Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

La méthotriméprazine appartient à la famille des phénothiazines. On l'utilise pour traiter certains troubles mentaux et émotionnels, notamment la schizophrénie, les syndromes maniaco-dépressifs et d'autres désordres psychotiques. Il peut également être administré pour des troubles associés à l'anxiété et la tension, comme analgésique (pour certains types de douleur), comme sédatif et pour la nausée et les vomissements provoqués par certains troubles.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations, ou les deux. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Ce médicament est offert sous forme de comprimé dosé à 5 mg et 25 mg.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose recommandée varie considérablement en fonction du trouble traité, de l'état et de l'âge du patient.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, communiquez avec votre médecin ou un pharmacien pour qu'il vous conseille. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose.

Entreposez ce médicament à la température ambiante, à l'abri de la lumière et de l'humidité et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer la méthotriméprazine dans les circonstances ci-après :

  • une allergie à la méthotriméprazine ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • une allergie à d'autres phénothiazines (par ex. la chlorpromazine);
  • une sédation excessive suite à la consommation d'alcool ou à la prise de somnifères, de tranquillisants, d'analgésiques ou de narcotiques;
  • des troubles sanguins;
  • des troubles hépatiques;
  • une lésion cérébrale;
  • un phéochromocytome (une tumeur siégeant dans les glandes surrénales);
  • si vous recevez un traitement d'analgésie régionale ou spinale (injection épidurale);
  • si votre pression artérielle est très basse ou que vous avez une affection cardiaque importante.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • une diminution de la sudation;
  • de la somnolence (apparaît tôt au cours du traitement et disparaît graduellement au cours de premières semaines ou après un ajustement de dose);
  • une sécheresse de la bouche;
  • des symptômes semblables à ceux de la grippe;
  • une sensibilité accrue de la peau aux rayonnements solaires;
  • une prise de poids.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • des anomalies du champ visuel;
  • une augmentation du taux de sucre sanguin (parmi les symptômes, on retrouve une augmentation de la soif, une perte d'appétit, de la nausée et des vomissements);
  • une baisse de la pression artérielle (parmi les symptômes, on retrouve des étourdissements, en particulier lorsqu'on se lève de la position couchée ou assise);
  • de l’agitation ou une incapacité à rester en place;
  • de la difficulté à uriner;
  • l'apparition ou l'augmentation de la constipation;
  • des signes de troubles hépatiques (par ex. de la nausée, des vomissements, de la diarrhée, une perte de l'appétit, une perte de poids, le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, une urine sombre, des selles claires).
  • des signes d'infection (symptômes pouvant comprendre une fièvre ou des frissons, une diarrhée grave, un essoufflement, des étourdissements prolongés, un mal de tête, une raideur du cou, une perte de poids ou un abattement).

Cessez la prise du médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • une accélération ou une irrégularité des battements cardiaques, une baisse ou une hausse de la pression sanguine;
  • des contractions musculaires, des mouvements involontaires de la langue, du visage, de la bouche ou de la mâchoire;
  • des convulsions;
  • une douleur abdominale;
  • une érection prolongée (durant plus de 4 heures) et douloureuse;
  • une infection respiratoire, une fièvre, des symptômes de type grippal, une toux, une respiration difficile ou accélérée;
  • des réactions allergiques, comme une éruption cutanée, une rougeur ou une démangeaison;
  • des sueurs abondantes, une confusion ou une altération de la conscience;
  • des symptômes attribuables à la formation d’un caillot sanguin (par ex. une douleur vive au pied, une douleur thoracique intense, la présence de sang dans les crachats, un essoufflement soudain ou une enflure, une douleur, une augmentation de la sensibilité ou une rougeur inexpliquée de la jambe).
  • des tremblements, une rigidité musculaire, des spasmes, une altération des mouvements volontaires, des mouvements des yeux vers le haut, une exagération des réflexes ou un écoulement de salive.

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Affections médicales : en cas d'une artériosclérose, de troubles cardiaques, de glaucome ou de troubles de la prostate, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Anomalies du rythme cardiaque : ce médicament pourrait causer des anomalies du rythme cardiaque. Certains médicaments (par ex. le sotalol, la quinidine, la thioridazine, la chlorpromazine, le dropéridol, le pimozide, la moxifloxacine, la méfloquine, la pentamidine, le trioxyde de diarsenic,le probucol, le tacrolimus) peuvent augmenter le risque d'un type de rythme cardiaque anormal appelé allongement de l'espace QT, et ils ne devraient pas s'utiliser en association avec la méthotriméprazine. Certains facteurs constituent un risque accru de ce type de rythme cardiaque anormal, et de ses complications, notamment :

  • l'appartenance au sexe féminin;
  • l'âge (pour les personnes ayant plus de 65 ans);
  • des antécédents familiaux de mort cardiaque subite;
  • des antécédents de maladie cardiaque ou d'anomalies du rythme cardiaque;
  • un ralentissement de la fréquence cardiaque;
  • un allongement congénital de l'espace QT;
  • le diabète;
  • des antécédents d'accident vasculaire cérébral;
  • un taux bas de potassium, de magnésium ou de calcium;
  • des déficiences nutritionnelles.

Si vous êtes atteint d'une maladie cardiaque et d'une anomalie du rythme cardiaque ou si vous prenez certains médicaments (par ex. le vérapamil, l'atazanavir), discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Caillots de sang : il arrive, rarement, que ce médicament augmente le risque de formation de caillots sanguins, provoquant une réduction de la circulation vers les organes ou les membres. Si vous avez des antécédents de coagulation, informez-en votre médecin, car vous pourriez courir un risque accru d'avoir des problèmes liés à des caillots de sang comme une crise cardiaque, un accident vasculaire cérébral ou des caillots dans les veines profondes d'une jambe. Discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Diabète : la méthotriméprazine peut causer l'élévation du taux de sucre sanguin des personnes atteintes de diabète ou présentant des facteurs de risque de diabète. Si vous souffrez de diabète, surveillez votre sucre sanguin fréquemment comme vous l'a recommandé votre médecin. Si vous observez des symptômes générés par une élévation du sucre sanguin (par ex. une émission de l'urine accrue, une soif plus intense, une augmentation de l'appétit et de la faiblesse) pendant que vous prenez ce médicament, communiquez avec votre médecin.

Dyskinésie tardive (DT) : les personnes qui emploient ce médicament pourraient être atteintes d'une dyskinésie tardive, un syndrome qui se caractérise par des mouvements corporels incontrôlables. Ce syndrome est parfois irréversible. Si votre corps est en proie à des mouvements incontrôlables ou inaccoutumés, communiquez avec votre médecin au plus tôt.

Étourdissements/sensation de tête légère : au début du traitement, il se peut qu'à fortes doses, on subisse des étourdissements ou une sensation de tête légère lorsqu'on se lève de la position couchée ou assise. Pour réduire, le risque de subir cette réaction indésirable, levez-vous lentement lorsque vous passez de la position couchée ou assise à la position debout.

Somnolence ou vigilance réduite : l'utilisation de la méthotriméprazine peut provoquer de la somnolence et une réduction de la vigilance, en particulier au cours des quelques premiers jours de traitement. Évitez de conduire un véhicule, de faire fonctionner de la machinerie ou d'effectuer d'autres tâches nécessitant de la vigilance avant d'avoir établi comment ce médicament agit sur vous.

Syndrome malin des neuroleptiques (SMN) : ce médicament peut causer une réaction appelée syndrome malin des neuroleptiques (SMN) susceptible de menacer la vie. Si vous observez des symptômes du SMN, comme une raideur musculaire, une fièvre, de la confusion, de la sudation, ou des battements de cœur irréguliers, cessez d'employer ce médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux.

Température corporelle : la méthotriméprazine, comme les autres médicaments antipsychotiques, peut entraver la capacité de votre corps de réguler sa propre température. Les personnes qui font de l'exercice vigoureux, qui sont exposées à une chaleur extrême, qui sont déshydratées ou qui prennent des médicaments anticholinergiques (par ex. la benztropine, l'oxybutynine) y sont plus susceptibles. Si vous avez très chaud et que vous ne pouvez vous rafraîchir pendant que vous prenez ce médicament, communiquez dès que possible avec votre médecin.

Veillez à ne pas trop vous échauffer durant la pratique d'exercices épuisants ou en atmosphère chaude, et évitez la déshydratation en ingérant suffisamment de liquide.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. On a constaté, chez les nourrissons nés de mères qui ont utilisé de la méthotriméprazine au cours de la dernière partie de la grossesse, des mouvements musculaires anormaux et des symptômes de sevrage, notamment une réduction du tonus musculaire, de la somnolence, des problèmes d'alimentation et d'importants problèmes respiratoires après la naissance. Ces symptômes peuvent être graves et nécessiter une intervention médicale. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : la méthotriméprazine passe dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Aînés : comparativement aux personnes âgées qui ne prennent pas ce médicament, celles qui prennent ce médicament pour le traitement de la démence peuvent courir un risque accru de mourir à cause d'une affection cardiaque ou d'infections. L'utilisation de la méthotriméprazine n'est pas recommandée pour les personnes âgées.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre la méthotriméprazine et l'un des agents ci-après :

  • l'aclidinium;
  • les agonistes alpha ou bêta (par ex. l'épinéphrine, la noradrénaline);
  • les agonistes de la dopamine (médicaments contre la maladie de Parkinson, par ex. l'amantadine, la bromocriptine, la lévodopa, le pramipexole, le ropinirole);
  • les alcaloïdes de l'ergot de seigle (par ex. l'ergotamine, la dihydroergotamine);
  • l'alcool;
  • l'alfuzosine;
  • l'amiodarone;
  • les amphétamines (par ex. la dextroamphétamine, la lisdexamfétamine);
  • les antagonistes de la sérotonine (les médicaments anti-émétiques; par ex. le granisétron, l’ondansétron);
  • les antiacides (par ex. l'hydroxyde d'aluminium, l'hydroxyde de magnésium);
  • des antibiotiques de la famille des quinolones (par ex. la ciprofloxacine, la norfloxacine, l'ofloxacine);
  • les antibiotiques macrolides (par ex. la clarithromycine, l'érythromycine);
  • les antidépresseurs tricycliques (par ex. l'amitriptyline, la clomipramine, la désipramine, la trimipramine);
  • les antihistaminiques (par ex. la cétirizine, la doxylamine, la diphenhydramine, l'hydroxyzine, la loratadine);
  • les antipsychotiques (par ex. la chlorpromazine, la clozapine, l'halopéridol, l'olanzapine, la quétiapine, la rispéridone);
  • l'aripiprazole;
  • l'atomoxétine;
  • l'atropine;
  • l'azélastine;
  • le baclofène;
  • les barbituriques (par ex. le butalbital, le phénobarbital);
  • les benzodiazépines (par ex. l'alprazolam, le diazépam, le lorazépam);
  • la benztropine;
  • les bêtabloquants (par ex. le métoprolol, le propranolol, le sotalol);
  • la brimonidine;
  • la buspirone;
  • le captopril;
  • la carbamazépine;
  • le carvédilol;
  • la chloroquine;
  • le cisapride;
  • la desvenlafaxine;
  • le dextrométhorphane;
  • le disopyramide;
  • le dompéridone;
  • la doxorubicine;
  • la dronédarone;
  • le dropéridol;
  • l'éfavirenz;
  • le flavoxate;
  • la flécaïnide;
  • la gabapentine;
  • le glycopyrrolate;
  • l'hydrate de chloral;
  • l'hydroxychloroquine;
  • l'indapamide;
  • les inhibiteurs de la monoamine-oxydase (IMAO; par ex. le moclobémide, la rasagiline, la sélégiline, la tranylcypromine);
  • les inhibiteurs des cholinestérases (par ex. le donépézil, la galantamine, la rivastigmine);
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS, par ex. le citalopram, la duloxétine, la fluoxétine, la paroxétine, la sertraline);
  • l'ipratropium;
  • la lamotrigine;
  • le lévétiracétam;
  • le lithium;
  • le lopinavir;
  • les médicaments antimigraineux de la classe des « triptans » (par ex. l'élétriptan, le sumatriptan);
  • la méfloquine;
  • la méthadone;
  • le méthylphénidate;
  • la métoclopramide;
  • la mexilétine;
  • la mifépristone;
  • le millepertuis;
  • la mirtazapine;
  • les narcotiques analgésiques (par ex. la codéine, le fentanyl, la morphine, l'oxycodone);
  • la néfazodone;
  • le nilotinib;
  • l'oxybate de sodium;
  • l'oxybutynine;
  • le pérampanel;
  • la phénytoïne;
  • le pimozide;
  • le porfimère;
  • la prégabaline;
  • la primaquine;
  • la procaïnamide;
  • la propafénone;
  • la pseudoéphédrine;
  • la pyriméthamine;
  • la quinidine;
  • la quinine;
  • les relaxants musculaires (par ex. la cyclobenzaprine, le méthocarbamol, l'orphénadrine);
  • la scopolamine;
  • le sulfate de magnésium;
  • le sunitinib;
  • le tamoxifène;
  • la tamsulosine;
  • le tapentadol;
  • la tétrabénazine;
  • le tiotropium;
  • la toltérodine;
  • le topiramate;
  • le tramadol;
  • la trazodone;
  • le tryptophane;
  • l'uméclidinium;
  • le vandétanib;
  • le vémurafénib;
  • la venlafaxine;
  • le zolpidem;
  • la zopiclone.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.