Estrogel

(œstradiol (gel))

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent. Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien peut être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissent :

  • une douleur mammaire,
  • un noircissement de la peau,
  • une rétention d'eau,
  • une chute des cheveux,
  • de la migraine,
  • de la nausée,
  • des crampes d'estomac et une sensation de ballonnement.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • une douleur à la pression sur l'abdomen, une douleur persistante à la partie supérieure de l'abdomen, de la nausée ou des vomissements ;
  • des bosses dans les seins ;
  • une jaunisse (le jaunissement du blanc des yeux ou de la peau) ;
  • des menstruations douloureuses ou abondantes ;
  • des problèmes associés au port des verres de contact.

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des maux de tête (soudains ou intenses) ;
  • une perte de coordination (soudaine) ;
  • des douleurs au thorax, dans l'aine ou dans une jambe, en particulier dans le mollet ;
  • une irritation cutanée persistante ou intense ;
  • un essoufflement (soudain ou inexpliqué) ;
  • un trouble de l'élocution (soudain) ;
  • des anomalies du champ visuel subites (comme une perte de la vision complète ou partielle, une vision double) ;
  • de la faiblesse ou un engourdissement qui se manifeste dans un bras ou une jambe.

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.





Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Information importante au sujet de l'œstrogène :

  • vous devriez prendre ce médicament à la dose la plus faible qui soulage vos symptômes de ménopause et pour la période la plus courte possible ;
  • vous ne devez pas utiliser d'œstrogènes, avec ou sans progestatifs pour prévenir une maladie cardiaque, les crises cardiaques ou les accidents vasculaires cérébraux.

Allergie : l'apparition de signes imputables à une allergie comme une démangeaison et des rougeurs se produit occasionnellement avec l'application d'œstrogènes sur la peau. Bien que de telles allergies soient extrêmement rares, les personnes qui subissent des réactions cutanées ou une sensibilisation de contact à tout ingrédient du médicament risqueraient d'avoir une grave réaction allergique si elles faisaient un usage prolongé du médicament.

Troubles de la coagulation du sang : les personnes atteintes d'une thrombophlébite évolutive (une inflammation d'une veine menant à un caillot) ou des troubles thromboemboliques (des troubles de la coagulation du sang et des anomalies de la circulation) ne devraient pas utiliser des œstrogènes. Certaines études ont suggéré que les femmes qui avaient recours à une hormonothérapie substitutive couraient un risque accru de caillots sanguins dans l'aine, les jambes ou les poumons (un désordre appelé thrombose veineuse profonde ou embolie pulmonaire).

On considère généralement que les femmes aux veines variqueuses volumineuses ou gravement obèses (ayant un indice de masse corporelle, ou IMC, supérieur à 30 kg/m²) et celles qui doivent rester au lit pendant 3 semaines, ou plus, présentent des facteurs de risque accru de caillots de sang.

Si vous avez des antécédents familiaux de troubles thromboemboliques (décrits auparavant), ou si vous avez eu un caillot de sang durant une grossesse ou quand vous preniez des œstrogènes, signalez-le à votre médecin, car vous devriez faire l'objet d'une stricte surveillance médicale. Les femmes atteintes d'affections cérébrovasculaires (comme un accident vasculaire cérébral) ou d'une maladie coronarienne (comme l'angine de poitrine) ne devraient utiliser les œstrogènes que si c'est absolument nécessaire et faire preuve d'une grande prudence.

Pression artérielle : l'élévation de la pression artérielle n'est pas rare pour les femmes qui utilisent ce médicament. Elles devraient faire l'objet d'un suivi médical ciblant leur pression artérielle lorsqu'elles utilisent des œstrogènes, surtout à fortes doses.

Affection des os : si vous avez une affection des os provoquée par un cancer ou une affection métabolique qui augmente anormalement la quantité de calcium dans votre corps, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Cancer du sein : d'après certaines études, une œstrogénothérapie substitutive de longue durée constituerait un risque accru de cancer du sein. Les femmes qui ont des nodules aux seins, une affection fibrokystique, des clichés mammaires anormaux, ou des antécédents familiaux marqués de cancer du sein devraient utiliser les œstrogènes avec prudence. Les femmes qui prennent des œstrogènes doivent se faire examiner régulièrement les seins et apprendre comment faire un autoexamen des seins. Ce médicament ne doit pas s'appliquer sur les seins, car il pourrait avoir des effets nocifs sur le tissu mammaire.

Diabète : l'œstrogène peut influer sur le taux de sucre sanguin. Si vous souffrez de diabète, surveillez avec attention votre taux de glucose sanguin pendant que vous prenez un médicament contenant de l'œstrogène.

Cancer de l'endomètre : il existe des preuves que l'œstrogénothérapie substitutive peut augmenter le risque de cancer de l'endomètre (la paroi de l'utérus). La prise d'une progestine au bon moment, et en association avec l'œstrogène, réduit ce risque de cancer de l'endomètre, car il devient alors le même que celui d'une femme qui ne prend pas d'œstrogène. C'est la raison pour laquelle toutes les femmes qui ont encore leur utérus devraient prendre un progestatif quand elles utilisent des œstrogènes.

Fibromes : ce médicament peut aggraver les fibromes en provoquant une soudaine augmentation de volume, une douleur, ou de la douleur à la pression. Si vous observez ces effets, communiquez avec votre médecin.

Rétention d'eau : l'œstrogène peut causer une rétention d'eau. Les femmes qui ont des affections du cœur ou des reins ou qui sont atteintes d'épilepsie ou d'asthme doivent être particulièrement prudentes lorsqu'elles prennent ce médicament.

Taux élevé de cholestérol ou de triglycérides : les personnes qui ont déjà un taux sanguin élevé de cholestérol ou de triglycérides pourrait en observer une élévation consécutive à l'emploi d'un œstrogène. Ce phénomène se produit plus particulièrement lorsque l'œstrogène est pris oralement (par la bouche); le gel présente un risque moindre. Demandez à votre médecin de surveiller vos taux de cholestérol et de triglycérides.

Maladie du rein : l'œstrogène peut affecter le métabolisme du calcium et du phosphore par l'organisme. En cas de maladie du rein, ce phénomène pourrait devenir inquiétant. Discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Maladie du foie : en cas de troubles hépatiques actuels ou passés, vous ferez l'objet d'un suivi médical spécifique pendant que vous prenez ce médicament. Ne manquez pas d'avertir votre médecin si vous avez eu des troubles hépatiques dans le passé.

Migraine : les œstrogènes peuvent aggraver les migraines de certaines personnes. Discutez-en avec votre médecin si vous remarquez un changement dans vos migraines pendant que vous employez de l'œstrogène.

Grossesse : l'œstrogène ne devrait pas s'utiliser durant une grossesse. Si une grossesse advient pendant que vous prenez ce médicament, communiquez avec votre médecin.

Allaitement : la prise d'œstrogènes pendant l'allaitement peut réduire la quantité et la qualité du lait maternel. L'œstrogène passe également dans le lait maternel. Demandez à votre médecin de vous expliquer les risques et les bienfaits de l'utilisation de ce médicament si vous allaitez ou si vous prévoyez le faire.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre l'œstrogène et l'un des agents ci-après :

  • les anticoagulants (par ex. la warfarine),
  • les agents antidiabétiques,
  • les barbituriques,
  • les médicaments qui abaissent la pression artérielle,
  • la carbamazépine,
  • la lamotrigine,
  • le méprobamate,
  • la phénylbutazone,
  • la phénytoïne,
  • les inhibiteurs de la protéase,
  • la rifabutine,
  • la rifampine,
  • le topiramate.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin peut vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments,
  • remplacer l'un des médicaments par un autre,
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux,
  • ne rien changer du tout.

L'interaction d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Dans bien des cas, les interactions sont voulues ou font l'objet d'un suivi minutieux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous employez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine (en fumant des cigarettes) ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.




Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2014 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens