Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Il s'agit d'une association médicamenteuse qui contient deux ingrédients : le dorzolamide et le timolol. Le dorzolamide appartient à la famille des médicaments appelés inhibiteurs de l'anhydrase carbonique. Le timolol appartient à la famille des médicaments appelés bêtabloquants. Chacun de ces médicaments concourt à diminuer la pression intraoculaire des personnes atteintes d'un glaucome à angle ouvert ou d'hypertension oculaire (élévation de la pression à l'intérieur de l'œil). Ces médicaments agissent en réduisant la production de liquide dans l'œil, et c'est de cette façon qu'ils abaissent la pression dans l'œil.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations, ou les deux. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Chaque mL de solution aqueuse stérile, isotonique, tamponnée, légèrement visqueuse contient 20 mg de dorzolamide (22,3 mg d'hydrochlorure de dorzolamide) et 5 mg de timolol (6,83 mg de maléate de timolol). Ingrédients non médicinaux : chlorure de benzalkonium (0,0075 %) ajouté comme agent de conservation, citrate de sodium dihydraté, hydroxyéthylcellulose, mannitol, hydroxyde de sodium et eau pour injection.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose de l'association médicamenteuse dorzolamide - timolol recommandée sous forme de gouttes ophtalmiques pour les adultes est 1 goutte dans l'œil atteint, 2 fois par jour.

Si vous utilisez d'autres gouttes oculaires, vous devriez espacer leur instillation de celles de l'association dorzolamide - timolol d'au moins 10 minutes.

Lavez-vous bien les mains avant d'utiliser les gouttes ophtalmiques. Afin que des bactéries ne contaminent pas les gouttes ophtalmiques, ne laissez pas l'embout du distributeur toucher l'œil, les doigts ni d'autres surfaces. L'emploi de gouttes ophtalmiques contaminées pourrait engendrer des dommages oculaires notables.

Si vous utilisez la solution ne contenant pas d'agent de conservation, évitez également de toucher la région de l'œil avec les « pattes » (morceaux de plastique placés sur les côtés du compte-gouttes ophtalmique pour administration de dose unitaire), car ceux-ci peuvent égratigner ou couper votre œil et ainsi causer de sérieuses blessures. Pour éviter de tels accidents, alignez les œillets du contenant avec les coins intérieur et extérieur de votre œil. Si possible, demandez à une autre personne de vous administrer les doses.

Lorsque vous utilisez la solution sans agent de conservation, le contenant et toute solution s'y trouvant après le traitement devraient être jetés. Reportez-vous à la notice d'accompagnement du produit sur le bon usage de ces gouttes ophtalmiques.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est très important que ce médicament soit pris conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, employez le médicament dès que vous constatez l'omission et reprenez la suite du traitement aussitôt que possible. S'il est presque temps de votre prochaine dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Entreposez ce médicament à la température ambiante, à l'abri de la lumière et de l'humidité et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer l'association dorzolamide - timolol en gouttes ophtalmiques dans les circonstances ci-après :

  • une allergie au dorzolamide, au timolol ou à l'un des ingrédients de ce médicament;
  • l'allaitement au sein actuel ou éventuel;
  • un bronchospasme, y compris l'asthme bronchique ou des antécédents d'asthme bronchique ou de maladie pulmonaire obstructive chronique (par ex. une bronchite chronique, de l'emphysème);
  • des problèmes cardiaques qui englobent une fréquence cardiaque extrêmement lente, un bloc cardiaque du 2e ou 3e degré, une insuffisance cardiaque manifeste ou un choc cardiogénique (un choc attribuable à des causes cardiaques);
  • une fonction rénale gravement réduite;
  • un traitement oral par inhibiteurs de l'anhydrase carbonique (par ex. l'acétazolamide, le topiramate).

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent. Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • un goût amer après l'instillation des gouttes;
  • une sensation de brûlure, de picotement ou de gêne dans l'œil quand les gouttes sont instillées;
  • la formation de croûtes sur la paupière ou dans le coin de l'œil;
  • une sécheresse de la bouche;
  • des maux de tête;
  • une démangeaison oculaire;
  • de la nausée;
  • des saignements de nez;
  • une rougeur de l'œil;
  • un larmoiement (l'œil produit un excès de larmes).

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • une douleur abdominale;
  • une vision floue;
  • une douleur musculaire;
  • une éruption cutanée;
  • des symptômes de calculs rénaux (par ex. du sang dans l'urine, de la nausée ou des vomissements, de la douleur dans un côté, le dos ou l'abdomen);
  • une fatigue ou une faiblesse inaccoutumée.

Cessez la prise du médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • de la toux, un essoufflement, des troubles de la respiration, une sensation d'oppression thoracique ou une respiration sifflante;
  • des battements cardiaques irréguliers et un ralentissement du rythme cardiaque;
  • des symptômes d'une réaction allergique (par ex. une difficulté respiratoire, de l'urticaire, une éruption cutanée accompagnée de démangeaisons ou une enflure de la bouche et de la gorge);
  • des symptômes attribuables à une réaction cutanée importante (par ex. des ampoules, l'apparition d'une éruption cutanée rougeâtre ou violacée importante ou de démangeaisons, des lésions et des plaies cutanées, de la fièvre ou une douleur à la gorge).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Allergies : certaines personnes allergiques aux médicaments de la classe des sulfonamides (ou « sulfa ») peuvent subir une réaction allergique semblable au dorzolamide. Avant de prendre l'association dorzolamide - timolol, informez votre médecin de toutes les réactions indésirables que vous avez subi après avoir pris des médicaments, en particulier des antibiotiques de la famille des sulfamides ou d'autres médicaments servant à traiter le diabète. Communiquez avec votre médecin si vous constatez une éruption cutanée pendant que vous utilisez ce médicament. Cessez d'employer ce médicament et obtenez des soins médicaux si vous observez de l'urticaire, un essoufflement, des cloques ou une desquamation, une enflure de la bouche, des lèvres, de la langue ou de la gorge.

Vision trouble : des effets secondaires comme une vision floue pourraient compromettre la capacité de conduire une voiture et de faire fonctionner des machines. Jusqu'à ce que votre vision se soit rétablie, évitez de conduire un véhicule, de faire fonctionner de la machinerie ou d'effectuer d'autres tâches nécessitant une vision nette.

Décollement de la choroïde : les personnes qui sont atteintes d'un décollement chronique ou récidivant de la choroïde doivent discuter avec leur médecin de la prolongation de l'utilisation des gouttes ophtalmiques.

Verres de contact : des verres de contact souples pourraient absorber une certaine quantité de l'agent de conservation utilisé dans les gouttes ophtalmiques (le chlorure de benzalkonium). Vous devriez retirer vos verres de contact avant d'instiller les gouttes ophtalmiques et attendre pendant au moins 15 minutes avant de les reporter. Les gouttes ophtalmiques sans agent de conservation n'ont pas été soumises à une étude au sein des personnes qui portaient des verres de contact.

Chirurgie, infections, traumatisme oculaires et troubles cornéens chroniques : les personnes qui utilisent ce médicament et qui ont subi une intervention chirurgicale oculaire ou un traumatisme oculaire, qui présentent des troubles cornéens chroniques préexistants, ou qui constatent des symptômes d'une infection oculaire (par ex. une rougeur de l'œil, une démangeaison, un écoulement, des croûtes sur les paupières ou l'impression d'avoir un corps étranger dans l'œil) devraient consulter leur médecin pour savoir si elles peuvent continuer à instiller les gouttes ophtalmiques.

Généralités : ce médicament peut être absorbé dans la circulation sanguine comme toutes les gouttes ophtalmiques appliquées localement. Les mêmes effets secondaires observés en conjonction avec les médicaments oraux de la famille des bêtabloquants (par ex. le timolol, le propranolol, le métoprolol) ou les sulfamides (par ex. le sulfaméthoxazole) peuvent se produire avec les gouttes ophtalmiques. Ces effets secondaires sont susceptibles d'inclure, mais pas exclusivement, de l'essoufflement, des étourdissements, une sensation de tête légère, une éruption cutanée ou des battements de cœur lents. Référez-vous, pour tout renseignement supplémentaire, à la section « Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament? ».

Fonction hépatique : ce médicament n'a pas été soumis à une étude au sein des personnes atteintes d'une altération de la fonction hépatique. En cas de troubles hépatiques, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. 

Sucre sanguin bas : les personnes qui ont tendance à avoir un sucre sanguin bas, et les personnes atteintes de diabète devraient surveiller étroitement leur taux de sucre sanguin pendant qu'elles emploient ce médicament, car il pourrait masquer les signes d'une diminution du sucre sanguin.

Affections médicales : le timolol appartient à la famille des bêtabloquants. Bien que le timolol soit utilisé sous forme de gouttes ophtalmologiques, de petites quantités pourraient être absorbées dans la circulation sanguine. Par conséquent, ce médicament ne devrait pas être pris par toute personne ne pouvant pas prendre des bêta-bloquants à usage interne, c'est-à-dire les personnes présentant une pulsation cardiaque faible, certains rythmes cardiaques anormaux, une insuffisance cardiaque globale non maîtrisée, de l'asthme, ou une maladie obstructive respiratoire grave.

Faiblesse musculaire : on a rapporté que les bêtabloquants, comme le timolol, pouvaient aggraver la faiblesse musculaire accompagnant certains symptômes (par ex. une vision double, une faiblesse généralisée). Si vous ressentez ces symptômes, communiquez avec votre médecin.

Hyperthyroïdie : le timolol peut masquer les signes de l'hyperthyroïdie. Si vous avez un hyperfonctionnement de la glande thyroïde (hyperthyroïdie), discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Les personnes atteintes de cette affection ou qui sont sujettes à en être atteintes doivent être suivies de près par leur médecin.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : on ignore si le dorzolamide passe dans le lait maternel. Le timolol passe dans le lait maternel. Si vous employez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants :  ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre l'association dorzolamide - timolol et l'un des médicaments ci-après :

  • l'abiratérone;
  • l'acétylcholine;
  • les agonistes alpha (par ex. la clonidine, le méthyldopa);
  • les alphabloquants (par ex. l'alfuzosin, la doxazosine, la tamsulosine);
  • l'aminophylline;
  • l'amiodarone;
  • les amphétamines (par ex. la dextroamphétamine, la lisdexamfétamine);
  • les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine ou IECA (le captopril, l'énalapril, le ramipril);
  • les bloqueurs des récepteurs de l'angiotensine (par ex. le candésartan, l'irbésartan, le losartan);
  • les antipsychotiques (par ex. la chlorpromazine, la clozapine, l'halopéridol, l'olanzapine, la quétiapine, la rispéridone);
  • l'aripiprazole;
  • les barbituriques (par ex. le butalbital, le pentobarbital, le phénobarbital);
  • les bêta-2 agonistes (par ex. le salbutamol, le formotérol, la terbutaline);
  • la brimonidine;
  • le bupropion;
  • les antagonistes du calcium (par ex. le diltiazem, le vérapamil, la nifédipine, l'amlodipine);
  • le carbachol;
  • le célécoxib;
  • la chloroquine;
  • le cinacalcet;
  • le cisapride;
  • le clobazam;
  • la clonidine;
  • le darunavir;
  • la désipramine;
  • le diazoxide;
  • la digoxine;
  • la diphenhydramine;
  • le dipyridamole;
  • le disopyramide;
  • les diurétiques (les pilules qui augmentent l'excrétion de l'urine; par ex. le furosémide, l'hydrochlorothiazide, le triamtérène);
  • le donépézil;
  • la dronédarone;
  • la duloxétine;
  • l'épinéphrine;
  • les alcaloïdes de l'ergot de seigle (par ex. la dihydroergotamine, l'ergonovine, l'ergotamine, la méthylergonovine);
  • le fentanyl;
  • la floctafénine;
  • la galantamine;
  • la guanfacine;
  • l'acide acétylsalicylique (ou AAS) pris à fortes doses;
  • l'hydroxychloroquine;
  • l'imatinib;
  • l'imipramine;
  • l'insuline;
  • l'isoniazide;
  • le kétoconazole;
  • la lidocaïne;
  • le lopinavir;
  • la luméfantrine;
  • la méthadone;
  • le méthylphénidate;
  • la midodrine;
  • le mirabégron;
  • les inhibiteurs de la monoamine-oxydase ou IMAO (par ex. le moclobémide, la phénelzine, la sélégiline, la tranylcypromine);
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine ou ISRS (par ex. le citalopram, la duloxétine, la fluoxétine, la paroxétine, la sertraline);
  • le nilotinib;
  • les anti-inflammatoires non stéroïdiens ou AINS (par ex. le diclofénac, l'ibuprofène, le kétoprofène, le naproxène);
  • la noradrénaline;
  • d'autres bêtabloquants (par ex. le propranolol, l'aténolol, le métoprolol);
  • d'autres inhibiteurs de l'anhydrase carbonique (par ex. l'acétazolamide);
  • la pentoxifylline;
  • les inhibiteurs de la phosphodiestérase-5 (par ex. le sildénafil, le tadalafil, le vardénafil);
  • la pilocarpine;
  • la primaquine;
  • la propafénone;
  • la quinidine;
  • la quinine;
  • la rifampine;
  • le ritonavir;
  • les médicaments hypoglycémiants oraux de la classe des sulfonamides (par ex. le chlorpropamide, le gliclazide, le glyburide);
  • la terbinafine;
  • la théophylline;
  • la ticlopidine;
  • la yohimbine.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2017. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/drug/getdrug/Sandoz-DorzolamideTimolol