Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Ce produit associe 2 médicaments : la lidocaïne et la tétracaïne. Il appartient à la classe de médicaments appelés anesthésiques topiques. On emploie ce médicament pour engourdir la peau intacte avant certaines interventions dermatologiques (de la peau). On l’utilise avant certains traitements au laser comme l’épilation, le relissage facial, le détatouage ou le traitement des veines variqueuses. On peut également l’utiliser avant l’insertion d’aiguilles à l’intérieur des veines.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez ce médicament à personne, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que vous. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Si l’intervention n’est pas très douloureuse, on doit appliquer la crème lidocaïne – tétracaïne sur la région traitée pendant 20 à 30 minutes avant celle-ci. Si l’intervention doit être plus douloureuse, on doit appliquer le médicament pendant 60 minutes avant celle-ci. La quantité de crème servant à couvrir la région touchée doit être mesurée à sa sortie du tube. Utilisez un outil plat comme une spatule de métal ou un abaisse-langue pour étendre la crème de façon uniforme et mince sur la région à traiter.

Après avoir attendu que la crème sèche et qu’elle forme une pellicule, retirez celle-ci de la peau et jetez-la en prenant les mesures de sécurité appropriées. Utilisez de la gaze pour essuyer toute crème ou partie de pellicule qui ne s’est pas décollée facilement de la peau. Encore une fois, jetez la pellicule en prenant les mesures de sécurité appropriées. Il y a suffisamment de médicament restant dans la pellicule séchée pour intoxiquer un enfant ou un animal de compagnie. Lavez-vous mains immédiatement après avoir retiré et jeté la pellicule. Ce médicament engourdira la région sur laquelle elle a été appliquée. Il importe de protéger celle-ci contre les égratignures et les causes possibles de brûlure ou de gel jusqu’à ce que l’engourdissement ait disparu.

Bien que la crème lidocaïne – tétracaïne soit appliquée sur la peau, suffisamment de médicament peut être absorbé pour provoquer des réactions indésirables. N’appliquez pas ce médicament sur des plaies ouvertes, de la peau irritée ni sur des muqueuses (par ex. l’intérieur de la bouche ou du nez). On ne doit pas l’appliquer près des yeux ni à l’intérieur des oreilles.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est très important que ce médicament soit employé conformément aux indications de votre médecin. On ne doit appliquer ce médicament qu’une fois avant l’intervention et la région traitée doit avoir complètement guéri avant qu’on y réapplique la crème.

Conservez ce médicament au réfrigérateur et ne le laissez pas geler. Gardez-le hors de la portée des enfants.

Comment doit-on employer ce médicament ?

Chaque gramme de crème contient 70 mg de lidocaïne (7 %) et 70 mg de tétracaïne (7 %). Ingrédients non médicinaux : hydrogénophosphate de calcium (anhydre), méthylparabène, paraffine (blanche, molle), alcool polyvinylique, propylparabène, eau purifiée et monosorbitate de sorbitane.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d’employer ce médicament dans les circonstances ci-après :

  • une allergie à la lidocaïne, à la tétracaïne ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • une allergie à l’acide paraaminobenzoïque (PABA)
  • la présence de méthémoglobinémie
  • la nécessité de traiter de grandes surfaces du corps (plus de 400 cm²)

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • des étourdissements;
  • une fièvre;
  • un mal de gorge;
  • des maux de tête;
  • des picotements dans les bras et les jambes;
  • une rougeur ou une décoloration au site d’application de la crème;
  • de la sudation;
  • des vomissements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • de l’enflure, notamment du visage et des paupières.

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux  s'il se produit une réponse comme :

  • des signes d’une réaction allergique importante (par ex. des crampes abdominales, une difficulté respiratoire, des nausées et des vomissements, ou une boursouflure du visage et une enflure de la gorge);

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Problèmes du foie : une réduction de la fonction hépatique peut provoquer l’accumulation de ce médicament dans l’organisme. En cas de troubles hépatiques, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Méthémoglobinémie : la méthémoglobinémie est une affection possiblement mortelle caractérisée par l’incapacité pour les globules rouges de transporter des quantités suffisantes d’oxygène dans l’ensemble de l’organisme. La lidocaïne peut provoquer l’apparition de la méthémoglobinémie et aggraver les symptômes de cette maladie. Les personnes atteintes d’un déficit en glucose-6-phosphate déshydrogénase sont possiblement plus susceptibles de subir cette complication de l’utilisation de la lidocaïne.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : la lidocaïne passe dans le lait maternel. On ignore si la tétracaïne passe dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants et les adolescents âgés de moins de 18 ans. L’innocuité et l’efficacité de l’utilisation de ce médicament avant ou après une vaccination n’ont pas été établies.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre l'association lidocaïne - tétracaïne et l'un des agents ci-après :

  • l'acétate d'abiratérone;
  • l'amiodarone;
  • l'aprépitant;
  • les antifongiques dont le nom se termine en « azole » (par ex. l'itraconazole, le kétoconazole, le voriconazole);
  • les bêta bloquants (par ex. l'aténolol, le propranolol, le sotalol);
  • le bicalutamide;
  • le bocéprévir;
  • les antagonistes du calcium (par ex. l'amlodipine, le diltiazem, la nifédipine, le vérapamil);
  • la cimétidine;
  • le conivaptan;
  • le crizotinib;
  • la cyclosporine;
  • la dapsone;
  • le dasatinib;
  • le déférasirox;
  • la désipramine;
  • le disopyramide;
  • la dofétilide;
  • la dronédarone;
  • l'éthinylœstradiol;
  • le gemfibrozil;
  • le jus de pamplemousse;
  • l'halopéridol;
  • les inhibiteurs non-nucléosidiques de la transcriptase inverse du VIH (INNTIs; par ex. la delavirdine, l'éfavirenz, l'étravirine, la névirapine);
  • les inhibiteurs de la protéase du VIH (par ex. l’atazanavir, l'indinavir, le ritonavir, le saquinavir);
  • l'imatinib;
  • le lomitapide;
  • les antibiotiques macrolides (par ex. la clarithromycine, l'érythromycine, la télithromycine);
  • le métronidazole;
  • le méthoxsalen;
  • la mexilétine;
  • la mifépristone;
  • la néfazodone;
  • le peginterféron alfa-2b;
  • la prilocaïne;
  • la primaquine;
  • des antibiotiques de la famille des quinolones (par ex. la ciprofloxacine, la norfloxacine, l'ofloxacine);
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS, par ex. citalopram, fluoxetine, fluvoxamine, paroxetine, sertraline);
  • le siméprévir;
  • le sotalol;
  • le stiripentol;
  • le télaprévir;
  • la tétracycline;
  • la tranylcypromine;
  • le vémurafénib.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D’autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous prenez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.