Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Le prasugrel appartient à la classe de médicaments appelés inhibiteurs de l'agrégation plaquettaire ou antiplaquettaires. Il s'utilise avec l'acide acétylsalicylique (AAS) pour aider à prévenir les crises cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux et d'autres problèmes circulatoires pour les personnes qui ont subi des douleurs thoraciques sévères ou une crise cardiaque et qui ont été traitées au moyen d'une intervention appelée angioplastie ou angioplastie par ballonnet.

Normalement les plaquettes aident le sang à se coaguler quand les circonstances le demandent, comme après une blessure. Lorsque des dépôts lipidiques (des plaques) tapissent la paroi interne des vaisseaux sanguins et en rétrécissent le calibre, les plaquettes ont souvent tendance à s'agglutiner. Les plaques instables peuvent se rompre, provoquant ainsi une agrégation supplémentaire de plaquettes qui peut causer un plus grand blocage de l'artère. Le rétrécissement des artères s'accroît et augmente la possibilité d'une crise cardiaque, d'un accident vasculaire cérébral ou d'autres problèmes de la circulation.

L'angioplastie est une technique communément utilisée pour élargir mécaniquement les vaisseaux sanguins rétrécis ou obstrués à l'aide d'un tube artificiel appelé stent. Le prasugrel aide à réduire la probabilité que les plaquettes adhèrent les unes aux autres et forment des amas de cellules susceptibles de bloquer une artère ou un stent.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations, ou les deux. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Chaque comprimé beige, pelliculé, non sécable en forme d'hexagone allongé, portant en creux l'inscription « 10 mg » sur une face et le chiffre « 4759 » sur l'autre, contient 10,98 mg de chlorhydrate de prasugrel équivalant à 10 mg de prasugrel. Ingrédients non médicinaux : cellulose microcristalline, croscarmellose sodique, hypromellose, mannitol et stéarate de magnésium végétal; enrobage coloré : dioxyde de titane, hypromellose, lactose, oxyde de fer rouge, oxyde de fer jaune et triacétylglycérol.

Comment doit-on employer ce médicament ?

On commence normalement à administrer le prasugrel par une dose unique de 60 mg. Ensuite, pour l'utilisation à long terme, la dose recommandée de prasugrel pour les adultes est 10 mg pris 1 fois par jour.

On prend normalement ce médicament avec de l’aspirine pour aider à empêcher les plaquettes de s’agglutiner. La dose recommandée d'aspirine pour les adultes est de 75 mg à 325 mg par jour.

Le prasugrel peut se prendre avec ou sans aliments.

Il ne faut pas arrêter de prendre ce médicament sans en discuter avec votre médecin au préalable. Le fait d'arrêter ce médicament trop précocement peut provoquer une augmentation de la coagulation sanguine et accroître le risque de crise cardiaque, d'accident vasculaire cérébral ou de décès causé par la maladie pour laquelle on utilisait le prasugrel comme agent antiplaquettaire.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, prenez le médicament dès que vous constatez l’omission et reprenez la suite du traitement aussitôt que possible. S'il est presque temps de votre prochaine dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Entreposez ce médicament à la température ambiante dans son conditionnement original et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer le prasugrel dans les circonstances ci-après :

  • une allergie au prasugrel ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • des antécédents d'accident vasculaire cérébral ou d'accès ischémique transitoire cérébral;
  • une affection hémorragique active comme des saignements de l'estomac ou des intestins (par ex. un ulcère gastrique) ou des saignements intracérébraux;
  • une maladie hépatique importante.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • l'apparition d'ecchymoses (sans cause apparente et qui augmentent de taille);
  • l'apparition de saignements ou d'ecchymoses après une piqûre;
  • une éruption cutanée;
  • un saignement des gencives;
  • un saignement de nez.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • des étourdissements;
  • une sensation de tête légère;
  • des signes attribuables à de l’anémie (faible numération de globules rouges; par ex. des étourdissements, de la pâleur, de la fatigue ou de la faiblesse inhabituelle, de l’essoufflement);
  • des signes de troubles hépatiques (par ex. de la nausée, des vomissements, de la diarrhée, une perte de l'appétit, une perte de poids, le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, une urine sombre, des selles claires).

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • de brusques maux de tête.
  • des changements de l'élocution ou de la vision;
  • des saignements de l’estomac, des intestins ou du rectum (par ex. l’apparition de selles noires à l’aspect goudronneux ou présence de sang rouge dans les selles, le vomissement de sang ou d’une substance ressemblant à du marc de café);
  • un saignement oculaire;
  • du sang dans l'urine;
  • des signes de saignements de l'estomac (par ex. des selles sanglantes, noirâtres ou goudronneuses, des expectorations sanglantes, des vomissements de sang ou d'une matière qui ressemble à du marc de café);
  • des signes d’une réaction allergique importante (par ex. des crampes abdominales, une difficulté respiratoire, des nausées et des vomissements, ou une boursouflure du visage et une enflure de la gorge);
  • des symptômes attribuables au purpura thrombotique thrombocytopénique (par ex. présence de points violacés sur la peau ou les muqueuses, une coloration jaunâtre de la peau et des yeux, de la fièvre, de la confusion, des maux de tête, une fatigue extrême);
  • une toux ramenant une expectoration de sang.

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

AVIS DE SANTÉ CANADA

Le 17 janvier 2014

Santé Canada a émis de nouvelles mises en garde concernant l'emploi d'Effient (prasugrel). Pour lire dans son intégralité l’avis de Santé Canada, rendez-vous au site Web de Santé Canada à l'adresse www.hc-sc.gc.ca.

Arrêt de la prise du prasugrel : n'arrêtez pas subitement de prendre le prasugrel car cela augmente le risque de caillots sanguins, de crise cardiaque et de décès. Si vous devez cesser de prendre le prasugrel à cause d'un problème de saignement, votre médecin doit vous suivre pour s'assurer que des caillots sanguins ne se développeront pas.

Chirurgie : il se peut que votre médecin vous demande de cesser de prendre le prasugrel au moins 7 jours avant de subir une intervention chirurgicale prévue à l'avance pour prévenir tout saignement non nécessaire. Vous ne devez toutefois pas cesser de prendre le prasugrel sans lui avoir parlé préalablement. Si vous prévoyez de subir une intervention chirurgicale ou dentaire, il importe que vous indiquiez à tous vos médecins et vos dentistes que vous prenez du prasugrel.

Problèmes cardiaques : il existe une augmentation du risque de saignement si l’utilisation du prasugrel est commencée à l’hôpital avant que votre médecin vous fasse subir une angiographie (intervention servant à étudier vos artères cardiaques). Ce risque sera pris en considération par votre médecin avant de commencer le traitement avec le médicament.

Si vous preniez déjà du prasugrel avant votre intervention, votre situation n’est pas modifiée, votre risque n’est pas augmenté et vous ne devez pas arrêter de prendre le médicament sans en avoir préalablement discuté avec votre médecin.

Problèmes de saignement : le prasugrel augmente le risque de saignement parce qu'il réduit la capacité du sang à coaguler. Les personnes dont le poids est inférieur à 60 kg (132 livres) ne doivent pas utiliser le prasugrel car leur risque de saignement augmenterait davantage que les autres. L'utilisation d'autres agents anticoagulants (par ex. la warfarine, les AINS) et des médicaments servant à dissoudre les caillots sanguins (par ex. l'altéplase) peut augmenter davantage le risque de saignement.

Si vous remarquez des signes de saignement important ou excessif (l'apparition fréquente d'ecchymoses, un saignement rectal, des selles rougeâtres ou noires, du sang dans l'urine, une douleur abdominale persistante et des vomissements, la présence de sang dans les crachats), communiquez immédiatement avec votre médecin.

Si vous avez des antécédents de désordres de saignement, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Le purpura thrombocytopénique thrombotique est une affection rare susceptible d'apparaître lors de la prise du prasugrel; elle nécessite des soins médicaux immédiats. Il se signale par une diminution du nombre de cellules sanguines, une fonction rénale diminuée et une fièvre. Votre médecin vous demandera de subir des analyses sanguines pour s'assurer que vous ne contractez pas cette affection pendant que vous prenez le prasugrel.

Fonction hépatique : si votre fonction hépatique est détériorée, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, comment votre affection pourrait influer sur l'administration et l'efficacité de ce médicament et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Les personnes dont la fonction hépatique est réduite de façon importante ne doivent pas prendre le prasugrel.

Intolérance au lactose : ce médicament contient du lactose. Si vous êtes atteint d’une intolérance au galactose (galactosémie, malabsorption du glucose-galactose ou déficience en lactase de Lapp) vous ne devez pas prendre ce médicament.

Problèmes de l'appareil digestif : comme le prasugrel peut augmenter le risque de saignement, il est important que vous indiquiez à votre médecin si vous avez déjà subi des ulcères gastriques et que vous demandiez à votre médecin ou votre pharmacien de déterminer si vos médicaments sont susceptibles de provoquer des ulcères gastriques (par ex. des AINS comme l'ibuprofène, le naproxène et autres). Les saignements digestifs représentent des urgences médicales. Si vous remarquez des signes de saignement gastrique, intestinal ou rectal comme l’apparition de selles noires d’apparence goudronneuse, la présence de sang dans vos selles ou le vomissement de sang, consultez immédiatement un médecin.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : on ignore si le prasugrel passe dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants.

Aînés : en général, les aînés courent un risque accru de saignement, peu importe s'ils prennent des médicaments. À cause de l'augmentation du risque de saignement associé à la prise de ce médicament, l'utilisation du prasugrel n'est pas recommandée pour les personnes de plus de 75 ans, à moins que les bienfaits priment les risques.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre le prasugrel et l'un des agents ci-après :

  • l'acide acétylsalicylique (AAS);
  • les acides gras oméga-3;
  • les antifongiques de la classe des altéplase « azoles » (par ex. l’itraconazole, le kétoconazole, le voriconazole);
  • les anti-inflammatoires non stéroïdiens ou AINS (par ex. l'ibuprofène, le diclofénac, le kétorolac, le naproxène);
  • d'autres antiplaquettaires (par ex. le clopidogrel, la pentoxifylline, la ticlopidine);
  • le bocéprévir;
  • la clarithromycine;
  • le conivaptan;
  • le dabigatran;
  • le dasatinib;
  • la delavirdine;
  • le dipyridamole;la glucosamine;
  • l'héparine;
  • les héparines de faible poids (par ex. la daltéparine, l'énoxaparine, la tinzaparine);
  • les inhibiteurs de la protéase du VIH (par ex. l’atazanavir, l'indinavir, le ritonavir, le saquinavir);  
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS; par ex. le citalopram, la duloxétine, la fluoxétine, la paroxétine, la sertraline);
  • les multivitamines contenant les vitamines A et E;
  • la néfazodone;
  • le nelfinavir;
  • la ranitidine;
  • les remèdes à base d’herbes qui possèdent des propriétés anticoagulantes (par ex. la luzerne, la camomille, l’ail, le gingembre, le ginkgo biloba, le ginseng, le SAMe);
  • la rifampine;
  • le rivaroxaban;
  • le télaprévir;
  • l'urokinase;
  • la vitamine E;
  • la warfarine.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D’autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2017. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/drug/getdrug/Effient