Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Le guselkumab appartient à la classe des médicaments appelés agents immunomodulateurs sélectifs, également appelés agents biologiques. Plus précisément, il s'agit d'un inhibiteur de l'interleukine-23. On l'utilise pour traiter les formes modérées à importantes du psoriasis en plaques chez les adultes candidats à la photothérapie ou à la thérapie systémique.

Le guselkumab agit en bloquant l'action d'une protéine de notre corps appelée interleukine 23. Cette protéine est produite en excès chez les personnes atteintes de psoriasis en plaques.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Chaque mL de solution pour injection, d'aspect clair à légèrement jauni dans une seringue préremplie contient 100 mg de guselkumab. Ingrédients non médicinaux: L-histidine, monochlorhydrate monohydraté de L-histidine, saccharose, polysorbate 80, saccharose et eau pour injection.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose usuelle est 100 mg injectés sous la peau. Après la prise de la dose initiale, la seconde dose est administrée 4 semaines plus tard puis, le reste des doses toutes les 8 semaines.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

La plupart des personnes qui emploient ce médicament peuvent être formées par un professionnel de la santé pour apprendre à se donner l'injection elles-mêmes. Le guselkumab s'utilise avec les conseils et sous la surveillance d'un médecin. Vous serez en mesure de vous prévaloir de l'aide de votre médecin ou de votre infirmière quand il s'agira de préparer et d'injecter votre première dose (ou les quelques premières doses) de médicament. N'essayez pas d'auto-injecter ce médicament de votre propre chef avant d'avoir bien compris comment vous devez introduire le médicament dans l'organisme.

Avant d'utiliser ce médicament, enlevez le stylo injecteur prérempli du réfrigérateur et laissez-le se réchauffer jusqu'à atteindre la température ambiante sans enlever son capuchon. Cette opération prend approximativement 30 minutes. Suivez les instructions de votre médecin ou d'un pharmacien sur le mélange du médicament. La solution devrait être d'aspect clair à légèrement jauni et pourrait contenir de petites particules de couleur blanche ou claires. Ne faites pas l'injection si la solution est trouble, d'une coloration anormale ou si vous y décelez la présence de particules.

Choisissez les zones d'injection en alternance afin de prévenir les irritations cutanées. Débarrassez-vous des aiguilles usagées en les déposant dans un contenant approprié pour objets pointus et tranchants.

Si vous oubliez une dose, prenez le médicament dès que vous constatez l'omission et reprenez la suite du traitement aussitôt que possible. S'il est presque temps de prendre votre prochaine dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Conservez ce médicament au réfrigérateur, à l'abri de la congélation et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Quiconque ayant une allergie au guselkumab ou à l'un des ingrédients de ce médicament ne devrait pas l'utiliser.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui emploient ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • de la diarrhée;
  • des douleurs articulaires;
  • grippe intestinale (par ex. de la nausée, de l'indigestion, une diarrhée);
  • des infections fongiques légères (par ex. le pied d'athlète);
  • des infections des sinus;
  • des maux de tête;
  • de la rougeur, de la douleur, un gonflement, des ecchymoses à l'endroit de l'infection
  • des symptômes du rhume.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • une éruption cutanée;
  • des infections à levures;
  • des infections dues au virus herpès simplex (boutons de fièvre, herpès génital);
  • une migraine;
  • des signes d'infection (symptômes pouvant comprendre une fièvre ou des frissons, une diarrhée grave, un essoufflement, des étourdissements prolongés, un mal de tête, une raideur du cou, une perte de poids ou un abattement).

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des signes d'une réaction allergique (par ex. une difficulté respiratoire, de l'urticaire, une boursouflure du visage, des lèvres, de la langue ou de la gorge).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Infections: l'utilisation de ce médicament peut augmenter le risque de contracter une infection, notamment certaines infections importantes comme la septicémie, la pneumonie et la tuberculose. Avant de commencer à vous administrer le traitement avec le guselkumab, votre médecin vous fera peut-être subir un test pour s'assurer que vous n'avez pas la tuberculose. Si vous observez des signes d'une infection, comme une fièvre, des frissons, de la douleur, une enflure, une toux ou du pus, communiquez avec votre médecin aussitôt que possible. Vous ne devriez pas commencer à prendre ce médicament lorsqu'une infection évolutive survient.

Indiquez à votre médecin si vous avez des antécédents d'infections récidivantes ou d'autres affections comme le diabète qui seraient susceptibles d'augmenter votre risque de contracter une infection. Pendant que vous prenez du guselkumab, votre médecin vous suivra pour détecter les signes précoces d'une infection.

Vaccins: Les vaccins administrés lors de la prise d'un traitement par le guselkumab pourraient ne pas être aussi efficaces qu'en temps normal. Les personnes qui emploient ce médicament ne devraient pas recevoir certains vaccins. Discutez avec votre médecin pour savoir si ce médicament causera une interférence avec l'un des vaccins prévus.

Grossesse: ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Les femmes pouvant tomber enceintes devraient utiliser une méthode efficace de contraception pendant la prise de ce médicament et pendant au moins 12 semaines après la prise de la dernière de guselkumab. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement: on ignore si le guselkumab passe dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants: ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre le guselkumab et l'un des agents ci-après :

  • le bacille de Calmette et Guérin (BCG);
  • le denosumab
  • l'échinacée;
  • le fingolimod;
  • le léflunomide;
  • le natalizumab;
  • le nivolumab;
  • l'ocrélizumab
  • le pimécrolimus;
  • le roflumilast;
  • le tacrolimus.
  • le tofacitinib;
  • le trastuzumab;
  • les vaccins.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux; ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous prenez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/drug/getdrug/Tremfya