Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

L'œstrogène et la progestérone sont des hormones féminines sécrétées par les ovaires. Quand ils sont utilisés ensemble, on les désigne souvent par le nom « hormonothérapie substitutive » ou « THS ». Lorsque la ménopause survient, la sécrétion hormonale diminue et les symptômes de la ménopause sont susceptibles de s'installer. Ce médicament s'utilise pour prendre en charge les symptômes de la ménopause comme les saignements utérins anormaux, les bouffées de chaleur, la transpiration et les frissons.

Ce type d'hormonothérapie substitutive, prescrite conjointement avec une alimentation appropriée, la prise de calcium et l'exercice, peut aussi aider à prévenir l'ostéoporose causée par une carence en œstrogène. Seules les femmes qui courent un grand risque d'ostéoporose et qui ne peuvent pas employer d'autres médicaments normalement donnés pour prévenir l'ostéoporose pourront tirer parti de ce médicament.

Ce médicament est conçu pour les femmes qui n'ont pas subi d'hystérectomie (l'ablation chirurgicale de l'utérus). L'ajout d'un progestatif dans la composition du médicament aide à réduire le risque de cancer de l'endomètre (de l'utérus), associé à la prise d'œstrogène seul, mesure qui ne serait pas nécessaire pour les femmes ayant subi une hystérectomie.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées pour tous les troubles mentionnés dans cet article. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous employez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

0,625 mg/2,5 mg
Chaque comprimé ovale, marron, portant l'inscription « 0.625 » à l'encre blanche d'un côté, contient 0,625 mg d'œstrogènes conjugués D.N.C. Chaque comprimé ovale, blanc d'AMP, rainuré d'un côté et gravé de deux « C » se faisant face de l'autre côté, contient 2,5 mg d'acétate de médroxyprogestérone. Ingrédients non médicinaux : comprimé marron : acide stéarique, agent de glaçage pharmaceutique, benzoate de sodium, cellulose microcristalline, cire de carnauba, dioxyde de titane, encre comestible, AD et C bleu nº 2, AD et C jaune nº 6, lactose, méthylcellulose, monooléate de glycérol, pigment laque d'érythrosine sur substrat d'aluminium, polyéthylèneglycol, polyvidone, stéarate de magnésium, sucrose et sulfate de calcium ; comprimé blanc : cellulose microcristalline, lactose, méthylcellulose et stéarate de magnésium.

0,625 mg/5 mg
Chaque comprimé ovale, marron, portant l'inscription « 0.625 » à l'encre blanche d'un côté, contient 0,625 mg d'œstrogènes conjugués D.N.C. Un comprimé ovale, violet d'AMP, rainuré d'un côté et gravé de deux « C » se faisant face de l'autre côté, contient 5 mg d'acétate de médroxyprogestérone. Ingrédients non médicinaux : comprimé marron : acide stéarique, agent de glaçage pharmaceutique, benzoate de sodium, cellulose microcristalline, cire de carnauba, dioxyde de titane, encre comestible, AD et C bleu nº 2, FD et C jaune nº 6, lactose, méthylcellulose, monooléate de glycérol, pigment laque d'érythrosine sur substrat d'aluminium, polyéthylèneglycol, polyvidone, stéarate de magnésium, sucrose et sulfate de calcium ; comprimé violet  : cellulose microcristalline, les pigments laque sur substrat d'aluminium D et C bleu nº 1, D et C rouge nº 30 sur substrat d'aluminium, lactose, méthylcellulose et stéarate de magnésium.

Comment doit-on employer ce médicament ?

Chaque emballage constitue un cycle de traitement de 28 jours. La dose de départ consiste en 1 comprimé marron (œstrogènes conjugués) et 1 comprimé blanc (médroxyprogestérone), pris une fois par jour pendant 28 jours. Une fois l'emballage fini, on en commence un nouveau le jour suivant.

L'usage d'un traitement hormonal substitutif, ou THS, devrait durer le moins longtemps possible, juste le temps nécessaire à la réalisation des objectifs de chaque femme. Il importe que votre médecin effectue régulièrement des examens afin de déterminer si la prise de ce médicament s'impose encore.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose de ce médicament, prenez la dose omise aussitôt que possible. S'il est presque temps de votre prochaine dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'employez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Conservez ce médicament à la température ambiante, à l'abri de la lumière et de l'humidité et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

L'association œstrogènes conjugués - médroxyprogestérone ne devrait pas s'employer dans les circonstances ci-après :

  • une allergie aux œstrogènes conjugués, à la médroxyprogestérone ou à l'un des ingrédients du médicament ;
  • une grossesse en cours ou soupçonnée ;
  • des résultats anormaux aux examens de la fonction hépatique en raison d'une maladie du foie ou de troubles hépatiques ;
  • des affections de la circulation ou de la coagulation du sang (une thrombophlébite, une thrombose ou d'autres troubles thromboemboliques comme un accident vasculaire cérébral) ou des antécédents de ces troubles liés à l'emploi des œstrogènes ;
  • une hyperplasie endométriale ;
  • une perte partielle ou totale de la vision causée par une maladie des yeux d'origine vasculaire ;
  • la présence actuelle ou passée de caillots de sang dans le cœur ;
  • un cancer du sein ou de l'endomètre (la paroi de l'utérus) confirmé ou présumé, ou des antécédents de ces cancers ;
  • un saignement vaginal anormal pour lequel un diagnostic n'a pas été posé.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent. Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui emploient ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes qui ont appliqué ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • un mal de dos,
  • une sensation de ballonnement ou des gaz,
  • une douleur mammaire ou une douleur à la pression sur les seins ;
  • des changements de la libido ;
  • une dépression ;
  • de la diarrhée ;
  • des étourdissements ;
  • une augmentation du volume des seins ;
  • des maux de tête ;
  • un écoulement des pertes blanches accrues ;
  • une démangeaison ;
  • des menstruations douloureuses ;
  • des modifications de l'humeur ;
  • de la nausée,
  • un état de nervosité ;
  • des crampes d'estomac ;
  • une enflure du visage, des chevilles ou des pieds ;
  • de la tension musculaire ;
  • de la fatigue ;
  • un gain ou une perte de poids insolite ;
  • des vomissements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • une modification des seins (des grosseurs, une enflure ou un écoulement) ;
  • des modifications des saignements vaginaux (un saignotement, des hémorragies utérines, un saignement prolongé ou plus volumineux, ou l'arrêt total d'un saignement) ;
  • une première migraine ;
  • un rapide gain de poids ;
  • des signes de troubles hépatiques (le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux).

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des symptômes d'une crise cardiaque, comme une douleur ou une gêne subite dans le thorax, le cou, la mâchoire, l'épaule, le bras ou le dos ; un essoufflement ; de la nausée ou des vomissements ; une peau froide et moite; et de l'anxiété ou du déni ;
  • les symptômes d'un accident vasculaire cérébral, comme une subite faiblesse (même si la faiblesse n'est que passagère) ou une lourdeur ressentie au visage, dans un bras ou une jambe ; une subite difficulté à parler ; une subite confusion ; des anomalies subites du champ visuel ; d'intenses maux de tête inaccoutumés survenant brusquement ou un étourdissement soudain ou des troubles de l'équilibre.

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Veuillez tenir compte des renseignements importants ci-après sur l'œstrogénothérapie substitutive : l'essai intitulé Women's Health Initiative (WHI) a été mené auprès de femmes ménopausées ayant reçu des comprimés de sucre pendant 5 ans tandis que d'autres participantes suivaient un traitement associant les œstrogènes équins conjugués et la médroxyprogestérone à des doses quotidiennes de 0,625 mg et de 2,5 mg. Les résultats font état d'un risque accru de crise cardiaque, d'accident vasculaire cérébral, de cancer du sein, de caillots de sang dans les poumons et dans les veines des jambes des femmes ayant reçu l'association œstroprogestative. Aucun autre essai n'a porté sur d'autres combinaisons d'œstrogènes et de progestatifs. Toutefois, jusqu'à ce que des données supplémentaires soient disponibles, il y a lieu de penser que tous les produits employés dans le cadre d'une hormonothérapie substitutive comportent des risques semblables. Par conséquent,

  • la prise d'œstrogènes, avec ou sans progestatifs, devrait s'effectuer à la plus faible dose efficace pour le soulagement des symptômes de la ménopause durant la plus courte période possible selon les indications de votre médecin traitant ;
  • les œstrogènes, avec ou sans progestatifs, ne devraient pas s'utiliser pour prévenir une maladie cardiaque, une crise cardiaque ni des accidents vasculaires cérébraux.

Pression artérielle : les femmes qui prennent ce médicament peuvent observer une élévation ou une basse de la pression artérielle. La pression artérielle devrait faire l'objet d'un suivi régulier pendant l'emploi d'œstrogènes.

Troubles de la coagulation du sang : les œstrogènes, avec ou sans progestatifs, sont associés à un risque accru de caillots de sang. Bien que ce risque soit faible, il est important d'en être conscient et de signaler tout symptôme inhabituel à votre médecin. On considère généralement que les femmes aux veines variqueuses volumineuses ou gravement obèses et celles qui doivent rester au lit pendant 3 semaines, ou plus, présentent des facteurs de risque accru de caillots de sang.

Cancer du sein : quelques études ont trouvé une corrélation entre une modeste augmentation du risque de cancer du sein et l'emploi d'une hormonothérapie substitutive après la ménopause. Les femmes qui ont des antécédents de cancer du sein ne devraient pas avoir recours aux œstrogènes. En cas d'antécédents familiaux de cancer du sein, de nodules mammaires, d'une affection fibrokystique du sein, ou de clichés mammaires mettant en évidence une anomalie, vous devriez faire l'objet d'une surveillance médicale stricte si vous utilisez des œstrogènes. Les femmes qui prennent des œstrogènes devraient faire l'objet d'examens réguliers et apprendre à s'autoexaminer les seins. En se basant sur votre âge, vos facteurs de risque et les résultats des clichés mammaires précédents, votre médecin pourrait aussi vous conseiller de faire effectuer régulièrement des clichés mammaires. Discutez des bienfaits et des risques de l'emploi de ce médicament avec votre médecin afin de pouvoir faire un choix éclairé.

Cholestérol : les œstrogènes pris par voie orale peuvent causer une élévation du taux de triglycérides dans le sang. Votre médecin surveillera votre taux de cholestérol pendant que vous employez ce médicament.

Démence : les femmes âgées de plus de 65 ans qui reçoivent une hormonothérapie substitutive œstroprogestative (une association d'œstrogènes et de progestatifs) pourraient courir un risque accru de démence (une perte de mémoire et un affaiblissement des fonctions intellectuelles). Si vous avez plus de 65 ans, vous ferez l'objet d'une surveillance médicale stricte ciblant la perte de mémoire et l'affaiblissement des fonctions intellectuelles.

Diabète : les œstrogènes peuvent influer sur la régulation du sucre sanguin. Les personnes atteintes de diabète devraient surveiller de près leur glucose sanguin pendant qu'elles emploient un médicament contenant de l'œstrogène.

Cancer de l'endomètre : plusieurs études suggèrent qu'une œstrogénothérapie substitutive accroît le risque de cancer de l'endomètre (la muqueuse de l'utérus). La prise simultanée d'un progestatif (comme la médroxyprogestérone) et d'un œstrogène diminue le risque de cancer qui devient le même que celui d'une femme qui n'emploie pas d'œstrogènes. C'est la raison pour laquelle l'emploi d'un progestatif est indiqué avec la prise d'œstrogènes pour toutes les femmes dont l'utérus n'a pas été enlevé.

Fibromes : ce médicament peut aggraver les fibromes en provoquant une soudaine augmentation de volume, une douleur ou de la douleur à la pression. Si vous observez ces effets, communiquez avec votre médecin.

Rétention d'eau : les œstrogènes peuvent causer une rétention d'eau. Par conséquent, les femmes atteintes d'épilepsie, d'asthme, ou d'un dysfonctionnement rénal ou cardiaque, devraient faire l'objet d'une surveillance médicale stricte pendant qu'elles prennent ce médicament.

Vésicule biliaire : un risque accru d'une affection de la vésicule biliaire a été observé par les femmes postménopausiques qui prennent des œstrogènes.

Maladie cardiaque et accident vasculaire cérébral : certaines études ont mis en évidence un risque accru de maladie cardiaque et d'accident vasculaire cérébral imputable à la prise d'œstrogène (avec ou sans progestatifs) parmi les femmes postménopausiques. Si vous ressentez des symptômes de crise cardiaque (une douleur thoracique, une sensation de constriction ou d'oppression thoracique, de la sudation, de la nausée, un sentiment apocalyptique) ou un accident vasculaire cérébral (un étourdissement soudain, des maux de tête, la perte de la parole, des modifications de la vision, de la faiblesse ou un engourdissement dans les bras et les jambes) pendant que vous employez ce médicament, demandez immédiatement des soins médicaux.

Maladie du rein : les personnes atteintes d'une maladie du rein devraient faire l'objet d'une surveillance médicale pendant qu'elles ont recours à l'œstrogène.

Maladie du foie : si vous avez eu des troubles hépatiques, vous devriez faire l'objet d'une surveillance médicale particulière pendant que vous employez ce médicament. Ne manquez pas d'avertir votre médecin si vous avez eu des troubles hépatiques à un moment donné.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant une grossesse. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : les œstrogènes ne devraient pas être utilisés pendant l'allaitement. Si vous employez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre l'association œstrogènes conjugués - médroxyprogestérone et l'un des agents ci-après :

  • les antidiabétiques ;
  • les barbituriques ;
  • les hypotenseurs ;
  • la carbamazépine ;
  • la cimétidine ;
  • la clarithromycine ;
  • des corticostéroïdes (par ex. l'hydrocortisone, la prednisolone, la prednisone) ;
  • la cyclosporine ;
  • la dexaméthasone ;
  • l'érythromycine ;
  • le jus de pamplemousse ;
  • l'itraconazole ;
  • le kétoconazole ;
  • le méprobamate ;
  • la morphine ;
  • la phénylbutazone ;
  • la phénytoïne ;
  • la rifampine ;
  • le ritonavir ;
  • le millepertuis ;
  • le témazépam ;
  • la théophylline ;
  • le topiramate ;
  • la warfarine.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin peut vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments,
  • remplacer l'un des médicaments par un autre,
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux,
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2017. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/drug/getdrug/Premplus