Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Ce produit composite contient 2 médicaments : le budésonide et le formotérol. Le budésonide appartient au groupe de médicaments appelés corticostéroïdes. Il agit en réduisant l'enflure dans les voies respiratoires des poumons. Le formotérol appartient au groupe de médicaments appelés bronchodilatateurs. Il agit en détendant les muscles qui entourent les voies respiratoires et en permettant à celles-ci de s'ouvrir davantage.

On utilise ce médicament pour traiter les maladies obstructives réversibles des voies respiratoires, souvent désignées par le terme asthme. Lorsqu'on les combine, ces médicaments aident à maîtriser les symptômes de l'asthme et à prévenir les crises d'asthme en gardant les voies respiratoires ouvertes pour faciliter la respiration.

On l'utilise également pour le traitement d'entretien de la bronchopneumopathie chronique obstructive d'intensité modérée à importante, notamment l'emphysème et la bronchite chronique.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations, ou les deux. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.  

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Symbicort 100 Turbuhaler
Chaque inhalateur de poudre sèche contient : 100 µg de budésonide et 6 µg de fumarate de formotérol dihydraté par dose. Il contient aussi du lactose qui agit comme « porteur ». La quantité ajoutée ne cause normalement pas de problèmes aux personnes intolérantes au lactose.

Symbicort 200 Turbuhaler
Chaque inhalateur de poudre sèche contient : 200 µg de budésonide et 6 µg de fumarate de formotérol dihydraté par dose. Il contient aussi du lactose qui agit comme « porteur ». La quantité ajoutée ne cause normalement pas de problèmes aux personnes intolérantes au lactose.

Symbicort Forte Turbuhaler
Chaque inhalateur de poudre sèche contient : 400 µg de budésonide et 12 µg de fumarate de formotérol dihydraté par dose. Il contient aussi du lactose qui agit comme « porteur ». La quantité ajoutée ne cause normalement pas de problèmes aux personnes intolérantes au lactose.

Comment doit-on employer ce médicament ?

Pour le traitement de l'asthme, on peut utiliser l'association médicamenteuse budésonide - formotérol pour le traitement d'entretien ou pour le traitement d'entretien en plus du traitement de secours.

La dose initiale de budésonide - formotérol est basée sur la maîtrise de vos symptômes. Après avoir obtenu le contrôle de vos symptômes, votre médecin ajustera votre dose à la plus faible dose régulière qui prévient vos symptômes d'asthme.

Ce médicament est inhalé dans les poumons par la bouche, en utilisant le dispositif qui contient le médicament (Turbuhaler®). Votre professionnel de la santé doit vous enseigner comment utiliser l'appareil. Si vous n'êtes pas sûr de bien savoir comment utiliser le dispositif, demandez l'avis de votre médecin ou de votre pharmacien.

Pour le traitement d'entretien, la dose recommandée pour les adultes et les adolescents de plus de 12 ans est de 100 µg à 400 µg de budésonide, ce qui équivaut à 1 à 2 inhalations (ou bouffées) de Symbicort® 100 ou de Symbicort® 200, 1 ou 2 fois par jour. Si vous avez besoin d'un soulagement rapide de vos symptômes d'asthme, utilisez votre médicament à action rapide (ou médicament de « secours ») comme le formotérol, la terbutaline ou le salbutamol. La dose d'entretien maximale quotidienne recommandée consiste en 4 inhalations. Lorsque l'asthme empire, la dose peut provisoirement être augmentée jusqu'à un maximum de 4 inhalations 2 fois par jour.

Avec le produit à plus forte teneur, Symbicort® Forte, une dose de 400 µg est obtenue avec 1 bouffée, qui peut être inhalée 1 ou 2 fois par jour. La dose quotidienne maximale de ce produit est de 2 bouffées (800 µg) inhalées deux fois par jour.

Lorsqu'il s'agit du traitement d'entretien et de secours, la dose recommandée pour les adultes et les adolescents de plus de 12 ans consiste en 1 à 2 inhalations 2 fois par jour ou 2 inhalations 1 fois par jour. Si vous avez besoin d'un soulagement rapide de vos symptômes d'asthme, prenez 1 inhalation supplémentaire au besoin et recommencez de nouveau après quelques minutes (jusqu'à un maximum de 6 inhalations) si les symptômes persistent. La dose maximale totale quotidienne recommandée est 8 inhalations. Symbicort® Forte ne doit pas être utilisé comme médicament de soulagement.

Lorsqu'on l'utilise pour traiter la MPOC, la dose recommandée est de 400 µg de budésonide (2 inhalations de Symbicort® 200 ou 1 inhalation de Symbicort® Forte), inhalés 2 fois par jour. La dose quotidienne maximale recommandée est de 800 µg de budésonide.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière d'utiliser le médicament sans le consulter au préalable.

Lorsqu'on l'utilise régulièrement, ce médicament peut réduire le nombre et l'intensité des épisodes de difficultés respiratoires. Un emploi régulier quotidien est essentiel à son efficacité.

Les inhalations de budésonide - formotérol turbuhaler devraient être prises régulièrement, même lorsque vous ne ressentez aucun symptôme.

Il est très important que ce médicament soit employé conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, prenez le médicament dès que vous constatez l'omission et reprenez la suite du traitement aussitôt que possible. S'il est presque temps de prendre votre prochaine dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Conservez ce médicament à la température ambiante après avoir bien vissé le couvercle. Gardez-le hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Quiconque ayant une allergie au budésonide, au formotérol ou au lactose inhalé ne devrait pas utiliser ce médicament.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • des battements de cœur intensifiés ou des battements de cœur rapides;
  • des crampes musculaires;
  • un enrouement;
  • des étourdissements;
  • une irritation de la bouche ou de la gorge;
  • de la nausée;
  • de l'agitation ou un état de nervosité;
  • des maux de tête;
  • une toux;
  • des tremblements;
  • des troubles du sommeil.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • de l'agitation;
  • des battements cardiaques rapides ou irréguliers;
  • des changements d'humeur ou de l'instabilité mentale;
  • des crachats de couleur ou de consistance inhabituelle ou en quantités plus importantes qu'à l'habitude;
  • une douleur thoracique;
  • de la douleur osseuse ou des fractures;
  • une éruption cutanée ou de l'urticaire sur tout le corps;
  • des plaques blanches dans la bouche ou dans la gorge (le muguet).
  • une sensation d'oppression dans la poitrine;
  • des signes de dépression (par ex. un manque de concentration, des fluctuations pondérales, des changements du sommeil, désintérêt à l'égard de nombreuses activités, des pensées suicidaires);
  • des symptômes apparentés à ceux de la grippe (un manque soudain d'énergie, de la fièvre, de la toux, des maux de gorge) accompagnés d'une éruption cutanée, de picotements et de détérioration des problèmes respiratoires;
  • des symptômes attribuables à la présence d'une trop grande quantité de corticostéroïdes dans l'organisme (par ex. une prise de poids rapide, un visage « lunaire » (rond), de la sudation excessive, un amincissement de la peau, une tendance aux ecchymoses, de la faiblesse musculaire et osseuse);
  • des symptômes attribuables à la présence de cataractes (par ex. une opacification du cristallin, un brouillement de la vision, une douleur oculaire);
  • des symptômes attribuables à une augmentation de la pression intraoculaire (par ex. une vision floue ou une diminution de l'acuité visuelle, une douleur oculaire, rougeur de l'œil, gonflement des tissus de l'œil);
  • des symptômes d'un taux de sucre sanguin élevé (par ex. des émissions de l'urine fréquentes, une soif accrue, un appétit excessif, une perte de poids inexpliquée, des plaies qui cicatrisent mal, des infections, une haleine fruitée);
  • des symptômes d'une pneumonie (par ex. une fièvre ou des frissons, un essoufflement, de la fatigue, une douleur thoracique, une toux).

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • de l'essoufflement au repos;
  • l'apparition subite de sifflements respiratoires et de douleur ou d'oppression thoracique immédiatement après avoir utilisé le médicament;
  • des signes attribuables à une réaction allergique importante (par ex. de l'enflure du visage, des lèvres, de la langue, de la gorge ou des paupières, de la difficulté à avaler, à respirer ou à parler);
  • une détérioration des symptômes respiratoires même après avoir utilisé votre médicament de secours.

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Affections médicales : en cas d'épilepsie ou d'un faible taux de potassium sanguin, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Arrêt du médicament : si vous cessiez brusquement de prendre ce médicament, votre état pourrait s'aggraver. L'arrêt de ce médicament devrait se faire progressivement selon les indications de votre médecin traitant.

Crises d'asthme : ce médicament agit en ralentissant la fréquence des crises d'asthme et en atténuant leur gravité. Il peut s'utiliser aussi comme médicament de secours. Si vous observez l'apparition de symptômes d'asthme, ne manquez pas d'utiliser votre médicament de secours ou prenez une inhalation (ou bouffée) supplémentaire de ce médicament pour obtenir un soulagement rapide de vos symptômes d'asthme. Vous devriez toujours avoir votre médicament de secours à portée de la main, que ce soit ce médicament ou un autre médicament de secours. Si vous utilisez constamment une plus grande quantité de votre médicament de secours, communiquez avec votre médecin.

Décès associés à l'asthme : le formotérol, comme certains autres bronchodilatateurs à action prolongée, peut augmenter le risque de décès associé à l'asthme. On ignore si l'utilisation concomitante de corticostéroïdes comme le budésonide réduit ce risque. Si cette question vous préoccupe, parlez-en à votre médecin.

Diabète : l'utilisation de budésonide - formotérol peut provoquer des changements des taux de glucose sanguin (peut causer une perte de la maîtrise de la glycémie) et un changement de la tolérance au glucose. Il se pourrait que les personnes atteintes de diabète aient à vérifier leur taux de sucre sanguin plus souvent durant la prise de ce médicament.

Si vous avez le diabète, ou êtes à risque pour le diabète, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Fonction hépatique : la maladie hépatique ou la réduction de la fonction hépatique peut provoquer une accumulation de ce médicament dans l'organisme, causant ainsi des effets secondaires. Si vous avez des problèmes hépatiques, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Votre médecin surveillera votre fonction hépatique par des analyses de sang qu'il prescrira régulièrement pendant que vous employez ce médicament.

Si vous observez la survenue de symptômes de troubles hépatiques comme de la fatigue, une sensation de malaise, une perte de l'appétit, de la nausée, le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, une urine foncée, des selles claires, une douleur abdominale, ou une enflure et une démangeaison cutanée, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Infections : le muguet peut se manifester sur les parois internes de la bouche et dans la gorge après la prise de ce médicament. Si une infection survient, appelez votre médecin. Vous pouvez réduire le risque d'infection en vous by rinçant la bouche avec de l'eau après chaque dose et en pratiquant une bonne hygiène orale. Ne manquez pas de prévenir votre médecin si vous êtes exposé à la varicelle ou à la rougeole pendant que vous utilisez ce médicament étant donné que vous seriez plus susceptible de contracter une infection.

Maladie cardiaque : si vous êtes atteint d'une maladie cardiaque ou de haute pression artérielle, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Maladie thyroïdienne : si vous êtes atteint de maladie thyroïdienne, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Problèmes oculaires : l'utilisation du budésonide peut augmenter le risque de contracter des cataractes ou le glaucome. Si vous être prédisposé à l'une ou l'autre de ces affections, faites examiner vos yeux par votre médecin avant de commencer un traitement à long terme avec ce médicament. Vous devriez faire effectuer régulièrement des examens de suivi pendant que vous employez ce médicament. Pendant que vous prenez ce médicament, signalez tout changement de votre vision à votre médecin dès que possible.

Santé des os : l'utilisation à long terme de corticostéroïdes  a été associée à une réduction de la densité osseuse. Cela peut vous prédisposer à de la friabilité des os et à l'ostéoporose. Si vous possédez des facteurs de risque pour de la friabilité ou un amincissement osseux : si vous êtes mince par exemple ou si vous buvez régulièrement de l'alcool depuis longtemps, si votre régime alimentaire est déficient ou si vous avez des antécédents familiaux d'ostéoporose, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Utilisation des stéroïdes : si vous avez pris des stéroïdes pendant plusieurs mois ou si vous en prenez encore, consultez votre médecin avant d'utiliser ce médicament. Votre médecin pourrait décider de vous prescrire de nouveau des stéroïdes durant une période éprouvante ou une grave crise d'asthme.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : le budésonide passe dans le lait maternel. On ignore si le formotérol passe dans le lait maternel. Si vous employez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants âgés de moins de 12 ans.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre l'association médicamenteuse budésonide - formotérol turbuhaler et l'un des agents ci-après :

  • l'aldesleukine;
  • l'alfuzosine;
  • l'amiodarone;
  • les amphétamines (par ex. la dextroamphétamine, la lisdexamfétamine);
  • l'amphotéricine B;
  • les antagonistes de la sérotonine (les médicaments anti-émétiques; par ex. le granisétron, l'ondansétron);
  • les antibiotiques de la famille des quinolones (par ex. la ciprofloxacine, la norfloxacine);
  • les antibiotiques macrolides (par ex. la clarithromycine, l'érythromycine);
  • les antidépresseurs tricycliques (par ex. l'amitriptyline, la doxépine, la nortriptyline);
  • les antidiabétiques (par ex. le chlorpropamide, le glyburide, l'insuline, la rosiglitazone);
  • les antipsychotiques (par ex. la chlorpromazine, la clozapine,  l'halopéridol, l'olanzépine, la quétiapine, la rispéridone);
  • l'atomoxétine;
  • les azoles antifongiques (par ex. le kétoconazole, l'itraconazole, le fluconazole);
  • les bêtabloquants, y compris les gouttes ophtalmiques (par ex. le carvédilol, le labétalol, le métoprolol, le propranolol, le timolol en gouttes ophtalmiques);
  • la bétahistine;
  • le bocéprévir;
  • les bronchodilatateurs à action prolongée (par ex. le formotérol, le salmétérol);
  • les bronchodilatateurs à action rapide (par ex. le salbutamol, la terbutaline);
  • la caféine;
  • la chloroquine;
  • le cobicistat;
  • le conivaptan;
  • le déférasirox;
  • le dégarélix;
  • la delavirdine;
  • la dipivéfrine;
  • le disopyramide;
  • les diurétiques (par ex. le furosémide, l'hydrochlorothiazide, la spironolactone);
  • la dobutamine;
  • la dofétilide;
  • le dompéridone;
  • la dopamine;
  • la dronédarone;
  • l'épinéphrine;
  • la flécaïnide;
  • les gouttes ophtalmiques et les vaporisateurs nasaux  décongestionnants (par ex. la naphazoline, l'oxymétazoline, la xylométazoline);
  • l'hyaluronidase;
  • les inhibiteurs de la monoamine-oxydase (IMAO; par ex., le linézolide, le moclobémide, la phénelzine, la rasagiline, la sélégiline, la tranylcypromine);
  • les inhibiteurs de la protéase du VIH (par ex. l'atazanavir, l'indinavir, le ritonavir, le saquinavir);
  • les inhibiteurs de la tyrosine kinase (par ex. le lapatinib, le pazopanib, le sunitinib);
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS, par ex. le citalopram, la duloxétine, la fluoxétine, la paroxétine, la sertraline);
  • les médicaments contenant des cannabinoïdes (par ex. le cannabis, le dronabinol, le nabilone);
  • les médicaments décongestionnants (par ex. la phényléphrine, la pseudoéphédrine);
  • la méthadone;
  • le méthylphénidate;
  • la mifépristone;
  • le modafinil;
  • la néfazodone;
  • la noradrénaline;
  • le pimozide;
  • la primaquine;
  • la procaïnamide;
  • la propafénone;
  • la quinidine;
  • la quinine;
  • la rilpivirine;
  • le télaprévir;
  • la tétrabénazine;
  • la théophylline (par ex. l'aminophylline, l'oxtriphylline, la théophylline);
  • la trazodone.

 

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2017. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/drug/getdrug/Symbicort