céréales, des produits laitiers, des œufs, des noix du Brésil, de l'ail, des champignons et des asperges.
     
    Évitez les aliments pauvres en fibres et riches en gras : ils sont associés à une probabilité accrue d'apparition du cancer de la prostate.
     
  7. Utilisez-vous des analgésiques tels que l'AAS ou l'ibuprofène?
    Si vous prenez de l'Aspirin® (AAS), vous évitez possiblement un cancer de la prostate. Parlez-en à votre médecin si vous songez à prendre des analgésiques anti-inflammatoires.
     
  8. Avez-vous été exposé à l'amiante, aux pesticides (herbicides, BPC) ou au plomb, à votre lieu de travail, à l'école ou à la maison?
    Toutes ces substances sont reconnues pour augmenter les risques de cancer de la prostate. 

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Cancer-de-la-prostate-histoire-vecue