Prendre en main le sevrage de la nicotine

Vous avez pris la décision d'exclure la cigarette du reste de votre vie. Vous voici maintenant devant la partie la plus difficile, soit affronter éventuellement certains des symptômes ressentis par les personnes qui renoncent au tabac : la mauvaise humeur, les maux de tête et, le pire de tout, « les crises de nicotine » (des envies impérieuses de fumer une cigarette).

Le docteur Norman H. Edelman, médecin-conseil en chef de l'American Lung Association, explique à quoi il faut s'attendre pendant le sevrage de la nicotine.

Qu'est-ce que le sevrage?

Comme l'explique le docteur Edelman, « durant une courte période après l'abandon du tabac, vous ressentirez un malaise assez important parce que votre corps essaiera de surmonter 2 types de dépendance, soit :

  • physique : quand votre cerveau réagit au brusque manque de nicotine.
  • psychologique : votre esprit doit composer avec la fin des rituels liés à l'habitude de fumer, comme après un bon repas, ou le mouvement de la main vers la bouche. »

Quels sont les symptômes du sevrage?

Selon le Dr Edelman, les symptômes de sevrage les plus courants sont :

  • les envies impérieuses de fumer,
  • la faim,
  • des troubles du sommeil,
  • une mauvaise humeur,
  • la toux et des maux de gorge,
  • des étourdissements et des maux de tête,
  • de l'agitation,
  • de la difficulté à se concentrer,
  • de la fatigue.

« Le plus souvent, les personnes deviennent de mauvaise humeur et agitées, et elles ressentent des envies impérieuses de fumer une cigarette », ajoute le docteur Edelman.

Est-ce tout le monde qui ressent des symptômes de sevrage ?

« La plupart des personnes ont au moins 1 symptôme; cela dépend de la durée et de l'importance de leur dépendance », précise le docteur Edelman. Certaines sont moins touchées par les symptômes de sevrage, car « elles n'y prêtent pas beaucoup attention, par conséquent ils les gênent moins ».

Combien de temps dure le sevrage ?

« L'irritabilité et les envies impérieuses durent 1 semaine ou 2, répond le docteur Edelman, tandis que les habitudes qui étaient liées au tabagisme (fumer après les relations sexuelles, avoir les mains occupées) sont plus difficiles à perdre et peuvent prendre plusieurs semaines à disparaître, voire des mois. »

Comment puis-je faire face au sevrage ?

Le docteur Edelman conseille les 4 mesures ci-après :

  • respirer profondément – la respiration profonde vous aidera à vous détendre et à affronter les envies impérieuses de fumer;
  • boire de l'eau - l'eau élimine les toxines, et tenir un verre vous occupera les mains;
  • trouver des distractions - vous penserez moins à fumer si vous vous trouvez des activités. La marche, la lecture ou une séance de cinéma sont des activités idéales, tout comme l'exercice qui est bon pour le corps, vous occuper et vous remonte le moral;
  • persévérer - dites-vous d'une manière convaincante que peu importe la durée de votre envie de fumer, vous pouvez attendre qu'elle passe.

Comment puis-je m'empêcher d'abandonner?

Le docteur Edelman conseille de partager ce que vous vivez avec les personnes de votre entourage pour atténuer le stress engendré par le défi que vous relevez. Il recommande également de ne pas perdre de vue la récompense qui vous attend parce qu'il s'agit d'un gros lot. « Vous prolongez votre vie de plusieurs années, vous réduisez le risque d'avoir une affection pulmonaire ou cardiaque, vous améliorez la santé des personnes de votre entourage », fait-il valoir. « De plus, en cessant de fumer, vous améliorez considérablement votre qualité de vie. »

Donnez-moi de la nicotine !

Renoncer au tabac figure peut-être sur votre liste de choses à faire, mais comment pouvez-vous transformer de bonnes intentions en gestes concrets?

Plusieurs thérapies de remplacement de la nicotine sont offertes sur le marché; comme elles agissent différemment, elles conviennent à divers types de fumeurs. Les thérapies de remplacement de la nicotine vous procurent la nicotine que les cigarettes vous donnaient (sans contenir les toxines nuisibles), ce qui vous permet de vous concentrer sur les déclencheurs psychologiques des envies de fumer.

En dépit de ce que vos meilleurs amis vous ont peut-être dit, ces produits s'avèrent très efficaces. Toutefois, pour augmenter les chances de réussite, ils doivent s'employer de la bonne façon, et votre médecin ou un pharmacien sera en mesure de vous donner des renseignements plus détaillés.

Entre-temps, le docteur Norman H. Edelman, médecin-conseil en chef de l'American Lung Association, présente un aperçu des diverses thérapies de remplacement de la nicotine.

La nicotine sans consultation médicale

Le timbre
Vous apposez le timbre autocollant n'importe où entre le cou et la taille, comme un pansement, et il libère de la nicotine dans votre organisme de façon continue.Le timbre peut être porté toute la journée pendant une période de 10 semaines, et il s’agit d’un processus de 2 ou 3 étapes, dépendant des doses utilisées. Vous passerez progressivement à des timbres qui contiennent de moins en moins de nicotine; cette diminution graduelle aide à sevrer votre cerveau du désir de recevoir une « dose ».

Le timbre est facile à employer et il réduit au minimum les symptômes de sevrage, comme la tension, la somnolence et les envies impérieuses de fumer. Par contre, il peut se voir pendant l'été et il peut aussi causer des effets secondaires comme une irritation de la peau, des étourdissements, de l'agitation, des maux de tête et des nausées. Certaines personnes trouvent qu’il peut nuire à leur sommeil et elles le retirent donc pendant la nuit. En outre, la personne qui l'utilise peut en faire un usage abusif. Le timbre doit être retiré environ 2 heures avant de commencer à faire de l’exercice.

« En raison de la libération constante de la nicotine, il peut être difficile de ne plus porter le timbre. Choisissez une marque qui offre des concentrations élevées au début du traitement, puis de moins en moins fortes », recommande le docteur Edelman.

La pastille
Une pastille est un bonbon dur qui libère lentement de la nicotine (absorbée dans le corps à travers la muqueuse de la bouche) au fur et à mesure qu'elle se dissout. Les pastilles sont offertes en diverses concentrations et libèrent de la nicotine durant 20 à 30 minutes. Selon leurs habitudes antérieures de tabagisme, les utilisateurs de pastilles en consomment jusqu'à 15 par jour et réduisent lentement le nombre de pastilles utilisées par jour au cours d’une période d’environ 12 semaines. On peut utiliser les pastilles en même temps que le timbre pour aider à atténuer les épisodes aigus d’envie de fumer.

« Les pastilles offrent un moyen discret et facile d'emploi pour cesser de fumer, déclare le docteur Edelman, mais elles peuvent rendre les gencives et les dents sensibles, en plus de causer une indigestion et une irritation de la gorge. »

La gomme à mâcher
La nicotine libérée par la gomme à mâcher atteint le cerveau en quelques minutes à peine, ce qui réduit considérablement le besoin de fumer. Pour que cette méthode soit efficace, apprenez la bonne technique de mastication (mordez une fois puis une autre et mettez ensuite la gomme en place entre la joue et la gencive); n’utilisez pas plus de 20 morceaux de gomme par jour et réduisez graduellement la dose. Comme les pastilles, on peut les utiliser simultanément avec le timbre. Avec ce traitement, essayez d’arrêter de fumer en moins de six mois.

La nicotine en gomme est populaire auprès des personnes qui veulent cesser de fumer parce qu'elle est facile d'emploi et a un effet fulgurant recherché dit « flash ». « Elle procure une sensation d'euphorie au fumeur quand il en a besoin », explique le docteur Edelman.

Par contre, tout comme le timbre, il est possible d'en faire un usage abusif. Enfin, elle peut coller aux prothèses ou aux réparations dentaires.

Inhalateur
Conçu pour vous permettre de prendre une bouffée de nicotine quand vous en ressentez l'envie, l'inhalateur libère de la nicotine lentement dans votre bouche. La consommation de cartouches doit se limiter à 16 par jour pendant 12 semaines.

Tout comme les autres thérapies de remplacement de la nicotine, l'inhalateur procure l'effet de « flash » recherché par le fumeur, mais le docteur Edelman signale que cette méthode coûte plus cher que les autres thérapies de remplacement et peut causer une irritation de la bouche et de la gorge.

Vaporisateur
Ce vaporisateur en aérosol est conçu pour vous aider à subir moins d’envies impérieuses de fumer. Il s’agit d’un produit facile à utiliser qui vaporise une fine vapeur contenant de la nicotine qui sera absorbée par la bouche. Le nombre de vaporisations doit être limité à pas plus que 4 par heure Visez à cesser d’utiliser le vaporisateur après 12 semaines.

Si vos lèvres entrent en contact avec la vapeur lorsque vous utilisez ce produit, il se peut qu’elles picotent et que vous hoquetiez. Vous devez également savoir que la vapeur possède un goût assez prononcé à cause de la nicotine qu’elle renferme.

Ordonnance médicale requise

Le vaporisateur nasal
La nicotine en vaporisateur nasal s'emploie comme un décongestionnant en vaporisateur. La nicotine est absorbée dans la circulation sanguine plus rapidement qu'avec n'importe quelle autre thérapie de remplacement, et les utilisateurs en perçoivent tout de suite les effets. Veillez à ne pas utiliser plus de 5 vaporisations dans l’espace d’une heure durant le traitement de 8 ou 12 semaines.

Le docteur Edelman nous apprend que même si le vaporisateur procure au fumeur la sensation recherchée, il peut également causer une irritation du nez et de la gorge.

Les autres outils

Outre les aides déjà mentionnées, il existe des médicaments de désaccoutumance au tabac sans nicotine comme le bupropion (Zyban®) et la varénicline (ChampixMD), et votre médecin  ou votre pharmacien peut vous les prescrire. Selon le docteur Edelman : « L'arrêt brutal du tabagisme fonctionne seulement pour les personnes qui ont des nerfs d'acier ».

L'essentiel

Le Dr Edelman indique que l’utilisation des TRN en conjonction avec de l’aide structurée comme le programme « Freedom from smoking » de l’Association pulmonaire américaine (visitez www.lungusa.org pour plus de détails) ou le programme « Une étape à la fois » de la Société canadienne du Cancer (visitez www.cancer.ca pour plus de détails), est la façon la plus efficace d’arrêter de fumer.

« Le choix d'une méthode pour renoncer au tabac demeure très personnel, et différentes méthodes conviennent à différentes personnes », conclut-il. « Ce qui importe le plus, c'est de continuer à essayer jusqu'à ce que vous réussissiez. »