Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

La théophylline appartient à la classe des médicaments appelés bronchodilatateurs. Elle s'utilise pour soigner des affections respiratoires comme l'asthme, l'emphysème et la bronchite chronique. Il détend les muscles à l'intérieur des poumons, ce qui ouvre les voies respiratoires. Cette action aide à soulager les symptômes liés à des problèmes respiratoires, notamment une toux, une respiration sifflante et un essoufflement.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

400 mg
Chaque comprimé blanc, rond, plat, sécable, à libération prolongée, portant l'inscription « U » centrée au dessus de « 400 » sur une face, et « P » et « F » de part et d'autre de la barre de cassure de l'autre, contient 400 mg de théophylline. Ingrédients non médicinaux : alcool cétostéaryle, hydroxyéthylcellulose, stéarate de magnésium, povidone et talc. Sans sodium ni tartrazine.

600 mg
Chaque comprimé blanc en forme de capsule, concave, sécable, à libération prolongée, portant les inscriptions « U » et « 600 » gravées de part et d'autre de la barre de cassure d'une face, et « P » et « F » gravées de part et d'autre de la barre de cassure de l'autre face, contient 600 mg de théophylline. Ingrédients non médicinaux : alcool cétostéaryle, hydroxyéthylcellulose, stéarate de magnésium, povidone et talc. Sans sodium ni tartrazine.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose de théophylline à libération prolongée est établie en fonction des besoins individuels, et elle peut varier selon le produit utilisé. Votre médecin pourrait en ajuster la dose en fonction de votre réponse au médicament et du taux de théophylline dans votre sang.

On prend la théophylline à libération prolongée une fois par jour, habituellement le soir. On doit la prendre avec de la nourriture ou moins de 2 heures après un repas pour s'assurer de l'absorption appropriée du médicament par l'organisme. Avalez les comprimés entiers avec 120 mL à 180 mL d'eau. Cela permet de s'assurer que le médicament pénètre rapidement dans l'estomac.

Les comprimés peuvent être coupés en deux s'ils portent un trait sécable, mais vous ne devez pas les broyer, les mâcher, ni les dissoudre lorsque vous les prenez. Les comprimés de théophylline à libération prolongée qui ne sont pas avalés entiers libèrent le médicament trop rapidement et peuvent provoquer d'importantes réactions indésirables.

N'utilisez pas la théophylline pour soulager des accès de difficultés respiratoires soudains. Il lui faudrait trop longtemps pour commencer à agir.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin. Si vous constatez que vous avez omis une dose moins de 6 heures après l'heure prévue, prenez-la dès que possible et continuez à prendre le reste de vos médicaments comme à l'habitude. Si 6 à 18 heures se sont écoulées depuis votre oubli, prenez la moitié de votre dose et continuez à suivre votre posologie habituelle. Si votre prochaine dose est prévue dans moins de 6 heures, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Conservez ce médicament à la température ambiante et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer ce médicament dans les circonstances ci-après :

  • une allergie à la théophylline, à une xanthine ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • une maladie coronarienne (si le médecin est d'avis qu'une stimulation pourrait nuire au cœur).
  • des ulcères gastroduodénaux.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • l'agitation;
  • une démangeaison;
  • un dérangement d'estomac;
  • une éruption cutanée;
  • des maux de tête;
  • de l'irritabilité;
  • une perte d'appétit;
  • de la nausée;
  • des tremblements;
  • des troubles du sommeil.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • des battements de cœur rapides et très forts;
  • un rythme cardiaque irrégulier;
  • des vomissements.

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • de la confusion ou une modification du comportement;
  • des convulsions (crises épileptiques);
  • des signes d'une réaction allergique importante (par ex. des crampes abdominales, une difficulté respiratoire, des nausées et des vomissements, ou une boursouflure du visage et une enflure de la gorge).
  • des signes de saignements de l'estomac (par ex. des selles sanglantes, noirâtres ou goudronneuses, des expectorations sanglantes, des vomissements de sang ou d'une matière qui ressemble à du marc de café);
  • des signes causés par la prise d'une trop forte dose de théophylline (par ex. des changements auditifs et visuels, une accélération inusitée de la respiration ou des battements cardiaques, des maux de tête, de la fièvre, des bouffées vasomotrices, une soif extrême, des changements dans les mictions urinaires);
  • un état de nervosité ou d'agitation (persistant);
  • des frissonnements (persistants).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Affections médicales : n'importe laquelle des affections suivantes peut modifier le métabolisme (transformation) et le mode d'utilisation de la théophylline par votre corps : la fièvre ou les infections virales, les faibles taux d'oxygène, l'hypertension artérielle, les ulcères avérés ou suspectés, l'œdème pulmonaire aigu, la pneumonie, les fortes fièvres, la maladie pulmonaire obstructive chronique, la réduction de la fonction rénale. Le fait de suivre un régime alimentaire à forte teneur en glucides et à faible teneur en protéines peut également agir sur le métabolisme ou l'utilisation de la théophylline. De plus, certaines de ces affections peuvent être influencées par l'utilisation de la théophylline. Si vous souffrez de l'une de ces affections, vous devriez discuter avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Crises épileptiques : l'utilisation de la théophylline peut provoquer une augmentation dans le nombre ou la durée des convulsions chez les personnes qui ont des antécédents de convulsions. Si vous avez des antécédents d'épilepsie ou d'affections médicales qui augmentent le risque de convulsions, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Épreuves de laboratoire : la différence entre la quantité de théophylline nécessaire à votre organisme pour être efficace et la quantité susceptible d'être toxique est petite. Votre médecin pourrait prescrire des analyses de sang qui lui permettraient de surveiller votre taux de théophylline sanguin. Il est très important que vous vous présentiez à ces rendez-vous pour vous assurer que vous ne recevez pas trop de médicament.

La fibrose kystique : les personnes atteintes de fibrose kystique métabolisent la théophylline plus rapidement que les autres. Si vous êtes atteint de fibrose kystique, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Fonction hépatique: la maladie hépatique ou la réduction de la fonction hépatique peut provoquer une accumulation de ce médicament dans l'organisme, causant ainsi des effets secondaires. En cas de troubles hépatiques, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Votre médecin surveillera votre fonction hépatique par des analyses de sang qu'il prescrira régulièrement pendant que vous employez ce médicament.

Fonction rénale : les maladies rénales ou la diminution de la fonction rénale peuvent causer l'accumulation de ce médicament dans le corps, ce qui provoque des effets secondaires. Si votre fonction rénale est réduite ou si vous êtes atteint d'une maladie rénale, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Maladie cardiaque : la théophylline peut s'accumuler dans l'organisme des personnes atteintes de certains types de maladie cardiaques comme l'insuffisance cardiaque congestive et provoquer chez elles des réactions indésirables. Si vous êtes atteint d'une maladie cardiaque, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Maladie thyroïdienne : les personnes atteintes d'hypothyroïdie sont plus susceptibles de subir des réactions indésirables à la prise de théophylline, car le médicament peut s'accumuler dans leur organisme. Les personnes dont la glande thyroïde est hyperactive peuvent métaboliser la théophylline trop rapidement pour qu'elle soit efficace. Dans les deux cas, il importe que vous subissiez les analyses sanguines au moment recommandé par votre médecin pour s'assurer que vous obtenez la quantité appropriée de médicament pour le traitement de votre maladie.

Rythme cardiaque : ce médicament peut causer des irrégularités des battements cardiaques ou accentuer de telles irrégularités. Si vous avez des antécédents d'arythmie (irrégularités du rythme cardiaque), discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Surdose : une surdose peut entraîner de graves effets secondaires comme une accélération du rythme cardiaque, une fréquence cardiaque anormale et des crises convulsives. Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin. Votre médecin pourrait demander de temps à autre des analyses de sang pour vérifier votre taux de théophylline sanguin.

Tabagisme : le tabagisme provoque l'accélération du métabolisme de la théophylline. Si vous fumiez et que vous venez d'arrêter, indiquez-le à votre médecin, car il devra possiblement ajuster votre dose. De même, si vous commencez à fumer pendant que vous prenez de la théophylline, vous devez également le dire à votre médecin.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : ce médicament passe dans le lait maternel. Si vous employez la théophylline pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : les enfants sont très sensibles aux effets de la théophylline, car la marge de sécurité au-delà des doses thérapeutiques est faible. Ce médicament n'est pas recommandé pour les enfants âgés de moins de 12 ans étant donné que les doses à prendre par les enfants de ce groupe d'âge n'ont pas été établies.

Aînés : les aînés seront probablement plus prédisposés aux effets secondaires et à une élévation du taux de théophylline dans le sang en raison de la capacité diminuée de leur corps à éliminer ce médicament.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre la morphine à libération prolongée et l'un des agents ci-après :

  • l'abiratérone;
  • l'acyclovir;
  • l'adalimumab;
  • l'adénosine;
  • l'alcool;
  • l'allopurinol;
  • l'amiodarone;
  • les amphétamines (par ex. la dextroamphétamine, la lisdexamfétamine);
  • les antagonistes du calcium (par ex. l'amlodipine, le diltiazem, la nifédipine, le vérapamil);
  • les antibiotiques apparentés aux quinolones (par ex. la ciprofloxacine, l'ofloxacine, la norfloxacine);
  • les antibiotiques macrolides (par ex. la clarithromycine, l'érythromycine);
  • l'aprépitant;
  • l'atomoxétine;
  • les barbituriques (par ex. le butalbital, le pentobarbital, le phénobarbital);
  • les benzodiazépines (par ex. diazépam, lorazépam);
  • les bêta bloquants (par ex. l'aténolol, le propranolol, le sotalol);
  • le bosentan;
  • des bronchodilatateurs d'action rapide (par ex. le salbutamol et la terbutaline) et d'action prolongée (par ex. le formotérol et le salmétérol);
  • la caféine;
  • la carbamazépine;
  • la cimétidine;
  • le conivaptan;
  • les contraceptifs;
  • la cyclosporine;
  • la cyprotérone;
  • le déférasirox;
  • la désipramine;
  • la dexaméthasone;
  • la digoxine;
  • la dipivéfrine;
  • le disulfirame;
  • les diurétiques apparentés aux thiazides (par ex. l'hydrochlorothiazide);
  • la dobutamine;
  • la dopamine;
  • la dronabinol;
  • l'épinéphrine;
  • le fébuxostat;
  • la fluvoxamine;
  • le gemfibrozil;
  • le glucagon;
  • les gouttes ophtalmiques et les vaporisateurs nasaux  décongestionnants (par ex. la naphazoline, l'oxymétazoline, la xylométazoline);
  • l'halopéridol;
  • l'halothane;
  • les hormones thyroïdiennes (par ex. la lévothyroxine, la liothyronine, la thyroïde);
  • les inhibiteurs de la protéase du VIH (par ex. l'atazanavir, l'indinavir, le ritonavir, le saquinavir);
  • les inhibiteurs de la tyrosine kinase (par ex. le crizotinib, le dabrafénib, l'imatinib);
  • les inhibiteurs non-nucléosidiques de la transcriptase inverse du VIH (INNTIs; par ex. la delavirdine, l'éfavirenz, l'étravirine, la névirapine);
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine ou ISRS (par ex. la fluvoxamine, la paroxétine);
  • l'interféron;
  • l'isoniazide;
  • l'isoprotérénol;
  • le jus de pamplemousse;
  • la kétamine;
  • le linézolide;
  • le lithium;
  • la lomustine;
  • les médicaments décongestionnants (par ex. la phényléphrine, la pseudoéphédrine);
  • le méthimazole;
  • le méthotrexate;
  • le méthylphénidate;
  • le métronidazole;
  • la mexilétine;
  • la mifépristone;
  • le millepertuis;
  • le mitotane;
  • le nabilone;
  • la néfazodone;
  • la nizatidine;
  • la noradrénaline;
  • les œstrogènes (par ex. les œstrogènes conjugués, l'œstradiol, l'éthinylœstradiol);
  • la phénytoïne;
  • la primaquine;
  • la primidone;
  • le probénécide;
  • la propafénone;
  • le propylthiouracile;
  • la quinine;
  • la ranitidine;
  • les relaxants musculaires non dépolarisants (par ex. le pancuronium, l'atracurium);
  • la rifabutine;
  • la rifampine;
  • le riociguat;
  • le siméprévir;
  • le stiripentol;
  • la sulfinpyrazone;
  • le télaprévir;
  • la terbinafine;
  • les tétracyclines (par ex. la doxycycline, la tétracycline);
  • le thiabendazole;
  • la ticlopidine;
  • la tranylcypromine;
  • le vaccin antigrippal;
  • la warfarine;
  • le zafirlukast.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2017. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/drug/getdrug/Uniphyl