Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

La vigabatrine appartient à la classe des médicaments appelés anticonvulsivants. Elle s'utilise pour le contrôle et le traitement des crises d'épilepsie, souvent en complément d'autres antiépileptiques, lorsque d'autres médicaments n'ont pas donné de résultats. On pense que ce médicament agit en augmentant la quantité de certaines substances chimiques dans le cerveau, et réduit ainsi la survenue des crises.

La vigabatrine s'utilise également pour le traitement des spasmes infantiles (syndrome de West).

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez ce médicament à personne, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que vous. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Comprimé
Chaque comprimé blanc à blanc cassé, pelliculé, ovale, biconvexe, portant l'inscription « SABRIL » sur une face, contient 500 mg de vigabatrine. Ingrédients non médicinaux : hydroxypropylméthylcellulose, stéarate de magnésium, polyéthylène glycol, povidone, glycolate d'amidon sodique, et dioxyde de titane.

Sachet
Chaque sachet contient 0,5 g de vigabatrine sous forme de poudre granulée de couleur blanche à blanc cassé. Ingrédients non médicinaux : povidone.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose initiale de vigabatrine recommandée pour les adultes est 1 gramme (1000 mg) par jour. La dose quotidienne peut être prise en une dose ou fractionnée en deux doses, prises à intervalles de 12 heures. Selon l’efficacité et la tolérabilité du médicament, votre médecin pourra graduellement augmenter votre dose jusqu’à un maximum de 3 g (3000 mg) par jour.

La dose de vigabatrine pour un enfant est établie en fonction de son poids corporel. Pour le traitement des convulsions, la dose initiale recommandée est de 40 mg par kilo de poids corporel par jour. Pour les spasmes infantiles, la dose initiale est de 50 mg par kilo de poids corporel, divisés en deux doses égales. Comme pour les adultes, le médecin de votre enfant augmentera graduellement la dose jusqu’à ce que le médicament agisse de la façon voulue tout en provoquant le minimum d’effets indésirables.

La vigabatrine peut se prendre avec ou sans aliments. Le médicament peut se prendre en comprimé ou en dissolvant les sachets de poudre dans 10 mL d'eau, de jus de fruit, de lait ou de préparation pour biberon. Mélangez la poudre juste avant usage. La dose exacte devrait être mesurée au moyen d'une seringue orale.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est très important que ce médicament soit pris conformément aux indications de votre médecin. N'interrompez pas le traitement brutalement. L'arrêt du médicament devrait se faire graduellement sur une période de plusieurs semaines et uniquement en consultation avec votre médecin. Vérifiez toujours que vous avez suffisamment de réserve de vigabatrine, pour ne pas manquer de médicament.

Si vous oubliez une dose, prenez le médicament dès que vous constatez l’omission et reprenez la suite du traitement aussitôt que possible. S'il est presque temps de prendre votre prochaine dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer ce médicament dans les circonstances ci-après :

  • une allergie à la vigabatrine ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • l'allaitement au sein;
  • une grossesse confirmée ou soupçonnée;
  • la prise de médicaments qui pourraient être toxiques pour la rétine de l'œil.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • l'anxiété;
  • une augmentation des mouvements;
  • des brûlures d'estomac;
  • une constipation;
  • une démarche instable;
  • une douleur abdominale;
  • des douleurs articulaires;
  • des étourdissements;
  • l'hyperactivité;
  • de l'agitation;
  • de la confusion;
  • de la diarrhée;
  • de la fatigue;
  • de la maladresse;
  • de la nausée;
  • de la somnolence;
  • un mal de gorge;
  • des maux de tête;
  • une prise de poids;
  • une somnolence inhabituelle;
  • une toux;
  • des tremblements;
  • des tremblements;
  • des tremblements;
  • des troubles de la coordination;
  • des troubles du sommeil;
  • une vision double;
  • des vomissements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • de l'amnésie;
  • une baisse de la vision, ou une autre anomalie du champ visuel;
  • des changements de l’humeur ou du comportement (par ex. de l’agressivité, un sentiment de rage, de l’anxiété ou de l’excitation);
  • un daltonisme qui se manifeste par une confusion du bleu et du jaune;
  • une douleur oculaire;
  • une enflure des pieds, des jambes ou des chevilles;
  • un engourdissement ou des picotements dans les pieds et les orteils;
  • une éruption cutanée;
  • une fièvre;
  • de la confusion;
  • des mouvements incontrôlés de va-et-vient des yeux.
  • un nombre accru de crises convulsives;
  • des signes attribuables à de l'anémie (réduction du nombre de globules rouges; par ex. des étourdissements, de la pâleur, de la fatigue ou de la faiblesse inhabituelle, un essoufflement);
  • des signes de dépression (par ex. un manque de concentration, des fluctuations pondérales, des changements du sommeil, désintérêt à l'égard de nombreuses activités, des pensées suicidaires);
  • des symptômes associés à un rhume (par ex. de la toux, de la congestion nasale, des maux de gorge);
  • une vision floue.

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :  

  • des idées destructices envers soi-même ou autrui;
  • des signes d'une grave réaction cutanée (comme des cloques, une desquamation, une éruption cutanée recouvrant une grande région du corps, une éruption cutanée qui s'étend rapidement ou une éruption cutanée accompagnée d'une fièvre ou d'une gêne);
  • des signes d’une réaction allergique importante (par ex. des crampes abdominales, une difficulté respiratoire, des nausées et des vomissements, ou une boursouflure du visage et une enflure de la gorge).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Anémie : la vigabatrine peut provoquer une baisse du nombre de globules rouges. Si vous ressentez des symptômes attribuables à une réduction du nombre de globules rouges (l’anémie) comme un essoufflement, une fatigue inusitée ou une peau pâle, communiquez le plus tôt possible avec votre médecin.

Votre médecin vous fera subir des analyses sanguines régulièrement pour connaître le nombre de certains types précis de cellules sanguines, notamment de globules rouges présents dans votre sang.

Arrêt soudain du médicament : tout comme avec les autres antiépileptiques, l'arrêt soudain du médicament peut entraîner une augmentation des crises convulsives. Il est conseillé de réduire progressivement la dose sur une période de 2 à 4 semaines si possible.

Augmentation de la fréquence des convulsions : comme pour certains autres médicaments anticonvulsivants, certains patients qui prennent ce médicament subissent une augmentation de la fréquence de leurs convulsions ou l’apparition de nouveaux types de convulsions. Si vous subissez cette complication, communiquez avec votre médecin dès que possible.

Fonction rénale : les maladies rénales ou la diminution de la fonction rénale peuvent causer l’accumulation de ce médicament dans le corps, ce qui provoque des effets secondaires. Si votre fonction rénale est réduite ou si vous êtes atteint d’une maladie rénale, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Problèmes oculaires : un certain nombre de troubles oculaires de divers types ont été rapportés par des personnes qui prennent de la vigabatrine, souvent en association avec d'autres antiépileptiques. Les troubles peuvent survenir de moins d'1 mois jusqu'à plus de 6 ans après le début du traitement. L'apparition des symptômes est le plus fréquemment signalée au cours de la première année de traitement. Des examens de la vue sont recommandés en début de traitement puis tous les 3 mois pendant la prise de vigabatrine.

Si vous prenez ce médicament, signalez à vos médecin tout rétrécissement de votre champ de vision ou toute perte d’acuité visuelle de même que l’apparition de tout autre problème visuel. L'emploi de la vigabatrine devrait être interrompu si des problèmes oculaires surviennent à moins que les bienfaits du traitement en termes de maîtrise des crises convulsives priment les risques d'altération de la vue.

Santé mentale : les personnes qui prennent ce médicament pourraient ressentir de l'agitation (de l'impatience, de l'anxiété, agressivité, des émotions fortes et le sentiment de ne pas être elles-mêmes), ou elles pourraient vouloir se faire du mal ou faire du mal à quelqu’un. Ces symptômes sont susceptibles de se produire dans les semaines qui suivent l'amorce du traitement par ce médicament. Si vous ressentez ces effets secondaires ou s'il vous semble qu'ils touchent un membre de votre famille qui emploie ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement. Pendant que vous prenez ce médicament, votre médecin doit vous suivre de près pour détecter des changements émotionnels et comportementaux.

Somnolence ou vigilance réduite : les personnes atteintes d'épilepsie non contrôlée ne devraient pas conduire ou faire fonctionner des machines potentiellement dangereuses. Les effets secondaires les plus courants sont la somnolence et la fatigue. Les personnes qui prennent ce médicament devraient éviter les activités qui demandent de la vigilance mentale ou de la coordination physique jusqu'à ce qu'elles aient déterminé que la vigabatrine ne les affecte pas de manière indésirable.

Grossesse : la vigabatrine ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse. Avant de commencer à prendre ce médicament, signalez à votre médecin si vous êtes enceinte, s'il y a des chances que vous deveniez enceinte ou si vous prévoyez de le devenir. Si vous tombez enceinte ou pensez l'être pendant que vous prenez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : ce médicament passe dans le lait maternel. Si vous employez la vigabatrine pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement. Il est généralement déconseillé d’allaiter son enfant pendant la prise de ce médicament.

Aînés : les personnes de plus de 65 ans peuvent courir un risque accru de subir des réactions indésirables lors de l’utilisation de ce médicament à cause de la réduction de la fonction rénale imputable à l’avancement en âge.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre la vigabatrine et l'un des agents ci-après :

  • l'alcool;
  • les anesthésiques généraux (les médicaments utilisés pour provoquer un sommeil profond avant une intervention chirurgicale);
  • les antidépresseurs tricycliques (par ex. l'amitriptyline, l'imipramine);
  • les antihistaminiques (par ex. la cétirizine, la doxylamine, la diphenhydramine, l'hydroxyzine, la loratadine);
  • les antipsychotiques (par ex. la chlorpromazine, la clozapine, l'halopéridol, l'olanzapine, la quétiapine, la rispéridone);
  • d'autres médicaments qui ont un effet toxique sur l'œil;
  • l'azélastine;
  • les barbituriques (par ex. le butalbital, le pentobarbital, le phénobarbital);
  • les benzodiazépines (par ex. l'alprazolam, le diazépam, le lorazépam);
  • la brimonidine;
  • la buprénorphine;
  • la buspirone;
  • le cannabis;
  • la dronabinol;
  • l'éfavirenz;
  • l'hydrate de chloral;
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS, par ex. le citalopram, la duloxétine, la fluoxétine, la paroxétine, la sertraline);
  • le kava;
  • les médicaments antiépileptiques (par ex. la carbamazépine, le clobazam, l'éthosuximide, le lévétiracétam, le phénobarbital, la phénytoïne, la primidone, le topiramate, l'acide valproïque, le zonisamide);
  • la méfloquine;
  • la métyrosine;
  • la mirtazapine;
  • le nabilone;
  • les narcotiques analgésiques (par ex. la codéine, le fentanyl, la morphine, l'oxycodone);
  • l'olopatadine;
  • l'orlistat;
  • le pérampanel;
  • le pramipexole;
  • les relaxants musculaires (par ex. la cyclobenzaprine, le méthocarbamol, l'orphénadrine);
  • le ropinirole;
  • la rotigotine;
  • le rufinamide;
  • la scopolamine;
  • le sulfate de magnésium;
  • le tapentadol;
  • la thalidomide;
  • le tramadol;
  • le zolpidem;
  • la zopiclone.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D’autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous prenez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.