;

Allergie ou intolérance

Un de vos amis dit être sensible à un aliment et une autre vous dit qu'elle fait une allergie alimentaire? Quelle est la différence et que veulent-ils dire? Si vous ou l'un de vos proches avez des problèmes avec certains types d'aliments, il y a un tout nouveau monde devant vous. Voici quelques principes de base.

La sensibilité alimentaire est un terme générique qui regroupe n'importe quelle réaction indésirable pouvant être causée par un aliment qui va de l'urticaire, à une réaction asthmatique, ou à l'envie de vomir à la simple pensée de choux de Bruxelles. Cela regroupe donc à la fois les allergies alimentaires et les intolérances alimentaires. Donc, vous demandez-vous, quelle est la différence entre l'intolérance et l'allergie? La réponse se cache dans le système immunitaire.

Une allergie alimentaire se manifeste lorsque votre système réagit à un certain aliment parce qu'il le considère comme étant dangereux et qu'il doit le combattre. La première fois qu'une personne allergique à un aliment est confrontée au déclencheur ou allergène, son corps déclenche un mécanisme de défense et crée des anticorps (protéines spécialisées) appelés immunoglobuline E (IgE). Lorsque l'allergène est réintroduit, le corps libère ces anticorps IgE ainsi que d'autres substances chimiques (dont l'histamine) pour se défendre contre ce qui est perçu comme une menace; c'est ainsi que s'enclenche la réaction allergique. Les symptômes de la réaction peuvent beaucoup varier en gravité, allant de l'urticaire ou aux picotements dans la bouche à de l'asthme ou à une réaction mettant la vie en danger appelée anaphylaxie, une forme grave de réaction allergique.

Il est rassurant de savoir que les allergies alimentaires réelles sont relativement rares; au Canada, seulement 3 à 4 % des adultes et 6 % des enfants souffrent de ce problème. Comme l'indiquent ces chiffres, les enfants ont tendance à se débarrasser des allergies avec le temps. Toutefois, on ne peut présumer de rien, en particulier s'il s'agit d'allergies aux arachides, aux crevettes ou aux poissons. Et malheureusement pour les adultes, il n'y a pas d'âge où l'on reçoit une « carte blanche », car l'allergie peut se manifester à tout âge.

L'intolérance à la nourriture est une mauvaise réaction à la nourriture, mais qui n'implique pas le système immunitaire. L'intolérance trouve son origine le plus souvent dans le système digestif et elle est liée à l'incapacité de la personne à digérer ou à absorber certains aliments (ou certaines parties d'entre eux). Comme le système immunitaire n'intervient pas dans ce domaine, il faut en général une quantité beaucoup plus grande pour déclencher une réaction, alors que, dans le cas d'une allergie, une quantité minuscule suffit. Les symptômes d'une intolérance alimentaire peuvent s'exprimer par des flatulences, des ballonnements, des vomissements ou une diarrhée. Une intolérance alimentaire bien connue est l'intolérance au lactose, qui est une incapacité à digérer le lactose, le type de sucre présent dans le lait.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Allergie-alimentaire-Ennemi-alimentaire

Les allergènes alimentaires : les principaux suspects

Vous êtes allergique à un aliment ou pensez l'être? Santé Canada a repéré neuf allergènes alimentaires, soit les aliments le plus souvent associés aux réactions allergiques. Bien que vous puissiez manifester une sensibilité alimentaire à n'importe quel aliment, la majorité des allergies alimentaires ne concernent seulement qu'une petite minorité d'aliments.

Voici donc les suspects habituels :

  • les arachides,
  • le blé et certaines autres céréales contenant du gluten,
  • le lait,
  • le maïs,
  • les noix (amandes, noisettes [avelines], noix de cajou, noix de Grenoble, noix du Brésil, noix macadamia, pacanes, pignons et pistaches),
  • les œufs,
  • le poisson et les fruits de mer (incluant les mollusques et les crustacés),
  • le sésame et les graines de sésame,
  • le soya,
  • les sulfites (substances utilisées comme additifs alimentaires, mais aussi présentes à l'état naturel dans les aliments et le corps).

Les aliments énumérés ci-dessus peuvent déclencher une vaste gamme de réactions allergiques qui vont d'une simple crise d'urticaire à la situation extrême où la personne est incapable de respirer. Il est possible que ces aliments apparaissent sous forme d'autres noms dans la liste des ingrédients sur l'emballage d'un produit alimentaire. Si vous pensez souffrir d'une allergie, parlez-en à votre médecin et ne prenez pas de risques!

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Allergie-alimentaire-Ennemi-alimentaire

Certains aliments me causent des problèmes. Qu'est-ce que je fais ?

Si vous croyez être intolérant ou allergique à un aliment, gardez courage et restez patient. Vous serez peut-être découragé par ce nouveau monde complexe parsemé de restrictions alimentaires, mais souvenez-vous que cela vous rapproche d'une meilleure santé !

Il est très important de parler à votre médecin de vos troubles alimentaires. Vous pourrez discuter de vos symptômes, des déclencheurs possibles et de vos antécédents familiaux et un examen physique pourra éliminer d'autres causes ou maladies. Votre médecin pourra également vous orienter vers un allergologue, un spécialiste des allergies et des troubles du système immunitaire. Cette démarche est une étape essentielle pour diagnostiquer une éventuelle allergie ou intolérance alimentaire.

Il est possible que votre médecin vous demande les choses suivantes pour identifier la nature de votre problème alimentaire :

Un journal de votre alimentation, de vos médicaments et de vos symptômes. Cela suppose de garder l'œil sur ce que vous mangez et buvez pendant les repas, mais aussi lors de vos collations et d'écrire le tout dans un journal. Vous devrez aussi consigner les médicaments que vous prenez et l'heure à laquelle vous les prenez. Assurez-vous d'inclure dans vos notes les réactions physiques qui s'ensuivent. Cela peut vous aider ainsi que votre médecin à faire des liens grâce un tableau détaillé et précis. Il est aussi possible que les médicaments jouent un rôle dans vos symptômes.

Un régime de retrait alimentaire. En supprimant durant une courte période de temps (une semaine ou deux) certains aliments que vous soupçonnez être des déclencheurs, vous-même et votre médecin pourrez surveiller la réaction de votre corps au moment où vous réintégrerez progressivement les aliments dans votre corps. Bien qu'il ne s'agisse pas d'une méthode d'évaluation parfaitement concluante, cela peut fournir un certain éclairage. Bien sûr, dans le cas des personnes qui pensent souffrir d'une allergie grave, il est tout à fait imprudent et déconseillé d'ingérer un allergène volontairement.

Un test cutané. Pour permettre de repérer l'allergène qui vous concerne, votre médecin égratignera la peau de votre dos ou de votre bras avec une aiguille pour y mettre une quantité diluée de l'allergène suspecté sur la zone exposée pour qu'il puisse se rendre sous la surface de votre peau. Si après environ 15 minutes, une rougeur ou une petite enflure apparaît, la probabilité que vous soyez allergique à cette substance est d'environ 50 %. À l'inverse, si aucune réaction ne se produit, la probabilité de ne pas être allergique à la substance est d'environ 90 %.

Un test sanguin. Un prélèvement sanguin peut être envoyé en laboratoire pour faire des tests. Malheureusement, les résultats de ce type de test ne sont pas toujours concluants, assurez-vous donc de parler à votre médecin pour bien comprendre le résultat de tels tests.

Si on vous diagnostique une allergie alimentaire, il n'y a pas encore de remède miracle pour faire disparaître le problème. La meilleure méthode pour prendre en charge ce problème consiste donc à éviter tous les allergènes. Cela signifie que vous devez savoir reconnaître votre « ennemi » de manière à l'exclure de votre alimentation. L'autre aspect est que vous devrez connaître les aliments que vous pouvez manger et vous en souvenir !

Pour ce qui est du cas d'allergie grave qui vous expose à une réaction anaphylactique (forme de réaction allergique pouvant causer la mort), votre médecin peut vous prescrire un médicament injectable appelé épinéphrine, aussi connue sous les marques EpiPen® et Twinject®. Vous aurez besoin de garder sur vous ce médicament en tout temps, car il se peut que vous ne soyez pas en mesure de prédire ou de maîtriser votre exposition à l'allergène et, si vous en avez besoin, vous en aurez besoin très rapidement. Une injection immédiate à la suite d'une exposition est vitale si vous êtes exposé à un risque de choc anaphylactique. Si vous devez vous protéger avec ce type de médicament, prenez le temps d'informer les membres de votre famille, vos amis, et vos collègues sur la façon d'administrer ce médicament au cas où vous vous retrouveriez dans une situation où vous seriez incapable de le faire vous-même.

Pour les cas de réactions allergiques plus légères, des antihistaminiques sous forme de comprimés (par ex. diphenhydramine, hydroxyzine et cétirizine) peuvent aider à maîtriser et à réduire votre réaction allergique.

Vous êtes découragé ? Ne le soyez pas, souvenez-vous que travailler avec votre corps en lui apportant la nourriture qu'il veut et en éliminant celle qu'il ne veut pas sera bénéfique pour votre santé. Oui, vous devrez adapter votre alimentation, mais songez à tous les choix alimentaires qui s'offrent encore à vous. Vous pourriez même faire la découverte de nouveaux aliments qui feront partie de vos favoris!

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Allergie-alimentaire-Ennemi-alimentaire

Lire la liste des ingrédients

Qu'est-ce que le blé fait dans ma galette végétarienne? Comment du maïs peut-il se retrouver dans mon cola? Vous pensez peut-être savoir ce que vous mangez, mais lisez bien l'étiquette des ingrédients, car vous pourriez y découvrir bien des choses. Savoir ce que l'on cherche est également bien utile. Si vous avez des allergies, il est essentiel de savoir naviguer dans la liste des ingrédients. Cela pourrait même vous sauver la vie.

Apprenez à reconnaître votre ennemi. Comme il n'existe pas de traitement curatif contre les allergies ou les intolérances alimentaires, éviter l'allergène est une méthode essentielle. Bon nombre d'entre nous avons la chance de ne pas avoir besoin de lire l'étiquette des ingrédients ni de nous préoccuper des aliments que nous mangeons. Mais vivre avec une allergie alimentaire demande un vrai talent de détective. Certains pièges sont visibles et faciles à éliminer comme le beurre de noix, si on est allergique aux noix, mais, dans d'autres cas, il faut faire preuve de plus de vigilance. Par exemple, le blé est souvent un aliment utilisé pour imiter la viande ou le poisson et les fruits de mer, il arrive même qu'on en retrouve dans la crème glacée. Le soya peut se retrouver dans le beurre d'arachides, le thon en boîte ou certaines préparations lactées pour nourrisson. Prenez l'habitude de vérifier systématiquement la liste des ingrédients et n'oubliez pas que les fabricants peuvent changer leurs aliments en tout temps – donc, ne baissez pas la garde!

L'aliment peut se retrouver sous un nom connu, mais pour compliquer les choses, certains ingrédients et leurs produits peuvent porter des noms différents; ils requièrent donc un talent encore plus pointu pour les repérer. Saviez-vous que la fécule de maïs était un édulcorant très populaire chez les fabricants en alimentation? Et qu'elle peut se cacher sous des noms comme sauces à salade, pouding congelé, flan, boissons ou fruits en boîte? Si le maïs n'est pas votre ami, alors il vous faudra apprendre à reconnaître ses pseudonymes comme dextrose, sirop de maïs, maltodextrine ou fructose cristallin. De même, l'huile d'arachide peut prendre divers noms comme huile de cacahuètes, ou encore, ce qui est qualifié de noix artificielle peut inclure des ingrédients à base d'arachides. Les œufs peuvent aussi se cacher sous différents noms comme conalbumine ou ovomucoïde et apparaître dans des produits comme les boulettes de viande, les mousses ou crèmes pour café ou les produits de boulangerie.

Sachez repérer les clandestins dans votre garde-manger. Enfin, comme si les allergènes ne se cachaient pas sous un nombre de noms suffisants, parfois les ingrédients peuvent s'insinuer dans la fabrication des produits. Pour lutter contre ce phénomène, Santé Canada de concert avec l'agence d'inspection des aliments publie des Alertes à l'allergie pour informer les Canadiens des ingrédients non déclarés qui pourraient se retrouver dans le processus de fabrication des produits. Ne laissez pas les allergènes se cacher sur vos tablettes. Soyez prudent et vérifiez le site d'alertes de Santé Canada à l'adresse suivante www.hc-sc.gc.ca.

En résumé : Si vous ou un membre de votre famille avez une allergie alimentaire, discutez avec votre médecin des aliments à éviter et des aliments qu'il faut surveiller. Il se peut que votre médecin vous recommande de consulter un diététiste pour vous assurer que vos besoins nutritionnels sont comblés malgré l'élimination de certains aliments de votre régime.

Notre liste des pseudonymes ci-dessous, en format pratique, vous donne les différents noms des allergènes alimentaires courants; imprimez-la et apportez-la avec vous lorsque vous faites votre épicerie!

Savoir repérer les pseudonymes

Un œuf qui ne s'appelle pas un œuf… peut prêter à confusion! Vérifiez bien les différents pseudonymes des allergènes les plus répandus*.

arachides
arachides, arachide type Valencia, cacahouète, cacahouette, cacahuète, cerneaux (noix écalées), huile d'arachides, mani, noix broyées, noix d'accompagnement, noix de mandelona, Nu-NutsMC, pistaches

blé
amidon de blé, atta, blé amidonnier, blé dur, blé Einkorn, boulghour, bulgur, couscous, durum, engrain, épeautre (blé farro), farina (semoule de blé tendre), farine de blé enrichie/blanche/complète (de blé entier), farine Graham, farine riche en gluten, farine riche en protéine, germe de blé, gluten, kamut, petit épautre, seitan, semoule, son de blé, triticale, Triticum Aestivum

lait
caséinate, caséinate d'ammonium, caséinate de calcium, caséinate de magnésium, caséinate de potassium, caséinate de sodium, caséine, caséine hydrolysée, concentré de protéines de petit lait, crème sure, lactalbumine, lactate, lactoferrine, lactoglobuline, lactose, lait caillé, lait en poudre, OptaMC, petit lait, présure, protéines de lait hydrolysées, solides de lait sur, substances laitières modifiées

maïs
alpha D-glucose, dextrose, fécule de maïs, fructose cristallin, glucose, glucose cristallin, lécithine (de maïs), maltodextrine, sirop de glucose, sirop de glucose à haute teneur en fructose, sirop de glucose déshydraté, sirop de maïs

noix (comprend amandes, noisettes [avelines], noix de cajou, noix de grenoble, noix du Brésil, noix macadamia, pacanes, pignons et pistaches)
calisson, cerneaux (noix écalées), massepain, noix d'anacarde, noix de mandelona, noix du Queensland (macadamia), Nu-NutsMC, pâte d'amandes, pignon/pigne/pignole

œufs
albumine, conalbumine, globuline, lécithine (d'œuf), livétine, lysozyme, meringue, ovalbumine, ovomacroglobuline, ovomucine, ovomucoïde, ovotransferrine, ovovitelline, silico-albuminate, SimplesseMD, succédanés d'œuf, vitelline

poisson et fruits de mer (comprend les mollusques et les crustacés)
achigan, anchois, anguille, bigorneau (bourgot), brochet, calmar, carpe, conque, coque, crabe, crevettes, doré jaune (doré commun), écrevisse, éperlan, espadon, flétan, goberge, hareng, homard, hoplostète orange, mahi-mahi, maquereau, morue, moules, mye, omble, oursin, pétoncles, pieuvre, poisson-chat, poisson maigre, requin, sardine, saumon, sébaste, tassergal (poisson bleu), tilapia (saint-pierre), thon (albacore, germon [blanc], bonite), truite, vivaneau, voilier (makaire)

sésame, graines de sésame
aromatisant, graine de beni, graine de gercelin, graine de sésame, graines, huile de beni/gercelin, huile de sésame, huile végétale, sésame, sésamole, sésamoline, Sesamum indicum, « sim-sim », tahin, tahina, « til »

soja/soya
diglycéride, edamame, farine de soja texturée, fromage de soja, germes de soja, kinako, kouridofu, lécithine (de soja), miso, monoglycéride, natto, okara, protéine de soja (isolée/concentrée), protéine de soja texturée, protéine végétale, protéine végétale texturée, soja, soya, tempeh, tofu, yuba

sulfites
acide sulfureux, agent de sulfitage, bisulfite de calcium, bisulfite de potassium, bisulfite de sodium, dioxyde de soufre, E 220, E 221, E 222, E 223, E 224, E 225, E 226, E 227, E 228 (noms européens) métabisulfite de potassium, métabisulfite de sodium, sulfite de calcium, sulfite de sodium

*Remarque : cette liste ne doit pas être considérée comme une liste exhaustive et finale regroupant tous vos allergènes et leurs pseudonymes – pour obtenir une liste complète, parlez-en à votre médecin.

Imprimez cette liste en format de poche.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Allergie-alimentaire-Ennemi-alimentaire